.:: Luna Negra ::.


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chaos Luby School: Fic

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Chaos Luby School: Fic   Lun 26 Avr - 17:51

C'est ici que les chapitres seront postés! Bientôt le premier chapitre, fait par moi même!

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Jeu 13 Mai - 20:43

Le ciel était noir, l'orage grondait, des éclairs pourfendaient l'obscure ciel dont les nuages ne permettaient pas d'aperçevoir la plus petite ou insignifiante étoile. La pluie tombait sur un terrain en ruine, comme si le ciel le pleurait, des batiments à moitié détruit, des arbres écroulés, un mur presque abattu entourait un large périmètre dont la grille d'entrée était au sol. Sur une petite pancarte cassé, on pouvait voir l'inscription "Schoo"; les batiments en ruine était visiblement une ancienne école. La pluie rendait le terrain dangereux, glissant, la boue recouvrait la totalité du sol, les batiments grinçaient sous leur fragilité, mais malgré tout cela, une personne semblait se promener sur ce terrain chaotique, et entra dans le plus grand batiments, qui était aussi le plus délabré. A l'intérieur du batiment, la personne ouvra la porte d'un grand coup sec, cette dernière s'écroula aussi sec; c'était un homme, ou plutôt un jeune homme, assez grand, mince, blond, les cheveux qui tombait légèrement sur son visage, et un peut dans le coup en pic, son regard sévère qui parcourait la pièce fesait ressortir ses intenses yeux couleur rubis, il portait un T-shirt noir, dont la couture au col, aux bas des manche et du T-shirt était blanche, des flammes ornaient ses manche et le bas de son T-shirt; il portait également un jean bleu, et pour finir, des basket noir aux pieds. Ce qui était troublant, c'est que ni ses cheveux, ni ses vêtements, ni aucune partie de son corps n'était mouillé, alors que quelques minutes plus tôt il se trouvait sous la pluie, et ses chaussures étaient intact, alors que le terrain exterieur était entièrement boueux; malgré son calme apparent, ses yeux scrutaient les moindres parties de la pièce dans laquelle il se trouvait avec un regard sévère, glacial; la pièce n'était pas en meilleur état que le reste de l'établissement, à l'opposé de la porte se trouvait une très large fenêtre, fissuré, brisé par endroit, parrallèle au mur d'entrée, juste devant se trouvait un fauteuil en cuir déchiré, lui même devant un bureau en bois entièrement poussièreux, une petite lampe en tête de Sonic se trouvait dessus, remplit de poussière également, et quelques papier. Le jeune homme silencieux tourna la tête vers la porte, et réussi à distingué sur une petite plaque malgré la poussière "Directeur", il se trouvait dans le bureau dans l'ancien directeur de l'école. Il avança lentement, découvrant le reste de la pièce, quelques meubles, où devait être rangé par le passé des papiers concernant les élèves, une bibliothèque remplit de livre, dont la tranche était si poussièreuse qu'il était impossible de les titres, et un immense tableau sur le mur d'entrée. Arrivé devant le bureau, il voyait par la fenêtre brisé l'endroit par lequel il était arrivé; ses yeux rouges se concentrèrent à présent sur les papiers sur le bureau, par des gestes simples et leste de la main droite, il balayait les papiers pour ainsi voir de quoi il s'agissait, mais sa main s'arrêta sur flyer tout poussièreux. En le soulevant, un peut de poussière tomba, puis il le porta jusque devant son visage et souffla dessus créant un petit nuage de poussière qui retomba sur le bureau. Le flyer était bleu, avec des écritures blanche, une immense bulle-étoile jaune.
"Chaos Luby School ouvrira bientôt ses portes!
Venez nombreux à l'école où tous les rêves peuvent devenir réalité!
"
Le jeune homme fixa longuement le flyer, avant de se décider enfin à parler.

Homme: C'est donc là-bas que tu t'es rendu... Une école miteuse.

Le jeune homme regarda autour de lui, puis par la fenêtre, et finit par afficher un large sourire, sourire sadique, montrant qu'il avait une idée en tête, tout en serrant le flyer dans sa main.

Homme: Ton école va avoir de la concurence mon frère!

Le jeune explosa de rire, le flyer dans sa main prit feu, se désintégrant en l'espace de quelques secondes, puis une aura lumineuse entoura le garçon.

Homme: A présent, que naisse la Chaos Hell School!!

L'aura lumineuse enveloppa toute la pièce, puis tout le terrain de l'école en ruine dans une immense explosion de lumière.


Chapitre 1: Chaos Luby School:



Le soleil était au beau fixe, le soleil était à son zénith, de très rare nuages parcouraient le ciel bleu clair. Un jeune homme se trouvait sur une petite route de terre, dont les extremités étaient parcourus de dizaines d'arbres, marquant sans doute l'entrée d'une forêt ou d'un bois assez vaste. Les arbres étaient si grand que par moment leurs ombres recouvraient le petit chemin de terre, donnant une impression de fraicheur au jeune homme. Ce dernier était assez grand, mince, légèrement musclés, il avait des cheveux argentés, de longueur moyenne, ni trop long, ni trop cours, en queue de cheval derrière la tête, ses yeux verts clairs regardaient droit devant lui; un corps assez mince, il avait un foulard noir autour du cou qui flottait légèrement derrière lui au rythme du vent frais, contrastant avec son T-shirt blanc, et portait un jean bleu, pour finir, à ses pieds se trouvait des baskets blanches. A la main gauche il tenait un papier, ou plutôt un flyer. Alors qu'il s'arrêta dans sa marche, il leva le flyer devant les yeux, c'était une pub pour une école nommé Chaos Luby School; ses yeux fixèrent à présent quelques chose derrière le flyer, qu'il baissa après quelques secondes.

Homme: Voila donc cette fameuse école...

En effet, devant l'homme se trouvait une grande grille en barre de fer, avec de grand mur de pierre sur les cotés. Par dessus la grille, accroché à chaque mur de pierres, se trouvait une pancarte en arc de cercle avec marqué "Chaos Luby School" dessus; au travers du grillage, il était facile d'aperçevoir l'établissement. A l'entrée se trouvait de grand terrain d'herbe de chaque coté, le chemin menait jusqu'à une cour remplit d'arbre, donnant beaucoup de zone d'ombre, sur la gauche se trouvait le premier batiment, assez grand, blanc, haut de trois étages, avec plusieurs vitres ornant les cotés, sur la droite du batiment se trouvait un grand et large tube de verre, entouré d'anneaux doré, on y distinguait également un petit chemin; le tube menait à un second batiments, ce dernier en hauteur, haut que d'un seul étage, porté par des dizaines de petit pillier de ciments, formant donc un grand coin d'ombre. Ce même batiment était relié par un autre tube de verre à un troisième batiments, le plus grands, haut de cinq étage, sinon similaire au premier, et enfin, ce troisième batiment était relié à un quatrième, caché par le premier, ce qui laissait supposé qu'il était assez petit, il était facile d'imaginer que le quatrième batiment devait être lui même relié au premier. Alors que le jeune homme s'avança doucement vers la grille, une créature arriva sur sa droite. C'était une echidnée, albinos, entièrement blanche aux yeux rouges clairs. Elle avait de longues épines qui lui arrivaient sous la taille, les plus fines étaient tressées avec du ruban rouge, les plus épaisse quand à elles, portait des bandes or et rouge. Elle avait plusieurs bijoux, visiblement tous, ou presque, en or, des bracelets sur les poignets, sur la cheville droite, et enfin un large dans la saignée du coude droit; sur sa poitrine reposait un plastron incrusté de rubiset de grenat. Pour vêtement, elle ne portait qu'une simple robe rouge. Son bras gauche et sa jambe droite arboraient des tatouages rouges, enfin, elle ne portait sur elle qu'un simple et visiblement vieux sac de toile. L'echidnée albinos et le jeune humain se fixèrent, sans bouger, comme s'ils se méfiaient l'un de l'autre sans même se connaître. Ce fût l'echidnée albinos qui avança en première, montrant qu'elle était bien plus petite que l'humain vers lequel elle s'avançait.

Echidnée: Je suppose que tu es aussi la pour l'école?
Homme: En effet.
Echidnée: Inutil de se méfier l'un de l'autre dans ce cas.

Alors que l'echidnée allait se diriger vers la grille, le jeune homme lui tendit la main droite.

Indiana: Si l'on doit fréquenter la même école, autant se présenter maintenant. Moi c'est Indiana.

L'echidnée regarda sa main quelques secondes avant de répondre.

Kyliam: Moi Kyliam.

L'echidnée poursuivit sa route vers la grille, laissant Indiana la main en avant. Ce dernier ramena sa main droite, se grattant l'arrière de la tête en soupirant légèrement.

Indiana: Voilà voilà voilà... Sa commence bien.

La grande grille en barre de fer c'était ouverte toute seule, laissant entrée l'echidnée albinos qui marchait d'un pas fièr et décidé; Indiana reprit sa marche, passant la grille qui se referma derrière lui, pour laisser le jeune humain et l'echidnée arriver dans une grande cour. Alors qu'Indiana s'arrêta, Kyliam poursuivit sa route, seule.

Indiana: Pas très sociable la petite...

Indiana mit la main droite dans sa poche de jean, laissant juste le pouce sortir, et de sa main gauche se gratta la joie en regardant autour de lui. Sur la droite, entre les piliers qui portaient le second batiments, Indiana pouvait distinguer deux formes. Visiblement encore des hybrides, le premier, ou plutôt la première était visiblement une louve au pelage blanc, mais légèrement de noir à quelques endroit, des cheveux gris et lisses tombaient sur son corps, atteignant sa poitrine, et donc le milieux de son dos, et une petite frange passait sur une partie de son oeil droit. Malgré la distance, Indiana aperçevait même ses yeux qui était tellement rouge et magnifique, qu'ils semblaient avoir été tous les deux taillé dans du rubis, des yeux mystérieux, envoutant, des yeux qui semblait perçer Indiana jusqu'au plus profond de lui même. La louve était grande, peut-être autant qu'Indiana, particulièrement dû à ses longues jambe seltes qui rejoingnait ses fortes hanches séduisante. Pour vêtement, la louve n'avait qu'une bande de tissu de couleur bleu entouré autour de sa poitrine, ainsi qu'un pantalon de soie de même couleur qui commençait bien en dessous du nombril, mais plus au niveau de ses hanches pour se terminer aux genoux; elle n'avait pas de chaussures, mais un seul et unique collier, ou plutôt un pendentif, une goutte d'eau taillé dans le diamant, ainsi que des bracelets dorés aux poignets et chevilles. Cette louve était plutôt séduisante, appuyé contre un pilliers les bras et jambe croisé, elle semblait à la fois douce et agressive. A coté d'elle se trouvait un renard aux couleurs flamboyantes, rouge et orange sur son museau et son ventre, il avait une série de grandes mèches blondes qui recouvraient la partie droite de son visage, tout en fesant ressortir le bleus océan de la pupille de ses yeux. Il portait sur lui une longue et large cape de couleur jaune, noué au niveau de son museau, recouvrant presque tout son corps, comme une grande toge de mage. Enfin un petit bandeau et un large Hakama de samourï jaune, ainsi qu'un petit collier orné de petites pierres rouges taillées. Le renard se tenait juste à coté de la louve, droit, mystérieux, regardant Indiana de coté; la présence nouvelle du jeune homme semblait éveiller la curiosité des deux hybrides qui le fixaient, et parlaient, cependant, même si Indiana était capable de les voir distinctement, il ne savait pas lire sur les lèvre.

Indiana: C'est bien gai ici... Limite désert, déjà trois hybrides qui ne semblent pas du tout comode... Heureusement qu'il y a Julien, sinon je me sentirait bien seul, à espérer qu'il soit encore la...

Alors que le jeune homme allait s'avancer de nouveau, il entendit des bruits de pas rapide derrière lui, allant dans sa direction, il n'eut pas le temps de se retourner qu'un choc violent dans le dos, une claque, le fît tomber, le genoux droit à terre. Devant lui se trouvait à présent une personne avec des baskets noire, et visiblement un jean bleu.

Indiana: Faut pas demander qui c'est sa!

Indiana leva la tête en souriant pour voir un jeune homme blond, à peut prêt de son âge, et de même taille, Indiana restait quand même un peut plus grand de quelques centimètres; les yeux vert, un T-shirt noir aux coutures du col, manche et base du T-shirt blanche, ce dernier orné de flammes aux manches, ainsi que sur toute la base du T-shirt.

Homme: Alors vieux frère, tu t'es decidé à venir?

Indiana ce releva d'un coup, frappant le jeune homme au niveau du cou avec son bras, le fesant tomber à son tour. Indiana s'approcha doucement, se penchant au dessus de lui avec un grand sourir.

Indiana: Tu changes pas toi hein?

Le jeune garçon blond afficha un grand sourir en fermant les yeux, puis se releva d'un bond. Quelques mètres plus loin, arrivait un hérisson blanc, avec de très longs pics dans le dos qui touchaient presque le sol, le dessus de ces derniers était noirs, et le dessus du front était également noir en pointe. Sur son torse, il avait de la fourrure noir, qui se terminait en pic au dessus de son nombril; autour de sa bouche, son ventre était de la même couleur que la peau d'Indiana, rosé. A ses bras, se trouvait des bracelets noirs à pics d'acier argenté, il portait un jean bleu, et enfin des chaussures rouges.

Hérisson: Tu n'as pas pu t'en empêcher Julien.

Le jeune garçon blond continuait de sourir, mettant les bras derrière la tête.

Julien: Non, c'était trop tentant!

Indiana se tourna vers l'hérisson tout en gardant le sourir.

Indiana: Salut Myrage. J'avait eu peur que vous ne soyez plus là.
Julien: Non, on est resté la.
Indiana: C'est vachement désert ici, et les autres n'ont pas l'air d'être comode, je sais pas comment vous êtes restés ici un an.
Myrage: On est ici que depuis trois mois en réalité.
Julien: Nous avons eu quelques problème avec...

Julien n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'il fût interpellé. En se retournant, il vît la louve et le renard s'avancer vers eux, ayant décidés de quitter leur coin d'ombre.

Renard: Toujours aussi turbulant l'humain.

Julien baissa les bras, prit un regard sévère tout en gardant un léger sourir en regardant le renard.

Julien: Et toi toujours aussi sérieux le manteau de fourrure.

Le renard s'arrêta juste devant Julien, ce dernier était un peut plus grand que le renard, mais de pas grand chose, les deux se fixaient droit dans les yeux sans dire de mot. Indiana se pencha légèrement vers Myrage, et parla doucement.

Indiana: C'est quoi leur problème?
Myrage: Aucun, une rivalité à deux balles. Le renard c'est Saïko, un renard du clan des Pyrofox, une ancienne civilisation presque éteinte; il controle les quatre éléments, mais surtout le feu.
Indiana: Je voit... Ca fait quelques étincelles avec Julien.
Myrage: Voila... Quand à la louve, c'est Ama, elle, elle fait partie du clan des Aquawolfs, tout comme les Pyrofox, une civilisation quasiment éteinte. Ils sont presque tout le temps ensemble, c'est rare de voir l'un sans l'autre, ils sont très liés...

D'un pas sveltes, Ama s'approcha légèrement d'Indiana.

Ama: Alors le nouveau, tu trouves comment notre école?

La voix d'Ama était très douce, Indiana rougit légèrement devant la louve, il trouvait tout très séduisant chez l'hybride.

Indiana: Un peut déserte...
Saïko: C'est normal sa.

Saïko avait décroché son regard de Julien, et c'était tourné vers Indiana.

Saïko: L'école n'est pas encore ouverte. Avec toi et l'echidnée qui est arrivé en même temps que toi, nous ne sommes que neuf ici.
Indiana: L'école compte ouvrir quand?
Myrage: Dans un sens elle l'est déjà, mais personne n'a encore vu le directeur.
Ama: La seule chose qui nous maintient ici, c'est la curiosité, et je pense dire sa au nom de tous les "élèves" qui sont ici.

Indian se gratta la joie en regardant autour de lui.

Indiana: Bien bien bien...

D'un seul coup, une lumière noire et verte apparut, entourant le groupe, quelque chose de très rapide venait de les encercler.

Myrage: Tiens, voilà la pile sur patte.

Juste après que Myrage est parler, la tornade noire et verte se stoppa, et une hérissonne noire apparut au milieu du groupe. Ses cheveux étaient relevés en une queue de cheval haute, et avait deux grandes mèches qui lui retombaient à cotés des yeux, dissimulant légèrement les pics qui se trouvaient en bas de son visage, mettant en valeur ses deux yeux, dont la couleur était partagé entre le bleu et le vert, en effet, son iris était verte, alors que le contour était quand à lui bleu; elle portait un serre-tête vert, un haut vert sans manche qui laissait voir son nombriln ainsi qu'un foulard de même couleur autour de sa taille, et enfin un short vert. Elle avait aux mains des gants blancs avec des anneaux vert, elle avait une ceinture à la taille, auquel était accroché un pinceau, et enfin, elle avait aux pieds des chaussettes blanches recouvert par une paire de basket verte. Elle avait à peut près la même taille que Kyliam, mais contrairement à l'echidnée, elle affichait un large sourir, et semblait pleine de vie.

Hérissonne: Je suis pas une pile, je suis juste plus enjoué que vous!

L'hérissonne disparut grâce à sa vitesse pour réapparaître à coté d'Indiana.

Hérissonne: Hey le nouveau, faut sourire aussi!
Myrage: Indiana... Voilà Sora, notre hérissonne supersonic de la région.
Sora: Salut!

Sora fît un petit clin d'oeil à Indiana, avant de disparaître à nouveau, laissant derrière elle une trainée de poussière.

Indiana: Euh...
Julien: Sora est une hérissonne super sympa, faut juste réussir à la suivre.

Indiana afficha un petit sourir.

Sora: Vous savez pas ce que j'ai entendue dire?

Indiana sursauta n'ayant pas vu revenir la petite hérissonne noire, cette dernière était maintenant appuyée contre Julien les bras croisés.

Sora: Une nouvelle école aurait fait son apparition il y a quelques jours, je ne sais plus comment qu'elle s'appelle...

Sora se grattait le menton tout en réfléchissant.

Voix: La Chaos Hell School.

Une grande ombre apparut au dessus du groupe, puis attérit derrière Myrage. C'était un renard, assez petit, mais de taille normale pour un hybride. Il avait des poils bleus foncés sur le torse, de grandes oreilles argentées, le duvet autour de son museau était blanc, des yeux à l'iris bleu ciel et au contour noir, de petit poils argentés sur les épaules, et des bras de même couleurs. Il portaient une paires de gants noirs simples, juste un cercle blanc dessus remplit de runes. Il avait sur la tête une assez grande mèche de couleur bleu foncé qui lui descendait devant les yeux et se séparaient en plusieurs mèches plus petites, derrière sa tête en revanche, il avait une coiffe bleu foncé qui lui tombait dans le dos. Il avait une écharpe noire autour du cou avec des runes gravées dessus également, qui lui tombait jusqu'en bas du dos, et enfin une paire de bottes bleu foncé, dont la semelle et l'avant était noirs. Ce qui était le plus remarquant chez ce renards, était ses queues, il en avait neuf, de couleurs roux à l'exception du bout qui se terminait en blanc, chacune de ses queues étaient immense, mesurant plusieurs mètres, Indiana se demandait comment qu'il pouvait encore tenir debout avec le poid qu'elle devait excercées. A coté du renard se trouvait une petite dragonne, de quelques dizaines de centimètres de longs, avec de large ailes, elle était de couleur bleue, son corps était couvert d'une fine couche d'écailles, mais elle n'avait pas de réel membres, pas de pattes, alors elle flottait à coté du renard.

Ama: Indiana, voici Zeus, et la mignonne petite Etherya.
Zeus: Yop Indiana... Un nouveau ne nous sera pas superflu.
Saïko: Pourquoi?
Zeus: Cette école, la Chaos Hell School, n'est pas très bien vue, elle recrute que des personnes... Disons, pas des enfants de choeurs.
Sora: Et ils nous chercherait déjà des problèmes...
Indiana: Chaos Luby School n'est même pas ouverte, et nous avons déjà des ennemis...?

Au même moment, une petite musique résonna, puis une voix apparut, c'était une voix grave et sérieuse, une voix qui résonna grâce à un interphone.

Voix: Mes chèrs élèves, le moment que vous attendez depuis si longtemps est enfin arrivé! Grâce à votre patience, à l'arrivé de nouveaux élèves, et suite aux menaces effectués pas la Chaos Hell School, je déclare officielement l'ouverture de la Chaos Luby School!!

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Sora-chan
Petite pilez0r
avatar

Nombre de messages : 226
Humeur : Lunatique
Team : z0r !!!
Date d'inscription : 28/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Jeu 20 Mai - 21:38

Chaos Luby School, Chapitre 2 : Une école mystérieuse...


Chaos Hell School… Ce nom résonna dans les têtes de chacun des élèves. Angoissés, ils regardèrent d’un même mouvement de tête les grandes portes de l’établissement. Ces dernières s’ouvrirent, mais il n’y avait personne. Personne ne bougea, tous attendaient qu’un autre face un quelconque mouvement pour se rendre dans la Chaos Luby School… Mais rien n’y fit ! Aussi, Julien décida d’ouvrir la marche avec enthousiasme, suivit de très près par Myrage et Indiana. Ama et Saïko échangèrent un regard avant de suivre le petit groupe, en compagnie de Zeus et sa dragonne. Sora regarda quelques instants Kyliam, qui se décida à suivre le groupe. Avec un grand sourire, la hérissonne marcha aux côtés de l’échidné, tout en faisant la conversation… Ou plutôt un monologue.

Chaos Luby School était un établissement… Normal. Des salles de classe, des tables, des chaises, une salle des professeurs… Pas de cantine, mais sans doute était-elle dans un autre recoin de l’établissement. La seule chose qui différait d’une école normale, c’était l’absence indéniable de vie ! Aucun élève, aucun professeur, aucun CPE irascible en train de hurler sur les divers éléments de l’établissement… Et au vue des traces de poussière dans les recoins, le propriétaire n’avait pas du engager ne serait-ce qu’une seule femme de ménage !

Indiana afficha une grimace : qu’est-ce que c’était que cette école bizarre, avec des hybrides de partout (ou presque), un humain, une voix mystérieuse et une école concurrente. Bien, le bilan était très réjouissant. Sans compter, évidemment, sur l’absence de vie autre que celle de ses compagnons de fortune. Julien, qui ouvrait la marche, s’arrêta dans un recoin de l’établissement, hésitant entre un énième couloir et les escaliers. Tous le regardèrent avec surprise : pourquoi s’arrêtait-il ? Julien baissa la tête, puis se retourna lentement avec un grand sourire.
« - Je sais pas où on doit aller ! »
Les réactions furent assez diverses : Myrage baissa, la tête en poussant un petit soupir, Indiana plaqua sa main contre son visage, Ama et Saïko se retinrent de lever les yeux au ciel, Kyliam le fit sans aucune hésitation, Zeus applaudit Julien avec un regard plein d’ironie, et Sora hésitait entre éclater de rire ou imiter ses camarades. A la place, elle proposa de chercher un plan de l’établissement… Car il fallait l’admettre, c’était la première fois qu’ils mettaient les pieds à l’intérieur !
« - Mais on n’a pas besoin d’un plan ! s’exclama Indiana.
- Visiblement si, rétorqua Kyliam. Quelle idée de foncer tête baissée sans savoir où aller… Comme tu as pris la tête, je pensais que tu savais où aller !
- Euh… Bah personne ne voulait avancer, il fallait bien prendre les choses en mains ! se défendit Julien en se grattant l’arrière de la tête. La prochaine fois, passez devant et perdez-vous, comme ça, ce sera à mon tour de me marrer !
- Un peu de silence, calma alors Saïko. Nous devrions prendre les escaliers, c’est ce qui semble le plus sûr.
- Pourquoi ? demanda Myrage.
- Parce que j’ai cru comprendre que les bureaux des personnes importantes sont au plus haut, répondit Ama qui se plaçait à côté de Saïko. »
Kyliam baissa la tête, un peu découragée : ils venaient à peine d’entrer dans l’école que c’était déjà du grand n’importe quoi… Elle se demanda même si elle n’allait pas rebrousser chemin… Seulement, Sora l’entraîna dans les escaliers, sans lui demander son avis, ce qui eut pour effet immédiat de la mettre en colère. Julien grimpa les escaliers tout en discutant avec Indiana. Ils ne s’étaient pas vus depuis un moment, et ils profitaient des quelques instants de présumé répits pour tenter de combler les moments d’absence ! De leur côté, Myrage et Saïko étaient en grande discussion sur la Chaos Hell School, alors que Zeus et Ama tentaient de mettre un visage sur le nom du fameux directeur.

Arrivés tout en haut de l’école, ils se rendirent compte… Qu’il n’y avait rien de plus qu’un couloir avec encore des salles de classe. Ce fut au tour de Julien de rire, tandis que Saïko ne releva pas. Tous commencèrent à se demander s’il y avait vraiment un quelconque bureau où on les attendait. Puis, Kyliam rappela ce qu’avait dit la voix : elle avait seulement proclamé l’ouverture de l’école, rien de plus…
« - Oui, mais si les portes se sont ouvertes, alors c’est que nous sommes attendus, déclara Indiana avec du bon sens. »
Kyliam se contenta de lever les yeux au ciel et de descendre les escaliers, sans laisser le temps à la hérissonne de l’aborder. Cette dernière partit d’ailleurs en courant à travers l’établissement.
« - On aura à peine descendu un étage qu’elle aura fait trois fois le tour, grommela Saïko. »
Personne ne réfuta. Ils commencèrent leur descente, tandis que Sora arrivait… avec un drôle de sourire. A la fois gêné et forcé.
« - J’ai trouvé le bureau du dirlo, commença-t-elle.
- Où ça ? s’exclamèrent tous ses partenaires d’une même voix.
- Vous allez vous marrer !
- Non, j’en doute, répliqua Kyliam.
- N’empêche, on est un peu bête quand même !
- Qu’est-ce qui te fait dire ça ? interrogea Saïko.
- Bah, on n’est pas très futés, faut le dire…
- Il est où ce bureau ? demanda Ama.
- Ah bah ça, si on l’avait su !
- Bah toi tu le sais, alors dis-nous ! s’exclama Myrage avec une pointe d’impatience dans la voix.
- Vous allez rire !
- Ou te frapper si tu ne parles pas, souligna Julien.
- Allez, crache le morceau, dit Indiana.
- A l’entrée, dans le couloir de gauche. »
Et le silence s’installa parmi eux.

Chaos Hell School, Chaos Luby School… Elle s’en fichait, mais en même temps, elle était drôlement intriguée ! C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle avait changé de cap. Au lieu de se rendre en mer, autant visiter deux écoles sorties de nulle part ! Ce serait bien plus enrichissant… Et plus divertissant pour son « voyage d’étude ».
Loulou s’étira de tout son long. Cette magnifique louve au pelage blanc porta son regard doré vers une école, Chaos Luby School d’après les panneaux. Elle se gratta quelques instants la tête, faisant danser ses magnifiques cheveux flamboyants. Le bracelet à son poignet émit un doux son. Loulou secoua sa tête quelques instants, puis partit d’un pas décidé vers l’école ! Il était temps de trouver quelque chose d’intéressant à faire !

C’était un très grand bâtiment qui semblait vide. Loulou haussa les épaules et entra, après tout, elle n’allait pas rester des heures plantée devant à attendre qu’on vienne la chercher ! De plus, la porte était ouverte, une chance, elle ne passerait pas pour voleuse ! Loulou entra en sautillant et entendit aussitôt de l’agitation dans les escaliers… Sans doute des élèves. Finalement, ce n’était pas aussi vide que ça en avait l’air… Soudain, Loulou entendit un cri… Puis elle vit dévaler dans les escaliers une masse indéfinissable. La louve écarquilla les yeux de stupeur et resta plantée devant les marches, la peur au creux de l’estomac face à une telle apparition. Ses jambes se mirent à trembler, son cœur battait à un rythme irrégulier et de la sueur perlait sur ses tempes. Puis, elle regretta de ne pas avoir bougé, ne serait-ce que d’un pas… Car la masse fondit sur elle. Plusieurs cris retentirent, et la masse s’échoua sur Loulou dans un fracas épouvantable. Toute la poussière contenue dans ce couloir s’envola dans les airs… Et fit éternuer plus d’une personne. Lorsqu’elle retomba docilement au sol, Julien et Sora s’extirpèrent de la masse d’élève…
« - Oups, firent-ils d’une même voix. »

Finalement, vouloir faire réagir Kyliam en lui faisant peur, et en se prenant les pieds dans le hakama de Saïko et entraîner tous les élèves dans la chute… Ce n’était pas la meilleure idée qu’ils aient pu avoir dans leur vie. L’un après l’autre, les élèves se relevèrent, en fixant Julien et Sora d’un œil mauvais. Les deux eurent beau s’excuser plus d’une fois, leurs camarades n’avaient pas vraiment apprécié la blague stupide… Surtout pas Kyliam ! Sora eut beau rejeter la faute sur le hakama de Saïko, rien n’y fit. Myrage leva les yeux au ciel, puis son regard se porta sur le sol, et y découvrit le corps de la pauvre Loulou étendue de tout son long. Le hérisson fit remarquer la présence de la louve, et aussitôt, Sora et Julien propulsèrent cet événement au premier plan, afin de faire oublier cette histoire de chute et tout le reste… Du moins pour le moment. Saïko s’assit à côté de la louve et posa sa main sur sa tête. La seconde après, Loulou commença à bouger. Ama s’agenouilla près d’elle et lui tendit une main pour l’aider à se relever… Après tout, c’était de leur faute tout ça. Loulou reprit connaissance, et se mit en position assise en se frottant la tête.
« - Tout va bien ? demanda Ama. Désolée pour tout ce remue-ménage, c’est de la faute aux deux idiots derrière, dit-elle en pointant Julien et Sora du doigt. »
Loulou prit la main d’Ama et se mit sur pied. Elle contempla l’un après l’autre les élèves. Lorsque son regard se posa sur Etherya, ses yeux semblèrent briller, puis elle se précipita sur la dragonne pour lui faire un gros câlin.
« - Elle est trop mignonne !
- Hé, doucement, tu vas l’étouffer ! s’exclama Zeus, à la fois inquiet et ravi qu’une autre personne tombe sous le charme de sa dragonne.
- Qui es-tu ? demanda Kyliam. »
Loulou frotta sa joue contre Etherya une dernière fois, puis relâcha la dragonne.
« - Salut, moi c’est Loulou ! s’exclama-t-elle avec entrain. Je suis venue ici parce que je rêve d’aventures et de découvertes… Et comme j’ai vaguement entendu parler de l’école, me voilà ! »
Tous les élèves se consultèrent du regard, puis ils se présentèrent tour à tour.
« - Allons dans le bureau du directeur, décida ensuite Kyliam. Ne perdons pas plus de temps. »
Son regard lourd de reproche se pesa sur les visages de Sora et Julien qui –bizarrement- regardèrent ailleurs. Indiana sourit puis suivit l’échidnée avec ses condisciples. Seuls Loulou, Julien, Ama et Sora restèrent sur place.
« - Elle ne nous le pardonnera jamais, dit Julien.
- Ca, c’est sûr… Juste pour une petite farce de rien du tout ! se lamenta Sora.
- N’empêche, vous êtes lourds tous ensemble ! rigola Loulou. J’ai cru que ma tête allait exploser ! Je n’avais pas vécu un truc comme ça depuis le jour où Molie a voulu s’amuser avec les nerfs de Mindy ! »
Sora écarquilla les yeux et voulut dire quelque chose, mais la voix d’Indiana la coupa.
« - Alors, vous venez ? »
Loulou se précipita à la suite des élèves. Ama fixa longuement Julien et Sora, puis elle se pencha vers eux.
« - La prochaine fois que vous voudrez faire une farce… Prévenez-moi, je vous aiderai ! »
Sora et Julien sourirent et acquiescèrent d’un même mouvement. Finalement, certains avaient le sens de la fête dans le coin !

Saïko frappa à la porte du bureau… Qui s’ouvrit aussitôt. Les neuf élèves, ainsi que Etherya, entrèrent. L’endroit était anormalement grand. Il était composé de deux parties.
La première, la principale, semblait être une salle de réunion avec une grande salle circulaire avec des dizaines de fauteuils disposés tout autour. Quelques fenêtres venaient éclairer l’endroit. Curieuse, Loulou s’avança vers la seule porte de la pièce, qui menait à la deuxième partie. L’endroit était bien plus petit, et devait être le vrai bureau du directeur. Une grand baie vitrée parcourait la largeur de la pièce, obscurcit par un grand rideau noir qui laissait à peine filtrer la lumière. Kyliam rejoignit Loulou et fit apparaître une toute petite flamme au dessus de la paume de sa main, éclairant peu à peu la pièce. Visiblement, il n’y avait qu’un grand bureau avec un fauteuil magnifique, et dans le coin, un placard… Sans doute devait-il contenir de futurs dossiers scolaires.

Dans la pièce principale, Saïko surveillait chaque recoin, un peu méfiant, tandis qu’Indiana et Julien testait les fauteuils, assez confortable pour de simples chaises. Myrage observait la porte d’entrée intensément, s’attendant à voir apparaître quelqu’un… Ce qui ne tarda pas.
Une fois de retour dans la grande pièce, sa petite flamme éteinte et Kyliam qui paraissait haletante aux yeux de Saïko, Loulou se posta près de Zeus et d’Etherya. Alors que Sora poussa un soupir de soulagement, pensant que rien n’arriverait, une ombre noire pénétra dans la pièce.
Par simple réflexe, tous se préparèrent au combat… Puis ils se dévisagèrent les uns les autres. D’accord, ils avaient tous conscients qu’ils étaient spéciaux… Mais de là, à avoir le même réflexe de se préparer au combat, il devait y avoir un petit problème… Ils règleraient ça un autre jour, pour le moment, il fallait établir l’identité du nouvel arrivant vêtu de noir, la tête encapuchonnée ne permettant pas de voir son visage, qui avança tranquillement dans la pièce, ignorant le danger que représentaient les hybrides et les deux humains. Il s’installa sur le fauteuil au bout de la table et leur adressa la parole d’un ton grave.
« - Bonjour à vous, élèves de Chaos Luby School. Je suis votre directeur, installez-vous. »
Tous se regardèrent, déboussolés. Pensant qu’en cas de danger, l’homme en noir serait facile à arrêter, ils s’installèrent précautionneusement sur les chaises, sans quitter le présumé directeur du regard.
« - Merci d’être venu ici. A présent que vous êtes un nombre suffisant… Nous pouvons ouvrir officiellement l’école !
- Y’a anguille sous roche, déclara suspicieusement Zeus.
- Vous n’ignorez sans doute pas qu’il est très impoli de ne pas montrer son visage à ses invités, fit remarquer Saïko. »
Le directeur émit un petit rire étrange, mais n’enleva pas sa capuche pour autant.
« - C’est quoi le but de cette école ? demanda alors Myrage.
- C’est une école comme les autres… Seulement, des élèves spéciaux accompliront certaines choses pour moi… Concernant tout particulièrement la Chaos Hell School. »
L’attention de tous redoubla au nom de cette étrange école. Le directeur se leva et regarda par la fenêtre, leur tournant le dos.
« - Vous avez tous une raison de vous trouver ici. Certains cherchent l’aventure, d’autres des réponses… La Chaos Hell School a juré nos pertes. Soyez assurés que là-bas… Se trouvent vos pires cauchemars. »
Les réactions furent variées, mais très anormalement silencieuse. L’anxiété se dessina sur certains visages… L’incompréhension pour d’autres… Et l’intérêt pour les derniers.
« - Chaos Hell School, reprit le directeur, va vous traquer. Elle s’en prendra à vous, à vos amis, mettra à nues vos peurs les plus profondes. »
Il se tourna vers les élèves et fixa Julien.
« - Ne prenez pas ses envoyés à la légère… Car pour certains, ils seront impitoyables. Ils ne veulent que votre mort, votre souffrance… Vos vies. Mais ne perdez pas espoir, gardez votre calme. »
Julien grimaça. Indiana se leva.
« - Euh… C’est cool ? Vous nous dites ça comme ça et il faudrait qu’on garde notre calme ? Merci, quelqu’un a une meilleure blague ici ? »
Tous restèrent anormalement silencieux, jusqu’à ce que Myrage se lève.
« - Monsieur le directeur, nous sommes ici depuis trois mois. Rien n’a été fait. Les portes sont toujours restées closes, nous ne pouvions accéder qu’à l’internat, où nous avons logé… Où nous avons trouvé de quoi nous nourrir. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? »
Le directeur resta silencieux.
« - Monsieur ? fit Ama. Ne jouez pas avec notre patience. La curiosité nous a maintenus ici et…
- Ce que j’attends de vous, c’est votre aide pour nous débarrasser de Hell School, coupa le directeur. Seulement, vous devez vous préparer à ce qui vous attend… Aussi, vous partirez accomplir des missions diverses et variées. Lorsque j’aurai estimé que vous êtes prêts, nous pourrons partir à la rencontre des élèves de Hell School. Libre à vous de partir, mais sachez qu’ils vous attendent… Et que tôt ou tard, ils vous trouveront. »
Le directeur arrêta là son discours et se dirigea vers son bureau.
« - Que ceux qui souhaitent partir s’en aille… Ceux qui restent, venez un par un dans mon bureau, signer vos papiers d’admission. Car même en tant qu’élèves spéciaux de Luby School, vous n’en restez pas moins des élèves. »

A la fin de sa phrase, du bruit retentit dans les couloirs. Sora et Loulou se précipitèrent à la porte… Et constatèrent que plusieurs personnes investissaient les lieux ! Tout semblait anormalement propre, l’agitation correspondait parfaitement à celle d’un établissement normal. Loulou entendit même un CPE vociférer de toutes ses forces contre un adolescent ne portant pas une tenue « réglementaire ». Sora ferma ensuite la porte, les yeux écarquillés, le sourire figé. Elle n’était pas vraiment habituée aux choses sortant de l’ordinaire… Du moins presque.
« - Booon, plus le temps passe, et plus ça devient spé’ dans le coin, résuma-t-elle en sautillant sur place.
- Qui suit ? demanda aussitôt Kyliam. Personnellement, même si l’idée de faire équipe avec certains idiots ne me fait pas plaisir… Je suis tout de même intriguée. »
Joignant le geste à la parole, l’albinos entra dans le bureau, et en ressortit quelques minutes plus tard, un badge accroché à son poignet. Ama et Saïko discutèrent entre eux avant de se décider définitivement.
« - Nous y allons, déclara le renard. »
Saïko pénétra en premier dans le bureau, puis ce fut au tour d’Ama.
« - Et toi ma belle, qu’est-ce que tu veux faire ? demanda Zeus à Etherya. »
La dragonne émit plusieurs sons divers et variés que son propriétaire prit pour un encouragement.
« - On se voit en cours ! dit-il avec enthousiasme. »
Indiana regarda par la fenêtre, n’écoutant pas la discussion entre Myrage, Julien, Sora et Loulou.
« - Erika… pensa-t-il alors. »
Il se laissa doucement plonger dans le flot de ses souvenirs, jusqu’à ce que Myrage le ramène à la réalité.
« - Indiana, nous pensons qu’il vaut mieux y aller… Si Hell School nous connait, ainsi que nos peurs et faiblesses, il est trop dangereux de s’aventurer à l’extérieur sans entraînement préalable. »
Indiana acquiesça positivement, tandis que Loulou sortait du bureau avec son badge.
« - Loulou ! s’exclama alors Sora, pendant que Julien pénétrait dans l’antre du directeur. »
La louve s’arrêta au niveau de la porte.
« - Oui ? fit-elle avec un sourire.
- Mélanie Light, ça te dit quelque chose ? »
Loulou eut un sourire triste.
« - C’est ma meilleure amie. »
Le visage de Sora s’éclaira.
« - Je la connais aussi, elle est super, et…
- Sora, c’est ton tour ! s’exclama Indiana. »
La hérissonne noire pesta silencieusement.
« - Reparlons-en un de ces jours ! s’enthousiasma-t-elle. T’as qu’à partager ma chambre à l’internat ! »
Loulou acquiesça avec vivacité.
« - Avec plaisir ! »

Sora pénétra dans le bureau, et se sentit aussitôt oppressée. Elle s’installa sur un fauteuil et vit sur la table un dossier avec son nom… Et beaucoup d’éléments la concernant. Sora afficha une grimace. Elle remarqua également le fameux badge de l’école. Le directeur lui expliqua qu’il leur servirait à différencier les élèves spéciaux des élèves normaux. Sora observa gravement le directeur.
« - Qu’est-ce que vous attendez de nous ? Comment voulez-vous qu’on fasse nos preuves ? »
Le directeur prit son temps pour lui répondre.
« - Plusieurs personnes dans le monde ont besoin d’aide, tu le sais bien. Actuellement, des scientifiques possèdent quelque chose qui m’appartient. »
Il montra une photo représentant un pendentif brillant d’une lueur vert pâle. Sora écarquilla les yeux : elle connaissait le lieu sur la photo… Et trop bien. Le directeur reprit vite son bien.
« - Retrouve tes camarades et décidez quoi faire… Partez ensuite au nombre qu’il vous conviendra pour retrouver ce pendentif.
- Qu’est-ce qu’il a de particulier ce pendentif ? se risqua à demander Sora.
- Il est en quelque sorte celui qui protègera notre école de Hell School. »

Myrage faisait part d’une de ses visions à ses nouveaux compagnons. Celle de scientifiques tentant des expériences étranges sur quelque chose qui dépassait leur imagination. Sora arriva à la fin de son récit et s’allongea de tout son long sur l’herbe en poussant un soupir désespéré.
« - Le directeur est difficile à cerner, dit à voix haute Kyliam. Est-ce qu’on peut lui faire confiance ? Pas sûr…
- Retrouvons ce pendentif, il est à Station Square, déclara Myrage.
- Qui veut y aller ? demanda Julien avec enthousiasme. »
Tous se consultèrent du regard. Évidemment, tous voulaient s’y rendre afin de faire leurs preuves, pour montrer qu’ils étaient dignes… Et justifier aussi ces trois mois d’attente. Seulement, cette mission qui semblait relever d’avantage de l’infiltration n’irait pas forcément à huit étudiants enthousiastes et une dragonne. Sora se redressa et regarda tous ses camarades.
« - S’il vous plaît… Je veux faire partie de l’équipe qui se rendra sur place… J’ai un compte à régler avec ces scientifiques. »
Revenir en haut Aller en bas
http://youfie.deviantart.com
Lexou
Miss Tacos
avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mar 8 Juin - 13:50

CHAPITRE TROIS : BONJOUR LA GRANDE VILLE!

Les passants continuaient leur route sous le soleil cuisant, cela ne faisait que quelque jour que le printemps n'était plus et le mois de juin prenait sa place, envoyant valser les doutes concernant le froid. La frénésie dans les rues étaient palpable, Station Square débordait. Personne ne faisait attention aux quatre hybrides qui semblaient chercher leur chemin. Sora fronça les sourcils. Cela faisait un bon moment qu'elle n'était pas venu dans ce coin, elle devait autant se fier à ses souvenirs qu'aux maigres indications laissé par le mystérieux directeur. Elle fit signe aux autres de tourner à gauche, presque sûre qu'ils se rapprochaient du but. Loulou marchait côte à côte avec elle, son regard brillant ne manquant pas un seul paysage. La louve semblait trouver amusant le voyage jusqu'à maintenant, comme si elle oubliait pourquoi ils étaient tous ici. Myrage marchait sans rien dire, au début il avait un peu rechigner sur le fait que Julien n'avait pas pu venir, mais il avait fini par se taire, se concentrant visiblement sur leur mission. Le dernier membre de leur petite escouade traînait de la patte, inquiétant un peu les deux jeunes femmes à l'avant. Saiko fixait le sol, les sourcils froncés, la mine soucieuse. Sora grimaça en se rappellant la dispute qu'avait eu lui et Ama, l'aquawolf qui l'accompagnait habituellement partout, lorsqu'ils avaient décider de l'amener lui, mais pas elle. Le renard c'était retrouver acculer au mur, une véritable bombe à retardement en face de lui. Il avait tout fait pour calmer la louve, mais celle-ci était rester aussi froide que la glace d'Holoska. Au début la troupe avait cru qu'ils allaient commencer à ce battre mais aussi surprennent que cela pouvait paraître, Ama avait arrêter sa crise aussi vite qu'elle l'avait commencer. C'était cela qui semblait rendre le renard nerveux. Si Ama aurait vraiment voulu tenir son bout, Saiko ne serait pas là en ce moment. Qu'elle idée avait bien pu avoir son amour pour se résigner si vite? Le pyrofox se le demandait encore. Loulou ralentissa son pas et vint brouiller les penser du renard, penchant sa tête vers lui avec un sourire, alors que les deux autres se retournaient pour écouter.

- Allons Saiko, Ama ira très bien! Sans vouloir vous offensez... Euh, vous étés cousins ou je ne sais quoi...?
Saiko se mit a rire, oubliant momentanément le regard qu'il avait sentit dans son dos en partant de l'école venant d'Ama. - Eh bien, plus que ça. Nous sommes amoureux...
- Vraiment? Sora c'était approcher, évitant un vendeur de hot-dog. - Avec la tête qu'elle te faisait, difficile à croire! Ça se devinait un peu, c'est vrai, mais pourquoi ne pas l'avoir dit avant?
- Nous nous étions convenus tous les deux que c'était mieux d'agir sous forme d'amitié quand vous étiez là. On ne voulait pas de malaise et... Avec cette histoire de Hell School, vaut mieux le garder en secret le plus possible. Je ne voudrais pas qu'il s'en prenne à elle.
- Bof, à la voir, elle n'a pas l'air d'avoir besoin d'aide pour se défendre... Myrage était rendu devant, cherchant un quelconque signe qui montrait qu'ils se rapprochaient de leur mission initiale.
- Myrage a raison. Déclara Loulou, son sourire éternel aux lèvres. Vous ne devriez pas vous en faire pour si peu. Elle est avec les autres après tout.

La mine de Saiko devint sombre et il soupira. - Le problème c'est que... Elle devait avoir quelque chose, Ama est têtue. Qu'elle ne se soit pas battue pour son opinion comme à l'habitude - même pour des trucs aussi petits que qui dort de quel coter du lit - m'a... surpris. Elle préparait je ne sais quoi, ça se voyait dans son visage. J'espère qu'elle ne fera pas de bêtises. Heureusement que j’ai laissé Firefox avec elle pour la protéger avec Aqua. Pensa Saiko, recouvrant un sourire sur son visage.

Il se retourna pour observer une horloge poser sur une bâtisse, plus loin. Ils avaient marcher tout l'après midi, le soleil se coucherait dans pratiquement trois heure. Il soupira une autre fois et haussa les épaules. Ils étaient ici, ce n'était pas le temps de penser à tout ça. Quoi qu'elle fasse, il espérait de tout son coeur qu'elle ferait attention, elle lui avait promis! Ils se remirent dans leur contemplation de la ville. Le flot de passants diminuaient, ce qu'ils leur rendaient la tâche bien plus facile. Presque qu'une heure plus tard, alors que Saiko allait faire un commentaire sur la pollution dégoûtante de cette ville, Sora s'arrêta et Loulou se cogna a son dos, surprise.

- Nous y voici!

Sora montra du doigt un immeuble énorme de l'autre côté de la rue. Il devait faire plus de 60 étages, il n'était couvert que de vitres, renvoyant le soleil. Il n'avait pas grand chose de spécial si on le comparait aux autres gros immeubles de la ville, mais c'était bel et bien ce qu'ils cherchaient. Le logo était accroché plus haut. L'immeuble se présentait comme étant une compagnie pharmaceutique, mais le petit groupe savait qu'il cachait bien plus cela. Ils restèrent un instant planter là, observant avec méfiance l'endroit. Sora retira le sac qu'elle avait emporter pour y ranger tout ce d'on ils avaient besoin. Le directeur avait donner des plans quand à l'intérieur, donnant les instructions pour réussir à entrer dans la forteresse de verre. Comme prévu, c'était un hôtel qu'il y avait juste devant, avec des chambres déjà réserver à leur noms, par le directeur. Il allait commencer à faire noir très bientôt et le directeur avait précisé que leur plan devait se faire de jour, alors autant entreprendre demain matin. Ils allèrent donc à l'intérieur, allant prendre les clés pour leur chambres. Loulou et Sora avait la même, Myrage et Saiko pareil. Une à côté de l'autre, avec des fenêtres donnant sur l'immeuble. Ils montèrent les escaliers et après quelque salutations, se séparèrent. Myrage se coucha avec satisfaction dans le gros lit de droite, un léger sourire aux lèvres. La chambre avait deux lits, avec une télévision dans le meuble juste devant. Les murs étaient de couleur crème, la pièce inspirait la détente, avec ces couleurs pâles. Les deux hybrides savaient que se serait une dure journée demain, il valait mieux ce coucher le plus tôt possible, pour être sûr d'avoir toute l'énergie nécessaire pour le lendemain. Après une petite conversation, ils fermèrent les lumières. Saiko était coucher près de la fenêtre, observant au dehors. Myrage ronflait déjà, ce qui le fit sourire. Il pouvait tout aussi bien entendre les voix de Sora et Loulou, bien qu'étouffer par les murs. Celles-ci semblaient être dans une grande conversation, mais le renard se concentrait déjà ailleurs.

- Ama...

Murmura t-il pour lui même, inquiet. La présence de la louve lui manquait déjà. Certains pouvaient croire que leur relation était mauvaise, ce qui était de très loin le cas! Oui, l'aquawolf avait toujours son grain de sel à mettre, mais le pyrofox l'aimait comme ça. Elle était si jolie avec cette moue boudeuse. En y repensant, il ne pu s'empêcher de rougir en revoyant dans son esprit une scène datant de plusieurs semaines. Alors qu'ils étaient tous à l'internat, les hybrides avaient été surpris de voir que Saiko avait brûler son matelas de lit. Celui-ci avait assurer que c'était par accident, mais cela n’était certainement pas à cause d'un cauchemar, comme il l'avait prétendu. Ama avait le don de le faire brûler de l'intérieur...

De l'autre côté, Loulou et Sora bavardait à propos du voyage et de ce qui pourrait bien arriver le lendemain. Il valait mieux prévoir le plus de chose possible que d'avoir l'air d'un idiot le moment venu. Elles étudièrent les cartes et les plans laisser par le directeur, ainsi que l'objet qu'il voulait qu'ils reprennent des mains de ces scientifiques. Loulou jeta un coup d'oeil à l'extérieur, vers l'immeuble. À sa grande surprise, il y avait encore quelqu'un devant ces portes. Il levait la tête dans leur direction, fixant la fenêtre, seul dans la nuit. La louve resta un instant planter là, à se demander lequel des deux allaient fléchir en premier. Hors de question qu'elle se fasse battre à ce jeu! Sora, se demandant ce qu'elle pouvait bien fixer là dehors, se pencha par dessus son épaule. Ces yeux se rondirent de surprise et elle tira Loulou vers l'arrière, fermant les rideaux. Sans même prendre le temps de s'expliquer quoi que se soit, Loulou se rendant enfin compte de ce qui se passait, les deux jeunes filles allèrent mettre une armoire devant leur porte. Assises chacune sur leur lit, elle fixait la porte, les poings serrer.

- Qui tu pense que cela pourrait être?
- J'ai pas envie de le savoir ! S'exclama Sora en glissant un oeil au dehors, tassant un peu le rideau. Il.. il est partit. On est vraiment une bande d'idiots, si le directeur veut quelque chose, il est évident que nos ennemis veulent s'en emparer aussi...
- Tu préfère qu'on fasse un tour de garde? Fit Loulou qui se mettait en pyjama, jetant elle aussi des coups d'oeils vers la fenêtre.
- Je ne pense pas qu'ils s'attaquent a nous comme ça, avec pleins de monde autour. Il faudra être prudent demain. Vaut mieux dormir toutes les deux, il est tard, si on veut être vraiment en forme demain. De toute manière, qui nous dit que c’était un membre de la Hell?
- Hum... D'accord. Est-ce qu'on devrait le dire aux garçons, juste au cas? Je les entend ronfler.
- Laissons les dormir. On leur en parlera demain.

Elle ferma la lumière, avant de se coucher dans son lit. Sora méditait, plus ou moins capable de trouver le sommeil. Elle entendait déjà la respiration de Loulou se ralentir. Celle-ci parlait en dormant, donnant en l'improviste des coups de pieds dans le vide. En y repensant, l'hérissonne était bien contente d'avoir son propre lit. Se forçant à mettre ces penser de coter, l'hybride ferma les yeux et releva la couverture sur sa tête.

Et pendant ce temps, de l'autre côté du mur....

- Danger...

Surpris et se tirant de sa rêverie, la renard se leva, approchant le lit de Myrage. Celui-ci avait la bouche béante, mais de la sueur mouillait sa fourrure. Il répéta une autre fois le mot Danger, comme si celui-ci était en plein cauchemar. Saiko alla ouvrir la lumière mais cela ne parut pas déconcentrer l'hybride. Il gesticulait et ouvrit finalement les yeux, fixant Saiko d'un air perdu. Presque immédiatement, il poussa un gémissement et appuya ces mains sur ces tempes. À travers les yeux de Myrage, des points noirs apparaissaient alors que son crâne donnait l’impression de vouloir exploser.

- Ça va?
- Je... Il fronça les sourcils. - Je crois que j'ai eu une vision.

Le pyrofox alla s'asseoir près de lui, inquiet. Vu la mine de Myrage, ce n'était pas très joyeux. L'hérisson secoua la tête, il ne pouvait pas accepter une vision comme celle-là! Lui qui était ici, loin de l'école... Son meilleur ami allait être en danger, mais quand? Il frappa le matelas avec hargne, ces maudites visions ne prévoyaient jamais quand dans le temps. Il ne savait pas trop quoi penser de ce qu'il venait de voir. Son compagnon de chambre le fixait, attendant visiblement qu'il lui explique ce qui se passait. Au début Myrage n'avait franchement pas envie de lui en parler, mais une personne de plus avertie l'aiderait. Il respira profondément et dit d'une traite.

- J'ai vu Julien. Et une inconnue. Qui hurlaient a mort derrière des barreaux, les visages couverts de sang.

**************************************************************************************************************


Cela avait été très difficile de savoir qui irait à Station Square. Cela avait durer pendant près d'une heure, avant que tous le monde tranche. Bien entendu, cela ne faisait pas le plaisir de ceux qui restaient, mais on avait établis des règles ; ceux qui iraient à Station Square ne pourraient pas faire partis de la prochaine mission. Au moins ça permettrait à d'autre de profiter. Les autres hybrides avaient donc souhaiter bonne chance aux quatre élus, avant de retourner à leur internat. Enfin, presque tous.

- Ama, j'peux savoir ou on va?
- Rah, Julien, je t'ai dit que tu pouvais m'accompagner, pas me poser des questions aux minutes!
- Je veux bien, mais bon sang, on tourne en rond là!
- ...

Difficile de chercher quelque chose qui devait venir à vous. Alors que les hybrides allait vers de l'internat, Ama était partie de l'autre côté, toute seule. Julien l'avait remarquer et, cherchant quelque chose à faire, l'avait rejoint. La louve, d'une humeur massacrante, lui avait expliquer qu'il était hors de question pour elle de se battre contre quelque chose qu'elle ne connaissait même pas. Elle avait donc décider de se balader pour voir si leur ennemis allait tenter quelque chose. Le garçon n'avait même pas prit le temps de réfléchir et l'accompagna. Le directeur ne pouvait pas les empêcher de se pratiquer un peu. Boarf, elle se fichait bien du directeur, il pouvait bien aller se faire cuire un oeuf. Ainsi donc, l’humain et la louve marchait côte à côte, explorant la plaine de coups d’oeils méfiants. Ama s’arrêta subitement, la mine creuse, se concentrant visiblement sur quelque chose. Julien continua son chemin de quelque pas avant de se retourner, les bras croisés sur son torse.

- Qu’est ce que tu..
- Je crois qu’il est temps pour vous de voir mon arme la plus secrète. Je ne pensais pas devoir l’amener, mais si vous avez un problème un jour, vaut mieux la prévenir. C’est ma deuxième raison d’être ici.

Julien fronça les sourcils. Prévenir une arme? En moins de temps qu’il ne faut pour dire ‘patate’, la terre se déchira, un geyser d’eau sortant du sol. Julien, surpris, du reculer pour ne pas être mouillé. Le geyser stoppa aussi vite qu’il avait commencer, l’eau se regroupant avec rapidité. Sous l’oeil surpris de Julien, un loup translucide se tenait devant Ama, presque aussi gros qu’un ours. La louve se tourna vers l’humain, un sourire aux lèvres.

- Je te présente Aqua. C’est l’esprit de l’eau, mon protecteur par la même occasion.
- Euh... Enchanté?

Le loup renifla et s’avança pour lui serrer la patte. Le loup, étonnamment, semblait nerveux. Il se mit à tourner autour d’eux lentement, fixant l’horizon.

- Tu ne devrais pas être ici. L’esprit tourna la tête vers Ama et Julien. C’est dangereux. Des créatures étranges se sont mises à faire des campements non loin d’ici. Ils surveillent votre école. Firefox est partit voir ce qu’ils faisaient aujourd’hui, on y va toujours à tour de rôle.
- Firefox est ici!? S’exclama Ama, rageuse. Il était supposé être avec Saiko!
- Eh bien... Le loup sautillait un peu, Julien venait de comprendre pourquoi le loup était nerveux. Il a promis à Saiko de te surveiller avec moi.

Julien tourna la tête et ravala sa question. L’aquawolf semblait prête à détruire un mur de brique un à un avec ces dents. Un instant de silence se fit, jusqu’à ce que la louve se mette en route, sous le regard étonné de son protecteur.

-Allons y.
- Hein ?
- Viens Julien, je paris que t’est pas capable de t’approcher de plus de 10 mètres de leur campement.
-...

Julien hésita un instant, mais il n’avait pas envie de passer pour une poule mouillée. Emboîtant le pas à Ama, Aqua couru derrière eux, irrité.

- Tu es aussi entêté qu’une mule. Si tu approche trop, je vous immobiliserais tout les deux et vous taperait les fesses tellement fort que vous serez pas capable de voir asseoir dessus pendant une semaine.

L’aquawolf prenait la menace à la légère, avançant comme si elle n’avait rien entendu. Bien vite, alors que Julien se demandait encore ce qu’elle pouvait bien cacher de bizarre, un renard de feu les rejoignit en courant, sa course laissant des étincelles dans leur sillage. Étrangement, il sentait une affinité avec le renard, peut-être à cause de la maîtrise de son élément. Le renard semblait le sentir lui aussi, l’observant du coin de l’oeil.

- Vous devez partir. Maintenant.
- Mais... Commença Ama.

Un cri. Ama eu à peine le temps de regarder dans la direction qu’une créature immonde sortait des sous bois, ces quatre pattes arrachant la terre pour se donner une pousser. Les deux élèves n’eurent même pas le temps de ce rendre compte de ce qu’elle était. La créature fonçait droit sur eux. Pas besoin d’un deuxième avertissement, Ama se tourna et empoigna solidement le bras de Julien, qui n’avait pas besoin qu’on lui redise deux fois lui aussi. Aqua et Firefox sur leurs talons, Ama détalla comme un lapin. Elle pouvait presque sentir l’haleine de la créature sur sa nuque. La louve se risqua un coup d’oeil derrière. C’est à ce moment qu’elle se rendit compte que la créature avait deux têtes. Elle semblait être le mélange de plusieurs animaux. Une tête ressemblait à un vautour, l’autre à un loup. Ses pattes avant était plus petites que celles de derrières, c’est ce qui l’empêchait justement de les rejoindre. Si cette bête aurait été proportionné, cela ferait longtemps qu’elle leur aurait sauter dessus. Son corps massif recouvert d’écaille semblait peiné à suivre le rythme. Se concentrant, Ama fit jaillir des geyser d’eau bouillante sous le corps de l’épaisse créature. Elle parut surprise mais la louve fut incapable de l’arrêter. Il n’y avait pas assez d’eau dans le sol pour la soulever. À sa grande surprise, du feu apparut derrière, créant une barrière de deux mètres, et même si cela n’empêcha pas la course du mastodonte, il semblait avoir plus de mal à courir avec les plantes de pieds brûlés.

Elle tourna la tête vers Julien qui n’arrêtait pas de courir, il avait un grand sourire aux lèvres, que la louve lui rendit. L’école était en vu et la créature sembla s’arrêter. La louve et l’humain s’arrêtèrent aussi, observant la créature. Les deux têtes reniflaient l’air, comme si elle sentait le danger. Le directeur devait avoir plus d’un tour dans son sac car elle se retourna et partit aussi vite qu’elle était venue, incapable de s’approcher plus près du territoire de Chaos Luby. Julien et Ama s’observèrent et hochèrent la tête. Les deux esprits les suivirent lorsqu’ils se rendirent jusqu’à l’endroit où ils dormaient tous depuis un mois. L’internat était une grande bâtisse grise, avec des allures de prison. Ils rencontrèrent Zeus qui sortait, ce demandant visiblement ce qu’ils fichaient. Sa dragonne sur son épaule, ces yeux s’écartillèrent alors que Ama et Julien, les deux en même temps, débitait ce qu’ils avaient vu. Ils gesticulaient et criaient presque, se lançant parfois des coups d’oeils. Zeus leur fit signe de se taire et se mit à réfléchir.

- C’est donc pour ça que le directeur vous cherche. Il est dans une colère noire, il voulait que je vienne vous cherchez pour vous dire de revenir dans son bureau. Il aurait deux mots à vous dire... En tout cas après il faudrait que vous reveniez, un autre élève est arrivé. Il va falloir discuter de tout cela...
- C’est ta faute aussi!
- Alors ça non, tu es venu de ton propre chef Julien, c’est pas mon problème à moi.
- Mais si tu n’avais pas eu l’idée, on se retrouverait pas une demi heure après avoir commencer avec le directeur!
- Espèce d’idiot, les hommes sont tous les mêmes!

Leur éclats de voix diminuaient alors qu’ils se dirigeaient vers l’école. Zeus secoua la tête et gratouilla la tête de sa dragonne. Il remarqua le loup translucide et le renard de feu et eu un sursaut, penchant la tête vers eux.

- Qui êtes vous?
- Nous sommes les esprits protecteurs d’Ama et de Saiko.
- Eh bien, je crois qu’Ama va en avoir pour un petit moment... Venez, on va vous présentez aux autres en attendant.

Les deux esprits hochèrent la tête et entrèrent lorsque Zeus poussa la porte de l’internat. En surface, il était calme. Mais à l’intérieur de lui même, cela bouillait. Dans quoi c’étaient-ils tous embarquer? Trop de questions pour peu de réponses. Cette créature qu’ils avaient vu... Non, il attendrait qu’ils reviennent. Tous devaient être au courant de ce qui se passait. Il espérait aussi que le train dans lequel était partit les quatre autres soit en bonne état et eux vivants. La mine sombre, il referma la porte derrière lui.

*********************************************************

- Deux idiots se sont trop éloignés et se sont frottés à un de vos favoris, directeur. Les quatre autres sont en surveillances.

- Bien, Firemagma. J’aurais encore besoin de vous demain. Demain... Hum, est un grand jour!

Les deux se mirent à rire de manière sadique, le tout se répercutant dans la Hell School.
Revenir en haut Aller en bas
Flake
Brume des Neiges
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Sam 26 Juin - 16:20

Chapitre quatre.

Firemagma croisa les bras sur la poitrine. Il était dans une pièce sombre éclairée que par quelques bougies posées à même le sol en cercle autour d’un cylindre de verre aussi haut que large. C’était ce cylindre que fixait le directeur quelques minutes avant lorsqu’il lui avait annoncé que deux des élèves de la Chaos Luby School s’étaient aventurés trop loin de leur école. La créature de l’ombre n’avait pas réussi à les attraper c’était bien dommage, de nuit ces deux impudents n’auraient eu aucune chance. Ces monstres supportaient mal la lumière du jour.

Une silhouette dans le cylindre de verre bougea légèrement comme si son long sommeil était agité. Le démon s’approcha du récipient et posa la main dessus. On discernait à peine les traits d’une jeune hybride, une petite écureuil qui semblait flotter dans un liquide paisiblement endormie. Son visage crispé démontrait pourtant qu’il n’en était rien. Un masque de souffrance se peignait sur son visage encadré de cheveux blonds.

- Tu as des pouvoirs bien étranges Petite. Ils nous sont très utiles.

Il éclata d’un rire mauvais rien qu’à l’idée que cette enfant puisse souffrir le martyre pour servir ses desseins. Le directeur était un homme machiavélique, le démon ne restait à son service que parce que celui-ci lui avait promis un moyen d’en finir avec son double sans le tuer. Par contre, il avait refusé de tout lui dire s’assurant ainsi de sa fidélité. Firemagma n’attendait qu’une occasion pour retourner sa veste et prendre la direction de cette école, du monde. Visiblement le directeur le savait. Il était prudent. De même il ne lui avait pas révélé comment il parvenait à pervertir les pouvoirs de cette jeune hybride pour en créer ces créatures cauchemardesques. Mais Firemagma ne s’en souciait pas pour le moment. Lorsqu’il le fallait il était capable de faire preuve de patience. Demain leur plan longuement réfléchi commencerait. Demain la Chaos Luby School allait trembler.


**
*


Les deux jeunes étudiants se tenaient dans ce grand bureau à peine éclairé. Ce même bureau qu’ils avaient cherché un bon moment la veille. Suivant la missive de Zeus, ils s’étaient rendus auprès du directeur. Tous deux redoutaient des remontrances après leur mésaventure dans le parc. Ama avait déjà en tête toutes les excuses et explications possibles à exposer au doyen en cas de sermon. En pénétrant dans la pièce, elle était sûre d’elle et pourtant maintenant c’était loin d’être le cas. La louve ne savait plus vraiment où se mettre, de même que son compagnon. Julien passait son poids d’un pied à l’autre se balançant silencieusement, nerveusement. Il n’y avait rien eu, pas de sermon aucune remontrance, pas même un reproche. Depuis dix minutes qu’ils se tenaient là debout devant le large bureau de bois précieux, les mains croisées dans le dos, les deux élèves n’avaient même pas entendu le son de la voix du directeur. Celui-ci leur tournait le dos, regardant par la fenêtre qui donnait sur le parc. Le soleil se couchait baignant le paysage d’un rouge vermillon. Zeus avait pourtant bien dit qu’il était dans une colère noire. Alors pourquoi ne leur criait-il pas dessus ? Ce silence commençait à mettre les nerfs de la jeune hybride en pelotes. Elle jeta un regard à son compagnon avant de s’avancer d’un pas et de prendre la parole.

- Monsieur ?

Le directeur se retourna brusquement comme si il s’apercevait enfin de leur présence ce qui les fit sursauter malgré leur sang froid. Il y avait quelque chose chez cet homme qui ne plaisait absolument pas à la louve. Elle avait beau plisser les yeux, elle ne discernait pas clairement ses traits. Un humain, c’était bien la seule chose dont elle était certaine et le contre jour de la fenêtre l’empêchait d’en voir plus. Il leur fit un sourire, du moins ce fut ce qu’ils ressentirent l’un comme l’autre. Le directeur les détailla un moment avant de nouveau leur tourner le dos et reprendre sa contemplation. Ama et Julien échangèrent un regard perplexe chargé d’incompréhension. De nouveau l’hybride blanche voulut prendre la parole mais elle fut coupée dans son élan par la voix grave de l’administrateur.

- Ils rodent de plus en plus près chaque jour, ils gagnent du terrain.

Julien tourna son regard émeraude sur sa compagne. Tous deux perplexes, ils avaient un peu de mal à suivre. Parlait-il des créatures ? L’homme ne les laissa pas poser la question il enchaina aussitôt.

- Mon kekkai ne tiendra plus très longtemps, il va falloir le renforcer.
- Un kekkai ? murmura curieux le jeune homme.
- Un bouclier de protection. C’est pour ca que la créature a arrêté de nous poursuivre ?

Ama avait déjà entendu ce terme. Son esprit protecteur lui en avait déjà parlé mais il fallait une incroyable capacité et beaucoup d’énergie pour en créer et maintenir un en place. D’un coup le directeur lui semblait encore plus étrange, plus dangereux. Il se retourna de nouveau vers les deux élèves.

- J’ai une nouvelle mission pour vous deux. Vous allez me chercher un nouvel élève.

Il leur tendit la photo d’un jeune lion. Elle devait être prise à son insu car l’hybride ne regardait pas l’objectif. Il semblait si calme et serein sur cette photo.

- Il s’appelle Katos et vous le trouverez en montant vers le nord dans les canyons.

Ama releva la tête. Bon certes, elle était, comme les autres, pressée de partir en mission mais elle aurait préféré attendre le retour de Saïko. De plus les canyons étaient un endroit aride, l’eau y était un élément rare. Cela la mettait terriblement mal à l’aise.

- Je suis peut être pas la mieux indiquée pour…
-Vous y aller tous les deux ainsi que la nouvelle élève dès demain matin à l’aube ! la coupa le directeur. En attendant, allez donc prévenir vos camarades.


L’internat était séparé en deux zones : une pour les filles, l’autre pour les garçons. Les élèves spéciaux, dont ils faisaient partie, se distinguaient de part le brassard mais également avec certains privilèges. Notamment une salle commune entre les deux parties de l’internat qui leur servait de pièce de vie ou de salle de réunion. Il y avait tout le confort possible, deux larges divans positionnés devant une télévision dernier cri. Une kitchenette pourvue d’un frigo largement rempli. Et une grande table où ils pouvaient prendre leur repas ou discuter. Zeus était revenu. Il n’y avait que trois personnes dans la pièce. Indiana et la nouvelle, installés dans le sofa. Et l’échidné qui se préparait une boisson chaude dans la petite cuisine attenante. Elle ne daigna même pas lever le regard sur lui lorsqu’il entra

- Alors t’as retrouvé les deux fugueurs ? lâcha elle quand même en s’accoudant au bar.
- Oui j’les ai trouvés avec ces deux là ! répondit le renard en désignant le vide dans son dos.
- Ces deux quoi ?

Indiana se retenait à grand peine de pouffer de rire. Tandis que Zeus se retournait vivement pour s’apercevoir que les deux entités élémentaires avaient disparu. Ils étaient toujours bien présents mais invisible au regard des autres. Il était assez rare qu’ils se montrent à d’autres que leurs protégés. Le renard aux multiples queues se mit à ronchonner contre les esprits protecteurs avant de se laisser tomber dans un des sofas en soupirant. La petite dragonne descendit de son épaule pour se lover sur ses genoux. Tout en la caressant tendrement, Zeus raconta rapidement ce que Julien et Ama avait vu dans le parc. Un long silence s’installa entre les quatre élèves chacun essayant de digérer l’information.

- Tu crois que ca vient de cette école rivale dont m’a parlé le dirlo lorsque je me suis inscrite ? demanda la nouvelle en remettant d’un geste de la main une mèche qui tombait sur ses yeux verts.

Indiana la regarda un peu surpris, ainsi le directeur lui avait aussi parlé de la Chaos Hell school ? A vrai dire, ils ne savent pas grand-chose d’elle. Depuis son arrivée, elle n’avait presque pas parlé. Elle leur avait juste donné son prénom. C’était une jeune femme blonde à la musculature harmonieuse. Mais personne ne savait en quoi elle était considérée comme spéciale. Jusqu'à maintenant tout leurs camarades étaient dotés de pouvoirs particuliers, elle ne faisait sûrement pas exception.
L’échidné poussa un bruyant soupir et vida sa tasse rapidement avant de la reposer sur le bar.

- J’en ai marre d’être là à rien faire ! maugréa-t-elle en se dirigeant vers la porte.

Elle l’ouvrit pour se retrouver nez à nez avec l’aquawolf. Ama faillit lui rentrer dedans. Sans lui adresser la moindre parole d’excuse, ni même un regard l’albinos passa la porte et disparut au détour d’un couloir vers la porte de sortie de l’internat. Ama lui lança un regard meurtrier puis ne s’en occupant pas plus, elle se dirigea vers la nouvelle pour se présenter. Elle mit rapidement les autres au courant de leur entretien avec le directeur et leur annonça leur départ le lendemain.

- Et il faut que tu viennes avec nous… Comment tu t’appelles déjà ? Acheva-t-elle en regardant la nouvelle élève.

Celle-ci ne prêtait pas vraiment attention à la louve, elle regardait la porte et Julien resté figé à l’entrée. Ses yeux verts s’agrandir de surprise.

- Aurore ?! murmura le jeune homme peinant à croire ce que ses yeux lui montraient.


**
*


L’aube pointait derrière les immeubles de la cité. Finalement vaincue par la fatigue la hérissonne avait fini par s’endormir très tard, ce furent des coups forts et répétés derrière la porte qui la tirèrent brusquement du sommeil. Loulou dans le lit d’à côté se redressa brusquement en criant comme sortant d’un cauchemar. Les deux jeunes filles regardèrent la porte, effrayées. D’un coup le souvenir de l’inconnu qui les observait de la rue leur revint.

- Eh les filles, ca va ? Ouvrez !

De nouveau des coups sourds tambourinèrent la porte bloquée par l’armoire. Sora se leva précipitamment, elle se précipita vers la porte pour la dégager. Elle avait de même que Loulou reconnu la voix inquiète de SaÏko.

- Oui on arrive ! cria la louve au travers de la porte tout en prêtant mais forte à son amie.

Elles dégagèrent la porte et l’ouvrirent rapidement. Derrière se tenaient les deux garçons visiblement inquiets qu’elles n’aient pas répondu de suite. Inquiétude qui disparut bien vite tandis que du rouge passait sur leurs joues et tous deux eurent l’air gênés. Sora qui se tenait dans l’encadrement de la porte, la bretelle de son pyjama d’été vert d’eau descendant sur son épaule, se rendit soudain compte de leurs tenues plutôt légères. En poussant un cri, elle claqua la porte au nez des deux hybrides qui maintenant ne savaient plus trop où se mettre.

- Mais ca va pas de venir réveiller les gens à cette heure ? leur cria-t-elle tandis que la louve commençait déjà à faire une rapide toilette et s’habiller plus décemment.
- Il est plus de six heures et il faut qu’on revoit le plan avant d’y aller ! grogna le hérisson.

La porte se rouvrit peu après sur les deux jeunes filles habillées, elles les firent entrer dans la petite chambre et ils s’installèrent sur le lit de Loulou. Perplexe Myrage désigna l’armoire à moitié renversée à côté de la porte.

- Qu’est ce qu’il s’est passé ici ? demanda t-il.

Les filles se regardèrent puis leur racontèrent comment elles avaient surpris un individu suspect la nuit dernière. Lorsqu’elles eurent fini, le renard, assis en tailleur par terre, secoua doucement la tête.

- Vous auriez dû nous prévenir. Qui sait si cela ne va pas compromettre notre mission maintenant.
- On voulait pas vous réveiller ! se défendit la hérissonne en faisant la moue.
- De toute façon ça changera rien maintenant il faut y aller.

Loulou déplia la carte que leur avait confiée le directeur. Comment il l’avait eu, restait un mystère comme bon nombre d’autres détails. Toujours est-il qu’elle représentait avec précision le dédale du bâtiment.

- Notre objectif est dans cette salle d’après le dirlo, résuma la louve en pointant un carré dessiné sur le plan.
- Entrer ne devrait pas poser de problème mais pour arriver jusque là et ressortir sans encombre c’est pas dit. Va falloir être discret.
- Commençons déjà par entrer ! s’exclama la hérissonne en sortant de son sac quatre petites cartes de plastique.
Je me demande d’où il sort ces badges ? songea Sora en accrochant le sien sur le revers de sa veste.


Après une rapide collation, les quatre hybrides se dirigèrent vers le bâtiment cible. C’était un building immense, moderne. Sora ne put réprimer un frisson en approchant. Elle était vraiment mal à l’aise. En apparence cet immeuble était une grande industrie pharmaceutique mais elle savait pertinemment que les pseudos scientifiques qui y travaillaient n’œuvraient pas pour le bien de la santé publique. Son cœur battait la chamade. Elle se présenta à l’accueil et présenta son badge au vigile. Celui-ci releva le nez de son journal, ajusta ses petites lunettes rondes sur son nez pour lire ce qu’il y avait écrit.

- Nous venons pour le colloque sur les pilules X, s’empressa de dire Saïko.

Il avait l’impression que son visage devenait cramoisi. Il avait horreur de mentir même pour la bonne cause. Le vigil les dévisagea un par un, vérifia leur badge et les compara avec une longue liste qu’il avait sur son bureau.

- Vous êtes en avance, le colloque commence que dans une heure. Second étage, la grande salle de réception ! dit-il en désignant l’ascenseur. Vous devrez attendre dans le couloir l’arrivée des autres.

Un peu surpris que le stratagème fonctionne aussi bien les quatre hybrides se dirigèrent vers l’ascenseur, Sora appuya sur le bouton du second. Ils débouchèrent dans un couloir vide. La moquette rouge et le papier peint clair donnait à l’étage une ambiance très solennelle. Ils trouvèrent rapidement la grande salle de réunion mais cela ne les intéressait évidement pas. Ils étaient seuls aussi ils en profitèrent. Cette zone n’était presque pas surveillée et normalement indépendante des laboratoires. Mais c’était sans compter sur l’ingéniosité du directeur.

- Bon y’a plus qu’à s’y mettre ! suggéra la hérissonne.

Difficile de définir le sentiment qui l’habitait. Elle était à la fois anxieuse et impatiente de retourner dans ces laboratoires. Loulou sortit de nouveau le plan de sa poche et l’étala par terre sur la moquette.

- Troisième bouche d’aération à partir de l’ascenseur, dit elle en suivant le chemin du doigt sur la feuille.

Saiko et Myrage avancèrent jusqu'à la bonne bouche d’aération, les museaux en l’air, ils observèrent la grille en métal. Loulou les rejoignit tandis que Sora faisait le guet près de la cage d’escalier. La louve monta sur les épaules de Saiko et touche du bout des doigts la grille. Elle se recouvra d’une fine pellicule de glace qui s’épaissit rapidement.

-Voila !dit-elle en redescendant.

Myrage s’empressa de briser la grille maintenant complètement gelée et fragilisée tandis que Saïko lui faisait la courte échelle. Rapidement le hérisson se hissa dans le conduit d’aération. Il aida Loulou à monter puis Sora. Saïko fut le dernier à grimper. Suivant la louve qui avait pris la tête avec le plan, les quatre hybrides s’aventurèrent dans les couloirs d’aération. Ils avaient cinq étages à descendre et des centaines de mètres de couloir étroit à parcourir pour parvenir aux laboratoires.
Ils mirent plus d’une demi-heure pour se repérer dans les étroites canalisations d’air avant de trouver leur objectif. Sora regarda sa montre anxieuse.

-Il va falloir faire très vite, chuchota elle en regardant par la grille.

Cette fois ils ouvrirent la grille en devisant les attaches à l’intérieur du conduit. Myrage se pencha un peu dans la salle pour l’observer et remonta rapidement.

- Il y a deux cameras aux coins sud et nord de la pièce. Il faudrait les désactiver rapidement.
- On risque de se faire repérer si on les désactive ! objecta le renard.
- De toute façon on aura jamais le temps de revenir pour le colloque.
- Et si on faisait une diversion ?

Trois paires d’yeux se posèrent sur le hérisson. Myrage sembla réfléchir à une idée, il prit quelques secondes de réflexion pour peaufiner son plan puis l’exposa aux autres. Le principe était fort simple. Tous approuvèrent.

Sora descendit la première usant de sa vitesse, elle désactiva les deux cameras sans qu’elles puissent la filmer. Saïko la suivit, il repéra assez vite un détecteur de fumée et embrasa sa main pour la placer juste en dessous. Il ne fallut pas attendre très longtemps pour entendre une alarme stridente retentir dans tout le bâtiment. Avec un peu de chance, les vigiles prendraient l’arrêt des cameras comme un effet de l’incendie. Les deux autres hybrides rejoignirent leurs compagnons et tous quatre se dirigèrent vers une petite pièce isolée du laboratoire. Une petite salle hermétique aux parois transparentes. L’objet de leur quête était là, au centre sur une petite estrade de plastique. La louve se colla contre la vitre pour mieux voir.

-Comment on entre la dedans ?demanda-t-elle au bout d’un moment.

Myrage déjà installé devant un écran d’ordinateur cherchait à percer le code qui déverrouillait la porte.

-Pas la moindre idée ! railla-t-il ne parvenait pas à ses fins.
-Moi j’ai une idée, assura Sora en s’emparant de une des chaises.

Avant que quiconque ait pu la retenir, la hérissonne fracassa son arme improvisée contre la vitre. Au premier coup, le mur de verre trembla mais pas même une fêlure n’y apparut. Par contre le bruit résonna dans tout le laboratoire. Au second coup une mince fissure apparut.

-Adieux la discrétion, soupira le hérisson en s’emparant lui aussi d’un chaise pour prêter main forte à sa congénère.

Saiko commençait à désespérer. Cette mission virait au cauchemar. Loulou ne tarda pas à rejoindre les deux autres. Maintenant le bruit devait résonner dans toute cette partie du bâtiment. Pourtant les oreilles aiguisées du Pyrofox perçurent les bottes martelant le sol avec une cadence rapide. On courait dans le couloir, on accourait dans leur direction. Aussitôt il héla ses compagnons pour les prévenir tandis qu’il poussait un meuble contre la porte d’entrée du labo. Il posa la main sur la poignée qui ne tarda pas à fondre.

-Il serait temps de partir !
-On y est presque, répliqua la hérissonne en frappant pour la énième fois la vitre.

La fissure c’était bien agrandie et parcourait maintenant l’ensemble de la structure mais rien n’y faisait. Impossible de la briser complètement.

-Et si je la fragilisai ? s’exclama soudain la louve blanche lâchant sa chaise.
-Tu pouvais pas y penser plus tôt ? répliqua Sora en faisant de même.
-Au contraire si tu la gèles, elle sera plus solide faudrait un choc thermique. Rectifia Myrage.

D’où il savait ca ? C’était une bonne question mais il en était certain. La louve et le renard se regardèrent brièvement ils n’eurent pas besoin de se concerter pour savoir quoi faire. Loulou s’empressa de refroidir la vitre. Une fine pellicule de givre se forma sur la surface transparente voilant à leur regard l’objet de leur convoitise puis elle se recula laissant faire son camarade. Saïko pressa les autres de s’éloigner et charge dans la paume de sa main une sphère de feu. Il la projeta contre la vitre, effet fut immédiat, elle vola en éclat. Sora se précipita à l’intérieur. Elle voulait sortir. Au diable ses idées de vengeance, ses questions… Elle se sentait beaucoup trop mal à l’aise ici. Elle s’empara d’un petit cristal bleu clair qui aurait facilement pu passer pour un bijou. Elle le fourra dans sa poche et revint vers ses amis. La porte que Saiko venait de bloquer tremblait sur ses gonds. A croire que quelqu’un derrière essayait de l’ouvrir à grand coup d’épaule.

- Sors ce truc d’ici et retourne à l’hôtel le plus rapidement possible, on t’y rejoint ! assura Loulou en lui proposant ses mains pour l’aider à remonter dans le conduit d’aération.
- Mais et vous ?
- On va juste les retarder ! assura le firefox.

Sora, bien que réticente à l’idée de laisser ses amis, obéît et s’enfonça dans le dédale des conduits.

Malgrès sa vitesse elle eut du mal à s’extirper des conduits. Elle ré atterrit dans le couloir à la moquette rouge. Il n’était plus vide, une foule compacte l’encombrait mais tous étaient trop pressés de sortir pour faire attention à la jeune hybride qui sauta du plafond. Elle suivit le mouvement se mêlant àla foule. La jeune hérissonne avait enfin réussi à sortir du bâtiment. Elle se retourna pour tenter de voir ses camarades mais il y avait beaucoup trop de monde. Entre le personnel, les invités au colloque et les passants curieux, difficile d’apercevoir des têtes connues. Le bâtiment était aux proies des flammes déjà on entendait au loin les sirènes des pompier. Sora contourna le bâtiment et retourna à l’hôtel. Dès que ses compagnons l’auraient rejointe, ils rentreraient à l’école. Bien que cela ne se fût pas passé comme prévu la mission était une réussite. Alors qu’elle se laissait tombée sur son lit épuisée la hérissonne contempla l’objet qu’ils avaient dérobé. A première vu cela semblait être une pierre précieuse. Plus clair qu’un saphir et taillé en forme de prisme. Elle avait beau l’observer sous toutes ses coutures elle n’y voyait rien d’autre qu’un beau bijou. En plissant les yeux, elle finit par apercevoir de fines gravures à sa surface. Des glyphes incompréhensibles. Trop concentrée sur sa découverte Sora ne sentit qu’au dernier moment la présence dans la chambre. Elle se retourna vivement et entre aperçut la silhouette sombre de la nuit dernière juste derrière elle. S’en suivit un terrible choc. Elle crut que son crane explosait. Elle n’avait rien pu faire un tourbillon sombre l’entraina rapidement dans l’inconscience. Un rire et un merci ironique résonnèrent à ses oreilles tandis qu’elle s’effondrait sur le parquet.
Revenir en haut Aller en bas
Sora-chan
Petite pilez0r
avatar

Nombre de messages : 226
Humeur : Lunatique
Team : z0r !!!
Date d'inscription : 28/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mar 13 Juil - 15:50

Chapitre 5 : Retournements.


Un jour, je me suis réveillée, tu étais en face de moi. J’avais ton apparence, mais nous étions différentes. Suis-je ton clone ou es-tu le mien ? Les scientifiques ne savent rien, ils ne comprennent rien… Ils ne peuvent que deviner, rien de plus. Il pensait faire de toi une arme et je suis née. Maintenant, si je veux exister pleinement, je dois me débarrasser de toi.
Mais pas trop vite, je dois faire durer le plaisir. J’ai tout mon temps.


Firemagma s’installa sur le rebord d’une fenêtre et contempla au loin. Le directeur était parti, demain serait un grand jour selon lui… Trouverait-il enfin le moyen de se débarrasser de Julien sans avoir à mourir ? Il l’espérait… Ainsi, la contrainte passée, plus rien ne serait en mesure de l’arrêter ! Mais pour renverser la situation, il lui manquait quelque chose d’essentiel : un pion qu’il pourrait manipuler à sa guise. Quelqu’un qui l’aiderait sans rien redire à ses ordres… Et dont il pourrait se débarrasser à la première occasion. Il posa sa tête contre le mur et se mit à réfléchir en fixant au loin, en direction de Luby School. Julien était si proche et si éloigné à la fois… Le moment de le tuer s’approchait-il, ou au contraire, devenait de plus en plus lointain ? Il l’ignorait alors qu’il aurait tant aimé savoir !
« - Pour un directeur, être aussi distrait, ce n’est pas la meilleure des idées. »
Firemagma tourna aussitôt la tête vers son interlocuteur qu’il n’avait pas entendu entrer… Ni même senti approcher ! Il s’agissait d’une hérissonne noire aux yeux bleu-vert, sans pupilles, et aux longs cheveux noirs détachés. Elle portait une robe rouge, déchirée en bas, des chaussures rouges et des gants blancs. Son sourire sadique inspira une certaine confiance à Firemagma.
« - Tu es ?
- Je suis comme toi, répondit l’étrangère. »
Firemagma se mit à sourire.
« - Vraiment ? Qu’est-ce qui te fait croire une chose pareille ?
- Toi aussi, tu souhaites détruire quelqu’un. Toi aussi, tu as la sensation d’être un vulgaire clone… Mais moi, je peux tuer mon opposé. »
Firemagma fronça les sourcils cette fois, de mécontentement.
« - Qui t’a dit ça, que je puisse le tuer !
- J’ai mes sources, dit simplement l’hérissonne. Que penses-tu d’une petite alliance ?
- Et en quel honneur ? interrogea le démon. »
Le sourire de l’étrangère s’accentua.
« - Il y a un petit groupe qui part récupérer un artefact et qui est sur place, n’est-ce pas ? J’ai un petit chien qui surveille le bâtiment, il sait qu’elle est là-bas.
- Qui donc ?
- Celle que je veux détruire plus que n’importe qui d’autre. »
Firemagma sourit de nouveau. Cette étrangère lui plaisait bien.
« - Tu veux détruire la Luby School aux côtés de la Hell School ? »
L’étrangère éclata d’un rire glacial qui aurait terrifié n’importe quel enfant.
« - Luby School, Hell School, peu m’importe… L’important pour moi, c’est de la tuer, et je suis prête à tout pour ça ! »
Elle tendit une main vers Firemagma.
« - Aide-moi et je t’aiderai en retour. »
Firemagma eut un sourire en coin. Il souhaitait un pion, voilà qu’une hérissonne étrange lui proposait une alliance. Bien sûr qu’il allait accepter ! Il se servirait d’elle jusqu’au bout, et au moment venu… Il s’en débarrasserait. Il serra la main que lui tendait la visiteuse impromptue et la serra avec chaleur… Au sens propre du terme. L’étrangère eut un sourire plus accentué que les précédents et répondit à la poigne de Firemagma… Avec une énergie étrange. Ce n’était pas les ténèbres… Cela se rapprochait plus du néant. Bien, elle semblait savoir où elle avait mis les pieds.
« - Bienvenue à la Chaos Hell School. Ton nom ?
- Mon nom est Rosa, la rose des ténèbres.
- Je suis Firemagma. Je te demanderai d’épargner la vie de Julien durant notre collaboration.
- Et moi, je ne veux que la vie de Sora, elle me revient de droit. »
Firemagma et Rosa séparèrent leurs mains. Ils se fixèrent quelques instants et eurent la même pensée…
Ensemble, ils accompliraient de grandes choses.

Sora était partie. Loulou, Saïko et Myrage fixaient prudemment la porte, qui finit par s’ouvrir dans un fracas épouvantable. Des dizaines de scientifiques entrèrent et constatèrent avec horreur que leur précieux artefact avait disparu ! Des membres de la sécurité, équipés d’extincteurs, arrivèrent à leur tour et virent rapidement que l’alarme incendie n’était rien d’autre qu’un leurre ! Ils se précipitèrent vers les trois hybrides et voulurent les arrêter, mais chacun esquiva les menottes, hors de question d’être fait prisonnier à leur première mission !
« - Tout va bien, on gère, fit une voix féminine. »
Saïko regarda la porte et constata que deux hybrides canidés, se ressemblant trait pour trait, étaient accoudées, chacune sur un côté de l’encadrement de la porte. Loulou pencha sa tête sur le côté gauche, Myrage sur le côté droit et Saïko dévisagea les deux filles qui entraient. Des yeux améthyste, un pelage gris et un bout de queue noire… Des cheveux longs et crépus. Sans ce détail, Saïko les aurait prise pour des garçons ! Celles qui semblaient être des jumelles firent des signes de la main, demandant aux gardes de s’en aller, afin qu’ils vaquent à leurs occupations habituelles, qui redevint synonyme de colloque. Les scientifiques croisèrent les bras, attendant des explications qui arrivèrent très rapidement.
« - Comme nous le pensions tous, un voleur s’est introduit et a pris l’artefact avant que vous n’arriviez sur place pour le mettre en sécurité, c’est bien ça ? fit la plus athlétique des deux jumelles. »
Saïko, Loulou et Myrage fixèrent la canidé, incrédules. Ils ignoraient pourquoi, mais elle les aidait… Ou alors, c’était un piège de la Hell School ! La deuxième canidé tapota du pied en signe d’impatience. Les trois hybrides répondirent en même temps :
« - Oui c’est vrai !
- On n’a rien vu !
- On n’est pas des types louches ! »
D’un même geste, les deux jumelles se frappèrent le front avec le plat de leur main. Ce trio d’hybrides était soit très idiot, soit très doué… Elles hésitaient sincèrement.
« - Vous voyez, reprit l’hybride athlétique. Vous en faites pas, on fera le nécessaire pour trouver votre collier. »
Avant même que les scientifiques ne puissent dire ou faire quoi que ce soit, les cinq hybrides quittèrent la salle dans un silence quasi religieux. Loulou se frotta le front en signe de soulagement, tandis que Myrage et Saïko poussèrent des petits soupirs de soulagement. Les jumelles semblaient bien plus détendues, à croire qu’elles avaient joué la comédie toute leur vie, ou presque…

Arrivés à l’extérieur, les jumelles continuèrent leur chemin sans même demander leur avis aux trois hybrides. Ceux-ci les suivirent, tout en essayant de leur faire comprendre qu’il fallait retourner à l’hôtel pour trouver Sora. Mais les deux canidés se contentèrent de suivre leur route vers des ruelles désaffectées, là ou personne ne les suivrait, tout en demandant au trio de les accompagner pour régler certaines choses. Elles entrèrent dans un vieil immeuble à l’aspect douteux, qui tombait en ruines. Loulou se promit de ne pas gesticuler avec hystérie dans tous les sens afin qu’ils retournent à l’hôtel. A la place, elle prit place sur des vieux cartons, aux côtés de Myrage et Saïko, tandis que les jumelles s’accoudaient au mur.
« - Vous êtes qui exactement ? finit par demander Loulou.
- Dans l’ordre, reprit Saïko, merci de nous avoir tiré d’affaires.
- Même si j’ignore pourquoi vous l’avez fait, souligna Myrage. »
Les jumelles se regardèrent et semblèrent communiquer par la pensée… Ou même d’un simple regard.
« - Je suis Anaïs…
- Et moi Siana.
- C’est votre directeur qui nous a envoyé en renfort pour votre mission. Il s’est douté que les choses finiraient par mal tourner.
- Mal tourner, mal tourner, grommela Myrage, des biens grands mots !
- Des scientifiques et quelques gardes, je pense qu’il en fallait plus pour nous arrêter, déclara Saïko. »
Les deux jumelles se regardèrent de nouveau, puis elles fixèrent le groupe avec incrédulité.
« - Comment ? reprit Siana. La Hell School n’a pas encore attaquée ?
- Hell School ?! répéta Loulou.
- D’où vous venez ? demanda Saïko qui se méfiait un peu des jumelles.
- Nous sommes arrivés peu après votre départ à Luby School, expliqua calmement Anaïs. Votre directeur nous a réveillé dans la nuit afin qu’on vous rejoigne. Hell School a bougé, elle cherche l’artefact. En plus, ils peuvent créer des créatures de l’ombre… Et un nouveau membre les a rejoint.
- D’où tenez-vous ces informations ? demanda Myrage.
- Du directeur qui les tient de je ne sais pas qui, réplique fermement Siana. Où est l’artefact ?
- Avec Sora, notre quatrième membre, elle doit être à l’hôtel.
- Alors allons-y, proposa Anaïs. »
Les jumelles quittèrent l’immeuble, le trio d’hybrides sur leurs talons.

Qui étaient ces deux filles ? Pourquoi leur directeur avait-il envoyé deux étrangères leur prêter main forte ? Et surtout… Comment le directeur en savait-il autant sur la Hell School ? Myrage contempla le ciel quelques instants…
Quelque chose leur échappait, et cela leur porterait préjudice à un moment ou un autre…

Je suis toi et tu es moi.
Non, je ne suis pas toi, je suis moi.
J’existe parce que tu existes. Et tu mourras parce que j’existe.
Je ne veux pas mourir !
Et pourtant, tu dois !
Hors de question !
Oh que si ! Et c’est moi qui te tuerai, personne n’aura ce plaisir ! A la prochaine !

Avant même d’ouvrir les yeux, Sora savait qu’elle n’était plus à l’hôtel. La texture ne ressemblait pas vraiment à un parquet, plutôt à un carrelage froid. La hérissonne ouvrit faiblement ses yeux puis les referma. Elle connaissait cette odeur, cette odeur de chloroforme infect. Sora rouvrit ses paupières et se décida à se lever. Elle posa ses mains à plat sur des morceaux de verres qui lui firent mal. Sora constata qu’un peu de sang coulait doucement le long de ses gants. De fines gouttelettes tombèrent délicatement sur le sol blanc, immaculé… Sora fronça les sourcils : il devrait y en avoir plus.
« - C’est un rêve ma chère. Un simple rêve ce qui t’arrivent n’est rien de plus que le fruit de ton désir. »
Sora écarquilla les yeux et se figea sur place. Ses bras glissèrent le long de son corps, tandis qu’elle faisait volte-face au ralentit. Elle connaissait cette voix, elle ne voulait plus l’entendre, pourquoi existait-elle ? Cependant, elle ne trouva personne derrière.
« - Viens, je suis là. Si tu veux me trouver, tu me verras. »
Mais Sora ne voulait pas la trouver. A la place, elle détailla l’endroit. Il s’agissait de ce laboratoire qu’elle haïssait tant… Là où elle avait tant souffert. Là où elle était née.
« - Tu t’en souviens, le jour où tu as tout détruit ? Quand tu m’as donnée inconsciemment naissance. Je t’en remercie, mais depuis ce jour, je souffre. Je ne rêve que d’une chose : te tuer de mes propres mains. Mais pas trop vite… Il n’y aurait aucun intérêt à te laisser vivre pour l’instant sinon. »
Sora écarquilla les yeux et vit des flammes l’entourer. Le bruit des sprinklers inonda soudainement sa tête. Une douleur violente la prit à différents endroits, là où des piqûres l’avaient jadis touchée. Sora fut prise de convulsion, elle tomba sur le parquet devenu rouge par le sang. Elle se recroquevilla sur elle-même, tandis qu’une silhouette sombre s’approchait, la seule lumière venant de ses yeux rouges. Son sourire sadique fut la dernière chose que vit Sora.
« - Allez, souffre à présent. Lentement, très lentement… »

Le directeur fixa la porte de son bureau, close, jusqu’à ce qu’elle s’ouvre dans un fracas épouvantable. Loulou entra comme une furie et frappa sur le bureau directorial, Saïko et Myrage à ses côtés. Anaïs et Siana restèrent à la porte, écoutant la conversation qui risquerait d’être houleuse.
« - La Hell School est passée à l’attaque ! s’exclama bruyamment Loulou.
- Le pendentif et Sora ont disparu, il faut faire quelque chose ! déclara vivement Saïko.
- Nous devons nous rendre là-bas ! affirma Myrage. »
Tous trois continuèrent de parler, sans laisser au directeur le temps de dire quoi que ce soit. Il comprit rapidement la situation, mais ne parvint pas à placer la moindre répliques, le flot de paroles continu l’en empêchant. Il attira même la curiosité de plusieurs professeurs, passant dans le coin, et celle de Kyliam. Cette dernière fixa suspicieusement les jumelles. Elle les avait brièvement vu la veille, et elle n’avait pas confiance en elles, pour une raison qui lui échappait. Elle se contenta d’entrer à l’intérieur du bureau.
« - Alors, cette mission ? fit-elle d’une voix suffisamment forte et autoritaire pour couper court à tous les bruits dans le bureau. »
Tous se tournèrent vers Kyliam.
« - Ce pendentif, celui qui doit protéger l’école, où est-il ? »
Le directeur se leva.
« - Visiblement, Hell School s’en est emparé, considère que la première mission de Luby School est un échec. »
Kyliam fronça les sourcils, mais ne fit aucun reproche. Une première mission, se soldant sur par un échec, sur un lieu que l’un des leurs connaissait mieux que personne… Quelque chose clochait… Surtout lorsqu’elle constata que ledit membre connaissant les lieux n’était pas présent.
« - Alors, on part quand pour Hell School ? insista Loulou. »
Myrage et Saïko approuvèrent avec ferveur, tandis que Siana et Anaïs pénétrèrent à l’intérieur du bureau.
« - Merci, mesdemoiselles, fit le directeur. Vous avez sauvé nos élèves d’une catastrophe on dirait.
- Il en manque une, fit remarquer Anaïs.
- Un effectif se remplace toujours. »
Kyliam tourna violemment son regard vers le directeur. Quelque chose clochait avec lui, et elle ferait en sorte de découvrir quoi !
« - On peut s’en aller ? demanda Siana. »
Le directeur acquiesça tandis que les deux sœurs partaient. Elles s’arrêtèrent au beau milieu d’un couloir et regardèrent les élèves retardataires entrer en cours. Elles se prirent par la main.
« - Tu penses qu’on a raison de faire ce qu’on fait ? demanda soudain Anaïs, un peu inquiète.
- C’est ça ou la prison. On suivra Luby School aussi longtemps qu’il le faudra pour récupérer ce bijou… La force d’un kekkai contenue dans un simple collier… Je comprends pourquoi nos supérieurs le veulent ! »
Anaïs acquiesça et lâcha la main de sa sœur. Puis, sans rien échanger, elles décidèrent de se rendre au dortoir.

« Alors ? pressa Saïko. »
Le directeur se rassit et saisit un journal.
« - Il n’y a rien à faire. Vous pouvez disposer.
- Hé, mais attendez ! répliqua Loulou. On ne va pas… »
Le directeur frappa son bureau d’un coup de poing.
« - Vous pensez avoir une chance contre Hell School ? Oubliez votre mission de sauvetage, vous irez lorsque nous en saurons davantage sur nos adversaires. Maintenant, partez !
- Mais… fit Myrage. »
Le directeur se leva et regarda, au travers de sa cape, les quatre hybrides qui osaient le défier. Tous les quatre n’osèrent pas désobéir. Ils quittèrent le bureau, sans rien ajouter. Une fois la porte fermée, le directeur se posta près de son armoire où figuraient tous les dossiers de ses étudiants.
« - Je suis curieux de voir ce que vous allez faire tous les deux… »
Il fixa deux photos.
Celle d’un être ressemblant trait pour trait à Julien… Et celle d’une hérissonne encore plus sombre que Sora.

Firemagma était assis derrière un bureau, sur une chaise. Rosa avait pris place sur le bureau, les jambes croisées.
« - Tu as un drôle de pouvoir, plonger ton alter ego dans un tel rêve…
- Ca ne marche qu’avec elle, répondit Rosa avec satisfaction.
- Ils vont venir la chercher ?
- Plus tard, mais pas maintenant. Ce serait moins amusant sinon.
- Oui, tu as raison, déclara Firemagma avec satisfaction. Après tout, le directeur sait qu’il ne peut pas les envoyer maintenant.
- Il sait oui, répondit Rosa avec un sourire sadique. »
Les deux alliés se fixèrent avec noirceur. Firemagma joua avec ses flammes, qui illuminèrent l’artefact que Rosa avait récupéré sur Sora.
« - Il sait ce que nous voulons, pensèrent-ils au même moment. »
Revenir en haut Aller en bas
http://youfie.deviantart.com
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mer 14 Juil - 22:39

Chapitre 6: Un voile qui se déchire progressivement.

Firemagma et Rosa se trouvaient dans une pièce sombre, juste éclairé par une bougie posé sur un bureau et un rayon de soleil passant par la fenêtre. C'était le bureau du directeur, Firemagma était assis dans le fauteuil, pieds sur le bureau, et Rosa se trouvait en face de lui, assise sur le coin du bureau.
Firemagma: Que le directeur soit absent est vraiment une bonne chose... Nous pouvons agir à notre guise pendant ce temps!
Rosa: Maintenant que nous avons Sora, il faut que nous attrapions TON double.
Firemagma esquissa un léger sourire, un sourire malveillant.
Firemagma: Il est en ce moment en direction des canyons du Nord. Il y sera justement demain. Nous pourrons le ramener avant le retour de l'autre.
Firemagma attrapa l'artefact que Sora avait récupérer, qui était posé sur le bureau, ses yeux rouge sang se plongeait dans le bleu clair de l'artefact, dévoilant également ses canines.
Rosa: Où est passé le directeur?
Firemagma reprit un air sérieux et glacial en regardant Rosa, cette dernière ne semblait pas du tout intimider par ce genre de chose, elle même fixant son nouveau partenaire dans les yeux.
Firemagma: Je n'en sais rien, et je m'en contre fou. Il m'a promis que demain, j'aurais enfin la solution à mon problème, une fois la chose faite, je me débarrasserait de lui aussi.
Le démon se mit à serrer l'artefact dans sa main de toutes ses forces, de la chaleur se dégagea de son corps alors que son visage se métamorphosait, laissant en lui montée la pire des colères.
Firemagma: Je ne supporte plus de devoir recevoir des ordres de lui! C'est la pire des hontes que je puisse endurer!
Alors que Firemagma se leva d'un bond sous la colère, Rosa le regardait avec un large sourire, de savoir un tel être à ses cotés.
Rosa: Nous allons enfin pouvoir tester l'efficacité de cet artefact dans les canyons du Nord!
Firemagma: Oui... Cela va être un véritable massacre!
Les deux doubles maléfiques éclatèrent de rire, pensant d'avance à la destruction qu'ils allaient très prochainement causés.

***
**
*


Ama, Julien et Aurore étaient sur les routes, en direction des canyons du Nord. Ces deux derniers c'étaient retrouvés que très récemment, en effet, Julien et Aurore se connaissaient très bien, ils étaient frère et sœur et ne c'étaient pas vu depuis plus de six ans, ayant chacun suivit leur propre voie.
Ama ouvrait la marche, environ trois mètre devant Aurore et Julien, qui n'arrêtaient pas de discuter; tout ceci ne semblait pas énormément gêné l'Aquawolf, cette dernière marchait silencieusement de ses pas svelte, tendant tout de même une oreille, écoutant ce que ses deux jeunes amis se disaient.
La veille, ils c'étaient enfin retrouvés, les retrouvailles avaient été forte en émotions, particulièrement car ils ne s'attendaient pas, l'un comme l'autre, à se retrouver de cette manière. Pour Julien, rien n'était plus précieux que sa petite soeur, il l'avait longuement chercher, sans jamais réussir à la retrouver... Pour cette dernière, son frère était aussi ce qu'elle avait de plus cher au monde, et la séparation avec ce dernier bien des années auparavant avait été très douloureux pour elle.
Julien: Où est-ce que tu étais pendant tout ce temps?
Aurore: Partout et nul part... Pendant un temps j'étais dans l'armée en tant que pilote, mais j'ai dû partir... Et depuis, je t'ai surtout cherché, mais je ne savait pas que tu étais la.
Julien: Moi non plus, sa été une véritable surprise...
Julien regardait sa sœur avec un large sourire, un sourire presque enfantin, cette dernière, quasiment de même taille que lui, à un ou deux centimètres près, lui rendait son sourire, mais beaucoup moins enjouée. Julien ne remarquait pas tout sa, trop heureux d'avoir enfin sa sœur à ses cotés, en revanche, Ama qui était devant, remarquait la terrible solitude qui émanait du corps d'Aurore, la louve semblait se méfier de cette nouvelle "alliée", et décida de la garder à l'œil.
Julien et Aurore avaient rejoints Ama, marchant cette fois tous les trois ensemble, et enfin ils arrivèrent en vue des canyons du Nord...
Cette zone particulièrement aride était connue pour sa chaleur extrême, sa sècheresse, et encore plus pour ses nombreuses et immenses crevasses. Ama et Aurore commençaient à transpirer, alors que Julien ne semblait en aucun cas affecté par cette terrible chaleur, qui devait sans le moindre doute s'approcher des quarante degrés; ils étaient tous les trois au bord d'une falaise, devant eux se trouvait les grand canyons du Nord, un véritable réseau de crevasse de grande profondeur, allant jusqu'à plus de cent mètres sous leur pieds, alors qu'à l'horizon, il ne voyait même pas jusqu'où s'étendait le réseau du canyons.
Ama: Notre jeune lion se trouve ici... Mais où?
Aurore: Nous pourrions nous séparer, et ainsi couvrir bien plus de terrain, et le premier qui le retrouve, envoi un signal aux autres.
Ama: Quel genre de signal?
Aurore: Euh...
Aurore se mit à se gratter la joue, regardant le ciel, montrant qu'elle n'avait aucune idée.
Julien était resté silencieux, regardant l'horizon, le regard grave, et sombre. Ama le remarqua toute suite.
Ama: Qu'est-ce qui t'arrive?
Julien mit quelques secondes à répondre, avant de se tourner vers Ama et Aurore.
Julien: Il y a quelque chose qui ne vas pas ici... Je ressent au plus profond de moi un malaise, et c'est pas bon signe... Quelque chose se trame ici...
Aurore et Ama semblèrent tout d'un coup inquiète, en particulier cette dernière, elle ne connaissait pas réellement Julien, mais l'avait toujours vu enjoué à la Chaos Luby School, enchaînant les pires bêtises aux cotés de Sora, toujours souriant et à s'amuser, le voir ainsi inquiet et sérieux ne pouvait rien présager de bon... Julien s'approcha de sa sœur et de la louve, et se mit à leur parler très doucement, faisant plusieurs signes des mains, montrant diverses parties du corps, puis quelques minutes plus tard, se séparèrent.
En plein milieu des canyons, se trouvait un autre hybride, un jeune lion, allongé sur une branche d'arbre mort, les bras derrière la tête, jambe gauche pliée et jambe droite par dessus. Un chapeau de paille recouvrait son visage, laissant juste quelques poils de sa fourure rousse de sa crinière dépasser autour, un T-shirt bleu ciel et un jogging rouge recouvrait son corps, le petit hybride prenait du bon temps sous la chaleur du soleil.
Son sommeil fût interrompu alors que quelqu'un l'appelait, alors qu'il se releva, il vît un garçon blond s'approcher de lui; il sauta au sol pour lui faire face. Le lion, qui se nommait Katos, ne semblait pas du tout apeuré, ou encore surprit de cette présence, comme si il l'attendait.
Katos: Vous êtes l'un des membres de Chaos Luby School?
La blondinet s'arrêta, laissant ses yeux rouges sang briller au soleil, puis il se mit à sourire avant de répondre au lion.
Firemagma: Oui, mon nom est Julien, tu peux me suivre maintenant.
Malgré l'invitation, Katos ne fît pas un seul pas, fixant son interlocuteur.
Katos: Et qu'es qui me prouve que je peut vous faire confiance?
Firemagma perdit son sourire, après tout, ce n'est pas après lui qu'il en voulait, sa aurait juste put être un bon pigeon pour la Hell School, mais si il offre de la résistance, autant s'en débarrasser maintenant... Alors qu'il commençait à concentrer de l'énergie dans ses mains, une nouvelle arrivante perturba ses plans. Aurore arrivait en courant, appelant son frère. Une fois arrivé à coté de lui, elle le regarda en souriant, avant de fixer Katos.
Aurore: Tu as réussi à le trouver, t'as fait vite!
Firemagma fixait la jeune fille blonde avec de grand yeux.
Firemagma (pensées): Il a donc une soeur...
Très vite il reprit un sourire des plus démoniaque, ses yeux rouge luisaient de plus belle, voilà pour lui la chance inespérée qu'il voulait, il allait enfin réussir à se débarrasser de son double, et il allait utiliser sa sœur pour cela.
Firemagma: Ouiiiii je l'ai trouvé, mais suivez moi, j'ai trouvé quelque chose de très suspect par là-bas.
Firemagma pointait l'opposé de la direction de Katos, et se mit à avancer en premier, de sorte qu'Aurore ne puisse pas voir ses yeux, Katos, qui semblait convaincu par l'arrivée d'Aurore, arriva à coté d'elle, et suivaient ensemble, ce qu'ils pensaient être leur ami et frère.
Firemagma (pensées): Julien... Prépare toi aux pires souffrances que jamais tu n'aurais imaginer ressentir un jour!
Pendant ce temps, Ama continuait sa route, sillonnant les canyons, tout en cherchant Katos, elle cherchait aussi des nappes d'eau souterraines, le pressentiments de Julien l'avait plus inquiétée qu'elle ne l'aurait imaginée. Elle s'arrêta quelques minutes, posant la main au sol, poussant sa perception d'eau au maximum, c'est alors qu'une terrible explosion retentît dans les canyons. L'Aquawolf releva sa tête transpirante vers le ciel, ouvrant de grand yeux.
Ama: C'est le signal... Il avait donc raison!
En l'espace de quelques secondes, l'Aquawolf gravît les parois de la crevasse, et se dirigea en direction de l'explosion, où une fumée noire apparaissait encore.
Aurore avait son bras gauche devant Katos, souriante, une grenade dans la main droite; jambes légèrement écartées, prête à réagir au moindre mouvement suspect.
Aurore: Tu pensais vraiment que j'allai te confondre avec mon frère?!
Katos semblait légèrement apeuré, ne comprenant rien à ce qui se passait, chose qu'Aurore remarqua immédiatement.
Aurore: Ne t'inquiètes pas, JE suis de Chaos Luby School, mon véritable frère et une amie ne vont pas tarder, lui, il est de Hell School, une école qui nous en vaut à mort!
Alors qu'elle expliquait plus en détails les évènements à Katos, la fumée se dissipa, Firemagma était toujours debout, de dos, sans la moindre égratignure, le visage tourné sur le coté.
Firemagma: Tu vas payer très cher cette erreur...
Le démon se retourna d'un coup, une boule de feu était déjà apparut dans sa main droite.
Firemagma: Tu vas m'aider à faire souffrir ton frère!
Le démon lança sa terrible boule de feu vers Aurore et Katos, mais avant qu'elle ne les atteigne, Ama arriva avec une vitesse incroyable, et la dévia d'un terrible coup de pied, explosant contre l'une des parois.
Ama et le démon se fixait, se dernier semblait très contrarier de cette arrivée qui venait de contrecarré ses plans. Ama le regardait avec une inquiétude très prononcé, Julien les avait prévenu de cette ressemblance, mais elle n'aurait jamais imaginée à ce point, elle aurait put facilement se laisser prendre au jeux du démon... De plus, alors que ses propres pouvoirs étaient diminués par le terrain, ceux de Firemagma étaient amplifiés... Ama ne prit pas le temps de discuter, et chargea son adversaire, comptant utiliser sa force et sa rapidité.
Le démon, la voyant arrivé ne bougea pas d'un pouce, se contentant de sourire, c'est alors que de nulle part, surgit une boule noire, épaisse, entouré d'éclairs sombre, frappant juste devant Ama qui bondit en arrière. Alors que la fumée se dissipa, Rosa la rose des ténèbres était assise sur l'épaule droite de Firemagma, ce dernier bras croisés.
Les choses se compliquaient de plus en plus, Aurore et Ama semblaient très inquiète de la situation, alors que Katos tremblait légèrement.
Ama (pensées): On avait pas prévu sa... Julien où es-tu?!

***
**
*


Myrage était à genoux au milieu d'une pièce, autour de lui se trouvait Saïko, Loulou, Zeus et Indiana. Le hérisson blanc tremblait de tout son corps, se tenant la tête entre les mains, le visage ruisselant de transpiration, déformé par la douleur, hurlant alors que son esprit plongeait dans une vision.
Il avait la même vision qu'à l'hôtel, tout au moins, le début. Julien était à genoux, derrière des barreaux, la têtes appuyé contre ces derniers, le visage ensanglanté, il n'avait visiblement aucune force, pas même celle de levé la tête, à coté de lui, l'inconnue, l'ombre que Myrage avait vu se confirma, c'était Sora la petite hérissonne noire, au sol, hurlant de douleur, les cris qu'il avait entendu la fois précédente venait d'elle, elle semblait se débattre dans son sommeil, tout son corps était recouvert de terribles blessures. C'est alors que deux voix apparurent, une voix d'homme et de femme, parlant simultanément, la joie se faisait sentir de leurs voix, ils chantaient.
Tu es moi
Je suis toi
J'existe parce que tu existes
Et tu vas mourir parce que j'existe!

Myrage revint à lui, en entendant les rires démoniaques et monstrueux des deux voix. L'hybride posa ses mains au sol, essoufflé, son visage gouttait au sol, il n'arrivait pas à reprendre son souffle; cette vision avait été particulièrement longue, et pénible à voir. Saïko était très inquiet, pour Myrage, mais aussi pour Ama, espérant de tout son cœur que la vision ne la concernait pas.
Saïko: Qu'est-ce que tu as vu cette fois?!
Myrage tenta de répondre, mais devait reprendre son souffle après quasiment chaque mot.
Myrage: Julien... Sora... Prisonnier, meurtris... Ils sont en danger...
Depuis leur retour de mission, Myrage, Saïko et Loulou étaient très énervé à cause du directeur, cette dernière perdait encore plus son calme.
Loulou: Ça peut plus durer, il faut que l'on fasse quelque chose! Rien à faire du directeur, il n'est même pas la aujourd'hui!
Saïko: Loulou a raison, de plus Ama est avec Julien, s'il est en danger, elle l'est aussi! Je ne resterait pas les bras croisés alors qu'ils sont tous les deux en danger en plus de Sora!
Zeus et Etherya s'avancèrent vers le trio d'hybride.
Zeus: Nous serons de la partie. Nous sommes tous amis ici, aussi longtemps que l'on est ici, on ne peut pas les laisser en danger!
Indiana était appuyé contre un mur, ne répondant pas, alors que Zeus allait lui demander son avis, Kyliam arriva doucement, et parla très énergiquement, mais calmement.
Kyliam: Inutile de vous enflammer, on ne peut pas sortir du dortoir.
Les autres élèves semblèrent choqués d'apprendre une telle nouvelle, faisant même réagir Indiana qui semblait ne pas réellement vouloir prendre part à la discutions.
Kyliam: Il y a un kekkai qui entoure le dortoir, nous sommes prisonniers ici.
Myrage: C'est pas possible... Qu'est-ce qui se trame ici bordel?!
Saïko: S'il a fait sa, c'est qu'il savait qu'en son absence nous voudrions partir, il nous empêche, quelque chose ne tourne pas rond...
Alors que tous les membres commencèrent à baisser les bras, Kyliam haussa la voix, ce genre de moment l'énervait visiblement au plus haut point.
Kyliam: Et quoi? Vous allez rester la les bras croisés?! Au diable ce directeur, nous sommes libres de faire ce que nous voulons! Je n'ai pas spécialement envie de partir à leur secours, mais je refuse d'être enfermé ici!
La réplique de Kyliam semblait donner du courage à tous les élèves qui reprirent du poil de la bête, et décidèrent de faire sauter ce kekkai par tous les moyens possible; elle ne voulait en aucun cas l'admettre aux yeux de tous, mais le sort des autres membres l'inquiétait également, elle voulait aller les aider, elle voulait de l'action!
Indiana s'avança vers les escaliers, souriant légèrement, mais sans dire le moindre mot, passant devant tout le monde.
Zeus: Où tu vas Indiana?
Ce dernier s'arrêta, fît craquer ses épaules, puis répondit juste en tournant la tête vers les autres.
Indiana: Je sais comment faire sauter un kekkai... Pas besoin d'user vos pouvoirs, il suffit d'utiliser sa tête. Je vais vous montrer pourquoi je suis spéciale.
Indiana descendit seul les escaliers, ce qui éveillait la curiosité de tous, lui qui avait toujours été si solitaire se décidait seul à faire sauter un kekkai? Et comment parviendrait-il à faire cela tout seul?
Chacun des membres le suivirent de curiosité, et surtout, ils espéraient qu'il ferait ce qu'il avait dit, et ainsi partir à la rescousse de leur amis...

***
**
*


Aurore, Ama et Katos faisaient face aux terrifiants Firemagma et Rosa, ces derniers avaient garder un large sourire alors que leur trois opposants étaient très inquiet de part la tournure que prenaient les choses. Ama étaient devant Aurore et Katos, et regardait Aurore inquiète.
Ama (pensées): Elle m'a dit qu'elle ne pourrait rien faire en pareil situation... Je vais donc devoir les affronter seule, mais je suis très désavantagé... Il ne me reste plus qu'à compter sur ma force physique avant tout... En quoi est-elle aussi spéciale...?
Rosa sauta de l'épaule de Firemagma, et s'avança, l'artefact qu'ils avait voler se trouvait dans sa main, elle s'amusait à le faire sauter en l'air et à le rattraper.
Rosa: Hors de mon chemin vermine.
Ama: Vermine...
Ama n'avait plus qu'une envie, la charger et lui faire comprendre qui était la vermine, mais si l'autre s'en mêlait, les choses serait trop compliqué, mais elle n'avait pas le choix... D'un pas fulgurant, elle chargea Rosa prête à la frapper. Au même de lui donner un direct du droit, Rosa disparut et arriva dans le dos de l'Aquawolf.
Ama (pensées): Quelle vitesse...
Sans tarder, la louve balança sa patte droite en arrière, mais une fois de plus Rosa disparut, arrivant de nouveau devant Firemagma. Rosa était bien trop rapide pour Ama, mais ce n'était pas normal, la louve avait remarquée que l'artefact se mettait à briller à chaque fois qu'elle se déplaçait, augmentait-il les pouvoirs? Ama n'eut pas le temps de réfléchir plus longtemps, l'hérissonne noire envoya une boule noire presque deux fois plus grosse vers elle; d'un prodigieux bond en arrière, elle esquiva, arrivant juste devant Aurore et Katos, mais Rosa également... Une seconde boule d'énergie noire apparut, frappant l'Aquawolf au ventre, l'enveloppant avant de la propulser plusieurs mètres en arrière, roulant sur elle même. Aurore et Katos se précipitèrent à ses cotés, alors qu'elle se relevait péniblement, le coup avait été rude, et surtout, d'une puissance incroyable.
Firemagma: Envoie.
Rosa envoya sa pierre à Firemagma, qui l'attrapa de la main gauche avant de s'avancer. Aurore se mit devant Ama.
Aurore: Qui êtes vous à la fin?! Et qu'est-ce que vous nous voulez?!
Firemagma: Je veut faire souffrir ton frère, le voir me supplier à genoux de l'achever. Quand à vous...
Rosa: ... On veut juste vous tuer pour le fun, et faire sortir Julien de son trou.
Aurore commençait à s'énerver, à perdre son calme.
Aurore: Vous êtes des monstres...
A cette réplique, Firemagma et Rosa éclatèrent de rire, alors qu'Aurore tentait de se contrôler.
Aurore (pensées): Non... Ce n'est pas le moment!
Firemagma tendit la paume de sa main droite vers le trio.
Firemagma: Il est temps d'en finir!
Alors qu'une flamme enveloppa sa main, l'artefact qu'il avait dans l'autre main se mit à briller à nouveau, les flammes grossissait à vue d'œil.
Ama: NON!
Ama posa le genoux droit à terre, et la paume de ses deux mains sur le sol.
Ama: Tu ne nous aura pas comme sa!
Le sol se mit soudain à trembler, Ama grimaçait, tout son corps était contracter, elle serrait les dents alors que son visage transpirait de plus en plus, et que le tremblement s'intensifiait. Rosa ne semblait pas très rassurer, alors que Firemagma attendait pour voir ce qui se passait. Des fissures s'ouvrirent autour d'Ama, et de l'eau en surgit de toute part, une quantité d'eau incroyable.
Rosa: Mais où elle a trouvé autant d'eau ici celle la?!
Firemagma: Elle est en train de puiser toutes l'eau se trouvant en dessous du canyons...
Le démon stoppa sa flammes et tendit la main gauche à Rosa, cette dernière posa sa main sur l'artefact.
Ama se releva, tout son corps tremblait, elle leva les bras, l'eau se concentrait au dessus d'elle.
Ama: Maintenant!
L'Aquawolf lança ses bras en avant, l'eau qu'elle avait drainé s'engouffra dans tout le canyons devant elle, fonçant avec une vitesse incroyable sur ses adversaires.
Firemagma: MAINTENANT!!
Un immense mur de flamme apparut devant le duo infernale, lui même derrière un immense cercle noir qui était apparut, une sorte de trou noir prêt à absorber l'eau. Alors que le raz de marée arriva sur eux, l'eau passa au travers du trou noir et du mur de flamme, enveloppant les deux êtres maléfiques.
L'Aquawolf tomba à genoux, exténuée, le contour des yeux creusés, elle était allée au dessus de ses forces et en payait le prix, elle n'arrivait même plus à bouger le petit doigt. Aurore se précipita à coté d'elle alors que Katos était paralysé de peur, les deux adversaires étaient toujours vivant, trempés, mais debout.
Firemagma: Saleté... Tu vas payer...
Firemagma serra l'artefact, et chargea vers l'humaine et l'Aquawolf, toutes deux incapables de bouger, c'est alors que surgit un immense rayon de flamme, l'obligeant à reculer.
Rosa (pensées): Le voilà enfin.
Arrivant du ciel, Julien tomba devant sa sœur et Ama, debout, le regard noir, prêt à se battre, cependant, Firemagma semblait être entrer dans une colère noire.
Julien: Je m'en doutait que c'était toi, sale monstre.
Firemagma: Le monstre c'est toi qui l'a créé, ne l'oubli pas!
Julien: Je fait assez de cauchemars avec sa, ne me le rappel pas!
Julien avait mit les des bras en arrière, commençant déjà à concentrer son énergie.
Firemagma: Rosa, si tu interviens je te tue!
Au même moment, Firemagma envoya de terrible flammes depuis sa main droite, Julien répondit par la même technique, mais avec les deux mains; malgré cela, les flammes de Firemagma étaient beaucoup plus puissante, repoussant Julien à vue d'œil.
Julien: Bon sang, sa puissance à énormément augmenté depuis la dernière fois!
Le jeune humain ne pouvait esquiver l'attaque, il devait protéger sa sœur, Ama et Katos; il mit alors toutes ses forces dans l'attaque, mais rien à faire, l'attaque lui fonçait dessus. Julien mit ses deux bras devant son visage, tentant d'encaisser la terrible attaque, mais il fût propulsé en arrière avec une puissance phénoménal, son T-shirt noir partit en cendre en l'espace de quelques secondes, et arriva au sol quelques mètres derrière sa sœur et ses amis. Alors qu'il se relevait péniblement, Firemagma arriva devant lui, et lui donna un terrible coup de poing au ventre, avant de l'attraper par les cheveux et l'encastrer dans la paroi du canyons.
Firemagma: Ne t'inquiètes pas, tu ne vas pas mourir, mais tu vas connaître un avant goût de la mort!
Alors que Firemagma déversait un déluge de coup sur Julien, incapable de réagir, Rosa regardait le spectacle, frissonnante. Voir Firemagma à l'œuvre ainsi lui donnait des frissons dans tous le corps, son cœur battait plus vite, elle aimait tant ce genre de spectacle, qu'elle pourrait y assister toute sa vie.
Julien: Tu es... Devenu si fort... Comment?!
Firemagma c'était arrêté, et regardait sa proie, assis au sol, blessé, le visage en sang, puis sourit, il avait attendu ce jour depuis si longtemps, il l'avait enfin à ses pieds, il avait droit de vie ou de mort sur lui, et bientôt, il pourrait choisir la mort!
Firemagma: Tu penses que je vais te le dire?
Alors qu'il allait porter un ultime coup à Julien, un terrible vent apparut, une puissance phénoménal se dégageait, le démon tournait la tête pour voir la sœur de Julien qui c'était légèrement avancée, dégageant cette force. Ses yeux était devenus entièrement rouge, sans pupille, ses cheveux flottait autour d'elle, poings serré, dent serré, elle était en transe, elle était dans une colère terrible, le sentiment qui déclenchait ce qui faisait qu'elle était si spéciale...
Aurore: Laisse... Mon frère...
Firemagma continuait de sourire.
Firemagma: Sinon quoi?
Aurore: Tu n'aurais pas dû... Me mettre en colère!
Aurore tomba à genoux, mains au sol, tout son corps venait d'entrer en mutation. Ses jambes s'allongaient, grossissaient, ses bras doublaient de volume; alors qu'elle hurlait de douleur, son visage s'allongeait, ses dents grandissaient, devenaient pointus, des poils apparaissait tout autour de son visage, son T-shirt noir craquait de partout, sa veste de pilote commençait à légèrement se craquelés au niveau des manches.
Julien regardait ce qui se passait avec de grand yeux, jamais il n'avait vu sa sœur dans un tel état, pendant ce temps, Ama et Katos, qui était très apeuré, avaient reculés.
Les doigt d'Aurore s'allongèrent, les ongles grandirent, formant de véritables griffes, les chaussures explosèrent, laissant apparaître deux pattes velus, aux poils blanc et rayure noirs, ornés de terrible ongle blanc qui semblait capable de couper un diamant en deux; une queue surgit à l'arrière de son pantalon, une queue blanche et noire, alors que ses cheveux blonds étaient resté intact, tout le corps d'Aurore était recouvert d'une fourrure blanche à rayure noires, il ne restait presque plus rien de son T-shirt noir, son pantalon était déchiré de tous les cotés dû à l'augmentation de taille et de musculature, Aurore venait de se transformer en un hybride de tigre, de tigre blanc.
Alors que Firemagma recula d'un pas, voyant la bête en face de lui le fixer de ses deux grand yeux rouge, la nouvelle Aurore poussa un terrible hurlement qui fît craqueler les parois du canyons.

***
**
*


Au centre d'un petit bosquet, deux personnes recouverts d'une cape noire se faisaient face. Les deux restaient immobiles, silencieux. Leurs visage étaient à peine perceptible, on pouvait voir quelques traits, mais c'était impossible à décrire tant cela manquerait de précision; l'un d'eux était le directeur de Chaos Luby School, l'autre de Chaos Hell School. Ce fût ce dernier qui s'exprima en premier.
Directeur CHS: C'est dangereux de se voir... Pourquoi avoir demandé cette entrevue?
Directeur CLS: Deux de t'es élèves ont attaqués, et kidnappés l'une des miennes. Il s'agit de Firemagma et de Rosa. Nous avions prévu aucun affrontement direct tant que nous n'aurions pas réuni toutes les pièces du jeux.
Le directeur de Hell School rumina quelques minutes dans son coin, avant de finir par répondre.
Directeur CHS: Mes membres sont assez difficile à contrôler par rapport aux tiens, Firemagma et Rosa bien plus que les autres... J'ai dû leur faire miroiter ce qu'ils désiraient le plus pour parvenir à les contrôler.
Directeur CLS: Ce n'est pas mon problème... Maintenant j'ai des difficultés à contrôler mes combattants, tu as changé les règles du jeux...
Directeur CHS: Aurais-tu une solution à me proposer?
Directeur CLS: Maintient t'es combattants loin des miens... Et tente de libérer Sora, ainsi cela calmerait mon école. Pour la première pièce du jeux, je te la laisse, mais que cela ne se reproduise pas, sinon la bataille risque de commencer plus tôt que prévus.
Le directeur de Hell School fît un pas en avant, collant presque sa capuche noire à celle du directeur de Luby School.
Directeur CHS: Serait-ce des menaces?
Directeur CLS: Juste une mise en garde... Le jeux risquerait d'être moins amusant si nous perdons nos combattants avant la bataille.
Les deux directeur se mirent à parler dans une langue complètement incompréhensible, avant d'échanger quelques ultimes paroles.
Directeur CLS: Calmons un peut nos étudiants, et reprenons nos petites missions... Le jeux n'en sera que plus amusant.
Le directeur de Luby School tourna le dos à l'autre directeur, s'enfonçant dans les ténèbres de la forêt, laissant le directeur de Hell School seul, ricanant.
Directeur CHL: Mais les règles ont changés depuis longtemps...
Le second directeur s'enfonça à son tour dans la forêt, dans la direction opposé, continuant son ricanement.

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Zalosta
Ghost of Romantic Tranceiver
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Dim 25 Juil - 20:40

Chapitre 7 : Depuis longtemps…


Un vent chaud balaya les feuilles de la forêt, les faisant virevolter doucement, déplaçant une fine poussière grise sur leur passage. Les pas du directeur de Chaos Luby School raisonnaient régulièrement, il marchait calmement en direction de son établissement. Un détour était nécessaire, comme chaque élève était plutôt perturbé par les derniers événements, autant éviter de se faire remarquer par quelqu’un d’autre. Restons discret…
Sa cape ne traînait même pas sur le sol, ne laissait aucune trace dans la terre. Même ses pas s’effaçaient régulièrement avec le vent, comme s’il n’était jamais passé. Un bruit dans les feuillages attira son attention : il se retourna silencieusement pour voir de quoi il s’agissait.
Un unique œil rouge brillait dans la pénombre, faisant luire quelques tôles noires, d’où était encastrée cette lumière. Situé à environ trois mètres du sol, quoi que ce soit, c’était bien plus grand qu’un humain ou un hybride. Le directeur eut un simple sourire. Comme si finalement, les choses tournaient bien pour lui.
« Les règles ont changées, hein ?... Finalement, ça me va. »
Il leva la main, et une étrange lumière argentée se forma, illuminant les tôles grossières du robot, cachés sous les feuillages. Son unique œil vira soudainement du rouge au bleu. Puis un bruit de moteur se fit entendre, un léger sifflement dégagea quelques feuilles. Le directeur baissa son bras, satisfait, puis reprit sa route comme si de rien n’était.
Tandis que le robot, lui, prenait la direction inverse.

« Ouf, ils sont partis. Cet homme sinistre ne me disait rien qui vaille, nous avons bien fait de nous cacher. »
Sortant d’un buisson, une petite sphère noire aux triples yeux violets roula sagement sur le chemin. L’homme à l’habit noir était désormais bien hors de vue, donc le petit robot estima qu’il pouvait parler sans être trop entendu.
« Il a activé ce machin énorme qu’on a vu ! Tu as vu, ça sort de chez nous en plus. Ça ne me dit rien de bon.
- Il me semble… ça doit faire partit des sentinelles de sécurité… Je me demande comment il a pu atterrir ici. »
Une hybride s’extirpa à son tour de l’épais buisson, puis se mit accroupie vers le robot. Il faisait noir, la lueur lunaire se reflétait sur la carcasse ronde du robot. L’hybride, aussi noire que la forêt, était tout de même visible par une partie blanche de sa robe, partiellement déchirée par la végétation qu’ils avaient traversés. Ses pieds nus étaient très sales, et portaient de nombreuses petites coupures.
« Capi, il faudrait penser à soigner ça. » Fit le robot, faisant un signe vers les quelques blessures que portait l’hybride.
La dénommée Capi se releva difficilement, et s’accouda à un petit arbre. Le robot s’éleva simplement dans les airs, de sorte à être face à elle.
« Abbott, tu n’a pas scanné les vêtements de l’humain, de tout à l’heure ?
- Nan, nan. Trop noir, ça ne passait même pas à travers les feuilles. Par contre on devrait suivre le robot qu’il a mit en route ! J’te rappelle les dommages que ça peut causer, quelles que soient les cibles, on se doit d’y jeter un œil. »
L’hybride chat fit la moue. Marcher encore … Non, elle n’avait plus envie. Mais elle était bien forcée désormais : Il y avait peut être, un risque considérable, avec l’ancienne sentinelle en route…

Rosa se rapprocha de Firemagma, souriante. Devant eux se dressait Aurore, devenue désormais une hybride tigre. Grognant de colère, mains en avant, prête à donner le premier coup. La hérissonne s’approcha un peu plus de Firemagma, lui murmurant :
« Tu veux que je détourne son attention ? Pour que tu puisses finir le boulot, de ton côté ? »
Le démon porta son attention vers son double, au sol. Katos, tout proche de Ama, s’apprêtait à lui porter secours à son tour.
Le lion croisa alors le regard de Firemagma. Evidemment, il avait senti le danger que représentait ce type aux mœurs enflammées. Ce dernier esquissa un mauvais sourire, détournant royalement Aurore sur le côté, tandis que Rosa barrait la route à l’hybride tigre, pour l’empêcher d’aller plus loin. Pour sa part, Firemagma arriva alors juste devant Katos, qui était au sol vers Julien.
« Tu as vu l’étendu de mes pouvoirs ? Tu trouves nécessaire de te mettre sur mon chemin, le peureux ? »
Katos fronça légèrement les sourcils, sur cette appellation. Il fixa alors Firemagma d’un étrange regard. Comme s’il cherchait quelque chose. Surpris qu’il ne détale pas vers Ama, Firemagma leva soudainement son pied, et l’envoya valser dans la mâchoire du lion, qui se retrouva deux mètres plus loin au sol. Mais avant même qu’il s’en aperçoive, il était déjà en train de chuter, secouer par une très légère décharge électrique qui le fit frissonner violemment. Le cul par terre, se demandant d’où ça venait, il eut juste le temps d’esquiver un grand coup de poing jeté par une Aurore furieuse, qui s’était vite désintéressée de Rosa.
La hérissonne noire s’en retourna vite vers l’hybride tigre, usant de sa vitesse pour la déstabiliser, puis pour la faire tomber. C’était sans compter un grand coup de jambe, qui vint faire voler littéralement Rosa droit dans le canyon. Une exclamation de Firemagma, mais son alliée s’en était déjà hors de vue. Un silence tomba soudain sur le combat, tandis que Aurore se relevait silencieusement, dans l’attente d’une confirmation de la mort de sa victime.

Soudain, un très léger bruit de soupape se fit entendre, puis le léger ronflement d’un moteur. Rosa réapparut alors la première, accroupis sur la tête d’une machine entièrement noire. Ronde, quelque peu instable, la hérissonne noire devait se maintenir tant bien que mal pour éviter le grand saut.
« J’ai jamais pu saquer ce genre de machine, mais sans elle, ça aurait été limite ! » S’exclama t-elle en riant, puis en sautant sur la terre ferme.
La machine se plaça gracieusement au sol, non loin de Rosa. Un quadrillage vert balaya rapidement la zone, tout le monde se retrouva scanné. Un cliquetis inquiétant survint de la machine, tandis que Rosa rejoignait Firemagma.
D’un signe de tête, ils se comprirent : le démon sauta alors aux côtés de Julien, le faisant échapper au quadrillage. Il le mit sur son épaule, tel un sac à patate, et eut un léger ricanement lorsque Aurore se retrouva stoppée par une salve de balle lancée par le robot. Ce dernier, arme en main, attendait le moindre mouvement de Ama, Katos et Aurore pour tirer. L’Aquawolf posa ses mains au sol, et murmura :
« … J’espère que vous aimez bien l’eau… »
Le lion et l’hybride tigre se retournèrent vers elle, l’air interrogateur. Puis Aurore reporta son attention vers Firemagma, qui tenait Julien. Son frère était entre les mains d’un démon…
« Si tu comptes faire quelque chose, fait le tout de suite ! » Siffla t-elle férocement, tandis qu’Ama s’était relevé en douceur, pour ne pas brusquer le robot, dont l’arme était dirigée vers eux trois. Elle était encore trop affaiblie par sa dernière attaque pour faire quelque chose de conséquent, il lui fallait taper juste. C’était sans compter Rosa et Firemagma, qui tournèrent les talons en discutant de Sora, projetant de mettre Julien dans la même cellule qu’elle. Ama leva alors soudainement les bras, en lança à Aurore et Katos :
« J’retiens cette chose, rattrapez Julien en attendant ! »
L’hybride tigre et le lion ne se firent pas prier, ils se jetèrent en direction de Firemagma et Rosa, contournant le robot. Une bulle d’eau, épaisse, entoura alors la machine, dont les capteurs furent ainsi brouillés. Même, une parole mécanique se fit entendre :
« Où êtes vous ? Si je ne détruis pas les intrus, je n’aurai pas ma révision ! »
Ama se tapota une tempe doucement avec son index, signalant clairement que ce robot était complètement frappé de la ruche. Maintenant la bulle d’eau au mieux qu’elle pouvait, elle observa ses deux autres compagnons agir. Une autre décharge inconnue au bataillon fit tomber les deux alliés de Chaos Hell School, Julien roula hors de portée, toujours assommé. Aurore prit alors le relais, et sauta sur Firemagma, lui décochant un vilain coup de griffe qui marqua profondément son dos. Poussant un cri de surprise, l’hybride tigre ne se priva pas de donner d’autres coups, plus puissant, avant de se faire éjecter par une boule d’énergie négative noire. Rosa força Firemagma à se relever, malgré la douleur, et lui fit reprendre Julien vivement. Elle lança une nouvelle boule de néant vers Katos, qui l’esquiva, se rapprochant d’une Aurore légèrement blessée. Rosa et Firemagma eurent juste le temps de s’enfuir pour de bon, échappant à un ultime coup de poing d’Aurore…

« Tu l’as repéré, Abbott ?
- Oui, il est parti vers le canyon, et s’est arrêté. Dépêche toi voyons, peux être que des gens ont déjà essuyé des tirs ! »

Ama tomba à genoux. Tenir cette grosse bulle commençait à la fatiguer sérieusement. Le robot s’agitait à l’intérieur, cherchant à trouver une échappatoire.
Katos vint la soutenir, tandis que Aurore se tenait toujours là où elle avait fait tomber Firemagma. Elle avait réussi à le blesser, sérieusement… Mais son frère était encore partit ! Enfin, enlevé carrément, ce n’était guère mieux. Un genou à terre, sa colère se calma graduellement… Il n’y avait plus à s’énerver, l’ennemi n’était plus présent. Ne restait plus qu’a retrouver Julien !
Elle rejoint donc Ama et Katos, ses vêtements étaient dans un triste état à cause de sa transformation. Et pas de change dans les environs, il fallait rentrer avec ça. Rentrer…
« Cet endroit est beaucoup trop hydraté, je vais finir par abîmer mes composants ! » Se plaignit le robot, agitant ses mains-armes dans la bulle.
Ceci provoqua un déchirement sur la surface, et il se libéra enfin ! Ama chancela, et fut rattrapé in extremis par Katos et Aurore. Le robot s’avança alors d’un pas, et s’ébroua légèrement pour retirer l’excédant d’eau sur lui. Il se réarma, bougeant sa tête sur les côtés…


« Par ici, je le vois ! » S’exclama Abbott, sur un signe de tête à l’endroit concerné.
Capi souffla, agacé de faire tant de marche. Puis, entendant du bruit, elle attrapa son compagnon robotique et se cacha derrière un gros caillou, sommant Abbott de se taire.
Un humain et une hérissonne noire avançaient, un humain sur l’épaule du premier… Euh, ils étaient jumeaux ou quoi ? La féline tendit l’oreille, curieuse de savoir ce qu’ils tramaient : la hérissonne semblait toute contente de cette capture, que ça s’accordait parfaitement avec leur plan, etc. … Puis, une rafale de tir attira l’attention de tous. Ils se tournèrent simultanément vers la source, autant les élèves de Chaos Hell School que Capi et Abbott.
« Eh bien, je me demande d’où il vient ce robot, mais pour gagner du temps, c’est génial, fit Rosa, guilleret.
- N’empêche qu’on aurait très bien pu s’en charger nous même ! Grommela Firemagma.
- Oh, ne laissons pas passer de si bonnes occasions, répondit-elle d’un ton mielleux. Au moins, on ne se fatigue pas de trop… Toi par contre t’as intérêt à soigner ça vite fait. »
Le démon grogna, et fila aussi vite que la hérissonne, avec son paquet sur l’épaule.


Aurore fixait ses mains avec insistance : Elle venait juste de voir que Firemagma l’avait brûlé, elle ne savait comment… Peut être quand elle s’était attaquée à lui ? Sûrement… ça commençait juste à lui faire mal, toujours aussi étrange qu’elle s’aperçoive de ce genre de truc en dernier recours.
« La manucure c’est pour plus tard ! Il faut filer d’ici ! » S’exclama Katos, en tenant Ama contre lui.
Le robot avançait rapidement dans leur direction, et menaçait de tirer à n’importe quel instant. Dans la panique, on remarque toujours des détails idiots, le lion repéra alors un étrange logo en forme d’émeraude, blanche, sur un côté du robot. Aurore prit Ama dans ses bras, réveillant Katos de sa réflexion, et lui lança :
« Le paysage c’est pour plus tard, on se casse immédiatement ! »
Aussitôt dit, aussitôt fait : Les voilà en train de courir, direction la forêt, le robot à leur trousse !


Indiana, devant la porte de sortie, fit craquer ses doigts minutieusement. Derrière lui, Saïko, Kyliam, Zeus, Loulou, Etherya et Myrage le regardaient, perplexe.
« Vous allez voir, ça sera vite fait ! » Leur assurait Indiana, maintenant main sur la porte.
Puis, aussitôt dit, aussitôt fait, elle s’ouvrit… Pour montrer le directeur, qui était revenu.
« Super la méthode. » Grinça Kyliam, un léger sourire sur les lèvres.
Dans un silence tendu, le directeur poussa sagement les portes, et passa devant chaque personne. Puis s’arrêta plus longtemps vers Myrage. L’observant de haut, il lui dit :
« Tu as vu ? »
Aucune réponse. Il prit cela pour une affirmation, il s’en retourna donc en direction de son bureau, sans un bruit.
Et immédiatement, tout le monde se tourna vers Myrage, pour lui demander si ça avait un rapport avec la vision qu’il a eu. Penaud, il ne put qu’affirmer d’un signe de tête, secoué par ce qu’il venait de comprendre. Loulou réagit immédiatement, et s’exclama :
« Mais ! Ça veut dire… ça veut dire que cette vision s’est réalisée ? Pas vrai ? Julien aussi est avec Sora ?!
- Mais… Ama n’est pas avec lui ? »
Anaïs et Siana, attirées par les bruits, vinrent prendre des nouvelles. Apprenant la situation, et comme la porte était ouverte, elles se proposèrent pour aller jeter un coup d’œil. Mais justement, un bruit au loin attira leur ouïe… Elles s’en allèrent donc vers l’extérieur pour accompagner le vacarme qui venait à grand pas, rapidement suivit du petit groupe.


« Court, plus vite ! »
Katos, Aurore, qui tenait Ama, étaient toujours pourchassés par le gros robot de tout à l’heure. Les balles venaient se figer dans la végétation, sèche, se brisait au moindre effleurement de balle.
Le chemin était particulièrement atroce. Des caillasses, de la poussière… Rapidement, ils purent atteindrent la forêt. Bientôt, ils seront à l’école… Toujours coursés par ce truc peut être… Euh…
« … On va faire quoi avec ça ? » Demanda Katos, échappant à un nouveau tir.
Aurore fit une drôle de tête.
« Alors là bonne question ! »

« Il est là, je l’entend ! » S’exclama une nouvelle voix robotique.
Abbott jaillit d’un buisson, sous les exclamations de Katos et Aurore. La sphère se jeta sur son comparse de métal, et roula vivement jusqu'à son sommet. Il se connecta directement sur sa tête, et une transformation survint.
Déjà, le robot ralentit d’allure. Aurore et Katos purent souffler un instant, s’arrêtant complètement pour voir ce qu’il s’agissait.
Une drôle de petite sphère, connecté sur le robot… C’est ce qui venait de les sauver ! Hébété par cette étrange situation, Aurore demanda :
« Je peux savoir… C’est quoi ce cirque ?!
- Du calme, du calme, jeune femme ! Rassura Abbott. Cette chose est hors d’état de nuire désormais, je l’ai définitivement désactivé. »
Aurore cligna des yeux, manqua presque de faire tomber Ama, toujours dans les vaps’. Katos s’avança, plus confiant désormais, le danger écarté.
« Et… Qui êtes vous ?
- On m’appelle Abbott, ancien service de sécurité. Mon amie ne doit pas être loin… Capi ? Capi, où es-tu ? »
Katos et Aurore cherchèrent aussi du regard un éventuel être de métal, mais le bruit des buissons en dit autrement.
« J’ai la dalle… » Siffla un paquet de feuille.
La féline sauvage était étendue par terre, main levée vers Abbott, amusé de voir ce spectacle. La sphère robotique vint lui prêter main forte, pour la relever convenablement face à Aurore et Katos.
« Voici Capi ! Elle est résistante, c’est un chat sauvage… Enfin, une. Et elle a faim, vous n’avez pas un bout de sandwich qui traîne, de comestible ? »
Aurore et Katos répondirent par la négation, brouillon. Puis, se mettant tous au point, ils s’en allèrent en marchant vers Chaos Luby School… La défaite en tête.

Ils furent accueillit par les jumelles Anaïs et Siana. Aidant à porter Ama, le groupe d’élève et Kyliam vinrent leur prêter main forte, pour tous les amener dans le dortoir, à la salle commune. Puis, chacun prit en compte la dernière triste nouvelle : Julien était belle et bien aux mains de Chaos Hell School… De son double démoniaque, sûrement en compagnie de Sora, avec son double maléfique.
« Chacun son comparse des ténèbres, comme c’est ironique ! » Fit Abbott à Aurore, qui le fit taire en lui envoyant un yaourt vide dans la poire.
Et tout le monde préféra rester en groupe pour ce soir, et surtout, dormir sur leurs deux oreilles. Demain sera un autre jour, mais il fallait tout de même récupérer leurs amis…
Le directeur, de son bureau, réfléchissait à la tournure de la situation. L’arrivée d’une nouvelle personne était aussi imprévu… Mais ça lui faisait une pièce en plus, au cas où ? Alors que les élèves dormaient, il était plongé dans ses réflexions, silencieusement…


L’école aurait été située plus en campagne, on aurait entendu le champ du coq. A la place, c’est Abbott qui fait office de volatile bruyant.
« C’est le matin, c’est le matin ! » Lança t-il d’abord, tous ses systèmes en alerte.
Grognement général de la salle. Il s’éleva sagement en hauteur, scanna rapidement les lieux pour voir s’il ne manquait personne. Puis, s’approcha doucement du visage de Saïko, et s’exclama :
« IL FAIT CHAUD ICI \o/ C’est l’heure de se lever ! »
Le renard hurla littéralement, jeta avec violence son coussin sur Abbott, qui alla se figer sur le mur d’en face. Capi se leva alors, un papier d’emballage de sandwich toujours dans la bouche. Puis elle regarda la pendule, qui notait quatre heures cinquante huit.
« Abbott, chut.
- Mais c’est le matin, c’est l’heure de se …
- Abbott, ta gueule. »
Le robot sphérique tira une tête de trois pieds de long ( Si on pouvait dire ça… ), et retourna se mettre en veille vers Capi en grommelant contre la mauvaise habitude des êtres fait de chaire et de sang, de dormir d’une façon toujours si chaotique malgré un cycle du sommeil paramétré au poil pour certains.
Ceci fait, tout le monde se rendormit rapidement… Sauf Indiana, qui demanda à Capi :
« Il fait toujours ça ?
- Toujours, toujours. C’est une mauvaise habitude d’avant, je présume.
- Comment ça, d’avant ?... »
Capi se contenta de hausser les épaules, puis finit par se rendormir, prétextant qu’elle expliquerait plus tard comment elle est venue ici.
« D’abord dodo. » Rajouta t-elle, avec toujours ce bout de papier d’emballage sandwich au bord des lèvres.

Le directeur, constatant à neuf heures que quelques élèves n’étaient pas réveillés, se hâta d’aller dans la salle commune pour voir ce qu’ils tramaient. Il avait une nouvelle mission à donner après tout. Mais ce qu’il vit dépassa ce qu’il pensait.
Tout le monde roupillait sagement. L’homme à la cape se demanda comment on pouvait dormir dans des circonstances pareilles, mais, après réflexion…
« Un peu de repos n’est pas de refus, avec ce qui les attend tous. »
Il resta même quelques minutes de plus, par quelques bruits qu’il entendait : Myrage semblait murmurer quelque chose, paniqué. Un cauchemar peut être ? Zeus n’était pas loin d’Etherya, et grognait silencieusement sur quiconque l’approchait de trop. Et Loulou, qui avait par mégarde provoqué le gel partiel d’une bouteille d’eau, un peu trop proche de son sommeil.
Aussi, le directeur s’approcha de Capi. Et surtout, d’Abbott ! Il prit un petit objet de sa poche, semblable à une demi sphère dont le centre était surmonté d’un petit rectangle… Et le fit rentrer dans les connexions du robot sphérique, qui laissa échapper un léger cri, tandis qu’on lui piquait des données ! Le directeur, étouffant son système vocal, attendit sagement la fin du téléchargement de données. Puis laissa le robot tranquille, rouler vers les jupes de Capi.


Se réveillant, Sora constata qu’elle était toujours dans son rêve. Alors qu’une voix semblait l’appeler… Sa vision se troubla, des parasites apparurent dans son champ de vision. Puis, elle tomba, d’une petite hauteur, au sol. Un sol immaculé. Mais… Quelque chose avait changé. Tournant son regard, elle ne ressentit pas la présence de Rosa. Par contre il y avait d’autres choses. Des gens. Des humains ?
Elle vit une sorte de vitre, qui n’était pas tinté. Etrange pour un labo ! On l’encourageait avec des signes de bras, des sourires. Où était-elle ?! Elle ne connaît pas, ce n’est pas ce qu’elle a vécu… Mais l’atmosphère était si calme ! Que d’un coup, elle s’en retrouva à s’en tour plus sereine.
Sora releva une manche d’uniforme. Un petit appareil était implanté sur son bras. Ça la piquait, mais moins que ce qu’elle avait connu…
Puis d’un coup, tout se troubla à nouveau, et elle retourna dans du noir. Et cette fois, plus personne, sauf les grognements de Rosa. Le son étant peu perceptible, elle comprit tout de même :
« Ce directeur à la noix ! Se permettre d’interférer avec MES affaires ?! De quel droit ! Comment peut-il OSER ! Ma vengeance sera terrible, y’aura du sang, des piqûres, du sandwich. »
Puis, une autre voix :
« Tu débloques, de quoi tu parles ? Va t’amuser sur ton double, ça te calmera les nerfs. »

Une heure plus tard, tout le monde se réveilla sagement. Le sommeil avait été bien réparateur, et avait reposé tout le monde, et ce malgré la crainte d’un quelque chose à l’encontre de Julien ou Sora. Abbott fut nettoyé par Ama, qui avait balancé un jet d’eau dessus pour se venger du réveil plus tôt. Ils furent tous convoqués dans le bureau du directeur, Capi et Abbott compris. D’ailleurs, ce dernier s’était mit à murmurer des trucs inhabituels, pour un robot. Indiana l’avait même entendu dire, en chemin :
« … Oui mais vraiment, cette nuit, je ne sais pas ce que c’était, un homme en NOIR, vraiment je me suis sentit violé, violé ! »
Capi vint le prendre dans ses bras pour le rassurer, Indiana tapota sa tempe avec un index en regardant Aurore, signe qu’il manquait à la carcasse robotique un ou deux composants.
Tout le monde tint limite dans le bureau du directeur, juste assez grand pour tout le monde. Aucun bruit de la part des élèves, une simple méfiance s’imposait suite aux derniers événements. Il prit la parole :
« Vous êtes tous chargés d’une mission importante. Un groupe de machine s’est fait réactivé récemment. Situé dans la forêt, ils se sont dispersés un peu partout dans les environs… Aurore, Katos, Ama, vous savez ce que c’est, pas vrai ? »
Les trois concernés hochèrent la tête, d’une manière quelque peu lugubre.
« Il doit en rester quatre dans les parages. Vous devez les désactiver… Sans trop les mettre en pièce. Voici un radar et une clé, pour les repérer et les désactiver si vous le pouvez. Sinon… »
Il haussa les épaules, l’air de dire qu’ils avaient carte blanche.
« Si vous réussissez correctement cette mission, non seulement vous protégerez les éventuels touristes, mais aussi… Vous aurez la possibilité de faire un raid à Chaos Hell School, si vous le souhaitez, et si vous vous sentez capable de le faire. »
Chacun se trouva alors rassuré. Enfin, le directeur acceptait de retrouver ses deux élèves manquants ! Par contre, il établit une liste de groupe par machine :
« Alors, premier groupe… Saïko, Ama, Zeus. Second : Siana, Anaïs et Katos. Troisième groupe, Aurore, Myrage et Indiana. Quatrième, Capi, Kyliam et Loulou. »
Tout le monde, obtempéra quand à la composition des groupes.
Lorsque Loulou s’empara du petit radar, elle s’exclama doucement :
« Wha…. Ce truc, ça fait tout bizarre dans ma vie ! »
Capi la regarda, haussant les sourcils, se demandant comment une telle phrase avait fait pour atterrir ici.
Puis chacun quitta le bureau, en charge d’un robot à désactiver. Abbott restait sous la jupe de Capi, pour ne pas se faire voir du directeur, qui venait de fermer le dossier de Julien, puis celui de Sora.

Peu de temps après, on frappa doucement à la fenêtre du bureau du directeur. Sans surprise, le carreau vola en mille morceaux, laissant passer Firemagma dans la pièce fermé. Le siège de directeur était de dos, le démon s’empressa de parler :
« Enfin les autres se sont tirés ! Il va falloir m’expliquer la magouille du rêve de Sora. D’où ça vient cet autre labo ? Y’a des trucs puissants dedans aussi ? »
Il prit le haut du siège, le retourna…
Mais personne n’était assis dessus.
Se sentant idiot d’avoir parlé avec tant d’engouement dans le vide, Firemagma fit la moue. Puis, une boule de feu apparut dans sa main, tandis qu’une odeur de brûlé se fit sentir dans la pièce.
« Bon, en attendant, j’vais ranger ce bureau. Pas de kekkai ni rien dans les environs, donc j’vais vous rendre service. »
Quelques instants après, une violente explosion retentit dans l’établissement, et des flammes destructrices se mirent à lécher les murs de Chaos Luby School.


( Sous spoiler, image du robot dans le chapitre, et ceux à traquer : )
Spoiler:
 

_________________

ああぁ、手が滑っちゃったぁ~ごめんね~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alex the Black Cat
Sac à puce MineCraftien
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 24
Localisation : inconnue
Humeur : ...
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Lun 16 Aoû - 23:05

Chapitre 8 : Mauvais endroit, mauvais moment ...

Une chaleur étouffante régnait sur le Désert Mystique. Dans le ciel, pas un seul nuage, le soleil au zénith innondait les lieux de ses rayons. Au delà d'une magnifique forêt une chaîne de montagnes dominait les alentours. A leur pied se trouvait une étrange masse noire. A y regarder de plus près, on pouvait apercevoir une voiture près de laquelle deux silhouettes semblaient entraînées dans une discussion fort animée.
"Non ! Je ne t'emmènerai pas avec moi, Angelika !"
Celui qui avait parlé n'était autre qu'Alex the Black Cat, cet hybride à l'histoire plus que mystérieuse. Occupé à attacher son bâton au toit de sa voiture, il tournait le dos à la dénommée Angelika, dont la présence commençait à l'importuner ...
"Pourquoi ? répéta la jeune tigresse blanche.
- Je pars seul." se contenta de répondre le sombre félin.
Tout à coup il se remémora une autre discussion qu'il avait eu la veille avec une autre hybride, au bord d'une falaise de Green Hill, non loin d'ici ...
"Alors comme ça tu t'en vas ?
- Oui je m'en vais. Comment l'avez-vous appris ?
- Tu en as parlé à Shadow qui me l'a rapporté.
- Je m'en serais douté.
- Pourquoi veux-tu partir ?
- Pourquoi tenez-vous tant à le savoir ?"
Un long silence s'installa, silence durant lequel l'interlocutrice d'Alex s'appocha lentement de lui et lui susurra à l'oreille :
"Ce n'est pas pour tes beaux yeux que je m'intéresse à toi, tu le sais ...
- Humph ! lâcha le chat noir.
- De toutes façons, je ne suis pas en mission, reprit-elle en s'éloignant du félin, tu peux bien me le dire ...
- Soit, si vous insistez ... Je compte voyager dans le pays. Il faut que je sache quel est mon rôle ... vu que je sais maintenant qui je suis ..."
Il avait prononcé ces derniers mots dans un ton plus bas, presque inaudible.
"Tu comptes emmener cette Angelika Crystal avec toi ?
- Je vous demande pardon ?
- Oui ce serait une bonne idée, tu ne trouves pas ? Vous pourrez apprendre l'un de l'autre et vice-versa ..."
A nouveau le silence. N'obtenant aucune réponse, l'espionne tourna les talons et avant de partir, prit une dernière fois la parole :
"Je vois que tu es dans une intense réflexion alors je vais te laisser. Bon voyage initiatique, Alex the Black Cat !"
Celui-ci se retourna et lorsqu'il fut seul, répondit en direction de la forêt :
"Vous me surprendrez toujours, Rouge the Bat !"

L'explosion avait plaqué au sol tous les élèves, seules les jumelles s'étaient juste accroupies.
"Bon sang, qu'est-ce qui s'est passé ? demanda Zeus, confus.
- A ton avis ? répliqua sèchement Kyliam, il y a eu une explosion !
- Je vois bien, admit le renard, mais pourquoi ?
- On s'en fiche, interrompit Ama, ça venait du bureau du directeur. Allons-y !"
Ils se relevèrent péniblement, chacun était encore assez secoué. Par chance, le reste de l'école n'avait subi aucun dégât. Ils retournèrent donc dans le bureau du directeur et lorsqu'ils ouvrirent la porte, une vague de chaleur intense les étouffa. Un incendie provoqué par l'explosion s'était déclaré et les flammes rongeaient les meubles et les murs du bureau. Devant ce spectacle atroce, les élèves gardaient leur calme, ils cherchaient le moyen d'éteindre cet incendie quand Ama leur ordonna à tous d'aller ouvrir les robinets des lavabos situés dans le couloir. Ils comprirent vite ce qu'elle avait l'intention de faire et ils s'exécutèrent aussitôt. L'eau qui coula des tuyaux fut immédiatement attirée comme un aimant par Ama jusqu'à former une ceinture gravitant autour d'elle. L'Aquawolf se servit ensuite de cette eau pour éteindre le feu en envoyant quelques jets vers les zones qu'elle désignait. Une fois le brasier complètement éteint, elle laissa échapper un soupir de soulagement tandis que les autres l'entouraient pour la féliciter.
"Bravo Ama, tu as été formidable !!! s'exclama Saïko en la serrant dans ses bras, ce qui fit rougir la louve.
- Euh les amis ? demanda Loulou sur un ton inquiet. Quelqu'un a vu le directeur ?
- Il est derrière vous." répondit une voix grave.
Tous se retournèrent et étouffèrent une expression de surprise en voyant le grand homme, debout en face d'eux.
"Monsieur ... commença Myrage, on vous croyait ...
- Je sais, je sais, l'interrompit le directeur, ne vous inquiétez pas, je n'étais déjà plus là quand cela s'est produit.
- Vous croyez que la Hell School a commencé l'attaque ? hasarda innocemment Katos.
- Comment auraient-ils fait ? demanda Indianna. Il n'y aurait plus de kekkaï ?
- Quoi qu'il en soit, je vous félicite, vous êtes intervenus à temps et avez usé de votre esprit d'équipe. Maintenant allez accomplir votre mission, je m'occupe du reste ..."
Les élèves obéirent et laissèrent le directeur seul devant son bureau, à moitié dévasté. Il s'assura que les documents étaient intacts puis, s'approchant de la fenêtre brisée, il parla comme pour s'adresser à une personne :
"Aurais-tu déjà perdu le contrôle de tes pions, mon ami ?"

Il ne savait toujours pas pourquoi il avait accepté. Cela faisait un moment déjà qu'ils survolaient l'immense forêt à l'est et durant le trajet, Alex se demandait encore ce qu'il lui avait prit d'emmener cette fille avec lui. Angelika elle, admirait le paysage : il n'y avait que des arbres à perte de vue, la voiture filait à une vitesse et une altitude raisonnable ce qui permettait de profiter d'un beau panorama. Mais ce décor monotone laissait vite place à l'ennui, et la féline blanche se replongea vite dans ses souvenirs.
Elle se trouvait sur la plage, devant la maison qu'elle cohabitait avec son amie d'enfance, et elle conversait avec cette même amie.
"Bon alors Lily, tu viens ou pas ?
- Ben heu, c'est pas que j'ai pas envie de venir mais ...
- Tu veux rester à cause d'Alex, c'est ça ?
- Non, non, c'est pas à cause de lui ...
- Arrête de mentir, tes joues rouges me disent le contraire ! Lily, je te connais depuis bien longtemps et ...
- Oui je sais, l'interrompit Lily, tu n'as pas de secret pour moi et je n'ai pas de secret pour toi.
- Alors vas-y, va le retrouver, écoute ton cœur !"
Une autre voix se fit entendre.
"Hé Amy, on t'attend !!!
- J'arrive Tails, s'exclama à son tour Amy.
- J'aurais tellement voulu venir mais je vais rester, se décida enfin Lily.
- Tu vas te déclarer ? Demanda la hérissonne rose.
- Je ... Je ne sais pas."
Ses joues rougirent à nouveau.
"Tu as de la chance, lui au moins il ne t'échappe pas à la vitesse du son.
- Nous sommes arrivés !"
Cette phrase sortit Angelika de sa rêverie éveillée.
"Quoi Alex, qu'est-ce que tu as dit ?
- J'ai dit que nous étions arrivés." répéta le chat.
La jeune hybride regarda à travers la fenêtre. En effet la voiture commençait à atterrir lentement dans ce qui semblait être une clairière, Alex en avait enfin trouvé une afin de se poser. Les roues reprirent leur position verticale, les propulseurs ralentissant la descente du véhicule pour permettre un atterrissage en douceur. Lorsque cela fut fait, le chat noir descendit immédiatement et décrocha son arme des grappins.
"Pourquoi on s'arrête ici ? demanda Lily tout en descendant elle aussi de la voiture.
- Je n'ai pas l'intention de voler tout le temps, répondit le sombre félin, nous continuons à pied !
- Euh ... ben ... D'accord."
Surprise, elle referma la portière et regarda silencieusement Alex appuyer sur sa montre. La voiture redécolla et se dirigea vers son point d'origine, c'est-à-dire, la base du chat noir, à l'intérieur de sa montagne ... Il expliqua à la tigresse qu'il avait mémorisé le chemin, le retour leur prendrait du temps mais il préférait savoir son moyen de transport à l'abri ...

Le groupe de Saïko pénétrait dans la forêt située en face de l'école. Le Pyrofox était heureux de voir qu'Ama l'accompagnait, il se sentait si bien en sa compagnie ...
"Les désactiver sans trop les mettre en pièce ... il en a de bonnes lui ! répéta Zeus.
- Si on a pas le choix il faudra en passer par là ! lui répondit Ama.
- Le radar n'indique rien pour le moment, continuons !" s'exclama Saïko.
Ils s'engouffrèrent dans les boisés, la lumière du jour se faisait de plus en plus rare tandis que le radar ainsi que les trois hybrides restèrent silencieux.
A quelques centaines de mètres de là, le groupe de Katos aussi s'aventurait à l'intérieur du monde végétal.
"Si l'on trouve un de ces robots et qu'il se met à nous attaquer, qu'est-ce qu'on fait ? interrogea le lion.
- Rien de plus facile, répondit Siana en tournant la tête vers lui, on le détruit, pas besoin de cette clé."
Elle montra du doigt l'objet que tenait sa sœur.
"Je me demande quand même où le dirlo s'est procuré ça, dit Anaïs en examinant soigneusement la clé.
- Bah on s'en fiche ! lui affirma Siana.
- T'as déjà vu des robots à clé toi ?
- Non. Et alors ?"
Anaïs soupira.
A l'ouest de leur position, trois autres individus cherchaient eux aussi un robot à désactiver. Aurore, en tête, courait droit devant elle, tout en jetant un œil au radar.
"Vite, les garçons, cria-t-elle, plus vite nous aurons accompli cette mission, plus vite nous pourrons aller secourir mon frère et Sora !"
Elle était suivie par Indianna et Myrage, cependant ceux-ci avait du mal à tenir le rythme ...
"D'accord, souffla Indianna, mais on devrait faire une pause, tu crois pas ?
- Hé les gars ! lâcha à son tour dans une expiration le hérisson blanc. Atten...attendez-moi !...pff...pff

Tout était blanc, puis noir ... La lumière aveuglante laissait place à l'obscurité déconcertante ... Et dans cette folie, un rire ... Ce rire.
Un couloir sans fin se trouvait après le laboratoire. Elle avait beau essayer d'atteindre la porte mais une force invisible la retenait et la confinait dans ce lieu maudit. Et ce rire, ce rire qui lui transperçait les oreilles, allant jusqu'à résonner dans sa tête.
Sora pleurait dans son sommeil agité, ne parvenant pas à se défaire de ce cauchemar atroce. Devant sa cellule, sa jumelle maléfique prenait un malin plaisir à la voir se tortiller de douleur. La faire souffrir l'amusait énormément.
A côté, Julien était toujours assommé. Il avait reçu un sacré choc mais lui n'était pas l'objet d'une torture, pas encore du moins.

Angelika suivait toujours l'élu de son cœur. Silencieuse mais pensive, la jeune tigresse se confrontait à un très grand dilemme ...
"Il faudrait que je lui dise ... pensa-t-elle. Il faut qu'il sache ... mais je ... j'ai peur de sa réaction ... Que ressent-il pour moi ?"
Elle ne savait quelle décision prendre : avouer son amour ou garder encore un peu plus le secret ...
"De toutes manières il faudra bien que je lui dise. Tôt ou tard !"
Elle se résolut enfin à lui parler de ses sentiments, lui dire qu'elle l'aimait depuis qu'elle l'avait rencontré, lui confier également qu'elle avait un don, un don qu'elle possédait depuis sa naissance et dont personne, à part sa meilleure amie, n'était au courant de l'existence ...
Elle s'apprêtait à parler quand le sombre chat s'arrêta brusquement, manquant de la faire tomber.
"Alex ...?" commença-t-elle.
Mais il la fit taire d'un signe de main et lui montra ce qui attirait son attention : une machine venait d'apparaître devant eux à plusieurs mètres seulement. Les félins restèrent immobiles, retenant leur souffle, dans l'espoir que le robot passe son chemin sans les repérer. Malheureusement ce ne fut pas le cas, l'androïde regarda dans leur direction, les remarqua, et après leur avoir prononcé un "Bonjour" d'une voix affreusement aigüe, il tendit les bras et commença à tirer une rafale de balles sur eux. Aussitôt, Alex saisit la main de Lily et l'entraîna derrière un arbre au tronc épais. Lorsqu'ils furent à l'abri, les tirs cessèrent brusquement. Les yeux fermés, ils entendirent la voix mécanique retentir dans la forêt.
"Vous êtes toujours là ?
- Et comment ! chuchota l'hybride noir. Angelika, tu vas rester ici, tu es en sécurité, moi je m'occupe de lui ..."
Elle obéit sans rien dire, tremblante de peur, et le regarda dégainer son bâton et sortir de sa cachette avant d'entendre à nouveau la voix du robot dire :
"Je t'ai vu !"

Des cris et des pleurs résonnaient dans les oubliettes. A terre, derrière les barreaux, Sora sanglotait toujours et Rosa se délectait de se spectacle. Elle voulait la faire souffrir, lentement, doucement, avec de l'achever. Son jeu ne prendra fin que si elle en décide.
Julien lui, s'était réveillé et, agrippant avec force les barreaux qui le retenait, hurla à l'adresse de Rosa :
"Arrête !!! Laisse-la tranquille !!!"
Elle détourna son regard de son double et fixa Julien dans les yeux.
"Que tu es pathétique !!!
- C'est toi qui l'est ! rétorqua aussitôt l'humain, tu fais preuve de lâcheté !!!
- Silence ou tu regretteras bien vite tes paroles, humain !
Soudain, une autre personne entra dans la pièce, l'atmosphère se réchauffa d'un coup mais cela ne perturba personne. Firemagma entra, Rosa ne lui prêta pas la moindre attention. Le démon se plaça à côté d'elle, en face de Julien.
"Je vois que tu es réveillé. Comment vas-tu ?
- Quand je te vois, je regrette de m'être levé, tu me rends malade !
- Très aimable, comme toujours. Profite tant que tu le peux encore, bientôt tout sera terminé !
- J'ai hâte d'y être, ironisa Julien.
- Et moi donc ! s'exclama Firemagma avant de quitter les lieux, suivi de près par Rosa.
- Bonne nuit !" adressa-t-elle à Sora, toujours endormie.

"Vous croyez qu'il s'est passé quoi ? demanda Loulou.
- Aucune idée", répondit Kyliam.
Les deux filles examinaient le robot à terre. Il avait subi beaucoup de dommages et sûrement, ne pourra plus jamais tirer sur qui que ce soit ... Il possédait de grandes entailles sur son blindage, preuve qu'une personne inconnue équipée d'une arme blanche l'avait tranché et neutralisé.
"Et toi Capi, qu'est-ce que tu en penses ?" demanda à nouveau la louve blanche.
Voyant qu'on ne lui répondait pas, elle se retourna et vit que Capi parlait à Abbott.
"Tu as vu Capi ! C'est un des robots du centre !
- Quelqu'un les a réactivé tu penses ?
- J'en suis sûr, confirma le petit robot, et si j'avais une main, je la mettrais à couper que c'est cette école qui les a réactivé !
- On peut savoir de quoi vous parlez ?"
Capi et Abbott sursautèrent. Ils n'avait pas remarqué que Loulou s'était immiscée dans leur conversation.
"Rien, affirma Abbott, on parlait de rien, pas vrai Capi ?
- Ouais, c'était pas intéressant !
- Bon, il y a un robot de moins, allons voir où en sont les autres ... proposa Kyliam."
Les autres filles et le robot approuvèrent et se remirent en route.

"Alex c'était quoi ce truc ?"
Elle avait fini par poser la question après plusieurs heures de marche et de silence gênant. Angelika n'était pas bavarde de nature mais le mutisme du félin noir la perturbait.
"Ce dont je suis sûr, c'est que ce n'était pas un robot d'Eggman, lui assura Alex.
- Ah bon ? C'est un robot de qui ? Des humains ?
- C'est la cause la plus plausible. Mais je n'avais pas encore vu ce modèle-ci ...
- C'est peut-être un vieux modèle qu'ils ont perdu ...
- Possible en effet ..."
Le duo approchait d'un étrange bâtiment. Il ne possédait qu'un étage mais était étonnamment long. Ils approchèrent des deux énormes portes en fer forgé qui s'ouvrirent immédiatement à leur arrivée, comme pour les accueillir et les inviter à pénétrer en ces lieux forts inquiétants. Cela ne découragea pas le sombre félin qui continua sa route, suivi par une Angelika très apeurée mais confiante.
Une fois à l'intérieur, les portes se refermèrent, les laissant quelques instants dans l'obscurité. Puis, comme par enchantement, des torches s'allumèrent tout au long d'un couloir. On pouvait aisément distinguer plus loin d'autres portes de fer, dont le nombre restait à définir. Alex et Angelika firent quelques pas mais une lumière intense les stoppa.
Une forme se dessinait dans les airs, d'une couleur bleutée, un homme commençait à apparaître devant eux. Vêtu d'une longue cape, son visage enfoui dans une capuche, il se tenait droit comme un "i", ne semblant pas remarquer la présence des hybrides. Il commença un discours :
"Bonjour et bienvenue dans la Chaos Hell School, l'école qui permet aux personnes possédant des capacités extraordinaires de se former et d'apprendre à maîtriser progressivement leurs pouvoirs. Je suis le directeur, c'est moi qui vais vous donner les instructions de votre inscription et, si vous réussissez, vous pourrez accéder à vos dortoirs où vous recevrez sous forme de lettres ou par le biais d'un autre élève des missions à accomplir. Vous pouvez aussi vous entraîner dans l'une des nombreuses salles que nous possédons. Maintenant avancez vers la porte dont la lumière s'est allumée et préparez-vous à votre épreuve qui déterminera si vous avez les capacités requises pour faire partie de notre école. Bonne chance."
Le directeur disparut brusquement tandis qu'une petite ampoule rouge brillait au dessus d'une des portes situées à droite.
"C'est un hologramme" dit calmement Alex, aucunement surpris par ce genre d'artifices.
Il avança vers la porte, accompagné d'Angelika, qui s'ouvrit lorsqu'ils se présentèrent. Ils ignoraient qu'ils étaient épiés depuis le bureau du directeur ...
"Tiens ! Nous avons de la visite ! fit remarquer Rosa, observant les nouveaux venus au moyen d'un écran relié à une caméra située dans la salle.
- Hum, voyons voir ce dont ces deux-là sont capables." proposa le démon.
Une fois la porte fermée derrière eux, ils se trouvaient une espèce d'arène, faite de roche, avec en dessous du magma en fusion.
"Mais où sommes-nous tombés ?!!" s'exclama le sombre félin, étonné de voir une telle salle.
Soudain ils virent une autre porte, à l'opposé, s'ouvrir et laisser place à un robot, du même type que celui qu'ils avait vu dans la forêt. Ils laissèrent échapper ensemble la même exclamation de surprise :
"Le même robot !!!"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.sonic-arena.fr/
Flake
Brume des Neiges
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Sam 9 Oct - 19:48

Chapitre 9 : Sombres sauvetages. (titre de Zalos ^o^)



Kyliam et Loulou restaient plantées devant la machine, perplexes, tandis que Capi avait déjà entrepris de l'escalader pour savoir comment elle fonctionnait, avant que le robot ne se retrouve avec un trou à la place de la tête. Elle fouillait dans les circuits et son petit robot voletait au dessus d'eux.

- J'en ai marre, j'y vais ! s'exclama soudain l'échidné en tournant les talons.
- Tu vas où ?
Loulou se lança à sa poursuite, ce n'était pas le moment de se séparer. Abbott aussi se propulsa avec ses réacteurs pour s'interposer devant l'hybride tatouée.
- Chercher Sora et Julien ! expliqua brièvement l'échidné avant de s'arrêter net, en foudroyant le robot du regard.
- C'est pas une bonne idée, on a une mission à accom…
Le coup fut si rapide que le petit droïde n'eut pas le temps de s'échapper, Kyliam l'attrapa à deux mains et le porta à la hauteur de ses yeux.
- Tu la fermes Boite de Conserve ou je te grille les circuits. Je ne resterais pas ici les bras croisés à attendre que le Dirlo se décide à agir.

Elle relâcha la machine qui se refugia immédiatement derrière Capi, plutôt amusée de la situation, et l'échidné reprit son chemin. Loulou lui emboita le pas.
- Je viens aussi.
La louve connaissait Sora et Julien depuis peu de temps mais elle les appréciait tout comme les autres élèves de l’école, et Sora était une amie des quintuplées cela lui suffisait pour la considérer comme une vielle amie. Capi les suivit malgré les protestations d’Abbott.


**
*


Les yeux rivés sur le petit radar qui n'émettait toujours rien, Saïko commençait à se demander si l'appareil fonctionnait correctement. La technologie le rebutait, pas assez proche de la nature et il n'avait aucune confiance en cette machine. Il préférait compter sur l'appui de son esprit protecteur et celui d'Ama pour retrouver les robots. D'ailleurs ceux-ci ne semblaient n'avoir rien trouvé non plus puisqu'ils n'étaient pas encore revenus. Il marchait tranquillement, tenant la jeune louve par la main. S'il n'y avait pas eu cette menace au-dessus de leur tête et la disparition de leurs camarades, les deux élémentalistes auraient pleinement profité de cette petite promenade en forêt. Zeus marchait en retrait, il avait la désagréable impression d'être de trop. Heureusement Etherya lui tenait compagnie. La petite dragonne, lovée sur son épaule semblait dormir. Pourtant elle était bien réveillée et en grande discussion avec son ami. D'ailleurs le renard à neuf queues fut un peu surpris de voir soudain son compatriote roux s'arrêter et fixer le ciel qu'on percevait à peine sous l'épais feuillage.

- Il faudrait prendre un peu de hauteur pour mieux voir, murmura-t-il.
Zeus caressa la tête de la dragonne qui gloussa de plaisir, elle remua légèrement les ailes comme pour les dégourdir puis s'envola rapidement vers le ciel, disparaissant derrière les branches.
- Elle va aller voir, expliqua Zeus, content de sortir un peu de la monotonie de ce périple.

Durant quelques minutes, rien ne se passa et un silence inhabituel s'abattit sur la forêt. Saîko serra plus fort la main de sa compagne, sans même s'en rendre compte, il descendit légèrement sur ses appuis comme pour se mettre en garde. Au fond de lui, il avait senti le danger, tout comme la nature qui semblait retenir son souffle. Puis tout arriva en même temps. Aqua et Firefox apparurent ensemble criant un avertissement à leurs protégés tandis qu'un robot géant apparaissait comme sorti du néant. Comment avaient-ils pu le rater ? Il était énorme, dominant la plupart des arbres. Les deux amants se mirent aussitôt en garde, déjà Ama se concentrait appelant l'eau abondante ici. Quant à Zeus, lui aussi se tenait prêt au combat. La clef qu'on leur avait remise bien en main, il cherchait déjà du regard où il devait la mettre. Le robot les fixait de son unique œil rouge. Dans un crissement infernal de métal, il fit pivoter son torse de façon à présenter le canon qui terminait son bras gauche sur les hybrides. Ceux-ci eurent à peine le temps de s'écarter avant qu'un rayon de lumière aveuglante s'écrase sur un arbre et l'embrase. Immédiatement, ils contre attaquèrent : Ama tenta d'user de la même technique que dans le canyon, mais visiblement ce droïde avait appris de son frère car il ne laissait pas la louve se concentrer assez pour l'enfermer dans une bulle d'eau. Il semblait d'ailleurs ne se préoccuper que d'elle, ignorant complètement les attaques des deux autres. Zeus en profita pour se faufiler dans son dos. Pourtant trop concentré sur sa recherche, il esquiva de justesse une rafale de balles qui décortiqua un arbre. En sautant pour esquiver l'attaque, le renard aux multiples queues réussit à apercevoir, à la base du cou du monstre de métal, un minuscule interstice qui pouvait parfaitement accueillir la clef. Il fit un signe à ses deux camarades pour leur montrer. Saïko comprit rapidement et redoubla d'attaques, sa serpe imprimait des marques de plus en plus profondes dans la carcasse de la machine sans vraiment l'endommager. Après tout, ils ne devaient pas la détruire mais simplement la désactiver. Ama avait, quant à elle, laissé momentanément le combat de côté, et usait principalement de ses pouvoirs pour éteindre les nombreux incendies déclenchés par les lasers du robot. Être pris dans un feu de forêt ne les aurait pas arrangés. L'engin avait changé de cible, préférant le renard roux. Il cherchait à le chasser comme une mouche, balançant ses énormes bras tels des massues dans tous les sens. Plusieurs fois, son agilité lui évita un coup qui l'aurait envoyé valser mais Saïko ne parvenait plus à s'approcher convenablement pour le frapper de son arme. Pour le moment, les hybrides avaient largement le dessus. Ils prenaient mille précautions pour éviter de trop l'endommager. Zeus profita que le robot l'ait complètement oublié pour grimper sur un arbre encore entier. Il était maintenant à la bonne hauteur pour sauter sur l'engin et user de sa clef. Une fois en place près à sauter, il fit un signe à Saïko. Ce dernier cherchant à attirer l'attention de la machine infernale pour l'amener sous la position de Zeus embrasa sa main droite comme prêt à lancer une boule de feu.

- Viens par là ! cria-t-il au robot qui aussitôt tourna son bras armé vers lui.

La machine n'avait pas fait attention à la louve. Un puissant jet d'eau monta du sol pour dévier le bras vers le haut. Le laser loupa très largement Saïko pour se perdre dans les nuages. Zeus n'attendit pas une seconde de plus, sans même savoir si l'attaque de ses amis avait porté, la machine maintenant assez proche, il avait déjà sauté, la clef en main. Il ne lui restait plus qu'à la mettre en place. Pourtant il se figea, blême. Un cri dans son esprit lui avait glacé le sang. Aussitôt son regard azur se tourna vers le ciel.

- Etherya !!

Il avait entendu le cri de peur de sa petite protégée et maintenant un grand silence, elle ne répondait plus à ses appels.
Une fraction de seconde, cela suffit au robot pour se reprendre. Il fit un violent mouvement du tronc qui faillit déséquilibrer le renard argenté. Alors qu'il tentait de se rétablir, le robot l'attrapa par ses queues et le projeta au loin. Zeus aurait fini dans un arbre si Saïko ne s'était pas interposé pour le rattraper. Malheureusement la puissance du coup fut telle que tous deux furent envoyés à une dizaine de mètres dans les ronces. Ama se retrouva soudain seule face à l'imposante carcasse de métal en furie. Elle commençait à s'épuiser à force d'user de ses pouvoirs pour contrôler l'incendie. Heureusement qu'elle pouvait encore compter sur l'aide des deux esprits.



**
*


Siana bougonnait en suivant sa sœur et le lion.

- On tourne en rond et il n'y a rien !! répéta-t-elle pour la dixième fois.

Anaïs leva les yeux au ciel, exaspérée par l'impatience de sa jumelle tandis que Katos fit profil bas. Il avait déjà tenté de raisonner la dhole, mais celle ci l'avait attrapé par le col, soulevé comme s'il n'avait rien pesé en lui promettant de lui refaire le portrait s'il l'ouvrait encore une fois. Katos avait eu une trouille bleue et n'osait même plus la regarder. Il se contentait donc de suivre sans rien dire tout en priant pour qu'ils ne trouvent rien. Dans quelle galère s'était-il embarqué sans le savoir ? Et dire qu'il y avait à peine un jour, il était tranquillement dans le canyon à rêvasser. Depuis qu'il avait accepté d'entrer dans cette école tout allait de travers.

- Et dire que je pensais être tranquille dans une école ! soupira-t-il.
Il était tellement perdu dans ses pensées qu'il ne vit pas les jumelles s'arrêter, il fonça donc droit dans Siana :
- Scuse moi, pas fait exp…

Le jeune félin se stoppa en plein dans sa phrase, comme les filles, il découvrait la raison de se brusque arrêt : Devant eux se dressait une des machines qu'ils cherchaient, inerte. Anaïs, la première stupeur passée, s'approcha prudemment, fit le tour du robot par la droite tandis que l'autre canidé faisait de même à gauche. Katos, quant à lui, se contenta de reculer jusqu'à trouver l'abri salutaire d'un tronc d'arbre bien épais. Mais l'engin ne bougeait toujours pas. Siana toqua sur la carlingue avec le manche de son couteau, mais comme il n'y avait toujours aucune réaction de la machine, les trois hybrides soufflèrent et se détendirent. Anaïs trouva rapidement un endroit pour grimper sur le robot et presque aussi vite l'interstice qui permettait d'incérer la clef. Ce qu'elle s'empressa de faire. Aussitôt un long sifflement leur vrilla les tympans. La jeune dhole poussa un cri de surprise, lâcha sa prise pour se boucher les oreilles et glissa du robot. Celui-ci d'ailleurs se redressait accentuant la chute d'Anaïs. Katos le plus éloigné fut moins sensible au son, il lança presque aussitôt une vague d'énergie tellurique qui fit gonfler la terre et la mousse offrant à la canidé un coussin amortissant sa chute. Elle se réceptionna agilement et comme sa sœur, rejoignit le lion.

- C'était pas sensé le désactivé ? ironisa ce dernier, tremblant.
Il ne se sentait pas de taille à affronter une machine pareille.
- Tant mieux au moins on va se bouger !
Siana avait un mauvais sourire en coin, le combat ne lui faisait pas peur bien au contraire, sans se concerter, les jumelles s'élancèrent à l'attaque comme une seule personne laissant le pauvre lion interloqué.
- Hé !! Et moi?!


**
*


Alex avait poussé la tigresse derrière lui, offrant donc un rempart de son propre corps. C'était exactement le même robot que dans la forêt. Il n'aurait aucun mal à s'en débarrasser. Sauf qu'ici, il ne pouvait pas cacher Lili derrière un arbre. Il était dans une drôle de salle, immense. S'il n'y avait pas eu un toit, ils se seraient crus dans une arène de pierre. Une grande arène circulaire ou deux passerelles épaisses de fer surmontaient un profond lac de lave. La chaleur était étouffante. La passerelle devenait brûlante, rester sur place s'avérait vite insupportable. Le mieux était d'attirer le robot à lui, à l'autre bout de l'étrange salle et d'en finir vite. Lorsque le droïde fit pivoter son bras gauche vers eux, le chat noir passa son bras autour de la taille de la jeune fille et de l'autre attrapa son bâton.

- Accroche-toi ! murmura-t-il à sa compagne sans quitter le robot des yeux. Alors que le tir fusait, Alex d'un bond prodigieux, sauta sur la passerelle de gauche. Il plaqua Lili contre la paroi bien au centre du chemin de métal.
- - Reste ici ne bouge pas !

La tigresse approuva d'un signe de tête, elle avait parfaitement conscience du poids qu'elle générait dans un tel affrontement.
Alex la laissa pour se précipiter sur le robot en criant. Il prit appui sur son bâton et se propulsa les deux jambes en avant pour le frapper au visage. Du moins ce qui semblait être sa tête. Le sombre félin se rétablit d'une pirouette rapidement dans le dos du droïde. Cela eut l'effet escompté. Il abandonna brusquement la féline pour se concentrer sur le chat noir.


Derrière leur écran, Firemagma et Rosa savouraient le spectacle. Le démon confortablement installé dans le fauteuil tandis que la hérissonne s'était assise sur le bureau. Un sourire sadique s'étalait sur leurs visages alors que l'affrontement commençait.

- C'est qui ce nouveau ?
Pour toute réponse, le démon haussa les épaules. Il ne savait que penser de cette nouvelle recrue. Etait-ce un nouveau pion à jouer ou une épine dans ses projets ?
- Tu as vu comme il protège sa petite copine ?
Rosa s'était penchée sur l'écran, observant avec beaucoup d'attention la lutte qu'Alex semblait mener avec brio. De nouveau Firemagma haussa les épaules : un allié avec des sentiments, ce n'était jamais fiable, sauf si on savait les utiliser à bon escient. Au moment où cette idée lui traversait l'esprit, il croisa le regard sans pupille de sa complice. Un sourire entendu éclaira leurs visages. Ils avaient songé à la même chose.
- Je vais m'amuser un peu ! s'exclama la hérissonne toute guillerette.

Sans plus un mot mais en fredonnant, elle sortit du bureau laissant le démon seul face à l'écran. Alex en avait presque fini. Le robot présentait beaucoup trop de dommage pour résister longtemps.


Angelika surveillait le combat avec attention. En aucun cas elle ne voulait être un poids pour Alex. Aussi dès que les deux lutteurs se rapprochait d'elle, elle tentait de s'échapper et de mettre le plus de distance possible entre elle et le robot. Ainsi Alex n'avait pas à se préoccuper d'elle en plus de son adversaire; d'ailleurs le chat s'en sortait très bien. Il venait d'esquiver une rafale de balles en se glissant entre les jambes du robot. Ils étaient au bort d'une passerelle et la machine, en voulant suivre le chat avec son laser, s'était déséquilibrée. Plus qu'un coup et ils seraient saufs.
La jeune fille; trop occupée à suivre le combat, ne s'aperçut pas qu'une porte coulissait silencieusement dans son dos, la tigresse se sentit soudain tirée vers l'arrière avec une force peu commune. De plus une main vint se plaquer contre sa bouche, étouffant son cri de surprise. L'arène disparut rapidement à son regard pour se retrouver dans une pièce sombre. Enfin elle put se retourner tandis qu'on la lâchait. Elle tomba nez à nez avec une hérissonne noire vêtue de rouge. Elle dégageait une aura maléfique si intense qu'Angelika en eut des sueurs froides.

- Bonjour ! Tu vas souffrir, pour m'amuser. Lança Rosa sur ce même ton joyeux avant d'empoigner la tigresse et de l'entrainer vers le cachot.


Alex fit basculer le robot dans le lac de lave, il n'avait même pas eu besoin de son anneau. Il ne fut pas plus surpris de voir le droïde non pas tomber dans la lave mais sur un sol bien réel et métallique lorsque l'hologramme se désactiva.

- J'm'en doutais ! murmura-t-il pour lui même.
Par contre ne plus voir Angelika l'inquiéta. Et lorsque le directeur lui apparut, il le menaça.
- Où est mon amie?! Demanda-t-il en montrant les crocs.
- Ne t'inquiète, pas son épreuve ne fait que commencer. Bienvenu à la Hell School. Vous vous retrouverez vite si tu m'obéis.
A sa dernière phrase, Alex sut qu'il était bloqué. Cet humain avait sûrement pris la tigresse en otage pour l'obliger à lui obéir. C'était mal le connaitre. Il retournerait la bâtisse entière pour trouver la jeune femme.


Dans le bureau Firemagma souriait.
- Aucun intérêt !

Il parlait aussi bien du combat que de ce "nouvel allier" il n'avait pas besoin de sous-fifre, surtout si ils étaient aussi faibles. Il allait s'en aller rejoindre Rosa qui devait plus s'amuser à torturer sa nouvelle proie lorsque le directeur apparut devant lui et posa une petite boîte à double compartiments circulaires sur la table. Le démon, par curiosité, l'ouvrit puis arrondit les yeux de surprise. Il ne comprenait pas où voulait en venir son "chef".*

- Ca ne marchera jamais ! Sa sœur et Myrage ne se feront pas avoir par une paire de lentilles !
- Ne t'inquiète pas pour eux, ils ne seront plus un problème d'ici quelques heures !

L'image de l'humain se désagrégea et la porte s'ouvrit sur une hérissonne noire, habillée d'un pantalon et d’une veste verts, les épines relevées en queue de cheval. Firemagma eut un mouvement réflexe, il se redressa, déjà un balle de feu brulait dans sa main.

- Du calme, intima la hérissonne en s'approchant, dévoilant des iris verts sans pupille.
Dans la main, elle tenait le même flacon. D'ailleurs elle l'ouvrit et mit les deux lentilles ornant ses yeux de deux pupilles noires.
- Alors comment tu me trouves ? s’enquit-elle en faisant un tour sur elle-même comme si elle demandait son avis sur sa tenue.

Le démon sourit de plus belle. Il y avait des chances que ce plan fonctionne. D'ici quelques heures la Chaos Luby School ne serait qu'un tas de cendres.


**
*


Aurore continuait à courir, soutenant une certaine allure, puis s'arrêta brusquement. Ils étaient arrivés devant un cul-de-sac. Une imposante falaise en forme de demi-lune qui leur barrait le passage. La muraille recouverte de mousse montait à pic leur interdisant toute progression, du moins pour le moment. Indiana s'arrêta près de la jeune femme et tous deux observèrent l'édifice naturel.

- On escalade, suggéra le jeune homme.
- Pas le choix, affirma Aurore.

Une flamme de détermination brûlait dans son regard. Elle s'en voulait tellement de n'avoir su intervenir lors de l'enlèvement de son frère. Elle venait à peine de le retrouver que celui-ci disparaissait déjà et elle s'en sentait responsable.
Myrage arriva un peu essoufflé, la course n'était pas son point fort, il découvrit à son tour la falaise et poussa un long soupir. Tous trois s'approchèrent pour évaluer la hauteur et la possibilité de grimper. Indiana passa en tête. Il commença l'ascension avec une facilité déconcertante. Aurore le suivit, puis Myrage, avec beaucoup plus de mal.

Ils arrivèrent finalement au sommet, mais à peine avaient-ils mis pied au sommet de la falaise que deux robots géants apparurent comme sortis du néant. Le vide derrière eux, les robots devant. Ils étaient bloqués mais cela ne les découragea pas bien au contraire. Aurore fut la première à se jeter dans l'assaut, les deux garçons la suivirent sans la moindre hésitation. Indiana usait de sa vitesse pour déstabiliser les robots, parfois une lame de vent aidait à les déséquilibrer. La jeune fille et le hérisson les martelait de coups, Myrage à poings nus, sa force suffisant amplement pour infliger de sérieux dégâts, Aurore en s'aidant d'une grosse branche d'arbre qu'elle avait trouvée. Leur esprit d'équipe leur réussit et ils parvinrent rapidement à se débarrasser du premier robot. Alors que celui-ci tentait de tirer sur Aurore, Indiana, plus éloigné, envoya une bourrasque de vent qui le déséquilibra. Myrage n'eut plus qu'à donner un uppercut en plein torse pour le faire basculer dans le vide. Imprimant par la même occasion un énorme trou dans la carlingue laissant apparaître des câbles crépitant.
Il ne leur en restait plus qu'un et celui ci redoublait d'effort, tirant sur tout ce qui bougeait. Cela força les jeunes gens à s'échapper et se séparer. Aurore et Indiana étaient parvenus à le contourner et c’était maintenant le robot qui se retrouvait dos à la falaise. Par contre, Myrage, toujours proche de la machine pour pouvoir la frapper, se retrouva rapidement la cible principale. Une rafale de balles le poussa au bord de la falaise. Tellement préoccupée par le hérisson, la machine se prit de plein fouet l'attaque de Indiana. Un moment elle vacilla vers le vide et comme précédemment Myrage allait la frapper. Ce fut à ce mauvais moment que ses dons choisirent de se manifester. Tout s'effaça de sa vision : la falaise, la forêt au loin, le robot, ses amis. Il était dans l'école, il y avait pas mal de monde : Loulou, le groupe de Saïko et d'autres, tous discutaient tranquillement avec Firemagma et Rosa. Il les voyait tel qu'ils étaient normalement, sans artifice ni déguisements. Il ne comprenait pas pourquoi les autres semblaient ne pas s'inquiéter de la proximité de l'ennemi. Puis sa vision changea. Il était toujours dans l'école mais cette fois au milieu des flammes et des cadavres de ses camarades. Une vision d'horreur. On ne lui épargnait même pas l'odeur piquante de la chair calcinée. Il eut un haut le cœur tandis que la migraine commençait à serrer ses tempes comme un coup sourd. Rares étaient les visions aussi difficiles. Il se recroquevilla sur lui même, se tenant la tête à deux mains en gémissant.

Aurore et Indiana furent plus que surpris de voir leur camarade soudain tomber à genou alors qu'il allait frapper le robot. Dans un premier réflexe, le jeune homme voulut se précipiter vers lui mais le robot offrait un véritable barrage entre lui et son compagnon. Cela n'avait duré qu'une fraction de seconde, juste assez pour que la machine se reprenne et dirige son bras armé sur l'hybride sans défense. Un réflexe de survie ou l'avertissement hurlé par ses compagnons on ne sait, mais Myrage se jeta sur le côté sans même ouvrir les yeux, encore trop affecté par le lancinement dans son crâne. Il évita ainsi d'être criblé de balles, bien qu'une vint se loger dans son épaule gauche. L'hybride hurla, la douleur remonta tout son bras, dépassant celle de sa migraine. Il tomba de nouveau à genou, haletant, tenant son épaule blessée. Un mince filet de sang s'écoula entre ses doigts pour venir tacher la terre sèche. Cette fois, il ne put éviter l'attaque; de nouveau le robot tenta de le toucher mais sans utiliser ses armes. A une vitesse fulgurante son tronc pivota sur lui-même, son bras droit heurta violemment Myrage qui décolla du sol vers le vide. Indiana et Aurore furent stoppés en plein élan dans leur tentative de porter secours à leur ami. Continuant dans son mouvement de rotation, le robot présenta son arme face à eux et ouvrit le feu, les forçant à se cacher derrière les arbres. Ils n'eurent le temps que de voir leur compagnon tomber de la falaise. Aurore n'en croyait pas ses yeux.
Deux fois ! C'était la seconde fois que ces maudits robots lui enlevaient quelqu'un. Bien sûr, elle connaissait à peine Myrage mais c'était le meilleur ami de son frère et cela lui suffisait. Un regard de haine se figea sur le robot, déjà elle commençait à grandir, les coutures de son pantalons commençaient à tirer, prêtes à se rompre. Indiana, avec sa vue perçante se rendit compte immédiatement qu’une fourrure commençait à émerger sur les bras de la jeune femme. Avant qu'il ne puisse réagir, elle se précipita sur le robot, esquivant de justesse les balles. Elle commença à le marteler de coups : plus elle frappait, plus les marques déformaient profondément la carcasse, jusqu'à ce qu'elle y fasse un trou à la base du cou. D'une poigne ferme, elle arracha les câbles électriques et la machine retomba inerte au sol. Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour l'achever mais elle continuait à frapper encore et encore, aveuglé par sa colère. Indiana s'interposa immédiatement, elle n'avait pas achevé sa transformation, il devait l'arrêter maintenant avant qu'elle ne perde tout contrôle.

- C'est fini tu l'as détruit ! S'exclama-t-il en tentant de l'empêcher de frapper en lui tenant le bras.
Elle avait tant de force qu'il y parvenait à peine. Il la retourna vers lui en lui tenant les épaules, esquiva de justesse un coup de poing et la fixa dans les yeux encore vert. La colère s'y lisait mais la raison aussi, Indiana savait qu'elle luttait contre elle même pour rester lucide.
- C'est fini ! Il faut retrouver Myrage.

Le fin duvet commença à se résorber, la carrure de la jeune fille diminua pour retrouver sa silhouette habituelle. Elle semblait essoufflée. Enfin son regard retrouva toute sa lucidité. Il quitta un instant le jeune homme pour se fixer sur la falaise.
- Myrage ? Il est où ?
Tout deux s'approchèrent de la falaise, Indiana le repéra immédiatement malgré la nuit qui commençait à tomber. Il avait atterri sur le premier robot, dans le trou béant qu'il avait fait précédemment. Les câbles avaient plus ou moins amorti sa chute mais il ne bougeait plus. Une boule d'anxiété se forma au creux de leur estomac, les deux humains redoutaient le pire.


**
*


Kyliam marchait en tête, imposant un certain rythme. Il faisait presque nuit lorsqu’ils arrivèrent à une grille imposante. L'endroit était lugubre, le panneau qui indiquait le nom de l'école était cassé, une partie trainait encore à terre mais on pouvait y lire : Chaos Hell School. La propriété était entourée d’une épaisse et haute muraille de pierre. Derrière une imposante grille de fer forgée noire, au loin, elles purent apercevoir une immense bâtisse sombre. On aurait dit un château tout droit sorti d'un film d'horreur s’il n'était pas en partie en ruine.
- Et comment en entre ? demanda le robot sphérique en ronchonnant.

Il jugeait cette mission suicidaire, et l'avait durant le chemin à de mainte fois répété. Ce qui lui avait valu plus d'une bosse sur sa carlingue. Déjà que l'échidné avait demandé avec beaucoup d'insistance le chemin pour aller à la Chaos Hell School.
Capi, curieuse, s'approcha du boitier de commande qui se trouvait juste à côté de la porte. Avec des gestes sûrs et habilles, elle le démonta et commença à triturer les fils sous le regard admiratif de la louve blanche. Il ne fallut pas attendre très longtemps pour voir les grilles s'ouvrir.
- Bravo comment tu as fait ? demanda Loulou visiblement très impressionnée.
La chatte haussa les épaules.
- Il y avait les mêmes mécanismes dans le labo.

Kyliam passa devant elles sans un mot, sans même un remercîment pour la chatte. Elle était bien trop pressée. Comme d'ordinaire, elle avait foncé sans réfléchir. L'enlèvement de Sora, puis celui de Julien, elle les vivait comme un affront, elle ne faisait que ruminer des envies de vengeance. Pas un instant elle n'avait songé qu'elle pouvait entrainer ses amies droit dans un piège.

Le parc de l'école ennemi était complètement vide, sans la trace d'un élève. En fait il n'y avait absolument personne, pas même un oiseau dans les arbres morts qui peuplaient la cour. Même le bâtiment semblait vide de vie. Durant un moment les filles se demandèrent si elles étaient au bon endroit. Tout semblait abandonné et fermé. Elles firent le tour de l’édifice pour tenter de trouver une porte ou une fenêtre. Pourquoi ne pas passer par la grande porte d'entrée ? Cela leur semblait stupide. Elles n'avaient même pas pris le temps d'essayer de l'ouvrir, persuadées qu’elle était fermée. Capi repéra rapidement une fenêtre au premier étage entrouverte. Avec Kyliam, elles n'eurent aucun mal à escalader la façade et Loulou s'aida d'un escalier de glace pour monter. Toutes trois se faufilèrent dans ce qui semblait être une chambre d'internat un peu comme les leurs, en beaucoup plus lugubre. Abbott les rejoignit toujours en ronchonnant sur le caractère dangereux d'une telle entreprise.
Les hybrides quittèrent la chambre pour s'aventurer dans le couloir. A mi chemin Capi interrogea ses camarades :

- On cherche où?

Loulou ouvrit une porte prudemment après avoir écouté derrière. La pièce était vide, la suivante également. Tout était vide. Elles finirent de visiter l'étage, puis le suivant. Arrivées au milieu du dernier, Abbott qui voletait devant le groupe s'arrêta.
- On met pas des prisonniers dans une chambre, il doit y avoir des geôles quelque part?
- Tu pouvais pas le dire plus tôt ! s'énerva l'échidné prête à frapper la pauvre IA.
- On m'a pas demandé ! se défendit la machine.
- Et elles sont où ces prisons ?
Toutes se retournèrent vers la louve blanche qui visiblement commençait aussi à perdre patience.
- Bah, au sous sol ! répliqua la chatte comme si c'était une évidence.

Kyliam poussa un long soupir d'exaspération et repartit vers l'escalier. Elles descendirent rapidement jusqu'au premier sous sol, il y faisait très sombre, et aucune lumière ne fonctionnait. L’échidné aurait facilement pu leur allumer une torche mais la présence de Loulou la gênait. Autant que possible elle souhaitait ne pas utiliser ses pouvoirs avec la louve dans les parages. Elles continuaient toujours sans rencontrer la moindre résistance. Tout était beaucoup trop facile. D'ailleurs Loulou commençait à s'en inquiéter.

- Il n'y a aucune résistance ? Personne pour garder Julien et Sora ?
- On est peut être au mauvais endroit répondit l'albinos en foudroyant du regard le pauvre Abbott.

A peine avait elle fini sa phrase qu'une dizaine de créatures noires surgirent devant elles. Les deux hybrides blanches les reconnurent aussitôt, c'était les mêmes créatures qui avaient poursuivi Ama et Julien dans le parc du l'école. Elles se mirent en garde immédiatement tandis que les monstres passaient à l'attaque. Capi rapide et agile esquiva son agresseur en sautant en arrière aussitôt, Abbott s'interposa devant sa protégée. Juste devant Loulou, un énorme pic de glace se forma, embrochant deux monstres à la fois. Ils poussèrent un hurlement mais très vite ils se dégagèrent. Kyliam était partie bille en tête, elle se battait au corps à corps, n'usant que de sa force. Mais si chaque assaut faisait mouche, aucune des créatures ne semblait véritablement affectée par les blessures. Elles reculaient sur l'instant puis revenaient à la charge comme si de rien n'était. Les filles comprirent rapidement qu'ainsi elles s'épuiseraient avant les monstres, de plus l'étroit corridor et la pénombre ne les aidaient absolument pas. Lorsque Loulou lança des balles de givres sur les créatures pour les faire reculer, l'échidné grogna. Le tatouage de son bras devenait de plus en plus brillant. Le directeur avait il réfléchi lorsqu'il les avait mise ensemble ? Soit non, soit il ignorait à quel point Kyliam était sensible à l'élément de la glace. En un sens, cela l'arrangeait, elle n'aimait pas vraiment exposer ses faiblesses. En tout cas pour le moment, cela lui posait problème : à chaque fois que la louve utilisait ses pouvoirs, le sceau s'activait, lui tordant le bras. Sans compter les Flammes qui, excitées par la présence des créatures, n'attendaient qu'une occasion pour sortir. L'albinos commençait à avoir la migraine. Pourtant avec le trop plein de colère et de la frustration, elles finirent par trouver la faille. Alors que Kyliam allait frapper une énième fois la créature qui revenait à la charge, sans qu'elle ne puisse le contrôler, son bras s'enflamma. A sa grande surprise, cette fois ci la créature hurla de douleur avant de disparaître en fumée. Une autre à proximité qui voulait s'en prendre à la chatte se stoppa en plein élan pour reculer dans un coin sombre.
Les trois fille restèrent figées de surprise un moment mais se reprirent très vite. Abbott leur apporta la réponse à leur question muette.

- La lumière !!!
Kyliam ricana.
- Tout le monde recule ! Surtout toi ! ordonna-t-elle en se retournant vers Loulou.

Ses deux bras furent entourés de flammes puis son corps entier. Elle dégageait une vive chaleur, des serpents de feu se dégagèrent de la masse qui lui faisait comme une aura. Elle s'avança dans le couloir faisant reculer les monstres sans le moindre effort. Capi en silence tapota sur l'épaule de Loulou lui montrant un escalier sombre qu'elles n'avaient pas vu jusqu'à maintenant. Juste derrière les monstres, comme si ils protégeaient cette entrée. Lorsque toutes les créatures eurent disparu du couloir, les flammes furent brusquement rappelées dans le corps de l'hybride tatouée. Elle vacilla légèrement, se retenant à un mur. Inquiète Loulou s’approcha pour la soutenir mais Kyliam la repoussa violement en grognant après Abbott comme si il était responsable de leur situation.
- Tu pouvais pas nous le dire plus tôt, Boite de Conserve !!
-
Elle était d'une humeur massacrante. Autant parce qu'elle avait de plus en plus l'impression que rien ne se passait comme prévu mais aussi au cause de la migraine que les sceaux généraient. Il fallait qu’elle passe sa colère sur quelqu’un.

Dans un silence tendu, les trois hybrides et le petit robot descendirent l'escalier pour rapidement déboucher dans une caverne sombre et basse de plafond. Lorsque leurs yeux furent habitués à la pénombre, elles distinguèrent des barreaux de fer au fond de la salle et deux formes allongées sur le sol en terre.

- Sora ! Julien !! s'écria Loulou en reconnaissant ses amis.
Elle s'approcha de la grille et prit le cadenas qui la fermait. Il se recouvra très rapidement de givre, il devint si fragile que la jeune louve n'eut aucun mal à le briser et entrer dans la cellule. Elle s'approcha de Sora, elle semblait dormir profondément. Quant à Julien il émergeait, il se redressa lentement comme sortant trop tôt d'un rêve.
- Vous êtes venus ? Dit-il doucement?
- Et faut repartir rapidement ! renchérit l'échidné visiblement pressée de sortir d'ici.
Elle fixa un instant le jeune humain aux yeux verts, perplexe, puis s'ébroua. Ce qu'elle ressentait ? C'était sûrement une erreur. Ses sens étaient vraiment perturbés par Loulou.

Loulou et Capi s'occupèrent de porter Sora, toujours endormie, tandis que Julien et Kyliam les suivaient. Abbott avait ouvert la voie. Fort heureusement, ils ne firent aucune mauvaise rencontre. De nouveau ils redoutèrent un piège. C'était beaucoup trop facile. Ils remontèrent jusqu’au rez-de-chaussée, guidés par Abbott qui avait facilement intégré les plans de la bâtisse durant leur périple.
- Droit devant, trente deux mètres dix huit ! annonça-t-il alors qu’ils traversaient une grande pièce blanche et circulaire.
Les filles en étaient déjà sorties avec le robot. Elles étaient devant la porte d’entrée. Abbott cherchant à forcer le mécanisme d’ouverture.
Kyliam et son compagnon humain trainaient encore dans la salle circulaire. L’échidné s’arrêta soudain empêchant le jeune homme d’avancer plus.

- Qu'est ce qu'il s'est passé. Où sont vos ravisseurs? Aurore et Ama ont parlé de doubles ? Demanda-t-elle à son compagnon humain.
- J'en sais rien ! Vous avez de la chance de ne pas être tombées sur Firemagma. Il est très fort, plus que moi.

Kyliam se plissa les yeux, maintenant c’était une certitude. L'humain fit de même un lèger sourire commença à s’étirer au coin de ses lèvres, un mauvais sourire. Ils surent, l'un comme l'autre la vérité.
Dès qu'elle était entrée dans la cellule Kyliam avait senti la différence de pouvoir entre son ami humain et celui qui se tenait devant elle. Cette affirmation pleine d'orgueil et de fierté confirmait ses soupçons. Rien à voir avec la façon habituelle de parler de Julien. De son côté Firemagma se savait découvert aussi, il réagit très vite. Il sortit de sa poche une petite télécommande qui referma la porte de la pièce circulaire les enfermant tous deux à l'intérieur. Kyliam se précipita vers la porte, elle devait prévenir ses amies Mais une boule de feu l'arrêta en plein élan. Déjà la pièce changeait d'apparence. Ils étaient maintenant dans une sorte de zone montagneuse. L'échidné se mit en garde, cette fois elle n'échapperait pas au combat.

Loulou lorsqu’elle vit la porte se refermer, les séparant de Julien et Kyliam poussa un cri de surprise. Elle s'attendait à voir surgir de nulle par des créatures mais il n'eut rien. Abbott ouvrit la porte, elles étaient sorties, devant elles s'étalaient la forêt et à quelques kilomètres, l’abri salutaire de leur école.
- Il faut y aller recommanda Abbott.
- Mais on peut pas les laisser tous les deux comme ça ! protesta la louve.
- Ils sauront s'en sortir, on doit la ramener rapidement, répliqua Capi en voyant Sora s’agiter dans son sommeil.
Ecoutant la voix de la raison, Loulou, le cœur serré, suivit ses compagnons.

Dans les bras de Capi, la hérissonne avait beaucoup de mal à ne pas éclater de rire. Leur plan fonctionnait à merveille malgré ce petit incident. Après tout, elle n'avait pas besoin du démon pour réduire en cendre la Chaos Luby School.


**
*


Angelika avait été enfermée dans un cachot sombre et humide par une hérissonne noire ; en compagnie d'un humain blond dans la cellule d'à côté et l'exacte copie de sa ravisseur qui dormait. Elles étaient dans la même cellule toutes les deux, et la tigresse avait fini par poser la tête de l'hybride sur ses genoux. Son sommeil était si agité qu'elle risquerait de se blesser en remuant. Angelik lui caressait les cheveux en murmurant des paroles apaisantes. Elle au moins n'avait pas une aura démoniaque comme sa jumelle. C'était une personne bien, tout comme le jeune homme.
- Je m'appelle Angelika. Où sommes nous? Finit-elle par demander à l'humain.
Il releva la tête montrant un visage grave et fatigué.
- Moi c'est Julien, et elle c'est Sora. Répondit-il en désignant l’hybride noire. Et nous sommes dans de beaux draps !


Dernière édition par Flake le Mar 19 Oct - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Lun 18 Oct - 13:14


Chapitre 10: La guerre des deux écoles commence...



Le vent soufflait, la température venait de chutter, l'oxygène était devenu pauvre... Voilà ce que Kyliam ressentait à présent, alors qu'elle était en position de garde, laissant ses dreads flotter au rythme du vent; face à elle, la personne qui essayait de se faire passer pour Julien, le regard mauvais, un sourire sadique en coin, il n'avait même pas prit la peine de se mettre en position de garde, laissant ses bras le long du corps, signe d'une très grande confiance en lui, ce qui n'était pas pour rassurer l'echidnée. Ce qui marqua le plus l'echidnée albinos, c'était ce changement de lieu, était-ce un hologramme? Elle n'en savait rien, mais le climat, la texture du sol, de la roche, et plein d'autre indices, lui montraient qu'ils avaient bel et bien changés de lieu.
Voyant son adversaire chercher du regard, le démon comprit immédiatement ce à quoi elle réfléchissait, et prit la parole.

Firemagma:
Je vais te répondre, nous nous sommes bien téléportés. Nous sommes à des centaines de kilomètres de Hell School... Juste nous deux.
Firemagma prit un malin plaisir à dire cette dernière phrase, cela faisait si longtemps qu'il avait envie de se défouler... Et il avait apparement une adversaire de taille. Kyliam prit à son tour la parole, trop de questions lui trotaient dans la tête, et elle voulait des réponses, et les aurait! Elle déclara d'un ton sec.

Kyliam:
C'est bien beau de m'avoir ammenée ici, mais qui es-tu? Quelle est cette ressemblance avec Julien, et surtout, où est-il?!
Firemagma ricana quelques secondes dans son coin de la corniche, puis porta ses mains à ses yeux, et enleva ses lentilles vertes qu'il jeta au sol, plantant ses yeux rouge sang dans ceux de l'echidnée, la transperçant du regard.

Firemagma:
Moi... Je suis la version la plus amusante de Julien... Dommage que tu m'es si vite repéré, moi qui comptait tout faire péter de l'intérieur à Luby School...
Ah cette phrase, Kyliam afficha un léger sourire, dévoilant ses petites canines pointues.

Kyliam:
Visiblement, j'ai fait échouer votre plan, et au moins, Sora retourne chez elle!
Kyliam avait prit une grande assurance, pensant effectivement avoir fait échouer le plan du démon, mais cette assurance fût vite dissipée en voyant son adversaire toujours aussi sûr de lui.

Kyliam:
Ne me dit pas que...
Firemagma:
Et si. La Sora que t'es amis ont prit n'est pas la vraie non plus, elle s'appelle Rosa, c'est ma partenaire de jeux depuis un petit moment. Sora et Julien sont toujours prisonniés.
S'en était trop pour Kyliam... Ce ton arrogant, cette assurance, cette pression, le feu en elle bouillonnait, voulait sortir, et il allait sortir! Les deux bras de l'echidnée s'embrasèrent sous la colère.

Kyliam:
Dans ce cas, je vais te réduire en cendre immédiatement, et aller les aider!
Sans plus attendre, l'echidnée mit sa main droite en avant, et une boule de feu énorme en sortit, fonçant droit sur Firemagma. Ce dernier esquiva d'un bond sur le droite, prit bien appuie sur la roche, et se propulsa avec une vitesse incroyable sur Kyliam, lui enfonçant son genoux gauche dans le ventre, la pliant en deux sous la douleur, les flammes de ses bras diminuèrent légèrement. Firemagma se pencha doucement à l'oreille de l'albinos, et chuchota.

Firemagma:
Vas-y, réduit moi en cendre...
Le poing droit du démon partit sur le coin de la bouche de Kyliam, la mettant au sol quelques mètres plus loin; après avoir tourné sur lui, Firemagma envoya un énorme rayon de feu sur son adversaire, ce qui provoqua une terrible explosion, qui souleva des tonnes de poussière devant lui... Ses yeux rouges brillaient à nouveau, de la soif de faire souffrir!
***
**
*



Ama était toujours seule face au robot, Saïko et Zeus avait du mal à se remettre du terrible choc qu'ils avaient subis, après tout... Passer au travers de quelques arbres n'était pas la meilleur manière d'être en possession de tous ses moyens. Le renard au pelage argenté ouvrit de tout petit yeux, aperçevant quelques rayons de soleil passé au travers des feuillage; ses pensées n'étaient tournées que vers sa dragonne... Que lui était-elle arrivée? Rapidement l'actualité des choses le rattrapa, Ama tentait avec tant de bien que de mal à retenir un poing du robot qui fonçait vers elle, usant de toute l'eau à sa disposition, elle s'épuisait très rapidement, à coté d'elle se trouvait son esprit, qui lui hurlait de faire attention, qu'elle dépassait ses limites encore une fois. Les deux hybrides mâles se relevèrent aussi vite qu'ils purent, et fonçèrent vers le robot. Saïko prit les devants, ses mains devinrent rouge et brûlante, puis arrivé juste devant le robot il envoya un terrible lance flamme, qui coupa le bras du robot instantanément.
Après être arrivé juste à coté d'Ama, à temps pour la soutenir alors qu'elle allait tombé, il tourna les yeux vers le robot.

Saïko:
Tant pis pour le robot, à choisir... Plutôt lui que toi...
L'énorme robot qui leur faisait face se mit à tituber l'espace de quelques secondes, puis reprit une position immobile et pointa son immense oeil rouge sur les trois hybrides réunis. Son ventre s'ouvrit en deux, et laissa sortir des dizaines de mitrallettes braquées sur eux, leur faisant ouvrir de grand yeux de surprise.
Les trois hybrides se précipitèrent vers la forêt, esquivant la pluie de balle qui les suivait de très prêt.

Zeus:
Il faut vite réagir, sinon on va se faire tuer!
Saïko tourna les yeux vers Ama, cette dernière était très fatiguée, et ne parvenait à courir qu'avec l'aide de Saïko.

Saïko:
Il faut placer Ama en sécurité, elle ne peut pas s'exposer face à une rafale pareil! Après, il faut réussir à le distraire pour que tu enfonces cette satanée clé où il faut!
Zeus avait momentanément oublié sa dragonne, la situation actuelle l'en empêchait. Derrière eux, la rafale de balle dévastait tout, y comprit les arbres, Zeus se sépara des autres, espérant que le robot le suive lui plutôt que les autres, et par chance, une fois encore il ne se focalisait que sur un seul d'entre eux. Saïko placa Ama contre un arbre assez loin du combat, et repartit immédiatement en zone à risque; le renard aux multiples queues esquivait les balles, sautant d'arbre en arbre, en prenant ses appuis, alors que Saïko était de l'autre coté, et donnait à nouveau des coups de serpe un peut partout, sans trop l'abimer, mais essayait d'attirer son attention.
Zeus réussit à disparaître de la vision du robot au moyen de toutes ses acrobaties, et ce robot était plus que prévisible, il se retourna immédiatement vers Saïko; le petit renard refît la même escalade qu'il y a quelques minutes, et retourna à l'endroit où la clé pouvait être enfoncé.

Zeus:
Sa y est!
Au moment où il enfonça la clé, un petit canon sortit juste à coté, et tira en direction de Zeus... Esquivant de justesse, il n'eut pas le temps de tourner la clé, et commença à tomber dans le vide. Deux fois qu'il manquait son coups, et cette fois, la clé était resté là haut! Mais sans prévenir, un jet d'eau sortit du sol, et propulsa Zeus vers le haut, et tourna la clé in extremis tant le jet le poussa loin. A cette même seconde, les rafales se stoppèrent, le robot se pencha légèrement en avant, son oeil rouge se referma, et il ne bougea pas plus d'un poil.
Zeus rejoint Saïko juste devant, regardant à présent l'immense carcasse de métal sans vie, ils avaient réussis... Même au prix d'un bras du robot et quelques entails, ils estimaient ne pas l'avoir trop abimé.
Ama arriva à coté d'eux, boitant légèrement, voyant le robot sans vie.

Zeus:
Merci pour le jet d'eau final! J'aurait pas réussi sans sa!
Ama tourna les yeux vers Zeus, pas des yeux qui montrait un réel plaisir, mais plutôt de l'étonnement.

Ama:
Je... Je n'ai rien fait, j'ai même pas réussi à suivre l'action.
Zeus ouvrit de grand yeux, d'autant plus que le cri de sa dragonne lui revint en tête... Il y avait quelqu'un d'autre avec eux, ici même... Au même moment, un rire retentit dans les airs, un rire féminin, aussitôt les trois hybrides levèrent les yeux vers le ciel, et purent distinguer une petite forme qui fonçait le Nord, qui fonçait... En direction de Hell School.
Zeus allait se précipiter dans la même direction, mais Saïko l'arrêta sur le champs en l'attrapant par le bras.

Saïko:
Attends! On ne peut pas se précipiter comme sa, sans en parlant avant!
Le regard de Zeus se remplit de colère en se tournant vers Saïko.

Zeus:
Si sa avait été Ama qui était enlevée, tu serais déjà aux portes de l'école! Je n'abandonnerait pas Etherya!
Saïko lacha le bras du renard malgré lui, puis Ama avança un peut elle aussi.

Ama:
Il a raison, il faut y aller, c'est peut-être même l'occasion de retrouver Julien et Sora, donc soit tu viens avec nous, soit tu rentres!
Le renard et la louve commençèrent à courir en direction de leur école ennemie, puis après quelques secondes, Saïko suivit le pas, les rattrapant rapidement. Après tout... Il était strictement hors de question qu'il laisse Ama aller seule à cette école... Surtout que la nuit était presque tombée.
***
**
*



Indiana et Aurore avaient descendu la falaise avec une rapidité incroyable, c'est limite s'il n'avait pas sauté d'en haut. Myrage était toujours retenu par quelques cables, du sang coulait depuis sa plaie, trop de sang, et sur son visage se lisait une terrible douleur. Indiana tenta de l'attraper, mais à peine l'avait-il touché, que le hérisson blanc poussa un terrible hurlement de douleur tout en restant inconscient.
Indiana:
On ne peut pas le laisser la... Il faut retourner à Luby School le plus rapidement possible!
Aurore, qui avait reprit son calme, mais gardait une grande respiration, fixait Myrage de ses deux yeux vert, puis déclara d'un ton sec.

Aurore:
Emmène le toi... Tu es beaucoup plus rapide que moi.
Indiana tourna la tête vers Aurore, surpris, et visiblement, un peut inquiet de la suite, comme il se doutait des intentions de la soeur de son ami.

Indiana:
Et toi?
Aurore:
Je vais à Hell School... Et je vais reprendre mon frère et Sora. Il est hors de question qu'ils restent tous les deux là-bas.
Indiana afficha un petit sourire, puis tourna à nouveau le regard vers Myrage. Elle avait le même caractère que son frère, il le savait, et il savait aussi qu'il ne la ferait pas changer d'avis. Il attrapa Myrage dans ses bras, qui émis encore des sons de douleur, mettant sa tête au niveau de son coude droit, puis tenait les jambes avec son bras gauche.

Indiana:
Soit prudente...
Sans attendre une seule seconde, il partit en courant, avec une rapidité incroyable, laissant derrière lui une légère trainée de poussière.
Aurore tourna la tête vers la falaise.

Aurore (pensées):
Peut importe ce qu'il faudra que je fasse là-bas... Je te sauverait!
Aurore escalada la falaise en quelques seconde, et une fois au sommet, elle partit avec une rapidité incroyable vers le Nord, sous les étoiles et la lune qui venait d'apparaître, sans se douter... Qu'elle courait peut-être à sa perte.
***
**
*



La poussière tombait progressivement devant Firemagma, depuis son petit assault, il n'avait toujours pas bougé d'un pouce. Sans qu'il ne s'y attende, Kyliam sortit de la fumée, furieuse, un léger filet de au coin de la bouche, et balança un terrible uppercut qui frappa le démon au menton. L'echidnée hurlait de colère.
Kyliam:
Je n'ai même pas besoin de mes flammes pour te mettre une raclée, Humain!
Sans laissé le temps au démon de se reprendre, l'Echidnée passa autour de lui, et donna un terrible de talon dans les côtes du démon, lui faisant mettre un genoux à terre.
Kyliam se posa quelques mètres plus loin, pensant avoir prit légèrement l'avantage, mais le regard de Firemagma changea immédiatement, passant de la confiance à la fureur, et se précipita à son tour vers son adversaire.

Firemagma:
Je ne suis pas un Humain!!
D'un terrible coup de coude au visage, il envoya Kyliam dans la roche, l'enfonçant dans un trou qu'elle créa avec son corps, laissant le contour s'effriter. Ne voulant pas lui laisser de temps, le démon se dirigea vers ce dit trou, mais l'Echidnée en sortit immédiatement, balançant son pied vers son visage, ce dernier le bloqua avec son bras gauche, et lança son poings droit qui fût bloquer à sont tour par Kyliam. Les deux élémentariste de feu s'échangèrent ainsi plusieurs coups qu'ils bloquaient les uns après les autres.

Firemagma:
Tu parles beaucoup, mais tu n'agis pas!
Au même moment, le démon attrapa l'Echidnée par la gorge, et la souleva du sol, la serrant de toutes ses forces. La surprise fût de taille pour Kyliam, pour un Humain, il avait une force hors du commun, bien plus de force que n'importe quel adversaire qu'elle avait dû affronter jusqu'à maintenant. Petit à petit, elle sentait l'étaux se resserer sur sa gorge, chaque respiration devenait de plus en plus difficile, et l'altitude ne l'aidait guère non plus... Dans un élan d'espoir, elle remonta ses jambes pour entourer le bras de son assaillant, et les dirigea vers la droite, alors que le reste de son corps alla vers la gauche; l'effet fût immédiat, un terrible craquement retentit, le démon lâcha l'echidnée dans un terrible hurlement de douleur, tombant à genoux alors que Kyliam se posta plusieurs mètre plus loin, se massant le cou, reprenant son inspiration.
Le bras de Firemagma était littéralement tordu à l'envers... Ses yeux se plantèrent dans ceux de son adversaire, comment cette si petite créature avait-elle réussi ce tour de force? Le blesser, lui? Ce qui était un amusement au début, devint personnelle pour le démon, et il était hors de question d'en rester là! Il devait laver cette affront! De son coté, Kyliam essayait de trouver un moyen de se sortir de ce mauvais pas, elle savait que son adversaire était plus fort qu'elle, et qu'il était loin d'avoir déployer sa puissance, mais elle non plus... Alors qu'elle s'apprêtait à relancer l'assault, elle vît son adversaire s'attraper l'avant du bras, et dans un craquement qui lui donna des frissons dans tout le corps, elle le vît se remettre le bras normalement, tout en poussant un cri à glacer le sang...
Après avoir remué son bras dans tous les sens, le démon s'envola légèrement, à quelques mètres du sol, chose assez surprenante pour l'echidnée, mais qui ne la choqua pas plus que sa; une boule de feu apparut dans chaque main du démon, et se mit à grossir à vue d'oeil, enveloppant ses deux mains entière.

Firemagma (pensées):
Il est temps de vérifier ma théorie...
Le démon envoya la première boule de feu droit sur Kyliam, cette dernière ne bougea pas d'un pouce, et l'encaissa suivit de l'explosion qui souleva de la poussière une fois de plus. Kyliam réapparut doucement au milieu de la poussière, pas une égratignure, elle n'avait pas bougée.

Firemagma (pensées):
C'est bien ce que je pensait...
Le démon envoya sa seconde boule de feu, mais juste devant Kyliam, visiblement sans essayer de la toucher. L'echidnée se protégea le visage par simple réflexe face au souffle qui fût provoqué.

Kyliam (pensées):
Il sait pas viser ou qu...
Kyliam réagit trop tard, elle ne voyait plus rien autour d'elle, sauf les deux yeux rouges qui lui fonçèrent dessus... Rapidement, le démon enchaina des coup de poings, faisant reculer son adversaire, mais c'était sans compter l'agilité de l'albinos, qui rapidement se retrouva derrière le démon, s'aggripant à son dos, et planta ses canines dans son épaule, le mordant jusqu'au sang. Un cri retentit, et le corps qu'elle tenait se transforma en fumée, la laissant retomber au sol; le gout cuivré du sang en bouche, elle cherchait son adversaire... Qu'est-ce qui venait de se passer, où était-il?
Hélas, sans le savoir elle tourna le dos à son adversaire, deux bruit strident se firent entendre, et Kyliam ressentit une terrible douleur au niveau de ses deux mollets, ce qui l'a fît tomber à genoux et mains sur le sol... La poussière disparut doucement, et elle le vît au même endroit qu'il était, comme s'il n'avait jamais bougé, mais se tenait l'épaule droite, qui saignait, et de l'autre avait l'index pointé vers Kyliam.
Le regard furieux vers Kyliam, il se mit à hurler.

Firemagma:
Comment m'as-tu blesser, alors que c'était qu'une image rémanente?!
Kyliam se retourna, se laissant tomber sur les fesses n'arrivant pas à se relever, ses deux mollets étaient brûlés... Comment? Elle qui était insensible au feu, il l'avait brûlé! Elle regarda le démon, laissant un filet de sang coulé le long de sa bouche, mais celui de son adversaire.

Kyliam:
Je ne sais même pas ce qu'est une image rémanente crétin... Et toi, comment m'as-tu brûlée alors que je suis insensible au feu?!
Les deux adversaires continuaient de se faire face... Ne sachant presque plus quoi faire face à l'autre, se blessant avec des moyens qui leur permet d'habitude une imunitée... Leur terrible combat ne faisait que commencer...
***
**
*



Aurore courait de plus en plus vite, cela faisait maintenant presque une heure qu'elle courait comme si elle avait les flammes de l'enfer derrière elle. Tenir une telle vitesse, et surtout sur une si longue distance, lui demandait beaucoup d'effort, et la fatigue s'accumulait de plus en plus. Pour ce facilité la tâche, elle sautait d'arbre en arbre, de branche en branche, restant plusieurs minutes en l'air, laissant ses longs cheveux or flotter derrière elle, tant elle mettait de force en se propulsant.
Un frisson lui parcourut soudain le dos, elle sentit trois présences qui se trouvaient dans son dos, qui la suivait, et se rapprochaient avec une vitesse incroyable. Mine de rien, elle attrapa deux grenades dans ses poches, une dans chaque mains, et se retourna subitement, après s'être élancée depuis une branche, prête à dégoupiller et les balancer sur ses adversaires; malgré la nuit, et la faible visibilité, elle reconnue immédiatement Zeus, Saïko et Ama. Les trois hybrides et l'humaine se stoppèrent aussitôt, et retournèrent sur le sol. Zeus semblait avoir eu peur en voyant les deux grenades.

Zeus:
Heureusement que tu nous a rapidement vue...
Aurore regarda ses deux bombes, puis les replaca dans ses poches calmement, sans rien dire.

Saïko:
Où sont Myrage et Indiana?
Aurore:
Myrage à été gravement blessé contre les robots qu'on a affrontés... Indiana le ramène à Luby School pendant que je vais à Hell School.
Saïko et Zeus se regardèrent avec de grands yeux, en entendant le mot "robot" au pluriel.

Zeus:
Comment sa... LES robots?
Aurore:
Oui, on en a eu deux. Le premier, c'est Myrage qui l'a explosé, puis après avoir été blessé par le second, je me suis acharnée dessus en le réduisant à l'état de taule froissée... Ils sont malheureusement hors d'usage maintenant.
Zeus et Saïko se regardèrent une nouvelle fois, plus que surprit, alors qu'Ama repensa au canyon, et à quel point elle peut devenir une folle furieuse incontrolable et surpuissante dans ses moments de colère...

Aurore:
Maintenant il faut aller sauver Julien et Sora.
Aurore s'apprêtait à repartir, surtout que cette petite pause lui avait permis de reprendre quelques forces, mais Ama la stoppa.

Ama:
En chemin on a croisé Abbot, Capi et Loulou, Sora est sauvée, et ils l'emmènent à Luby School, en revanche Julien et Kyliam ont été prit au piège là-bas... C'est eux deux qu'il faut sauver maintenant.
Cette nouvelle ne réjouit pas plus Aurore, au contraire, sans répondre elle s'élança à nouveau dans les arbres, et le plus rapidement possible, suivit des trois hybrides.
Après plusieurs minutes, ils arrivèrent ensemble devant les portes grillagées et noire de Hell School.
Les trois Hybrides et l'humaine regardait la terrible école en face d'eux, se demandant comment qu'ils allait pénétrer à l'intérieur... Ama s'avança la première, doucement, puis un petit sifflement se fît entendre; Aurore regarda vers le ciel en ouvrant de grand yeux, puis attrapa la louve et la jeta en arrière, lui faisant esquiver un énorme éclair venu du ciel, qui allait la frapper de plein fouet. Le choc avait été terrible devant les quatre membre de Luby School, soulevant une imposante fumée devant eux. Rapidement ils se relevèrent, regardant droit devant eux... En l'espace de quelques secondes, quatre ombres prirent forme juste devant eux, plus ou moins grande, large, petite ou monstrueuse....
***
**
*


Indiana arrivait enfin en vue de Luby School. Il avait courut une bonne partie de la nuit, ralentissant quelques fois sous la fatigue, mais il ne s'arrêta à aucun moment; l'état de Myrage quand à lui, se dégradait de plus en plus, sa blessure s'aggravait, le sang coulait de plus en plus, bien qu'il avait le pelage blanc, son visage blanchit énormément, laissant de temps en temps s'échapper des cris de souffrance, mais il sombrait de plus en plus... Bien qu'Indiana ne soit pas spécialement attaché à lui, il était un ami très proche de Julien, de son ami, et il ne le laisserait pas tomber.
Indiana arriva rapidement devant les portes fermées de Luby School, pas le temps de l'ouvrir, et encore moins d'attendre qu'on vienne l'ouvrir, un bon appuie, et il sauta rapidement par dessus la grille, arrivant presque nez à nez avec le directeur... Du moins, avec la cape noire qui recouvrait l'intégralité de son corps.

Directeur:
Je t'attendait, dépêche toi de l'emmener à l'infirmerie.
Indiana ne bougea pas devant le directeur, les sourcil froncés.

Indiana:
Et comment suis-je cencé savoir où elle se trouve? Pour le peut de temps je suis rester dans l'enceinte...
On put entendre un léger soupir depuis l'intérieur de la cape du directeur, puis un faisceau lumineux rouge sortit de son dos, se dirigeant dans un des bâtiments... Evidement, le plus éloigné.

Directeur:
Suis la ligne rouge.
Indiana se précipita, et en l'espace d'à peine deux minutes, il enfonca la porte de l'infirmerie d'un coup de pied, se retrouvant dans une immense salle blanche, avec plusieurs lit, et des rideaux autour; un peut plus loin, se trouvait une jeune femme, aux cheveux noirs coiffés en carré, les yeux bleu, tenue d'infirmière, ainsi que les attributs légendaire connus aux infirmière... Sa chemise d'infirmière camoufflait une forte poitrine, et ses longues et fines jambes étaient posés sur des hauts talons.
Presque sans voir l'infirmière de l'école, Indiana posa Myrage sur le lit le plus proche de cette dernière, qui se précipita vers lui, et parla d'une voix douce.

Infirmière:
Que c'est-il passé?
Indiana:
Il a reçu une balle à l'épaule... Et après il a fait une grande chute depuis une falaise...
Infirmière:
Je voit...
Rapidement, l'infirmière commença à bander l'épaule de Myrage, qui saignait de plus en plus, le lit blanc était déjà entièrement rouge au niveau de son épaule. Indiana ne voulu pas rester dans l'infirmerie, et sortit pour que l'infirmière puisse faire son travail dans le calme.
Sortant doucement, il regarda en direction des étoiles... Depuis quelques jours, il avait subit plusieurs épreuves, mais la vision d'Aurore allant secourir Julien le hantait... Où était passé la sienne? Il espérait seulement qu'elle se portait bien...
Très vite arraché de ses pensées, il vît aux portes de l'école, toujours aux cotés du directeur, arrivé Loulou, Capi et Abbot avec Sora... Du moins, la personne qu'ils pensaient tous être Sora.
***
**
*


Julien, Sora, ainsi qu'Angelika à présent, étaient toujours dans les cachots de Hell School... La petite hérissonne noire semblait légèrement mieux se porter, elle était beaucoup moins agitée dans son sommeil, sûrement dû à l'éloignement avec sa double, Angelika était quand à elle, toujours autant terrifiée. Julien était debout, il avait réussi à reprendre quelques forces, surtout en entendant les bruits de combat quelques heures plus tôt, l'espoir l'avait légèrement gagné.
Malgré toutes les blessures qu'il avait, il sentait un peut de force lui revenir petit à petit, et fixait les barreaux de la cages, ces fameux barreaux... Qu'il avait essayer de détruire ou faire fondre à de nombreuses reprises, et que pour seul résultat, ne les avait même pas raillé, et reçu des décharges électriques. Au creux de sa main, il tenait une petite sphère, à peine plus grande qu'un ongle, de couleur rouge et orange, brillante. La petite tigresse s'avanca vers lui.

Angelika:
Qu'est-ce que c'est...?
Julien tourna la tête vers Angelika, gardant un regard sévère, non pas contre elle, mais réfléchissant à une solution.

Julien:
Sa? C'est notre unique moyen de sortir...
Angelika sembla surprise de cette réponse, pourquoi ne pas l'utiliser alors? Surtout que visiblement, il était la depuis un moment, et avait beaucoup subie, mais elle n'eut pas le temps de demander que Julien reprit.

Julien:
Le problème... C'est que si je l'utilise maintenant, nous serons tous les trois morts...
Angelika tourna les yeux vers la sphère sans un mot, et la prit dans sa main avant de la porter devant ses yeux, qui brillèrent à sa vue.

Angelika:
Je ne comprends pas...
Julien s'assied en soupirant.

Julien:
Vois-tu... Je suis capable de créer ces petites sphères avec mon énergie, et dans chacune, se trouve une puissance incroyable... Si je décide de la faire exploser maintenant, l'école entière sera réduite en cendre, mais nous avec... Et je ne peut pas l'utiliser à la légère, ou la perdre, je n'aurait plus assez d'énergie pour en créer une autre...
Comme si soudain la petite perle lui brûla les doigt, elle la jeta dans la main de Julien qui recommença à fixer les barreaux de cette cage.

Julien (pensées):
Bon sang... Je doit trouver...
Soudain, Sora se mit à hurler dans son sommeil, mettant son torse en avant, et se mit à se débattre dans tous les sens; le jeune humain ne savait pas ce qu'elle avait depuis qu'ils étaient ici, mais quelque chose la faisait souffrir, il le savait, c'était plus que visible en même temps... Alors qu'Angelika se mit dans un coin de la cellule sous la peur, Julien se précipta vers Sora, la prenant dans ses bras en la serrant fort contre lui, l'empêchant ainsi de trop bouger et de risquer de se faire encore plus de mal. Le jeune humain fixait les barreaux de la cellule avec des yeux remplit de colère, presque autant que ceux de son double, serrant des dents.

Julien:
Bordel... Pries pour que je ne sorte jamais de cette cellule sale démon... Parce que je te jure que tu le regrettera jusqu'à la fin de t'es jours...
Le jeune humain continuait de serrer son amie contre lui, tentant de trouver une solution à leur problème... Quand des grondements se firent entendre, ou plutôt, des bruits sourds sur quelque chose de métalique. Julien se releva, Sora dans ses bras, s'approchant des barreaux, et une grille metalique tomba du toit jusqu'au sol, suivit d'un chat noir qui arriva au sol dans le plus grand silence. Les yeux du félin noir se tournèrent vers Julien et Sora, avant de se poser sur Angelika; cette dernière se précipita aux barreaux, les larmes aux yeux, alors qu'Alex ne bougea pas.

Alex:
J'en était sûr... Mais c'est trop simple...
L'hybride félin ne crut pas si bien dire... Dans la seconde suivante, une fumée noire apparut derrière lui, et se matérialisa sous la forme du mystérieux directeur de Hell School, encapuchonné... Une voix grave retentit.

Directeur:
Désobéir, est ici, très sévèrement punis...
Alex ouvrit de grand yeux, avant de sentir appé dans la cape noire, sous les cris de désespoir d'Angelika...
***
**
*


Aurore, Ama, Saïko et Zeus étaient toujours face à la fumée qui se dissipait, petit à petit, ils pouvaient distinguer certaines formes. Ama remarqua immédiatement la plus imposante, pour l'avoir déjà vue... Le mastodonte à deux tête qui l'avait poursuivit, elle et Julien dans la forêt, était ici, devant elle, devant, se trouvait un hybride très petit, pas plus haut de cinquante centimètres de haut, huit yeux sur la tête, un étrange pelage jaune lui parcourait le corps, six bras autour de ce dernier, plus ses deux jambes, il avait également dans le bas de son dos, un petit bulbe. Souriant, il montra que toutes ses dents étaient extrêmement pointues.
A coté de lui, se trouvait un autre hybride, cette fois de taille normal, à tête d'aigle, des plumes sur tout le corps, et regardait le groupe de quatre devant lui avec ses yeux perçants.
Aurore nota immédiatement quelque chose qui n'allait pas, ils avaient vus quatre ombres... Et ils ne sont que trois devant eux. L'aigle prit la parole.

Aigle:
Vous n'êtes pas ici chez vous, dégagez immédiatement.
Aurore commençait à nouveau à s'énerver, et perdre le contrôle, laissant ses canines s'allonger légèrement.

Aurore:
On ne repartira pas sans Julien et Kyliam...
La petite araignée jaune prit à son tour la parole, d'une voix stridente et enfantine.

Araignée:
Vous ne passerez pas, nous sommes quatre des six généraux de Hell School... Vous ne faites pas le poids face à nous.
Zeus les regarda à tour de rôle, pour être sûr d'avoir bien compté, avant de parler à son tour.

Zeus:
Vous n'êtes que trois...
Dans la seconde suivante, Etherya apparut au milieu de tous, mais se débattait, comme si quelque chose d'invisible la retenait. Le renard roux argenté hurla le nom de sa dragonne, voulant se précipiter dessus, mais la force invisible le jeta sur le renard, la laissant gémir. Une voix féminine apparut, en éclatant de rire.

Aigle:
La quatrième peut se rendre invisible quand elle le veut...
Aurore n'en pouvait plus de ces discutions qui ne servaient à rien, elle voulait son frère, et elle l'aurait! Doucement son corps se mit à grandir, et elle se mit à courir en direction des quatres monstre devant elle; avec une rapidité incroyable, presque invisible à l'oeil nu, la petite araignée sauta devant Aurore, les six mains en avant, et envoya un terrible éclairs qui la propulsa dans la forêt derrière les trois hybrides... Après s'être retournés, surprit de cette attaques, ils passèrent aussitôt à l'action, n'ayant plus vraiment le choix. Saïko avait les mains enflammés, prêt à se battre, Ama et Zeus se concentraient également. L'araignée attaque de nouveau, sa vitesse fût insurpassable, et un nouvel éclair frappa Saïko, l'envoyant avec Aurore, la personne invisible envoya quand à elle un jet d'eau bouillant, propulsant Ama à son tour, quand à Zeus, il fût repousser par l'aigle, qui par un battement d'aile, créa une terrible bourrasque. Le mastodonte à l'arrière leva ses deux première pattes, alors que ses compagnons sautèrent, et frappa le sol avec une violence incroyable, la terre sembla se déformer sous le choc, créant une vague qui fonçait sur les quatre membres de Luby School...
Alors qu'ils n'avaient pas le temps de se relever, quelqu'un arriva du ciel, et frappa le sol avec une puissance incroyable, créant un véritable cratère à l'impact, stoppant la vague de terre. C'était une jeune femme, blonde coiffé en queue de cheval avec de long cheveux, quelques mèches argentés à l'avant, plutôt grande; elle portait un chapeau de cow-boy, ainsi que des lunettes de soleil qui masquait ses deux yeux bleus foncés, un débardeur noir qui s'arrêtait juste au dessus du nombril, un jean recouvrait ses jambes, puis de grandes bottes noires pour terminer.
La jeune femme fixait les trois monstres devant elle, avant de lâcher.

Femme:
Bien... Je penses pouvoir affirmer avec quasi-certitude que je ne suis pas à Luby School...
Alors qu'Aurore et les trois hybrides arrivèrent derrière la jeune femme, visiblement très surprit de la voir, l'aigle la regardait droit dans les yeux, tous deux se fixaient d'un regard de fer.

Aigle:
Tu ne voudrais pas plutôt venir à Hell School? Tu as visiblement le potentiel.
La jeune femme se gratta le menton, ouvrant légèrement la bouche avant de répondre.

Femme:
Euh... Comment te dire? Non? Si Indiana n'est pas la, j'ai rien à y faire.
Aurore s'avança à coté d'elle.

Aurore:
Tu connais Indiana?
Erika:
Bien sûr, c'est mon imbécile de frère, je suis sa soeur Erika!
Le mastodonte se mit à grogner, visiblement, il état incapable de parler malgré qu'il avait deux têtes, il voulait uniquement se battre.

Araignée:
Dégagez d'ici maintenant!
Aurore:
Pas sans...
Aurore n'eut pas le temps de répondre, tous les cinq reçurent une terrible décharge électrique de l'araignée, mais les autres ne restèrent pas sans rien faire, par ses bouches, le mastodonte envoya une quantité incroyable de boue, qui se mélangea à l'eau de la forme invisible, créant une véritable sphère de boue autour d'eux, les emprisonnant à l'intérieur.

Aigle:
Maintenant adieu.
En battant une nouvelle fois des ailes, il créa une terrible bourrasque qui envoya la sphère de boue très haut dans le ciel, et à une distance incroyable.

Araignée:
Nous voilà débarassé d'eux...
Les quatres généraux rentrèrent dans l'école, qu'ils avaient protégés avec une facilité incroyable, laissant une fois de plus Luby School sur une défaite...
***
**
*


Firemagma et Kyliam étaient toujours en train de se battre, dans un combat acharné, sans s'être arrêtés. Tous deux se donnaient coup sur coup, se rendant la moindre attaque, à coup de poing ou de lance flamme. Firemagma avait le haut droit de son T-shirt noir complètement brûlé, laissant son bras droit et même coté du torse nu, et avait quelques blessures, alors que Kyliam saignait de la bouche, du nez, et avait quelques blessures un peut partout également. Les deux ennemis se jettèrent l'un sur l'autre, et en même temps se donnèrent un terrible coup de poings au visage, se repoussant mutuellement.
Firemagma resta debout, le regard fixé sur Kyliam, même pas essouflé, alors que son adversaire... Perdait petit à petit ses forces à vue d'oeil, essayant de reprendre son souffle.

Kyliam:
Après tout sa... Tu n'es même pas essouflé...
Le démon afficha un léger sourire avant de répondre.

Firemagma:
Je ne serait pas l'un des généraux de Hell School, si je m'essouflait si vite.
Kyliam haletait par la bouche, elle voulait en finir, elle devait en finir... Rapidement! Discrètement elle enleva l'un de ses bracelets, et embrasa ses deux bras pour tenter de le camoufler; les tatouages de son corps s'illuminèrent aussitôt. Firemagma en fît autant, laissant ses bras s'entourer de flammes. Sans dire un mots, les deux élémentariste de feu se chargèrent dessus, et confrontèrent leurs bras en les mettant en croix devant, tentant chacun de repousser l'autre... Mais aucun ne bougeait. Ils serraient des dents, mettaient toutes leurs forces dans ce bras de fer, mais discrètement, Kyliam activa son bracelet et une lame en sortit à l'extrémité; elle se baissa d'un coup, laissant le démon basculer en avant, et d'un geste vif et puissant, l'ascéra le ventre du démon avant de se faufiler derrière lui pendant qu'il tombait à genoux, hurlant de douleur, et lui lançait tous les jurons qu'il connaissait. Kyliam profita de se petit moment pour essayer de reprendre son souffle, alors que son adversaire se releva péniblement, se tenant le ventre qui saignait de plus en plus.
Alors que l'echidnée allait repartir à l'attaque, elle vît Firemagma passer sa main sur sa plaie, hurlant avec une force incroyable alors qu'une légère fumée sortait de son T-shirt... Kyliam comprenait cette intense douleur, pour avoir plusieurs fois fait la même chose, mais elle n'allait pas non plus avoir de la sympathie pour lui!

Firemagma:
Je vais te réduire à l'état de poussière saleté...
Le démon envoya un énorme rayon de feu vers Kyliam, qui l'esquiva in extremis d'un bond de coté, puis en envoya un à son tour qui frappa Firemagma au torse, le faisant tomber au sol à nouveau. L'echidnée albinos afficha un léger sourire.

Kyliam:
Alors? C'est tout? Tu parles d'un démon! Même bridé mes pouvoirs restent supérieur aux tiens!
Cette phrase stoppa Firemagma pendant qu'il se relevait, un filet de sang coulait de sa bouche, puis il placa ses yeux furieux en direction de l'albinos. Cette dernière comptait bien rendre son adversaire furieux, et ainsi le pousser à l'erreur... Un jeux dangereux qui pouvait parfaitement se retourner contre elle, mais elle n'avait hélas, plus beaucoup d'option pour réussir à s'en sortir.

Firemagma:
Mes pouvoirs... Inférieur aux tiens...?
Comment osait-elle lui dire sa? Elle, un être inférieur... Firemagma s'éleva doucement dans les airs, la colère montait, bouillonnait en lui, la chaleur augmentait de plus en plus alors que la nuit était tombé, puis il se mit à hurler.

Firemagma:
Tu penses êtres supérieur à moi?!
Une boule de feu se créa autour du démon, puis des dizaines de petites boules en jaillirent, fonçant droit sur l'echidnée; cette dernière peina à toutes les esquiver, sautant dans tous les sens, puis le démon arriva devant elle; sous la surprise, elle n'eut pas le temps de réagir, et reçu un terrible coup de poings qui l'envoya s'encastrer dans la paroie de la montagne derrière elle, les bras en croix. Kyliam réalisa qu'elle venait peut-être de faire une erreur... Ses forces l'abandonnaient de plus en plus...
Firemagma s'approcha doucement d'elle, visiblement très fièr de lui.

Firemagma:
Prépare toi, c'est bientôt fini!
Alors qu'il s'apprêtait à nouveau à la frapper, un serpent de feu jaillit du corps de l'echidnée, et mordit l'épaule blessée du démon qui hurla de douleur et recula. Kyliam ne bougea pas, regardant l'esprit du feu consumer son adversaire, une chance pour elle qu'il manipulait le feu, c'était sa dernière chance... De son coté, Firemagma sentit petit à petit son énergie se dissiper, se faire absorber, il tenta d'attraper le serpent pour l'enlever, mais impossible, alors il décida de s'en prendre à la source. Il attrapa violement son adversaire par ses dreads, et jeta sa tête contre un rocher se trouvant à coté d'elle de toutes ses forces... Le choc fût très rude, le serpent disparut aussitôt alors que Kyliam tomba au sol, inconsciente, laissant un léger filet de sang glisser le long de son front.
Firemagma tomba au sol, sur les fesses, essouflé... S'il n'avait pas rapidement agit, il aurait pût être battu, ce serpent, lui avait presque entièrement pompé son énergie... Essayant de reprendre son souffle, il fixait son adversaire au sol, inconsciente, la rage au ventre d'avoir été mit en difficulté face à cette vermine... Certe il n'avait pas utiliser tous ses pouvoirs, mais quand même... Il voulait l'achever, maintenant! Le démon se releva d'un bond en se mettant au dessus de son adversaire, mais au moment d'en finir... Il se stoppa, peut-être qu'elle pouvait lui être utile? Dans le doute il préféra l'épargner.
Il attrapa l'echidnée sur son épaule, et se dirigea dans un coin de la montagne, où un petit appareil métalique était coincé entre deux rochers. Après l'avoir prit dans ses mains, ils disparurent aussitôt. Le démon emmenait l'albinos chez lui, à Hell School... Tout en étant loin de savoir, que le dernier coup porté à l'echidnée, avait affecter sa mémoire, et qu'elle n'allait se souvenir de rien... Pas même de son nom.
***
**
*


A Luby School, le directeur était seul, dans son bureau, devant un échequier. Etrangement, il n'y avait des pions que de son coté, pas de l'autre, et encore plus étrange, chaque pièces ressemblaient beaucoup à chacun des membres de Luby School, avec celles de Julien et Kyliam couchées. A coté de l'échequier, se trouvait une petite lettre.
"
cher ami,
Tous les pions sont à présent dans nos écoles... Même si certains ne sont pas la où nous aurions chacun voulus. La partie peut à présent commencer!
"
Malgré cette lettre, le directeur restait pensif, et observait son échequier avec énormément d'attention, comme s'il allait jouer son prochain coup.

Directeur:
J'ai prit Siana et Anaïs, tu me prends Julien et Kyliam... Une chance que Sora soit de retour.
Le directeur se leva subitement, la partie du bureau où se trouvait l'échequier se retourna, le camouflant à l'intérieur de ce dernier. Il se dirigea vers la fenêtre, pour voir tous le groupe d'Aurore, Ama et les autres passer la porte en boitant, plus une autre personne... Erika.

Directeur:
Une nouvelle inatendue... Bien bien, cela va changer mes plans. Je pense qu'il est tant de tenir un conseil avec mes chers élèves très... Spéciaux.
Tout en fermant son rideau, le directeur éclata de rire, imaginant la tournure que les évênements allaient bientôt prendre!

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Zalosta
Ghost of Romantic Tranceiver
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Dim 7 Nov - 19:26

Chapitre 11 : Confusion

Ses pas raisonnants dans les couloirs, Firemagma transportait le corps de Kyliam dans ses bras, l’air fier, satisfait. Le tout sous le regard de Julien, Sora et Angelika, muet de stupéfaction lorsqu’ils virent le démon entrer. Puis Julien se releva subitement, pris de colère, saisissant les barreaux dans ses mains :
« Qu’est ce que tu lui as fait, saloperie ?! »
Angelika tenait Sora contre elle, la hérissonne noir s’était à nouveau endormie, maintenant plus calme. Le sujet et l’origine de ses cauchemars était bien trop occupée ailleurs, lui laissant un petit instant de répit. Le démon dépassa tout le monde à pas vif, sans prêter attention à la remarque de son double, guilleret.
Refermant la porte derrière lui, Julien assena un furieux coup de poing sur le mur d’à côté. Angelika serra un peu plus la hérissonne noire contre elle, de plus en plus inquiète.

Pour le démon, tout allait pour le mieux à son avis. Il posa Kyliam dans la pièce, sur un futon qui a connut des jours meilleurs, puis se tourna de l’autre côté de la salle, où un mur de caisses en bois se dressait devant lui. Toutes contenant de vieilles affaires de l’école, il ne chercha pas à savoir d’où ça venait, le démon savait simplement qu’il y avait de quoi refaire la garde robe de Rosa pour l’éternité. Mais pour l’instant, ça servira bien de coin pour la future Kyliam qu’il comptait bien sculpter à l’esprit de l’école. Plusieurs étages des sous sol les séparait des cellules, donc elle ne risquait pas de subir la bonne influence des trois autres !
Firemagma n’était pas styliste, et s’habiller c’était un devoir de bonne femme. Non pas qu’il ait des goûts de chiottes mais on se comprend. Il balança en l’air, des caisses plusieurs affaires diverses : de vieilles robes noires, des capes noires, des chaussures… Noires ! Quelle surprise, et d’autres affaires sortant des mêmes tons de couleur.
Déjà il posa sur le côté les petites chaussures noires, bien correctement pour les différencier du tas de micmac tissulaires. Il sortit une guêtre rouge, puis son homologue, les posa sur les chaussures. Il balança la caisse sur le côté, puis chercha dans une autre de quoi l’habiller. Il sortit ainsi une drôle de mini jupe rouge à rayure, mais ne trouva pas de haut potable par la suite. Il décida donc d’improviser. Il se dirigea vers Kyliam, déchira sa robe dans sa largeur pour obtenir approximativement ce dont il pensait.
Il faisait ça sans aucune impulsion bien perverse, plutôt comme un gosse qui habillait un poupon. Ce n’était pas dans ses habitudes, mais ça l’occupait le temps de recevoir des ordres et des nouvelles de Rosa. Il retira carrément la longue jupe de l’échidnée, puis lui mit celle qu’il avait trouvé, rajouta son haut improvisé sous son plastron, histoire de la couvrir mieux que ça. Il sortit un bas en collant qu’il avait trouvé, improvisa deux manches sur un autre tissu souple, bref, il fit un micmac pas possible, soudant les fils synthétiques entre eux avec ses pouvoirs, manquant de foutre le feu une fois à son ouvrage. Il laissa les ornements des dreads, rajoutant simplement un peu de fil noir autour. Il changea aussi un des bracelets de Kyliam, mettant simplement celui de sa gauche sur sa droite.
Rien de bien symétrique en somme, mais ça lui plaisait. Déjà, Kyliam avait déjà plus l’esprit Hell School dans son attitude vestimentaire. Il en était fier ! Se levant pour contempler le résultat, le directeur arriva par un de ses sempiternels portails noir, manquant de trébucher sur une pille de vêtement.
« Tu t’amuses bien ? » Demanda t-il, ironiquement.
Le démon se retourna, tout sourire, désignant d’un signe de main Kyliam.
« Je vous présente notre nouvelle recrue ! Je l’ai recueillit, laissez moi vous expliquer pourquoi. »

Quelques heures auparavant, dans la cours de Hell School. Pas le moindre signe de monde, comme d’habitude, Firemagma serait tranquille pour transporter sa prisonnière. La déposant sur un banc, après lui avoir collé trois claque et s’assurant qu’elle n’allait pas bouger, il s’apprêta à lui faire une petite crasse lorsque quelque chose attira son attention.
« Eh oh, c’est par là que ça se passe ! » Fit-il, cherchant à recapter l’attention de l’échidnée en bougeant sa main devant son visage.
Ceci fait, il nota un léger détail. Où était passée la fureur précédente ? Cette rage de vaincre ? Il avait zappé quelque chose ou quoi ? Ou alors, elle était peut être schizo, ou simplement une genre de berserker. Il se ravisa aussitôt et pâlit légèrement lorsqu’elle demanda :
« … Qui êtes vous ? »
Un énorme sourire s’afficha sur le visage du démon, quelque chose de fou, insensé, lui traversa l’esprit.
« J’ai mal partout, qu’est ce qu’il m’est arrivé… » Rajouta Kyliam, tâtant ses blessures douloureusement.
Aussitôt, Firemagma changea d’expression, adoptant une attitude faussement inquiète, répondant à l’albinos :
« On s’est fait attaqué en revenant ici ! Tu ne te rappelles de rien ? »
Elle fit « non » de la tête, il continua :
« Dans ce cas, fait moi confiance, je vais tout te raconter. Tu ne te souviens pas de moi ? Je suis Firemagma, ton… »
Il marqua un très bref temps d’hésitation, son cerveau tourna à plein régime, pour trouver une réponse adequat.
« … Ton frère. De cœur, c’est sûr ça peut paraître étrange, un humain, un hybride.
- Et moi, comment je m’appelle ? »
Le démon fixa l’albinos d’un air décomposé.
« Tu ne te souviens même pas de ça ? Ne t’en fais pas, tout vas s’arranger, repose toi encore un peu, je vais m’occuper de toi. »

Comme toute réponse, le démon se reçut une tatane derrière la tête de la part du directeur.
« Imbécile ! Tu n’as pas songé qu’elle a put se moquer de toi ?
- Mais bon sang je suis pas con ! Gueula Fire, en balançant une balle de flamme contre le directeur… qui ne fit que la traverser, sans étonner le démon.
- Tu as eu de la chance pour cette fois, je te l’accorde. Mais je te préviens, t’as intérêt à t’en occuper, si ça se retourne contre nous !... »
Il laissa en suspension sa phrase, Firemagma lui faisant « au revoir » d’un signe de main tandis qu’il retournait dans son vortex favoris.
« Bien sûr que je vais m’en occuper ! C’est ma petite sœur après tout. »

« Une dernière chose. »
Firemagma ne put s’empêcher de sursauter cette fois, et fixa l’endroit d’où la voix du directeur venait. Seule sa tête dépassait du vortex, toujours encapée.
« Nous avons quatre gêneurs en moins pour le moment, et je m’occupe du cas de notre nouvelle recrue. Et Rosa doit être à Luby School à l’heure qu’il est. »
Le démon opina, ayant compris le message. Une nouvelle défaite pour leur adversaire, ça lui donnait un peu plus de matière pour ce qu’il comptait dire. Le directeur s’en alla juste quand Kyliam commença à gigoter. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, Firemagma dut faire un effort quasi surhumain pour afficher une expression de soulagement digne de ce nom.
« Ah, tu reviens à toi ! Rien depuis tout à l’heure ? »
L’albinos fit « non », le démon sortit quelques bandages et entreprit de soigner l’albinos avec toute la douceur du monde pendant qu’il parlait.
« Donc je disais, on s’est fait attaqué en revenant ici. Ils ont détruit une partie du bâtiment, c’est pour ça que j’ai pas pu te ramener dans ta chambre. De vraies saloperies, ces élèves de Chaos Luby School. Ici, on est à Hell School. Eux, viennent toujours nous attaquer pour des raisons totalement injustifiées. Ils doivent aimer ça, faire du mal, tout le reste… »
Dans sa tête, il gloussa à ce qu’il venait de dire. Rosa aurait déjà craqué et tué Kyliam, se disait-il.
« Et ils nous ont attaqués ? Comme ça, sans raison ?
- Sans raison, disons qu’on s’apprêtait à régler un petit … Différent, moi et une autre amie. Rosa, tu ne t’en souviens pas non plus ?
- Non, non plus…
- Ah bon sang ! Vous êtes de vraies amies toutes les deux, à faire n’importe quoi, semer vos mauvaises blagues… Oui puisque nous on fait ça mais avec des principes. Eux, non. Nous, si. »
L’albinos opina, comprenant de moins en moins bien. Firemagma reprit, se confortant dans son rôle de frangin :
« Nous avons des doubles agaçant, nous voulions donc nous débarrasser d’eux avant qu’ils ne sèment on ne sait quoi. Ils risquent de se mettre en travers de notre plan commun, à Hell School. Et surtout du mien et celui de Rosa.
- Quel plan ? Demanda doucement l’échidnée.
- Le monde, Milkya, le monde nous appartient. Et eux cherchent à le remettre aux mains d’un peu tout le monde, sans comprendre à quel point ça doit être dangereux. »
Il prit les mains de Kyliam, nouvellement nommée Milkya pour l’occasion, simple anagramme le temps de sa perte de mémoire. Ravit, le démon se dit qu’il faisait une pierre deux coups : Il était en train de parfaire l’échidnée selon ses idées, et il empêchait les autres de lui faire souvenir quoi que ce soit avec son changement de prénom !
Kyliam se redressa maladroitement, aidée par Firemagma.
« Où est Rosa ? Pourquoi elle n’est pas avec nous ?
- Accomplir notre vengeance. Ta perte de mémoire ne fait que rajouter ce détail, et il est hors de question de laisser passer ça en prime de ce que nous avons assez subit. »
Le démon songea qu’il avait bien parlé sur ce coup-ci, un sourire se dessina dans son esprit, comme un gosse qui venait d’être sauvé par un mensonge.
« Je dois te préciser quelques choses en plus. Tu as oublié ce que tu savais faire ? Je t’ai entraîné, à parfaire ton contrôle sur le feu tout ce temps, j’espère que ce n’est pas passé à la trappe en prime. » Fit-il, faussement vexé.
Milkya gloussa légèrement, levant les paumes vers le ciel, faisant apparaître une balle de flamme sur chacune d’entre elle.
« C’est la seule chose qu’il me reste. » Fit-elle, un soupçon de tristesse dans ses yeux.
Le démon posa une main sur son épaule, lui disant :
« Ne t’en fais pas, je suis là. Quoi qu’il arrive, tu peux me faire confiance. »
L’albinos opina, murmurant :
« Merci… grand frère. »


« Vous voilà enfin arrivées.
- Nous avons ramenés Sora, mais échoués pour Julien. Ils sont restés enfermés à Hell School. » Annonça Capi avec une distance qui fit frissonner Loulou.
Celle-ci tenait Sora, ou plutôt, Rosa, faussement affaiblie. Des tas de scénarios tournaient devant ses yeux, avec elle en personnage principal, en train de tuer tout le monde de diverse manière : déclancher son pouvoir tout de suite, étrangler la louve blanche aux tifs bordeaux, lapider la féline noire antipathique, bouffer en vinaigrette le directeur, avec pour accompagnement tous les autres élèves. Miam.
« Sora, tout va bien ? »
Elle secoua la tête, retrouvant une certaine consistance.
« Oui, j’étais juste un peu perdue, je me sens pas très bien. »
Loulou l’aida à se soutenir un peu plus, l’amenant en direction de l’infirmerie, laissant Capi vers le directeur. Après quelques instants, la féline demanda, Abbott dans ses bras :
« Elle est toujours aussi étrange, votre élève ? »
Puis, tournant la tête vers le directeur, il constata qu’il s’en était déjà allé dans une volute de fumée noire.

« On va déjà aller soigner tes blessures, dit Loulou, avant d’aller te mettre dans ta chambre. Un peu de repos au calme ne te feras pas de mal. Je suis très contente de te revoir ici, tu sais. »
Rosa eut un petit sourire, murmurant :
« Moi aussi, je suis très contente de vous voir tous ici. »
Puis elle calcula quel type d’explosion il faudrait pour les avoir tous d’un coup.

L’infirmière la déposa sur le lit d’à côté de Myrage, qui s’était assoupit à grand coup de morphine. La femme ausculta Rosa, puis son attention se posa sur ses yeux.
« Tu portes des lentilles de contact ? Je ne savais pas que tu avais des problèmes de vue ? » Demanda t-elle à la fausse Sora, les sourcils froncés.
La hérissonne noire eut une expression de surprise, puis sourit, feintant une recherche, elle chercha quoi dire.
« Disons que… Qu’il fallait que je me rende compte de certaines choses, d’avoir la vue plus claire quoi ! »
Ses yeux prirent subitement un éclat rouge malgré la présence des lentilles, l’infirmière se retrouva captée par son regard. Rosa prit doucement les joues de l’infirmière, lui disant :
« Ne t’occupe pas de ça, et écoute moi bien. Tu vas faire ce que je vais te dire, j’ai besoin d’aide. Tu acceptes de m’aider ?
- Bien entendu Sora… Que dois-je faire ? »

Loulou revint rapidement dans la salle, ramenant la couverture de Sora pour qu’elle soit au chaud.
« Ah ? Mais où est passée l’infirmière ?
- Faire une petite course, il lui manquait un produit pour mon voisin d’infortune. » Fit-elle, feignant l’ignorance.
La louve lui installa la couverture confortablement sur elle, la borda. Toute cette mignonnerie gentillesque lui donnait envie de gueuler un coup et d’appeler Firemagma pour tout cramer, mais elle devait rester dans son rôle le plus longtemps possible. Puisque le démon n’a pas été capable de venir jusqu’ici, il fallait qu’elle se débrouille toute seule pour le moment. D’où la demande à l’infirmière. Loulou la laissa bien vite, jugeant utile de la laisser se reposer. De son côté, Myrage commençait à émerger.
La morphine ne faisant plus grand effet sans l’infirmière dans les parages, la douleur de sa blessure à l’épaule revint bien vite en mémoire. Il porta sa main à sa blessure, avant de remarquer une image cauchemardesque.

Pourquoi Sora souriait comme une malade juste à côté de lui ?

L’image de sa vision lui revint en tête, et il comprit bien vite. Cherchant à se lever, Rosa se sentant découverte et ayant remarqué sa bourde, elle sauta sur lui et l’attacha au lit avec des sangles disposées sur le côté, sans même se soucier de sa douleur. Elle serra, fort, pour qu’il ne puisse pas s’échapper. Puisque personne ne risquait de venir ici, et comme Loulou avait bien fermé derrière elle, Rosa se permit de rire en bouclant la dernière sangle sur Myrage. Elle attrapa aussi sec un bout de scotch à bandage, dont elle se servit pour clore le bec à Myrage en lui en mettant une bonne dose sur la bouche. A califourchon sur le pauvre hérisson, elle commença à défaire son bandage avec un scalpel usagé, charcutant au passage un peu de peau qui restait. Gloussant, elle ne vit pas Capi arriver et l’observer au pas de la porte, Myrage paniquant et gigotant ce qu’il pouvait pour réclamer de l’aide.
« Je le savais. Tu es bien maléfique. »
Les bras croisés, le regard froid, la féline toisait Rosa qui tenait encore son scalpel. Son t-shirt était taché de sang, ses bras un peu par les giclures qu’elle avait déjà provoqué. Abbott avait déjà filé prévenir les autres de la nouvelle, coursé par une balle d’énergie qui l’arrêta en plein chemin, sans que Capi ne le voit.
« Les autres vont bientôt venir et découvrir la supercherie. Tu devrais arrêter de t’en prendre à ce hérisson, il n’en vaut plus la peine vu son état. »
En effet, Myrage commençait déjà à pâlir de plus en plus, vu la quantité de sang qu’il perdait à cause de Rosa.
« Ha ? Et s’ils ne viennent pas, tu penses pouvoir m’arrêter ?
- Te retarder au moins. » Fit-elle, modeste.
Rosa sauta de sa position, laissant Myrage agoniser un peu plus, scalpel en main, l’air fou.
« Une pauvre féline qui n’a aucun pouvoir et qui ne connaît même pas la situation où elle se trouve ! Tu te fiches de moi ?! Je m’attend plutôt à Loulou, à n’importe qui d’autres, mais pas … »
A peine eut-elle finit sa phrase que le pied de Capi vint valser contre sa main, lui faisant lâcher le scalpel et reculer par surprise. Rosa chargea aussitôt une balle d’énergie noire qu’elle lança sur Capi, celle-ci esquiva de justesse l’attaque, brisa une bouteille de talc pour répandre son contenu vers Rosa, maintenant aveuglée. La hérissonne hurla de rage, pendant que Capi filait avec Myrage dans ses bras.
« Je n’ai aucun produit pour le soigner, il va finir par mourir si ça continue à ce rythme… » Pensa t-elle, transportant le hérisson blanc le plus loin possible de l’infirmerie.

Elle tomba aussitôt sur le directeur, comme s’il venait d’apparaître selon une de ses pensées. Capi n’offrit aucune explication, tendant le hérisson au directeur, qui le prit rapidement.
L’homme en noir toisa la féline vite fait. Cet air sérieux, sa robe taché de sang, ses pieds nus et abîmé par le voyage qu’elle avait fait.
Il couvrit Myrage d’une partie de sa cape, il disparut aussitôt de ses bras, sous l’air désormais surprise de Capi.
« Tu n’as pas à être étonnée, numéro zéro quarante-deux sept cent soixante cinq. Cette époque est faite de magie et d’espoir. Viens dans mon bureau, je t’expliquerai ce que tu as loupé. »
Capi hocha la tête, soudainement perdue par son ancienne appellation. Le directeur s’en alla aussitôt, tandis qu’une nouvelle explosion retentissait derrière elle.
Les autres venaient de trouver Rosa.
La féline n’aura donc pas à les prévenir : elle fila donc dans la direction du bureau, curieuse de savoir ce qu’il avait à dire.


Firemagma rapporta un sachet de nourriture dans le sous sol à Milkya, déposant devant elle sandwich emballé et fruits frais.
« J’ai du menacer le vendeur, il a pas voulu piger que j’avais pas les sous pour acheter tout ça. »
L’albinos gloussa, commençant à manger ce que le démon lui avait rapporté. Entre deux bouchées, elle lui demanda :
« Et comment on s’est rencontré ?
- Eh bien… On a … Enfin, je t’ai retrouvé dans la rue, j’étais dans le même cas, un démon un peu paumé qui n’avait pas grand-chose à détruire pour l’instant, j’ai senti que tu avais du potentiel, donc je t’ai recueillit, soigné, et tout le reste jusqu'à aujourd’hui. Mine de rien ça fait un bout de temps. »
Elle opina, enregistrant cette nouvelle donnée dans sa mémoire. Aucune image ne lui venait, sa conscience se contentait d’illustrer ce que pouvait dire le démon pour lui donner une raison, acceptée par l’albinos, puisqu’il n’y avait rien d’autre pour l’instant à remplir.
« Tu finiras bien par te souvenir de tous les trucs qu’on a fait, avec Rosa. D’ailleurs si elle ne revient pas d’ici quelques heures, on va la rejoindre et l’aider dans notre vengeance. D’accord ? Peut être que tu ne te souviens pas de tes assaillants, mais tu peux leur foutre une raclée. »
Elle opina à nouveau. Certaine que c’était de leur faute, elle commençait à nourrir une colère contre les élèves de Luby School.


Le directeur était assit avec Capi dans cette pièce noire, avec l’échiquier et ces pions dessus. Des pièces à l’effigie de chaque élève était posé dessus, la féline constata qu’elle ne faisait pas partie du lot. Elle remarqua la présence de Kyliam aux côtés du double de Julien, et la seconde Sora face aux élèves de Luby School. Elle se pencha vers le plateau de bois, et après avoir écouté le récit de l’histoire des quarante-cinq ans qu’elle a loupé, demanda :
« Si d’où je viens a été détruit entièrement, et puisqu’il n’existe plus d’infrastructure du genre, je n’existe plus. Trouvez moi une nouvelle fonction. »
L’homme ne répondit pas immédiatement. Il se contenta de tendre la main vers Capi, lui présentant un objet. Sa pièce d’échiquier, hors jeu.
« Je te propose de devenir gardienne de cet échiquier. Que l’école tombe, brûle, se noie, cette pièce est hors de portée par son plan dimensionnel différent. Tu es donc ici en sécurité. Il n’existe qu’un seul échiquier, c’est celui-ci, reliant le destin de chacun de tes camarades et ennemis. »
Elle considéra un instant le plateau de jeu, puis demanda :
« Je dois veiller à ce que personne ne modifie le cours du jeu. C’est ça ? »
Le directeur opina lentement. Il lui lança un vêtement plié, lui disant :
« Change toi, l’odeur du sang m’est désagréable. »
Elle s’exécuta, obéissante. Ceci fait, elle ne prit même pas la peine de se regarder, le directeur lui dit, ouvrant un vortex :
« Je scellerai cette porte dès ma sortie. Tu n’auras ni faim, ni soif, vivante dans ce lieu jusqu'à ce que le jeu soit terminé. Les atouts de ton ancienne vie sont possibles, je te laisse les découvrir d’ici. »
Puis il sortit lentement, laissant Capi seule dans le noire. Elle se retourna, et constata que les pièces du double de Julien et celle de Kyliam se déplaçait vers celles de Luby School. Une nouvelle attaque ? Ne pas prévenir les autres lui donnait un sentiment étrange, qu’elle repoussa aussitôt. Ne pas modifier le cours du jeu. Ne laisser personne le faire. Telle était sa nouvelle fonction.


L’infirmière, pendant ce temps, était revenue avec plusieurs jerricans remplis d’essence. Selon les ordres de Rosa, elle éparpilla le contenu au contour de l’école, puis sur le rez de chaussé, le sous sol, pendant que les autres étaient occupés à se battre contre la hérissonne maléfique. Ceci exécuté, elle s’évanouit, le contrôle de Rosa préoccupé par le rush des élèves de Luby School sur l’infirmerie.

Firemagma et la nouvelle Kyliam sortirent de Hell School par une entrée autre que celle des cachots. Ils se dépechèrent d’aller supporter Rosa dans l’assaut, le démon ayant un incendie à provoquer, il se dépêcha de courir en compagnie de l’albinos. Ça lui faisait un drôle d’effet, de combattre en compagnie de quelqu’un qu’il avait tatané plus tôt, mais autant profiter de cette puissance, ça lui donnera un peu de renfort au cas où. Rien de tel que l’odeur de la chair carbonisée de l’ennemi !

Saïko fut le premier à sortir de l’inconscience. Son corps lui faisait mal de partout, il était ensanglanté, et il ne vit que du noir l’espace d’un instant. Puis quand sa vue revint, il constata l’horrible dégats des généraux : ses trois autres amis éparpillés, en sang tout comme lui.
Il rampa vers Ama, gémissant de douleur au moindre mouvement. Il repéra Zeus et Aurore pas loin, son Firefox l’avertissant qu’ils étaient tous encore en vie, de peu. Le renard s’adossa donc contre un rocher, attendant que les autres se réveille. Il n’y avait plus que ça à faire.

_________________

ああぁ、手が滑っちゃったぁ~ごめんね~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kazh

avatar

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 01/06/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Dim 21 Nov - 16:37

Chapitre 12
Échec au roi ~Partie de l'Opéra ?~

L'infirmière se réveillait, irradié par une terrible et cruelle chaleur, force flamboyante, qui émanait d'un mur de flammes l'entourant. La peur la prenait, elle ne savait pas quoi faire. La droite, l'avant, l'arrière et la gauche, aucune issue ne subsistait. Mais rester au centre ne faisait que retarder l'inéluctable. Elle remarqua d'un coup avec horreur qu'elle était trempé par l'essence. Si elle se rapprochais trop... La fin allait sur venir... Et les flammèches en tout sens voltigeaient... Une effleura la jeune femme. Et aussitôt, brulures, souffrances, hurlements, mort. Une dernière vision, celle du portail qui ne se trouvait non loin, ou deux silhouette entrait. Puis rien que le noir, mais la douleur, jusqu'à ce qu'elle se tarisse en même temps que le dernier souffle...

Au portail, Firemagma regardait cette scène avec délectation et vit d'un coup Rosa, mais aussitôt se forma un nouveau kekkai, formé par un galdr de protection. Le démon, ne sachant pas comment il fallait désamorcer ce genre de chose, décida d'utiliser une méthode bien particulière.

- Milkya. Tu vas projeter des flammes devant toi sur le champ de force, pour l'affaiblir, veux-tu ?

Aussitôt l'échidné entra en action. Le galdr devint opaque à l'endroit ou les flammes de Kyliam le percutait. Firemagma, lui, concentra de la puissance de feu entre ses mains, formant une petite perle flamboyante. Il la porta devant ses yeux de braise avant de la lancer en l'air, très haut, sur le galdr.

Un flash de lumière, rien d'autre ne fut visible. Une lumière aveuglante, mais qui faisait jubiler Firemagma. Tant de puissance !

Quand la lumière se dispersa, la protection était en train de se disloquer, s'effondrant sur elle même. Le démon s'amusait comme jamais. Il allait pouvoir détruire, massacrer. Il avait déjà offert aux enfer l'infirmière de cette école. Il fut coupé dans sa joie par Rosa qui observait la nouvelle allié avec un air intrigué, avant de demander ce qu'elle faisait ici. Comprenant vite le risque, Firemagma déclara à Mylkia qu'il devait expliquer à Rosa qu'elle allait mieux et tout parce qu'elle allait s'énerver comme d'habitude – Rosa fronça des sourcils, énervée, à ce moment – et qu'elle avait décidément tendance à être mère poule – la concernée semblant d'ailleurs sur le point d'éclater face à ce que disait le démon. Une fois qu'ils furent hors d'écoute de l'échidnée, Firemagma expliqua son stratagème à Rosa, qui dut admettre que la force de frappe en plus pouvait bien valoir de se faire un peu violence comme cela. Par contre elle le menaça des pires maux si elle se retrouvait encore ridiculisée comme cela. Firemagma lui répondit juste qu'elle devrai jouer le jeu.

Une fois qu'elle revint, Rosa doubla Mylkia et pénétra dans l'établissement. Le démon soupira, cela l'énervait que Rosa complique les choses. Pour sa part, ce jeu l'amusait plus que l'énervait. Mais bon, les choses vraiment amusante allaient commencer. Les deux combattants des flammes s'élancèrent dans l'établissement, prêt à le réduire en un tas de cendres. Établissement qui commençait déjà à être prit par le feu, flammes envoutantes terrible et dansante... Firemagma se reprit d'un rire, avant de voir des personnes sortir de l'établissement. Enfin des adversaire, songea Firemagma. Mais il remarqua qu'il n'y avait que deux personne. Il fut pris d'un rire, tandis que Loulou et Indiana furent effaré en voyant deux des personnes qui les attaquait.

- Kyliam ? fit Loulou surprise. Sora ?
- Membres de la Chaos Luby School, déclama celle-ci sans remarquer que c'était à elle que s'adressait Loulou, il est temps de payer les conséquences de vos actes ! Vous allez subir notre vengeance !
- Comment ça ?! s'écria Indianna. Mais tu es devenu folle, Kyliam ? Ce sont eux qui nous ont attaqué ! Et Julien, tu as oublié ? Et Sora ?
- Je ne suis pas cette « Kyliam »... Je suis Milkya. Et je ne connais personne des noms dont tu parle. Mais vous nous avez attaqué et vous allez subir nos représailles !

Aussitôt l'échidné provoqua un jet de flamme, que Firemagma s'empressa d'amplifier avec ces propres flammes. La double attaque fusa vers les deux adversaires qui bondirent sur le coté. Loulou riposta avec la formation de pics de glace, avec le but avoué d'empaler ses adversaire. Firemagma forma un mur de flamme devant lui, pour faire fondre la technique de la louve. Mais aussitôt il sentit un poing le frapper violemment au visage. C'était Indiana qui l'avait frapper. Le démon fut projeté par l'onde. Milkya, voyant son « grand frère » attaqué, riposta en voulant envoyer son poings dans la figure du demi-caméléon, qui esquiva le coup en se jetant rapidement en arrière.

Pendant ce temps, Rosa commençait à se battre en combat singulier contre Loulou, évitant ses attaques en utilisant sa prodigieuse vitesse. Elle tenta ensuite de frapper la louve au visage, qui se protegea en lui jeta un pic de glace, forçant la rose des ténèbres à s'éloigner. Mais Rosa riposta ensuite en concentrant toute la souffrance qu'elle faisait subir à Sora dans son rêve, et en l'utilisant pour produire une onde de choc qui projeta la louve en arrière.

Indiana était bien embêté. Il aurait voulu réussir à se débarrasser du blondinet un moment pour réussir à raisonner Kyliam. Mais ce démon était trop collant, et avait une cadence de tir flamboyant très élevée. Le demi-caméléon évitait les tirs, profitant de ses capacité, mais il vit que Kyliam s'y mettait aussi, le frappant d'un coup de poing dans le ventre. Le demi-caméléon sentait que la bataille allait être difficile. Non seulement le combat, mais aussi raisonner Kyliam. Il allait surement falloir se battre comme jamais.

***

Loin de la bataille, une masse de fer et d'acier s'abattait lourdement sur le sol. Les dholes l'avaient frappé en haut de sa carcasse métallique, tandis que le lion avait envoyé vers lui de l'énergie tellurique pour le déséquilibrer. Mais la mécanique se releva, comme il l'avait fait encore auparavant.

- Mais il fait chier, ce robot ! s'énerva Siana.
- C'est le métal qui le rend trop résistant, on pourra pas le tuer, fit le lion.
- Ta gueule, s'emporta la jeune fille.

Le lion n'osa bien sur pas rétorquer quoi que ce soit. Anaïs, elle, réfléchissait à un plan. Elle vit lentement le bras du robot pointer vert elle. Katos remarqua d'un coup que de se bras, un cylindre d'acier ressortait, comprenant le danger mortel qui s'approchait de la louve. Arme a feu.

- Attention ! hurla le lion.

La première à réagir ne fut pas Anaïs, mais Siana, qui ressentit une violente peur à l'idée de la mort de sa sœur. Aussitôt elle se jeta de toute ses forces vers sa jumelle, pour éviter qu'elle se fasse fusiller par la machine. Et quand le coup de feu retentit, les deux jumelles était déjà plus loin, hors de portée. Mais la vitesse et le manque de précision du saut de Siana faisait qu'elles étaient à terre. Et déjà le bras pointait à nouveau sur les jumelles, comme si la machine avait bien comprit qui était dangereux ici. Le lion, remarquant cela, fut prit d'une peur. Les deux louves avaient beau être plus forte qu'il ne le serait jamais, elles ne pouvaient pas se relever à temps, c'était impossible. Alors aussitôt le lion se fondit dans le sol, utilisant ses pouvoirs. Il ressortit de terre maladroitement, un court instant, pour attraper les deux jumelles, replongeant dans l'explosion de couleur qu'était le courant tellurique. Après un court laps de temps, les trois surgirent du haut d'une grosse roche, dégringolant derrière hors de portée du robot.

- Aie... geignit le lion. Ça fait mal...

Les deux jumelles se levèrent et s'étirèrent, les muscles pleins de courbature après se passage dans le torrent souterrain d'énergie. Le jeune lion, lui, resta à terre, le regard presque vide pointé vers le ciel. Il en avait marre de toute cette histoire. Siana, le remarquant, lui envoya un coup de pied, juste suffisant pour le forcer à se relever, ce qui marcha. Le lion se retrouva debout, se demandant pourquoi il avait reçus ce statut de souffre-douleur attitré de Siana. Il fut surprit par la prise de parole d'Anaïs.

- J'ai l'impression qu'on doit se casser le plus rapidement tout de suite, fit-elle.
- Hein ? fit Siana, sans toutefois tout de suite contester.
- T'as bien vu, cette machine est plus forte, mieux équipé que nous. En plus, le directeur joue pas franc jeu. Le coup de la clef, là, c'est bizarre, on nous fourni le matériel qui fait l'effet inverse que ce qu'il devrait faire. Je sais pas toi, mais moi j'aime pas qu'on se foute de nous. On a activé les robots au lieu de les désactiver...

Face à ce que venait de dire Anaïs, la jeune hybride ne rétorqua rien. Elle aussi n'aimait pas qu'on l'utilise. Le lion fit savoir qu'il était également pour se casser, mais aucune des deux jumelles ne l'écoutait. Finalement, Siana accepta de partir. Sa soeur avait risqué la mort et elle se rendait compte qu'elle aurait pu échouer à la sauver. Aussitôt, Anaïs se remit à parler.

- Bon, puisqu'on doit faire équipe, qu'est ce que tu sais faire, s'adressa-t-elle au lion. C'était quoi ce que tu as fait face au robot ?
- Les capacité de mon peuple, répondit d'un ton égal Katos. Je peux utilisé l'énergie des torrents telluriques, qui circule sous la terre, pour plonger dedans pour faire surgir à un endroit de cette énergie.

La dhole hocha la tête. Le lion n'était pas totalement un boulet. Elle avait de même remarqué que s'il n'avait pas l'air de réagir vite, il comprenait rapidement ou ce trouvait le danger. Un avantage des peureux. Elle regarda autour d'elle ou se diriger. Le passage dans le torrent faisait qu'elle ne savait pas ou elle était. Anaïs repéra un bâtiment, sinistre, qui s'élevait au loin. Cela ferait au moins un endroit vers ou aller, un point fixe, pour éviter de se perdre. Elle commença à se diriger vers ce bâtiment, tandis que le lion suivit pour éviter de subir un quelque danger seul et Siana lança un dernier regard vers la roche, savant qu'au loin, il y avait surement le robot. Elle se jura qu'elle le détruirait, vengeant le fait qu'il avait faillit tuer sa sœur. Elle retourna ensuite suivre le lions et sa soeur.

Rapidement, ils arrivèrent devant le bâtiment, qui était moins loin que prévu. Il était encore plus lugubre vu de prêt que de loin. Le félin fit une remarque là-dessus, ce qu'il lui valut immédiatement d'être qualifié de trouillard par Siana. Mais il fallait donner raison au lion. Les paysage était tourmenté, torturé, les roches escarpé surgissaient comme dans le but d'empaler la moindre personne qui y tomberait. Katos murmura qu'il ne manquait plus que des corps pour empirer la situation, avant de recevoir une nouvelle sommation de se taire. Mais cette fois, c'était d'Anaïs. Et pour cause. Devant eux gisaient des silhouettes. D'autres élèves de l'école. Les trois mobien se précipitèrent pour réunir les blessés et tenter de les réveiller. Zeus, Saïko, Erika et Aurore restèrent dans l'inconscience, mais Ama réussit à retrouver conscience. Elle expliqua comment ils avaient lancé l'attaque de la Chaos Hell School, et comment cette attaque avait subit un terrible revers. Le lion était pendant ce temps partit vérifier ou trouver de l'eau dans cet endroit... Il était parfaitement impossible d'espérer accéder à une ville rapidement, la plus proche se trouvant à des kilomètres. Anaïs, elle, expliquait à Ama ce qui c'était passé avec le robot.

Tandis que les deux jeunes canines réfléchissait à propos de ces deux imprévu – des ennemi largement plus puissant que prévu dans la Chaos Hell School et de fausses informations concernant les robots – Siana se sentait sur la touche. Pourquoi envoyer ce lion empoté à sa place chercher de l'eau ? Il allait bien réussir à se perdre, ou alors à tomber sur une quelconque créature qui trainait dans les parages. Anaïs lui avait expliqué que si elle partait, Katos ne suffirait pas avec elle à défendre les blessés. Mais elle restait de mauvaise humeur. Elle frappa dans un cailloux et se mise à marche jusqu'à qu'elle entende des voix. Aucun rapport avec Jeanne d'Arc, c'était juste qu'il y avait des gens qui parlaient dans les fourrée. Intrigué, elle se rapprocha.

- « …ition : district A-495. Nous avons trouvé le bâtiments nommé « Chaos Hell School ». Tout semble avoir échappé au contrôle imposé par le gouvernement. Les sénateurs en deviendraient fou en l'apprenant. Des actes terroristes ont été perpétré par les membres de cet établissement. Il devait permettre de se débarrasser de cette vermine occu... »
- « Chef ! Nos viseurs infrarouge nous informe d'une silhouette dans les fourrés, ainsi qu'un groupe d'une demi-douzaine de personnes à 9 heures. Et on a capturé un lion qui se dirigeait vers la rivière. »

Entendant ça, Siana comprit qu'elle ne devait surtout pas se battre et prit ses jambes à son cou, chose qu'elle détestait faire, mais elle n'avait pas le choix. La louve dhole n'allait pas se battre seule contre toute l'armée. Et surtout, elle devait prévenir Anaïs de ce qu'il se passait. Mais quand elle retourna au groupe, elle vit que c'était trop tard, ils étaient déjà encerclé. Les militaires tenait un Katos inconscient par la peau du cou. Ils leur firent une sommation de se rendre. Et ils les avaient appelé « Membres de la Chaos Hell School ». Ils se trompaient de cibles. Siana se préparait à se battre, mais elle vit sa sœur se rendre. Se tournant par réflexe vers Anaïs pour protester vivement, elle sentit un grand coup à la tête. Et après vint le noir. Elle ne put que entendre des dernières paroles. « Amenons-les pour les interroger... » Siana se réveilla furtivement, se sentant adosser à quelque chose. Elle vit les autres personnes évanoui, dont le lion qui était totalement effondré, la chevelure dispersé... Elle chercha du regard sa sœur. Elle était réveillée, mais était attachée à l'autre bout. Siana sentit un terrible mal de crâne lui traverser la tête, et a nouveau elle sombra dans l'inconscience.

***

Au milieu du noir, Alex ne sentait plus aucun de ses membres. Le chat noir ne savait pas où il était... Il était enchainé à un mur de ténèbres et distinguait une silhouette sur le sol. Mais à part cela, il n'y avait que du noir. Le félin noir ne comprenait rien à ce qu'il lui arrivait. Tout ce dont il se souvenait, c'était le cri d'Angelika, et les paroles du directeur de la Chaos Hell School. « Désobéir, est ici, très sévèrement punis ». Le chat vit d'un coup la silhouette du directeur se matérialiser devant lui. Alex tenta de parler, mais aucune paroles ne sortaient de sa bouche. Il sentait que rien ne semblait étouffé sa voix, ni rien, mais il ne pouvaient parler. Le directeur déclara que c'était pour éviter d'être interrompu. Alex apprit être un mauvais pion et que donc il était pour l'instant éliminé de la partie. Cette fosse entourait la source du jeu même. Mais il n'eut qu'une information supplémentaire. La silhouette dans l'inconscience était Myrage, qui avait été jeté ici car ses blessures le rendait inutile... Ici, il pourrait se soigner et après être recyclé. Alors que Alex se sentit révulse par cette manière de considérer les gens, le directeur disparu.

Le chat en profita pour réfléchir. La fosse ou il était entourait le cœur du jeu. Ce jeu était surement cette bataille, qui avait causé la capture d'Angelika. S'il réussissait à sortir, ou Myrage réussissait, il deviendrait possible d'arrêter la partie. Mais pour l'instant il était enchainé. Il devait trouvé un moyen de se libérer, puis de sortir de cette fosse.

Plus haut, Capi vit sur l'échiquier deux pions tombé en poussière. Dont celui de Myrage. Elle se demanda s'il avait succombé aux blessures infligée par la hérissonne maléfique. Elle n'avait rien plus faire. Non. Elle n'avait rien dut faire. Elle devait empêcher que quiconque touche à l'échiquier. Et ne pas y toucher. La jeune chatte regarda l'emplacement des pions. Elle fut stupéfaite. Presque tout les pions blancs étaient couché. Seuls restaient debout les pions gardant le camp de la Chaos Luby School. Qui n'étaient que deux. Elle eut besoin de toute sa volontée pour ne pas agir. Elle ne devait pas influer sur la partie. Aussitôt se forma dans le camps des blancs une pièce entièrement constitué d'un or pure. Et sur l'échiquier se marqua trois simples mots, qui résumaient toute la situation :

« Échec au Roi »





Assis sur un fauteuil, au milieu d'une grande bibliothèque, le directeur regardait la bataille à travers un étrange livre à le reliure d'or. Un sourire ornait son visage presque totalement dissimulé par l'ombre. Il voyait que son école était sur le point de tomber. La première phase allait s'achever. Il fallait la purification par les flammes avant la renaissance du phénix, et cette fois le sens propre était de la mise, s'amusa l'être mystérieux. Mais il restait une chose à faire, perpétrer la renaissance. Il sortit une plaque d'un noir d'encre, qui resisterais quoi qui l'arrive, même si elle pourrait perdre de sa lisibilité, avec des runes, et le symbole d'un phénix. Il y grava quelques mots, avant de disparaître dans les ténèbres.

« Ce qui fut détruit par le feu, renaitra par le feu. »
Revenir en haut Aller en bas
Flake
Brume des Neiges
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Ven 10 Déc - 17:22

Chapitre 13 Des pions récalcitrants


Loulou n’en revenait pas : cette hérissonne. Comment avait-elle pu la confondre avec Sora ? Bien sûr, il y avait cette ressemblance et la vitesse à laquelle elle avait fuit à l’extérieur mais elle était le mal incarné. Le bâtiment était la proie des flammes, les élèves couraient partout. Une véritable folie s'était emparée de l'école. La fumée commençait à envahir les couloirs, à l'intérieur la chaleur devenait intolérable. Abbott les avait avertis malgré l'attaque de Rosa et était aussitôt reparti à la recherche de sa protégée. Indiana et Loulou avaient réussi à la rattraper, dehors tandis que les autres fuyaient par l'arrière du bâtiment, essayant de faire sortir les élèves.
Sur la cour avant de l'école, juste devant les grilles, la hérissonne noire s’était arrêtée parce qu’elle avait des renforts, et pas n’importe quels renforts. La jeune louve était complètement abasourdie. Maintenant juste sous le préau de pierres noircies se tenaient le double de Julien et leur amie. Les piliers soutenant l’édifice incendié formaient comme une arène encore protégée du feu. Et le combat avait déjà commencé.

Alors que Rosa esquivait un pic de glace soudain sorti du sol, Loulou la cueillit d’un coup de poing au visage. La hérissonne s’étala part terre. Depuis le début de leur affrontement, Loulou attaquait à distance usant uniquement de ses pouvoirs, ce changement brusque de stratégie l’avait surprise.
- Qu’as-tu fais de nos amis ? Où sont Julien et Sora ? Et Kyliam ? Qu’est ce que vous lui avez fait ? hurla Loulou au bord de la crise de nerf.
Tout s’effondrait. Elle qui croyait ramener son allier à la maison avait introduit le mal chez eux. Et maintenant : l’école était en feu, Capi avait tout bonnement disparu, les jumelles et le lion n'étaient pas encore revenus et les autres, même pas remis de leurs blessures tentaient l'impossible pour sauver les élèves normaux, Julien et Sora étaient toujours aux mains de l'ennemi et pour finir Kyliam se retournait contre eux. Une catastrophe !
Du coin de l’œil, elle vit cette dernière frapper Indiana. L’échidné semblait avoir perdu la raison, elle ne les avait même pas reconnus. Plus rien n’allait. Loulou était persuadée que tout était entièrement sa faute. Si elle n'avait pas dit oui à Kyliam, si elle avait su faire la différence entre Sora et Rosa. Si…

Indiana avait presque le dessus, presque ? Il arrivait à esquiver toutes les attaques des deux élémentalistes combinées. Et une des balles de Firemagma avait même fini sa course sur l'échidné la projetant au loin. Il se retrouvait donc momentanément avec un seul adversaire. Une bourrasque de vent dévia un trait incandescent tandis qu'avec une vitesse fulgurante, son pied droit fila dans les côtes du démon dans un mouvement circulaire. Firemagma l'esquiva de justesse en reculant, ce qui permis au demi-caméléon d'enchaîner. Il changea de jambe d'appui, pivota complètement sur lui même pour frapper du talon gauche l'estomac de son adversaire. Cette fois il fit mouche, Firemagma se plia en deux en jurant mais déjà son poing enflammé s'apprêtait à s'abattre sur son ennemi. Indiana le bloqua de son avant bras gauche qui s'était entièrement recouvert d'écailles assez résistantes pour éviter de graves brûlures. Cela ne l'empêcha pas de grimacer, ni de ployer légèrement sous la puissance du coup. Firemagma était beaucoup plus fort que Julien, beaucoup plus que lui. Le démon, plutôt surpris du peu de résultat de son attaque, ne vit pas arriver l'uppercut qui s'enfonça profondément dans son ventre déjà meurtri. Il hoqueta autant de surprise que de douleur. Comment un être inférieur pouvait-il l'atteindre ? Comment ce misérable humain pouvait-il lui opposer la moindre résistance. A lui, le plus grand fléau que cette planète avait porté. Sa fureur monta d'un cran. Il repoussa Indiana se préparant à faire feu. Le démon ne voyait qu'une explication à ses difficultés : son récent combat contre l'échidné l'avait plus affaibli qu'il ne le pensait. Mais cela revenait à admettre que Kyliam avait fait un adversaire difficile ? Impossible ! Il restait le plus fort. Personne ne pouvait le vaincre, pas plus cette hybride cachet d'aspirine que cet humain aux cheveux décolorés. Pourtant il fallait le reconnaître, la dernière attaque de Kyliam l'avait littéralement vidé de ses forces et il n'avait pas complètement récupéré. D'ailleurs un nouveau coup d'Indiana dans l'épaule qu'avait mordue l'hybride ne fit que lui arracher un cri et une envie de meurtre plus poussée encore. Le démon fulminait. Il réussit à attraper le jeune homme par les cheveux et précipita sa tête contre son genou. Indiana le para en partie, en interposant sa main, mais il sentit comme un craquement dans son nez avant qu'un goût de sang n'envahisse sa bouche. Il se dégagea d'un coup de coude. Firemagma se remit en garde. Ce petit jeu n'avait que trop duré. Il se mit à léviter à quelques centimètres du sol, une aura de feu l'entourait rendant tout approche presque impossible et avant qu'Indiana puisse réagir le démon libera une véritable déferlante de feu. Tout autour de lui brula instantanément. Le jeune garçon bien que résistant recula de deux bons mètres, il avait des brulures sur tout le corps. Il ne restait plus rien de son T-shirt et son jean n'avait pas beaucoup plus résisté, devenu noir et en parti brulé. Essoufflé, le jeune homme se remit en garde, prêt à un nouvel assaut mais celui ci ne vint pas d'où il l'attendait. Une boule blanche vêtue de noir lui tomba littéralement dessus.


Rosa se releva lentement, essuyant d’un revers de main le sang qui coulait sur son œil. Sa lentille avait sauté, maintenant Loulou voyait toute la folie dans cet iris sans pupille. Une folie meurtrière. Comment avait elle pu la confondre avec son amie ? Elles n’avaient rien en commun.
- Ca tu vas me le payer au centuple ! grogna la hérissonne.
Une boule d’énergie négative se forma très vite dans sa main. Loulou eut à peine le temps de dresser une barrière de glace qui vola en éclat à l’impacte. Elle leva le bras pour se protéger des débris de givre et chercha son adversaire. Elle l’avait quitté des yeux une fraction de seconde et la hérissonne avait disparue. Rosa avait déjà contourné Loulou, passant un bras autour de son cou et de l'autre, elle vrilla le poignet de la louve. Celle-ci étouffa un cri, plus de surprise que de douleur. Rosa était si rapide. La hérissonne chargea une nouvelle boule d'énergie sans pour autant lâcher son adversaire, Loulou voyait grossir la boule à quelques centimètres à peine de son visage.
- Je vais te tuer mais avant tu vas souffrir, je vais t'offrir le spectacle de la mort de tes amis.
Contrairement à ce qu'elle redoutait, l'attaque de la hérissonne ne lui était pas destinée. Loulou le comprit immédiatement lorsque Rosa se tourna vers ses deux complices et Indiana. Ce dernier était dos à elles. La boule d'énergie l'atteignit entre les omoplates, le jeune homme hurla, ce coup en traitre l'avait complètement déstabilisé, il ne réussit pas à esquiver le jet de flamme qui l'envoya s'écraser contre un mur.
Loulou horrifiée vit son compagnon s'encastrer dans la paroi sombre puis retomber inerte au sol. Sans se préoccuper de l'étau autour de son cou, ni même de sa main bloquée dans son dos, elle tendit son bras libre vers Indiana. Aussitôt une barrière de glace se dressa entre le demi-caméléon et Firemagma qui se précipitait vers lui. Cela n'allait sûrement pas arrêter le démon mais au moins le ralentir un peu.
- Puisque tu veux pas que je joue avec tes amis, je vais jouer avec toi ! susurra la hérissonne visiblement frustrée que Loulou se soit interposée dans son plan.
Elle tira sur le bras de sa victime pris en clef. Il y eut un craquement sinistre, suivi d'un hurlement. La douleur était insupportable pire encore, Rosa continuait de tirer sur son bras déjà cassé. Elle jubilait, se délectait des cris de souffrance de la louve et ne se rendit pas compte qu'une épaisse couche de givre se formait autour de ses chevilles.
Loulou se sentait défaillir. Ses forces l'abandonnaient, son coude brisé lui faisait atrocement mal, la pression sur sa gorge ne faisait qu'augmenter, elle suffoquait commençait à voir trouble. Elle ne parvenait même plus à distinguer Indiana.

Indiana encaissa un premier coup de poing qui lui décrocha la mâchoire. Il se retrouva allongé par terre, groggy, l'échidné blanche assise sur son ventre préparant déjà une nouveau coup. Indiana l'esquiva de justesse en détournant la tête, le poing de l'albinos s'écrasa par terre imprimant un trou dans la terre et le pavé brulé de la cour. C’était passé à un cheveu de son oreille et Indiana la sentait rougir à la chaleur que dégageait Kyliam. Il réagit très vite, attrapant les deux poignets de l'hybride, il tenta encore une fois de la raisonner.
- Mais arrête tu es avec nous, ensemble contre eux !
La jeune fille fronça les sourcils, elle se dégagea brusquement le poignet droit.
- Ne raconte pas d'histoire Humain, je ne te connais pas.
Le demi caméléon n'attendit pas plus. Il lui semblait difficile de la raisonner dans ses conditions, il lança sa paume droite dans le visage de l'hybride. Celle-ci se recula pour éviter le coup. Exactement ce qu'il cherchait à faire. Aussi il profita qu'elle se déséquilibrait vers l’arrière pour la repousser violement et se dégager. Il se releva en roulant sur son épaule et de nouveau se retrouva face à deux adversaires. Milkya qui venait de se relever essuya sa lèvre fendue et Firemagma affichant un visage souriant et tranquille. Il posa une main sur l'épaule de sa petite protégée dans un geste qui se voulait fraternel.
- Rappelle toi Kyliam ! On s'est rencontré ici ! "C'est inutile de se méfier l'un de l'haaaaa….
Indiana n'eut pas le temps d'achever la citation que Kyliam lui avait dite à leur première rencontre. Une balle d'énergie négative venait de le frapper en plein dos. Il tituba désorienté et vit à peine les attaques simultanées de Firemagma et Milkya. Leurs pouvoirs combinés prirent la forme d'un trait de feu qui percuta le jeune homme de plein fouet et l'envoya s'écraser contre un mur. Il s'y enfonça comme dans du beurre. Complètement sonné, il se laissa tomber au sol, cherchant à reprendre son souffle tant ses poumons le brulait. Son épaule droite qui avait touché en premier le lançait, Lorsqu’il eut la force de redresser la tête, ce fut pour voir un Firemagma foncer sur lui, explosant la barrière de givre. Le démon l'attrapa par le cou d'une main et le souleva de terre le plaquant contre la paroi noire comme s'il n'avait rien pesé. Milkya les bras croisés ne le regardait même pas. Son attention était attirée par l'autre combat. D'après Firemagma, Rosa était son amie, même si elle ne s'en souvenait plus, elle devait lui porter assistance.
- Je te le laisse ! dit elle simplement à son acolyte avant de partir vers la hérissonne.
Le démon la regarda partir la tête légèrement penchée avec un regard de dément qui la suivi un moment avant de revenir sur Indiana. Il serra un peu plus fort sa prise. Il aimait sentir ses proies suffoquer doucement. Il aimait voir leurs lèvres bleuir, leurs yeux s'exorbiter tandis que l'air se raréfiait dans leurs organes. C'était un spectacle si délectable et maintenant qu'il avait de nouveau le dessus, il voulait en profiter. A défaut de pouvoir faire souffrir et tuer son double, il le ferait avec ses amis. Son seul regret : que Julien ne puisse pas apprécier le spectacle. Il se prit à espérer pouvoir emmener une caméra la prochaine fois. Il s'approcha un peu du visage d'Indiana, le fixant dans ses yeux verts qui lui rappelaient ceux de son double.

- Elle est à moi, je vais l'utiliser jusqu'à tous vous tuer, puis je m’occuperais de la torturer le plus longtemps possible. Ricana le démon avec un sourire sadique.


Malgré sa vision défaillante, Loulou vit une petite sphère de métal arriver rapidement et soudain la pression se relâcha. Abbott venait d'arriver, tirant de petits lasers assez puissants pour faire lâcher prise à la hérissonne. Celle-ci voulut se protéger le visage en interposant ses mains, les lasers n’était pas puissant mais assez pour lui causer quelques brulure, elle voulut reculer pour pouvoir générer une nouvelle boule d'énergie mais ses pieds pris dans la glace l'en empêchèrent elle tomba sur les fesses en jurant.
Loulou tomba sur les genoux, serrant son bras droit, dont le coude formait un angle étrange, contre elle. Des larmes de souffrances, de colères naquirent sous ses paupières closes, mais elle n'avait pas le temps de s'apitoyer sur elle-même, pas le temps de penser à ses blessures. Elle concentra toutes ses forces à compresser la glace, à l'épaissir jusqu'à que ce qu'elle monte aux genoux de Rosa. Celle-ci hurla à son tour lorsque ses deux chevilles se brisèrent comme des allumettes. De nouveau la hérissonne voulut lancer une balle d'énergie sur la louve mais ses mains se retrouvèrent plaquées au sol par le givre et Abbott tirait toujours sur elle. Loulou voulait en finir, des pics de glace se formèrent tout autour d'elle, gravitant pointés vers son adversaire. Alors qu'elle allait les lacer, on la bouscula pile dans son bras blessé. La douleur lui fit perdre toute sa concentration tandis qu'elle s'effondrait au sol avec un cri, entraînant Abbott avec elle.
Lorsqu'elle releva les yeux se fut pour découvrir Kyliam, la regardant de haut, méprisante et visiblement en colère. Pour Loulou c'en était trop, ses nerfs lâchaient.
- Kyliam pourquoi tu les aides pourquoi tu nous trahis ? Hurla-t-elle la voix étranglée par la douleur et l'émotion.
L'échidné s'était approché de la hérissonne et commençait à dégivrer les gaines de glace qui la retenait. Elle tourna son regard sang sur la louve, un regard méprisant. Rosa ricanait beaucoup moins, tenant ses chevilles brisées, insultant la louve, lui promettant les pires maux. Abbott s'extirpa de sous la louve, ses yeux passèrent de Rosa à Kyliam puis à Loulou. Il crut que ses circuits avaient grillé.

- Trahir ? Murmura l'albinos. Je ne trahis pas mes amis, je sais pas qui est cette Kyliam avec qui tu me confonds louve, mais vous aller payer les assauts lâches contre notre école.
La réplique de Milkya laissa la louve abasourdie, elle ne trouvait même plus ses mots pour démentir et de toute façon, Rosa ne lui en laissa pas le temps. La hérissonne balança une balle d'énergie négative, plus grosse que les autres, droit sur Loulou. La petite sphère robotique s'interposa et prit la décharge de plein fouet, si fort que ses réacteurs ne suffirent pas à le stabiliser, il s'écrasa durement contre la louve qui avait voulu le rattraper. Loulou le prit dans le ventre, elle avait par reflexe lever le bras droit sans qu'il lui réponde. La douleur fut si vive qu'elle en perdi connaissance sans le moindre cri. La hérissonne s'apprêtait déjà à l'achever, du moins si elle avait pu se lever.
- Ils ont eu leur compte ! affirma l'échidné en repartant vers le démon sans même un regard pour la louve et le robot.

Milkya prit la hérissonne dans ses bras ignorant les insultes qu'elle lui lançait. Ne prêtant pas la moindre attention à ses supplications de la laisser étriper la louve. L'échidné se posait des questions. Beaucoup de questions.


Indiana commençait à perdre ses moyens. Il parvenait à peine à bouger. Il concentra toutes ses forces, toute sa volonté dans une dernière action. Il fit pousser des griffes rétractables à ses extrémités et une fourrure noire commençait à le recouvrir. Au moment où le démon rigolait comme un dément, il lui assena un coup de pied. Les griffes jaillir de ses chaussures, les réduisant en miettes, lacérant le torse de Firemagma. Celui-ci hurla, les entailles étaient peu profondes mais recoupait celle déjà faite par l'échidné. Il fut forcé de le lâcher lorsque cette fois des griffes s'enfoncèrent dans son poignet. L’incendie qui ravageait l'école était parvenu à eux. Une épaisse fumée occultait en partie la cour et cela suffit à Indiana pour se fondre dedans. Rapidement son corps se recouvrit qu'une fourrure noire, il dut se concentrer d'avantage pour que sa tête et ses cheveux surtout prennent la même teinte. Entre la pierre noire à laquelle il était adossé et la fumée impossible que Firemagma le retrouve. Il s'éloigna dans le plus grand silence, se terrant dans un coin en attendant de pouvoir fuir. Il entendit le démon vociférer.

- Revient lâche. Affronte-moi !!
Indiana n'était pas assez stupide pour se laisser avoir par ce genre de provocations. Il fut presque soulager de voir arriver Kyliam, tenant la copie de Sora gémissante dans ses bras, demander au démon de partir.

- Il faut la soigner, rentrons ils ont eu leur compte.
- Pas avant d'avoir retrouvé cet avorton, je vais lui arracher la tête et l'empaler au milieu des flammes. Comme ca tous sauront que le grand Firemagma est passé ici.
- Grand Frère ?
Le démon tressaillit à cette appellation pour un peu, il oubliait son rôle, conscient de la gaffe qu'il avait failli faire, il se reprit rapidement.
- Oui rentrons.
Non sans regret le démon et les ses deux acolytes tournèrent les talons laissant la chaos Luby school au proie des flammes. Alors qu'il était a la porte de fer forgée le double de Julien lança une boule de feu vers les pilier de la cour. Tout s'effondra avec fracas. Milkya ne l'avait pas vu faire, elle crut à un accident.
Indiana avait à peine eu le temps de s'écarté lorsque tout le bâtiment s'était effondré. Lorsqu’il fut certain que leurs assaillants étaient hors de vue, Indiana se précipita auprès de Loulou. Déjà un mur de flamme l'entourait. Mais par chance les débris l'avait épargnée. Seules quelques pierres lui étaient tombées dessus. Il brûla sa fourrure à la prendre dans ses bras ainsi que le petit robot pour s'enfuir vers la forêt. Il ne pouvait faire plus. Capi, le directeur et peut être encore des élèves qui étaient encore à l'intérieur, il ne pouvait plus rien pour eux. A peine avait il fait quelques pas à l’orée de la forêt qu’une formidable déflagration le souffla. L’incendie avait gagné les réserves de fuel de l’école.


***
**


Saïko avait les muscles complètement engourdis et son cerveau n'était pas loin du même état. Il venait de passer ce qui lui semblait être des heures à répondre aux mêmes questions, à affirmer qu'il n'était pas de la Chaos Hell School. Qu'il n'était pas au courant de vol de matériel, ni de la destruction du laboratoire. Quoique sur ces derniers points, il commençait à douter. Parlaient-ils de leur première mission? Entre l'attaque des généraux, l'incendie et cet interrogatoire, il ne se sentait vraiment pas au mieux de sa forme. Ici il n'y avait que béton et ciment, pas même une petite plante verte qui l'aurait aidé à se régénérer. Mais malgré son état lamentable, il ne s'inquiétait nullement de son sort, Ama occupait toutes ses pensées. Encore évanoui lorsqu’ils les avaient emmenés, le renard ne savait même pas si elle allait bien. Si elle était ici elle aussi ou seine et sauve ailleurs. Ne pas savoir cela le minait plus que le reste. Cela faisait à peine quelques minutes qu'il s'était posé, assis en tailleur, dans un coin de la petite cellule à la roche abrupt que la porte s'ouvrit.Deux soldats y poussèrent un lion à la crinière ébouriffée. Miraculeusement, il avait encore son chapeau de paille qu'il réajusta sur sa tête en se relevant. Les gardes repartirent aussitôt laissant les deux élèves seuls. Saiko se leva et alla directement voir Katos qui époussetait ses vêtements. Il grogna un peu en portant la main à sa nuque.

- Ils auraient pu y aller moins fort. Maugréa le lion.
- Ca va?
- Mouais ça peut aller et toi ?

On l'avait réveillé à coups de seaux d'eau dans la figure puis interrogé sur des événements dont il n'avait pas la moindre connaissance. Il n'avait pas arrêté de répéter qu'il venait juste d'arrive dans l'école mais visiblement cela n'avait pas satisfait les soldats.

- Ca pourrait être mieux. Ils t'ont aussi interrogé ?
- Mouais mais j'ai rien compris à ce qu'ils voulaient. Je ne sais même pas de quoi ils parlent. Et j'ai mal au crane ! gémit Katos en asseyant par terre pour se masser les tempes.
- Tu sais où sont les autres ?
- Je ne sais même pas où on est. Qu'est ce qu'il s'est passé ?
-
Saiko poussa un long soupire, il s'installa lui aussi par terre en tailleur à côté de son compagnon. Son esprit protecteur été déjà parti faire une reconnaissance dans la base. Et puisqu'ils étaient bloqués ici, autant tout raconter.

- Après la mission des robots, on a voulu aller délivrer Julien et Sora sauf qu'on s'est heurté aux généraux de la Hell School. Des hybrides puissants. On a rien pu faire, ils nous ont envoyé balader au sens propre du terme. On a quand même réussi à rentrer à l'école mais peu de temps après ils ont attaqué. Ils ont mis le feu à l'établissement. J'ai pas trop suivi ce qu'il s'est passé mais comme on était tous plus ou moins blessés le directeur nous a demandé d'évacuer les élèves normaux pendant que Loulou, Capi et Indiana protégeaient l'école.

Le renard fit une pose, il enrageait de ne pas être resté pour se battre lui aussi. Il s'en savait incapable bien sûr mais laisser ses amis derrière lui le gênait terriblement. Avec Ama il était parti le dernier tentant de contrôler l'incendie mais ils n'avaient fait qu'épuiser leur force.

- On a donc évacué les élèves mais lorsqu'ils ont été assez éloignés on a voulu retourner à l’école. Et puis il y a eu une explosion. Je me souviens de plus rien.

Un court silence suivit la déclaration de Saiko. Katos avait pali à vu d'œil.
- Tu.. tu veux dire que… l'école ? Elle a … explosé ?
- J'en ai peur.
Le lion poussa un long soupir. Maintenant c'était à lui de raconter.
- Nous avons rencontré des difficultés avec notre robot, la clef l'a activé au lieu de le désactiver, on a du s'enfuir et c'est la qu'on vous à trouvé pratiquement à mi chemin entre notre école et l'autre. l'explosion a dû être puissante pour vous souffler aussi loin. Ama était réveillée, Je suis allé chercher de l'eau mais arrivé à la rivière deux soldats me sont tombés dessus. Ils m'ont assommé et puis j'me suis réveillé ici.

De nouveau un silence s'installa entre les deux hybrides. Ils prenaient pleinement conscience de leur situation. Une situation au bord de la catastrophe. On ne tarda pas à de nouveau ouvrir la porte, cette fois les deux soldats trainaient le corps d'un renard aux multiples queues qu’ils laissèrent tomber par terre.
- Zeus ?! s'inquiéta aussitôt Saiko en se précipitant vers lui.
Alors que la porte se refermait le renard argenté gémit doucement en se redressant. Il avait des ecchymoses partout. Bien plus qu'avant. Comme si il avait été roué de coups.
- C'est qui ces types qu'est ce qu'ils veulent ? Où est Etherya ?
Zeus se releva en gémissant, il chercha partout sa dragonne du regard. Durant l'interrogatoire il n'avait rien dit, demandant sans cesse qu'on lui rende sa petite protégée. Résultat : il avait été passé à tabac. Saiko lui apprit de plus que personne ne l'avait vue.

- Faut sortir d'ici, murmura Katos en fixant la porte.
- Pas sans savoir où sont les filles. Répliqua aussitôt Saiko qui aidait son compatriote à se relever.
- Et puis comment sortir ? questionna Zeus
- Ca j'en fais mon affaire c'est pas difficile ! assura le lion.
- Comment ? demanda curieux Saiko
- Et bien c'est simple, je…
-
Zeus un large sourire sur les lèvres venait de lui plaquer une main sur la bouche. Il retrouva par contre très rapidement son sérieux sous le regard étonné de ses camarades.



Dans une cellule voisine, Ama et Erika se posaient à peu près les mêmes questions que les garçons, à savoir où elles étaient, où étaient les autres et surtout que leur voulait-on ? Elles aussi avaient subi un interrogatoire. Ama était restée muette et calme grâce à son esprit protecteur qui l’avait soutenue, et s'était retrouvée la première dans la cellule. Elle s’en tirait relativement bien. Erika n'avait pas tardé à suivre. La jeune femme blonde examinait les murs tandis qu’Ama s'inquiétait elle aussi pour son amant. Elle le savait dans ces murs puisqu'ils l'avaient embarqué avec elle. Mais où exactement. Après une longue discussion avec Aqua, elle avait fini par elle aussi l’envoyer en reconnaissance. La louve avait récupéré la petite dragonne. Bien qu'elle ne présentait pas la moindre trace de coups, elle semblait affaiblie. Respirant faiblement. Ama tentait de la rassurer en la caressant, en lui assurant que Zeus allait bien même si elle commençait à en douter, elle aussi. La porte s'ouvrit et un soldat poussa Aurore à l'intérieur. Il fit un bref salut que la jeune femme lui rendit discrètement puis la porte se referma. Les deux élèves virent immédiatement la voir pour savoir comment elle allait comment c'était passé son interrogatoire et Aurore eu une drôle de réaction elle les dépassa sans leur adresser la parole et alla s’asseoir dans un coin de la pièce par terre. Ama et Erika se regardèrent perplexe mais la suivirent.

- Qu'est ce qu'il y a tu fais la tête? Demanda un peu irrité la louve.
Aurore secoua la tête négativement et posa un doigt sur sa bouche avant de faire signe aux deux filles de s'approcher. Elle tira d’une de ses poches un stylo et un restant de papier un ticket de caisse qui trainait. Elle commença à écrire.
*Camera ne rien dire*
Puis elle désigna le plafond au dessus de sa tête et derrière les filles. D'un seul geste, Ama et Erika regardèrent avant de se rendre compte que ce n'était pas une bonne idée. Aurore s'était placée dans l'angle mort de la première camera et la seconde ne voyant que le dos des deux autres filles. L'ancienne pilote connaissait bien les méthodes de l'armée. Lorsqu’ils ne parvenaient pas à avoir des aveux, ils suffisaient de mettre les complices ensembles et d'attendre qu'ils se parlent se croyant seul. Les caméras étaient habilement dissimulées, impossible de les voir si on n'y faisait pas vraiment attention. Erika s'accroupit toujours tournant le dos à l’objectif et prit le papier pour écrire à son tour.
*Pourquoi?*
Aurore répondit de la même façon.
*Pour avoir info. Rien dire, rien faire. *
*Peux les détruire sans bouger et discrètement !* affirma par écrit la sœur d'Indiana.

Cette fois Aurore répondit de la tête. Si cela pouvait leur faire gagner quelques minutes avaient qu'il ne réparent. Erika posa la main sur le mur a coté d'elle comme pour s'aider a se relever, un secousse secoua tout la base et de la fumé ne tarda pas a s'échapper des deux camera écrasé par des pierres.

- Voilà je sais pas combien de temps ca tiendra avant qu'ils ne les remplacent, affirma-t-elle.
Aurore ne perdit pas de temps.
- Je sais pas où sont les gars mais surement pas loin dans une autre cellule.
- Etherya peut, peut être, nous le dire. Je crois qu'elle communique par télépathie avec Zeus.
Ama porta la petite dragonne à ses yeux pour lui parler doucement.
- S'il te plait dit lui de surtout pas parler, explique lui qu'il y a des caméras et qu'on cherche un moyen de sortir.

La dragonne bougea faiblement, levant ses grands yeux sur la louve puis elle frémit et se lova de nouveau dans ses mains. Impossible de savoir si le message était passé mais Ama l'espérait de tout cœur.


- On ne va pas partir, c'est une méprise. Ils vont nous relâcher rapidement ! affirma Zeus devant ses compagnons de plus en plus choqués de son attitude.
Il se mit à rire avant de prendre ses compagnons par le cou et de les approcher come un bande de copain.
- Faut pas s'inquiéter ce va s'arranger.
Ses queues vinent entourer le groupe de façon à former un cocon hermétique. Il se mit à chuchoter. Si faiblement que Saiko et Katos durent tendre l'oreille pour le comprendre.

- Les filles vont bien, elles sont avec Etherya dans une autre cellule on ne doit pas parler, il y a des caméras d'après Aurore.
- Ama?
- Voui elle est avec les deux humaines.
- Et les jumelles demanda à son tour le lion ?
Après un moment de silence Zeus reprit.
- J'en sais rien, elles sont pas avec elles. Elle s'est réveillée avec Ama dans une cellule, Erika a détruit les caméras, elles projettent de sortirent en faisant effondrer un mur.
- Non surtout pas ! s'écria soudain Katos trop fort pour que cela soit discret, il surprit ses compagnons. Puis plus doucement il continua, l'air paniqué. On est sur un fort courant tellurique dans un volcan ou sur une faille la moindre secousse pourrait être dangereuse ? Attend comment elles ont détruits les caméras ?
- Je peux rien leur dire Etherya ne parle pas.
- Je sais ! C'était ca la secousse de tout à l'heure réfléchit le lion à voix haute. Je vais les rejoindre couvrez moi.
Avant que les deux renards ne puissent poser la moindre question, Katos s'enfonça dans le sol. Comme si il s'enfonçait dans de l'eau. Quelques minutes après, Etherya prévenait de son arrivée.
- Il faut ramener les filles ici et désactiver les caméras après on pourra s'enfuir, affirma Saiko tentant d'échafauder un plan.
Une sirène stridente se mit à retentir soudain.
- Et faut faire vite, affirma le renard argenté.


A l’autre bout de la base les deux esprits avaient fini par se retrouver et sachant maintenant où étaient leurs protégés et une partie de leur amis, ils cherchaient les deux manquantes. Contrairement aux hybrides, ils n’avaient pas à se soucier des obstacles, ni des caméras et encore moins des patrouilles qui ne les voyaient pas. Et a tourner en rond dans la base, ils avaient fini par apprendre des choses intéressantes. Visiblement on reprochait aux jeunes captifs l’attaque du laboratoire et le vole du pendentif. S'ils étaient bien coupables de ce crime la destruction totale du laboratoire le lendemain restait un mystère. Quoiqu'il n’était pas difficile de se faire une idée des véritable coupable. Firefox arrêta soudain son compagnon. Il lui désigna un officier en uniforme. Un gradé supposèrent-ils aux nombres de décorations qu’il portait. Mais ce n’était pas vraiment ca qui les intriguait.

- C’est un des généraux qu’il protégeait la Hell School ! confirma Aqua.
- Que fait-il ici ?
- Y’a qu’à suivre.

Le loup s’empressa de joindre le geste à la parole. Les deux esprits ne voulaient surtout pas agir mais ils pouvaient parfaitement écouter.

Le chef de la base, un colonel bedonnant, était particulièrement mal à l’aise : le général venait d’arrivé et d’emblé il avait demandé à parler à deux de leur prisonniers. Cet hybride aigle était réputé pour être dur avec ses hommes et doté d’un grand sens stratégique. Il méritait amplement son grade mais cela n’expliquait pas comment il avait appris la présence des prisonniers dans cette base aussi vite et surtout des rumeurs couraient à son sujet. Il tremperait dans des affaires louches disait on, profitant de sa position dans l’armée pour fournir quelques avantages à ses amis. Toujours était il que sa présence ne l’arrangeait pas le moins du monde. Le colonel était parvenu à apprendre quelques renseignements mais rien de bien concret. Et voila que maintenant cet officier venait lui rafler ses efforts. Car il en était certain, l’aigle voulait s’attirer le mérite de cette opération. Malheureusement malgré la haine que lui inspirait l’hybride, il restait son supérieur et donc il devait obéir et ce même si il lui demandait à ce que la conversation reste privée. Il le conduisit donc à la cellule où étaient enfermées les dholes sans se douter qu’ils étaient suivis.

Anaïs avait la tête dans un étau. Elle s’était réveillée dans une petite cellule avec deux matelas défoncés qui faisait office de lits à chaque bout de la pièce. Sur celui d’en face sa sœur semblait dormir. Celle-ci ne tarda pas à émerger à son tour mais de très mauvaise humeur. Pas besoin de la voir pour en être certaine. Elle ressentait parfaitement la colère de sa sœur et la douleur aussi qui veniat s'ajouter a la sienne. Fort heureusement cela passait rapidement et c'était parfaitement supportable.
- Où sont les autres ? demanda la voix rauque Siana.
- Pas la moindre idée.

La porte s'ouvrant sur un aigle en uniforme les coupa dans leur début de conversation. Il entra dans la pièce, se tenant droit comme un i. Les mains dans le dos, souriant comme si de rien n'était. Cet air arrogant et supérieur. Siana explosa se relevant précipitamment, elle s'avança vers lui d'un pas déterminé.
- Non mais ca va pas d'arrêter sans raisons d'honnêtes citoyens et de les asso….
La dhole n'eut guère plus à dire, elle avait presque atteint le général qu'elle se retrouva brusquement repoussée vers un mur, elle le percuta violement ce qui faillit l'assommer une seconde fois.
- Je suis la pour vous proposer un contrat répliqua l'officier nullement perturbé.
Anais voulu se précipiter vers sa sœur mais c'était comme un bouclier invisible qui la retenait.
- Je vous propose de travailler pour la Hell School contre une forte somme d'argent.

Les deux sœurs, interloquée, cessèrent toute résistance tant la brutalité de cette annonce leur fit l'effet d'une douche froide. L'une comme l'autre ne savait plus quoi penser. Anais cherchait le piège. Voulait-il lui faire avouer qu'elle travaillait pour eux déjà comme on les avait accusées ou bien était-ce un autre stratagème quelconque ? Siana se révoltait contre cette idée.
- Jamais ! hurla-t-elle en tentant de se défaire elle aussi de la prise qui la retenait contre le mur.
La poussière virvoltante au sol était le seul indice qui pouvait lui indiquer qu'un mur d'air compressé la retenait tout comme sa soeur. Anais plus posément réfuta elle aussi cette éventualité.
- Il n'en ai pas question ! Nous sommes déjà sous contrat.
- Même contre votre vie ?

L'aigle avait pris un ton mielleux. Il fixait la jeune dhole, ne se préoccupant plus du tout de sa sœur. Anais en eut froid dans le dos. Elle se demandait qui pouvait bien être cet homme, ce qu'il voulait. Son regard semblait se perdre dans celui doré du rapace jusqu'à ce qu'une sensation d'étouffement la fasse se retourner vers sa sœur. Saina avait la tête englobée dans une bulle d'eau. Elle sentait la peur s'emparer de Siana, elle sentait sa poitrine se comprimer tandis que sa jumelle suffoquait lentement.
- Quel manque de tact j'ai oublié de nous présenter. Je suis un des généraux de la Hell School et voici ma collègue, repris l'aigle parfaitement imperturbable.
Il désigna le vide à côté de lui, puis un rire cristallin se fit entendre tandis que lentement une silhouette humaine se dessinait. Une femme d'une grande beauté, de long cheveux noir tombant en cascade sur ses épaules dénuées. Elle ne portait qu'un ensemble bustier et jupe courte de cuir noir, des cuissardes de la même matière qui accentuait encore plus la pâleur de sa peau. Et ses yeux d'un bleu océan semblaient brûler d'un désir sadique. Un regard qui n'inspirait que de la crainte à Anais.

Reprenant difficilement le contrôle de ses émotions pour ne pas se laisser submerger par celle dominante de la peur de sa sœur, Anais fixa l'aigle et la femme essayant un coup de bluff.

- Je préfère mourir plutôt que de trahir mes amis !
Bien sûr, elle n'était pas prête à mourir et encore moins à laisser sa sœur mourir mais si ils les voulaient s'était sûrement en vie. Sinon, il aurait été facile de les tuer immédiatement. L'aigle s'approcha jusqu'à coller son bec contre elle. La dhole réprima un mouvement de recule, tachant de voir sa sœur, elle la sentait de plus de plus faible. Elle ne se débattait plus pour tenter d'enlever la bulle d'eau.
- Mais vos amis pensent ils à vous ?
- Quoi ?

Aqua et Firefox n'étaient pas loin et le loup serait bien intervenu si l'alarme n'avait pas retentit tout à coup. Des hauts parleurs annonça l'évasion de prisonniers. Inquiets pour Ama et Saïko ils repartirent immédiatement sans entendre la réponse de la dhole. Ils voulaient avant tout retrouver au plus vite les autres pour venir les délivrer.

- Ils vous ont "oubliées". Murmura le général avec un sourire sadique
- Impossible !
Anaïs était de plus en plus pale, elle était à deux doigt de s'évanouir, elle avait l'impression qu'elle ne parvenait plus à réfléchir, comme si son cerveau manquait d'oxygène. Elle le savait ce n'était pas elle pourtant mais sa sœur. Leur empathie s'avérait payante. Voulant se soulager et donc soulager sa sœur un moment, elle tenta d'attraper les poignets de l'aigle. Elle voulait lui transmettre une partie de leur souffrance mais impossible de bouger. Soudain elle perçut un vide dans son être. Son regard améthyste se retourna vers Siana. Elle était inerte, retenue que par les pouvoirs combinés des deux généraux.
- J'accepte ! hurla aussitôt la dhole. J'accepte ! Libérez ma sœur.

Elle n'en pensait rien évidemment, elle voulait juste qu'ils relâchent Siana. A la première occasion elles s'échapperaient toutes les deux.
- A la bonne heure ! s'exclama l'aigle presque joyeusement.
La femme leva une main vers Siana et aussitôt la bulle éclata rependant son contenu sur la dhole qui s'effondra par terre. L'humaine s'accroupit alors sur elle et lui passa un collier de métal noir.
- Voilà de quoi nous assurer de votre soutien entier et volontaire ! dit-elle joyeusement.
- Une petite démonstration peut-être ? enchaîna l'aigle.
Au sourire malsain des deux généraux Anais s'inquiéta pour sa sœur. Celle si fut soudain parcourue d'un soubresaut et cria. Anais répondit en échos en se recroquevillant sur elle même. C'était comme une décharge électrique. Elle jura entre ses dents.
- Il est impossible de se défaire de ce collier et votre empathie m'assurera que tu rempliras correctement ta mission. Tu vas espionner tes petits camarades pour nous lorsqu'ils sortiront d'ici. Bien sûr inutile de te rappeler que leur parler serait une grave erreur pour ta soeur.

La dhole se mit à pâlir mais avant qu'elle n'ait eu le temps de faire quoique ce soit, une bourrasque de vent la déporta violement contre le mur, elle s'affala inconsciente par terre.

La femme s'approcha de l'aigle s'appuyant nonchalamment sur lui.
- Ton esprit pervers me donne des frissons de plaisir, susurra-t-elle à son oreille.
Celui-ci sourit au compliment et chargea Siana sur son épaule avant qu'ils ne repartent laissa la dhole seule dans sa cellule.



***
**


Alex avait mal aux bras, retenu par des liens invisibles qui lui cisaillaient les poignets, il avait de plus en plus l'impression qu'il était sous l'emprise d'une drogue, ou de quelque chose dans ce genre qui l'empêchait de réagir. Son corps ne lui répondait plus, il ne sentait que la douleur dans ses muscles.
Le hérisson au pelage blanc ne semblait pas attacher lui, il n'avait toujours pas repris connaissance mais il bougeait de temps en temps, comme en proie à des cauchemars. Sa blessure ne saignait plus, ce qui était déjà bien, mais il ne devait pas être en état de faire quoique ce soit pour l'aider. Et Lili ? Que lui était-il arrivé ? Alex ne pouvait s'empêcher de la revoir cette scène : la jeune tigresse derrière ses barreaux, criant son nom alors qu'une force irrésistible l'entraînait dans le néant. Perce qu'il avait vraiment l'impression d'être nulle part. C'était le noir complet. Il ne distinguait rien à par lui et l'autre hybride comme si ils généraient leur propre lumière. Pas de mur, pas de sol ou de plafond Il avait même perdu la notion du temps se demandant depuis combien de temps il était là. Peut-être était ce dû à la drogue ou bien cette pièce renfermait une magie ?
Soudain une vive lumière l'éblouit. Il cligna plusieurs fois des paupières avant que de nouveau, il puisse voir. La porte s'était refermée, il faisait de nouveau sombre mais il y avait une personne de plus dans la pièce. Un hybride de très petite taille. Une araignée à en juger par sa physionomie des plus étranges. Il s'approcha de lui sans prêter attention au hérisson.

- Alors comme ça, on veut pas obéir ? dit-il d'une voix ou suintait le mépris. J'avais dit au directeur que tu n'étais pas fiable, trop lâche, trop faible pour la Hell School.

Si il avait pu parler, Alex lui aurait "gentiment" répondu des plus gros quolibets qu'il connaissait mais comme le reste de son corps, ses lèvres ne bougeaient pas plus. De même lorsqu'une décharge électrique lui traversa le corps, aucun cri ne sortit de sa gorge, mais la douleur et la surprise le cabrèrent violement.

- Prêt à coopérer ? Continua l'hybride arachnide toujours souriant.

Le regard haineux d'Alex lui confirma rapidement le contraire et puis il voulait s'amuser un peu de toute façon. Une nouvelle décharge plus violente encore secoua le jeune félin. Le général s'approcha doucement, le fixant de ses petits yeux globuleux. On y lisait un plaisir sadique à jouer les tortionnaires. Il éclata de rire en foudroyant trois fois de suite le pauvre félin qui faillit tourner de l'œil. Ses muscles se tétanisaient irrégulièrement, son corps entier était parcouru de spasmes violents et incontrôlables.

- C'est rageant de ne rien pouvoir faire n'est ce pas. Imagine comme je vais pouvoir m'amuser avec cette tigresse lorsque j'en aurais fini avec toi. susurra-t-il un sourire malveillant aux lèvres.

Alex bouillonnait, il n'avait qu'une envie faire ravaler ses paroles cet hybride, l'écraser sous ses chaussures. Jamais il ne le laisserait s'en prendre à Angelika. Il trouva dans sa volonté la force de serrer les poings et même de tirer sur son bras droit enfonçant profondément ses liens dans ses chairs. Il sentit son sang perler sur sa fourrure. Voyant ça, l'araignée lui envoya une nouvelle décharge.

- J'en ai assez de jouer, tu m'amuses plus ricana-t-il. L'arachnide leva le poing sous le museau du chat, du moins autant que lui permettait sa taille. Il le serra. Aussitôt Alex sentit comme un étaux lui enserrer les poignets, les chevilles et la gorge. Cette fois son sang coula le long de son poignet droit. Il sentit les entailles sur ses membres, son cou surtout tandis qu'il n'arrivait plus à respirer.
- J'aime prendre dans ma toile d'insignifiant insecte dans ton genre. Vois comme ma soie et résistante et mon poison t'empêche de faire quoique ce soit. Tu vas lentement étouffer ensuite je m'occuperait de ta…
Le félin fut presque plus surpris que ses liens se libèrent tout à coup, le laissant brutalement retomber par terre que du fait que l'araignée s'effondre tout à coup.
- A quoi te sert tes yeux si tu vois pas derrière ?

Alex à quatre pattes au sol, incapable de bouger plus pour le moment, parvint néanmoins à lever les yeux pour découvrir le hérisson blanc vacillant juste derrière l'araignée, son propre bâton dans les mains.

- C'est quoi cette chose ? demanda le hérisson avant de se laisser tomber assis par terre lui aussi.

Myrage venait à peine de se réveiller, lorsqu'il avait vu cet hybride torturer le chat. La question du "où il était ?" était passée au second plan. Il n'avait pas du tout réfléchi laissant parler son cœur. D'autant plus qu'il avait le souvenir d'une vision où il avait clairement vu ce félin devant la prison de Julien et Sora, ainsi qu'une jeune tigresse qui l'avait appelé Alex. Le chat noir reprenait son souffle maintenant libre de ses mouvements, il pouvait masser son cou douloureux. Il sentait nettement l'entaille dans sa fourrure, juste au dessus de l'anneau.

- Et toi qui es tu ?
Sa voix était enrouée mais il pouvait de nouveau parler. Il ne savait rien de cet individu et après tout ce qu'il avait vécu dans cette école de fou, il se méfiait même ci ce hérisson venait sûrement de lui sauver la vie.
- Myrage et toi c'est… Alex c'est ça ?
- Comment le sais-tu ? se méfia le félin en se remettant debout avec difficulté.
Il récupéra son bâton des mains du hérisson et entreprit de bander son poignet droit. Myrage poussa un long soupire sans bouger, il porta la main à son épaule toujours bandée.
- Disons que j'arrive parfois à voir l'avenir. Je t'ai vu avec deux de mes amis emprisonnés et une tigresse blanche qui t'as appelé comme ca.
- Lili ? Tu sais où elle est ? demanda le chat maintenant bien plus intéressé.
- Non mais elle est avec mes amis. Répondit Myrage se doutant bien que Lili devait être la tigresse. Je sais même pas où on est.
- Il faut les retrouver !
Alex se rembrunit, il s'avança vers ce qui semblait être la porte.
- Faut déjà sortir d'ici, maugréa le hérisson.
Tout comme Alex, Myrage ne voyait absolument rien à par eux trois comme si il n'y avait rien d'autre dans la pièce. Même pas les murs et encore moins une porte.
- Je sais où est la porte, je l'ai repérée lorsqu'il est entré ! expliqua le félin en avançant droit vers le néant. Myrage le suivit.

Enfin ils parvinrent à s'extraire de cette pièce étrange pour finir dans un couloir aussi sombre, entre cette pièce et celle des hologrammes, Alex trouvait cette école bien plus qu'étrange il s'y mêlait magie et haute technologie.
Bien sûr leur chemin ne fut guère facile et tous deux affaiblies, ils prirent des précautions pour éviter autant que possible le combat mais a tourner en rond dans ce dédalle, ils n'arrivaient à rien. Alex aurait aimé comme la première fois passer par les conduits d'aération mais visiblement ils avaient, cette fois, pensé à les verrouiller solidement. Il s'arrêta soudain.

- Il faut procéder autrement, trouver une patrouille avec des robots.
- Quoi?
Myrage n'avait pas spécialement envie d'affronter une nouvelle fois ces tas de ferraille. Mais Alex ne l'écoutait pas vraiment, il partit dans le couloir de droite se fiant à ses oreilles. Ils ne tardèrent pas à tomber sur un groupe. Une machine dont la tête touchait le plafond et une dizaine de créatures d'ombre. Aussitôt les monstres les attaquèrent. Les deux compagnons firent face.
- Chaos Fire ! clama le félin.
Sa queue s'enflamma et le chat remarqua immédiatement que les créatures reculèrent. Il frappa à terre en criant.
- Chaos Earthquake.
Le sol trembla. Assez pour déstabiliser le robot qui bascula vers l'arrière. Myrage en profita pour le frapper de son bras valide.

Alex ne s'arrêta pas pour autant, son bâton tenu d'une main coincé sous son aisselle tandis que l'autre se tendait vers l’adversaire. Sa queue foutait l'air. Il ne laissa pas les créatures se reprendre, il n'avait aucune idée de leur nature et préférait passer à l'offensive en premier. Son bâton en faucha deux dans un grand arc de cercle tandis que concevant son élan il lança sa jambe vers un troisième monstre. Sa queue toucha un autre qui partit aussitôt en fumée. Il para un des monstres qui venait de lui sauter dessus et le repoussa. Il vit le hérisson parer un coup puis esquiver une rafale de balles de la machine. Alex sentit son poil se hérissé lorsqu’un des projectiles passa à un cheveu de son dos. Ils étaient tous les deux épuisés et meurtris, ils ne tiendraient pas longtemps à ce rythme d'autant plus que des renforts arrivaient. D'autres créatures de l'ombre émergeaient des couloirs sombres. Dans un premier temps, le robot. Il devait se débarrasser de la machine dans ce couloir étroit ils faisaient des cibles trop faciles, les obligeant à souvent bouger. Myrage fut violement repoussé contre un mur. Alex en profita.
- Chaos Thunder.
Une éclair traversa le couloir de bout en bout. Pour percuter le robot de plein fouet, celui ci grésilla, tout son corps fut parcouru d'un fort courant électrique qui grilla ses circuits avant qu'il ne s'effondre dans un fracas métallique. Myrage se releva juste à temps pour contrer une créature qui tenait de le transpercer d’une sorte de sabre noir. Mais lorsque l'éclair était passé près l'elle, elle avait disparu avec son arme. Surpris le hérisson héla son camarade.
- Ils sont sensibles à la lumière !
Alex l'avait aussi remarqué, il se concentra et lança toute une série de petits éclairs dans tous les sens. Cette partie du couloir fut fortement illuminé durant quelques secondes. Assez pour faire disparaître toutes les créatures. Au alentour mais sitôt terminé, la queue s'éteignit et le chat vacilla. Il du mettre un genou à terre tant sa tête tournait. Myrage qui avait dû se protéger dans un recoin vint vers lui inquiet.
- Ca va?
- Ca ira on a pas fini ! répliqua le félin en se relevant.
Il s'avança vers le robot et commença à fouiller à l'intérieur. Perplexe Myrage le regarda faire sans vraiment comprendre, au bout d'un moment il finit par demander.
- Tu cherches quoi ?
Sa mémoire répondit Alex sans même se retourner. Il venait de connecter quelques fils à sa montre et pianotait dessus. Il trouva finalement quelques choses d'intéressant.
- Il a pour mission de protéger un endroit contre les intrus y'a de forte chance que ce soit le lieu où ils sont prisonniers.
- Hum de toute façon c'est notre seule piste.

Myrage était septique. Cela lui semblait un peu trop facile. Mais il suivit son compagnon. Très rapidement ils parvinrent à des couloirs encore plus sombres et humides. Enfin après avoir défait encore quelques créatures de l'ombre, les deux hybrides arrivèrent aux prisons.

- Myrage s'exclama Julien en voyant son ami arriver.
Comme la première fois, il se précipita aux barreaux mais son expression joyeuse s'effaça rapidement lorsqu’il visa le bandage et la mine blafarde de son ami. Lili aussi s'était relevée, elle déposa la hérissonne noire par terre. Depuis quelques heures Sora ne bougeait plus, son sommeil était calme et Lili présentait qu'elle allait bientôt se réveiller. Elle avait les larmes aux yeux en s’approchant à son tour des barreaux.
- Alex tu vas bien ?
Elle redoutait à tout instant que celui qui l'avait déjà enlevé la première fois ne revienne. D’ailleurs le chat aussi voulait faire vite.
- Il faut se dépêcher ! dit il en s'approchant de la cellule pour l'étudier.
Il n'y avait ni porte, ni serrure juste des barreaux qui semblaient être fait de roche et de métal. Myrage voulut en éprouver la solidité en les frappant.
- Laisse tomber l'arrêta immédiatement Julien. J'ai déjà essayé de les briser et de les faire fondre. Y' rien à faire. C'est beaucoup trop solide. Et ils sont électrifiés.
Alex aussi de son côté cherchait un moyen de l'ouvrir.
- Et comment on vous y a enfermé ? Y'a pas de porte.
- Pas la moindre idée, j'étais dans les vapes, répliqua le jeune homme.
Il ouvrit la main. Dans sa paume, il y avait une petite bille couleur feu. Myrage fronça les sourcils.
- Je peux pas l'utiliser maintenant ou alors il faut trouver un moyen de contenir la déflagration. Y'a de quoi raser l'école et nous avec.
Ils étaient dans une impasse et comme si cela ne suffisait pas du monde arrivait. Un dizaine de créatures, autant de robots et surtout un monstre à deux têtes qui prenait toute la place dans le couloir. Son rugissement fit trembler les murs. Il fut immédiatement suivit d'un ricanement qui leur fit froid dans le dos. Assi sur le dos du monstre à deux têtes, l'hybride araignée foudroyait du regard Alex et Myrage. Il les pointa du doigt.
- Vous m'avez assommé en traite ça va se payer ! J'ai pas le droit de toucher à Julien et Sora mais vous, j'peux vous tuer.
Il donna un coup de talon dans le flanc du monstre qui se cabra et donna un grand coup de patte. Myrage et Alex eurent juste le temps de se coucher au sol. Julien recula entrainant Lili avec lui pour la protéger et pour cause, le bras du géant venait de percuter les barreaux les brisant nets. Les élèves de la Luby School n'en revenaient pas et l'araignée semblait tout aussi stupéfaite. Soudain, il frappa son camarade d'un arc électrique en hurlant.

- Gaftre imbécile !! Tu viens de briser ta prison? Reforme-la immédiatement !
Julien réagit plus vite, il attrapa Sora d'une main et de l'autre Lili. Les deux hybrides étant assez légères, il n'eut aucun mal à les porter jusqu'à Alex et Myrage. Il confia Sora qui commençait à émerger à la tigresse et rejoignit ses amis. Maintenant il leur fallait choisir, affronter deux des généraux de la Hell School ou tenter de fuir. Mais avait-il vraiment le choix?


***
**


Capi regardait d'un œil morne les pièces se déplacer seules sur l'échiquier, elle fut soulagée de voir que celui de Myrage bougeait encore et surtout qu'ils étaient revenus sur le plateau avec d'autres. Elle vit également tout un changement dans les pions. Ils changeaient de place, de couleur aussi. Il y avait là bien des troubles. Capi commençait à douter de sa fonction. Et surtout elle commençait à se demander quel était l'enjeu véritable de cette histoire. Le pion doré que représentait-il ? Le roi ? Mais qui donc était cette pièce ou quoi ? Elle essayait de rester neutre, elle ne devait pas intervenir mais son cœur lui dictait tout autre chose. Il y avait eu le point d'Abbott, puis celui de Loulou qui étaient tombés. A part Abbott, elle n'avait passé que peu de temps avec eux, elle croyait être assez détachée pour ne pas en souffrir mais il fallait l'avouer, elle s'inquiétait pour leur sort. Et de ne rien pouvoir faire cela la minait terriblement. Deux formes à capuche noires arrivèrent alors dans la pièce. Ils ne se préoccupèrent nullement de la chatte.
- Nous avons des pions récalcitrants, murmura l'un deux doucement en regardant l'échiquier.
- Cela met un peu de piment dans le jeu. Ricana le second.
- Des pions ? Voilà ce qu'ils sont ? Des pions. Et moi que suis-je ? Un pion récalcitrant aussi ? songea la chatte.
Voilà la décision qu'elle devait prendre. Sa place au sein de ce sombre jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mer 22 Déc - 11:54

Chapitre 14: La véritable partie ne fait que commencer...


Indiana portait Loulou et Abbott à bout de bras. Les bâtiments, l'école derrière lui s'effondrait petit à petit, les flammes gagnaient de plus en plus de terrain, les fondations finirent par céder alors qu'une terrible explosion retentit; malgré qu'Indiana c'était déjà bien éloigné, la déflagration le rattrapa en l'espace de quelques secondes, il y eut dans un premier lieu un grand souffle qui le déstabilisa et l'empêcha de s'éloigner d'avantage, mais surtout, les flammes étaient plus proche de lui que jamais et menaçaient de l'envelopper. C'est alors qu'une chose bizarre se produisit, Abbott commença à partir en avant, comme si il était tiré par une force invisible, une force très importante qui traîna Indiana avec lui; le jeune homme, robot et hybride disparurent d'un coup pour réapparaître la même seconde plus de dix mètres plus loin, échappant à la déflagration qui les menaçait. Le caméléon resta assied, blessé mais surtout étonné par ce qui venait se passer, n'y comprenant plus rien, puis posa Loulou et Abbott au sol juste à coté de lui... Au moins maintenant, ils étaient plus ou moins hors de danger... Au milieu des arbres précédents l'école, Indiana finit par se laisser emporter par la fatigue et s'écroula au sol.
***
**
*

Capi était seule dans cette espace sombre et isolé. Les directeurs ne lui avait pas rendu visite depuis un moment, et sa seule distraction était de regarder les pions se balader, l'informant très légèrement de ce qui se passait la où elle se trouvait avant... C'est à dire dehors, sur le terrain. Assise, la tête appuyée sur sa main gauche, s'ennuyant, son attention était concentrée sur le pions représentant Abbott, ce petit robot qui traînait tellement souvent avec elle, peut-être la seule pièce du jeux pour laquelle elle s'inquiétait réellement... Ce vestige du laboratoire où elle se trouvait avant. Tournant son index droit autour de la pièce du petit robot, elle remarqua qu'elle c'était soudainement soudé à celle de Loulou et Indiana, formant un petit triangle rassemblés sur une case, comme s'il s'agissait d'un seul et unique pion. En faisant tourner son doigt autour d'Abbott, la griffe de son index toucha par mégarde le sommet du pion, et quelque chose se produisit la seconde même qui fît sursauter la chatte, manquant de tomber de sa chaise. Une image, légèrement transparente c'était matérialisée au dessus de la table de jeux, représentant Indiana, Loulou et Abbott. Capi comprit rapidement qu'en touchant un pion, elle pouvait suivre ce que la personne qu'elle représentait faisait, un bon tue ennuie selon elle. Elle assista donc à la scène où Indiana tentait désespérément de sauver Abbott et Loulou des flammes, bien que le sort du jeune homme et de l'hybride l'inquiétait un peut, c'était surtout celui du robot qui l'a préoccupait; au moment où les flammes étaient sur le points de les engloutir, la chatte qui tenait sans s'en rendre compte la pièce d'Abbott la tira machinalement vers elle le pion du robot et elle vît à l'image qu'elle les avait téléportée malgré elle. Regrettant aussitôt son geste, non pas d'avoir sauver Abbott et les autres, mais d'avoir influencer le jeux, elle se recula de quelques pas de l'échiquier.
Le temps passa, rien ne se produisit, alors elle se remit en place, regardant les différents mouvements et changements de couleurs des pions.
Soudain, les deux directeurs apparurent devant elle, et discutèrent entre eux des pions "récalcitrants", même si le directeur de la Hell School prenait sa à la rigolade, s'en était tout autrement de celui de Luby School.
Directeur CLS: Cela met du piment pour toi, mais maintenant tous agissent dans leurs propres intérêts et ils n'en font qu'à leur tête. Nous n'avons presque plus le contrôle!
Directeur CHS: Nous avons le contrôle, nous l'avons toujours eux, nous les manipulons comme nous voulons.
La chatte assistait à la conversation, n'osant pas vraiment y prendre part... N'était-elle finalement qu'un simple pion? La manipulaient-ils aussi comme ils le souhaitaient? Non, elle faisait ce que bon lui semblait, personne ne la manipulait, elle ne le voulait pas...
Directeur CLS: S'ils ne font plus ce que nous leur demandons, comment allons nous réussir à nous départager? Dois-je te rappeler l'enjeu de notre partie?
La directeur de la Hell School sembla grogner quelque chose, admettant par se simple bruit que son interlocuteur avait raison.
Directeur CHS: Inutile mon frère... Je ne cesse d'y penser. Mais que proposes-tu? Passer au second plan?
Directeur CLS: Je pense que nous n'avons plus le choix...
Alors que les directeurs tournèrent leur visage sombre et imperceptible vers Capi, cette dernière eut un frisson dans le dos, un frisson glaciale.
Capi (pensées): Qu'est-ce que c'est que ce second plan...? Pourquoi ils me fixent comme des chiens sauvages?!
Le directeur de Luby School s'approcha doucement de Capi qui resta muette. Après avoir observé le plateau de jeux pendant quelques secondes, ses yeux invisibles se tournèrent vers la chatte sauvage.
Directeur CLS: Capi... Tu vas devoir entrer en action. Je veux que tu modifie l'intégralité du jeux.
La chatte ouvrit de grand yeux alors qu'elle se mit à transpirer, elle eut du mal à formuler convenablement une phrase.
Capi: Comment sa modifier?
Directeur CLS: Tu vas créer une nouvelle aires de combat suivant les instructions que je vais te donner.
Capi entendit le directeur prenant une longue respiration, s'apprêtant sûrement à faire un long récit, mais Capi se mit à parler précipitamment avant qu'il ne commence, elle avait des questions, des incompréhensions, et elle voulait des réponses, et maintenant.
Capi: Avant tout je veut savoir! Vous avez parlés de pions, de jeux, d'enjeux, de manipulation devant moi, je doit rester ici à tout surveiller sans intervenir, mais maintenant je veux connaître la vérité! A quel jeux jouez vous? Quel en est le but? Et surtout...
Capi pointa énergiquement le pion d'or qui était apparut il n'y a pas si longtemps sur le plateau, un pion sans forme ni apparence distincte, pouvant se confondre avec n'importe quelle pièce d'un jeux d'échec normal..
Capi: Que représente ce pion en or qui est apparut? Est-ce votre enjeux?!
Capi fixait le directeur droit dans les yeux, du moins, la où elle pensait qu'il devait y avoir des yeux s'il était constitué de la même manière qu'elle. Son bras qui pointait la pièce d'or tremblait légèrement, les yeux froncés, les dents serrées, elle fixait ce directeur qui lui rendait la même, restant silencieux, impassible; puis il se tourna vers le second directeur qui lui fît un signe positif de la tête... Que représentait ce signe? Allaient-ils tout lui raconter? La renvoyer pour avoir poser trop de question? Oui elle en avait poser beaucoup, peut-être même certaines qu'il ne fallait pas, mais elle estimait avoir le droit à quelques réponses. Alors que les deux directeurs s'approchèrent d'elle, l'un se mettant à sa droite, l'autre à sa gauche, elle commença à légèrement frissonner, se disant qu'elle aurait mieux fait de se taire une fois de plus... C'est alors que le directeur de la Hell School se pencha vers elle.
Directeur CHS: Très bien. Nous allons te répondre, pas à tout, mais à plusieurs choses.
***
**
*

Après tellement de temps enfermés dans ce cachot, Julien et Sora et Lily avaient finalement réussi à en sortir, mais pour faire face à un nouveau problème, deux des généraux de la Hell School et une petite armée de créature de l'ombre. Lily la tigresse restait légèrement à l'écart, tenant la hérissonne noire dans ses bras, alors qu'Alex, Myrage et Julien c'étaient mis en avant. Ce dernier n'avait toujours pas récupéré ses forces, et était totalement épuisé, tout comme Myrage qui ressentait encore quelques douleurs de ses dernières mésaventures, mais aucun des deux ne montra le moindre signe de faiblesse.
De son coté, la petite araignée jaune, sur le dos de l'imposant mastodonte, commençait à sérieusement s'impatienter, en regrettait beaucoup la terrible erreur qui venait de se produire.
Araignée: Gaftre, gros lard sans cervelle, j'espère que tu es fier de toi!
Gaftre ne répondit toujours pas, comme à son habitude, levant ses deux paires d'yeux vers son compagnon, alors que la première paire représentait plus la colère, la seconde plus une certaine tristesse. Le petit hybride finit par descendre, se retrouvant au milieu des créatures de l'ombre, qui par leur taille cachait complètement la petite araignée...
Araignée: C'est bon dégager de la! On a plus besoin de vous!
Aussitôt que cette petite voix stridente ce fît entendre, toutes les créatures noires et ténébreuses disparurent en s'enfonçant dans le sol, ne laissant plus que les membres des deux écoles rivales. La disparition de ces sous-fifres représentait un petit espoir pour Julien, Alex et Myrage, en effet jusqu'ici ils avaient l'handicap de la fatigue et des blessures, ainsi que le désavantage du nombre, mais ce dernier point était maintenant renversé...
Le multi-hybride restait toujours à l'écart, alors que l'araignée s'approchait doucement, un petit pas à la fois. Ce qui semblait être des poils s'hérissèrent sur son corps alors qu'il levait progressivement les bras. Alors qu'il marmonnait des jurons d'une toute petite voix, totalement imperceptible, quelques petits éclairs sortaient de son corps, s'écrasant sur le sol et le mur en une toute petite explosion qui soulevant un peut de poussière; puis soudain sans prévenir, ses trois mains droite se mirent en avant et un éclair bien plus colossale en sortit, fonçant sur le trio qui lui faisait face. Myrage, Alex et Julien sautèrent rapidement, esquivant l'éclair, cependant ce dernier fonça à présent vers Lily et Sora qui c'étaient mise en retraite. Julien se retourna aussitôt pour essayer d'aller les aider, mais quelque chose vint lui agripper le dos; en se retournant il vît le petit hybride avec toutes les pattes au sol, le bulbe pointé vers Julien et sa toile collée à son T-shirt. Il se releva d'un coup, et fît un salto arrière qui propulsa Julien sur le mastodonte, face en avant.
Araignée: Tu vas rester ici pendant que je m'occupe de t'es amis.
Alors que Julien se tenait le visage après le choc contre Gaftre, l'éclair fonçait toujours sur les deux filles. Alex apparut juste devant elles, armée de son bâton, et se mit à le faire tourner devant lui pour créer un bouclier; lorsque l'éclair frappa, Alex manqua de se laisser emporter tant le choc était violent, en effet, la force physique n'était hélas pas le point fort du chat. L'éclair fût dévier sur le haut du mur à droite d'Alex, provoquant une légère explosion et laissa tomber deux ou trois grosses briques. Alors que l'explosion retentît, faisant légèrement trembler les occupants de la pièce, Sora qui était dans les bras de Lily ouvrit de tout petit yeux, commençant à revenir à elle...
Julien c'était relevé, faisant face au multi-hybride, se frottant la mâchoire alors qu'un léger filet de sang coulait au coin de sa bouche.
Julien (pensées): Bordel, son corps est aussi dur que de l'acier...
En effet, le corps de Gaftre était d'une solidité à toute épreuve, et le jeune homme en fît les frais. Julien fixa le monstre à deux têtes, il avait déjà vu sa force à l'oeuvre, et ressentit la résistance de son corps... Myrage était blessé, Sora toujours endormie, l'affrontement était voué à l'échec pour eux, ils devaient fuir... Doucement il recula de quelques pas pour se mettre à égale distance entre les adversaires.
Julien: Alex! Tu connais un peut l'école il me semble, non?
Alex: Un peut oui...
Julien: Très bien, à mon signal vous allez courir vers la sortie!
De la chaleur commença à se dégager du corps de Julien, puis petit à petit des flammes apparurent dans ses mains. Le jeune homme était courbé en avant, cherchant un peut d'énergie dans ses plus profondes limites pour réussir à produire les flammes, se retrouvant même à mettre un genoux à terre. L'araignée se retourna rapidement pour voir le spectacle, et pointa à nouveau son bulbe vers lui, et envoya sa toile venimeuse pour l'immobiliser, cependant... La toile ne réussit pas à atteindre Julien, prenant feu avant et tomba au sol pour s'y consumer.
Araignée: Gaftre attaque le! Empêche le d'attaquer!
Le petit hybride hurla sous la colère, et surtout la peur que ces prisonniers s'évadent, surtout lui et Sora. Aussitôt la mastodonte se mit à charger en direction de Julien, laissant un petit trou dans le sol à chacun de ses pas. Julien quand à lui trouva la force de relever la tête et regarder ses amis, alors qu'une vague de chaleur l'enveloppait.
Julien: Maintenant!
Julien pointa ses mains vers ses adversaires, et lança deux rayons de flammes vers eux; les flammes ne touchèrent pas les généraux, mais le sol juste devant eux, et progressivement finirent par former un cercle pour les encercler; Julien utilisa une dernière fois ses pouvoirs pour faire monter les flammes jusqu'au plafond, enfermant les généraux dans une colonne ardente... Julien savait que s'il avait frappé les généraux directement, il avait peut de chance de s'en sortir, il fallait surtout les retenir un petit moment. Juste après avoir attaqué, le manipulateur de feu s'écroula au sol sous la fatigue, se retrouvant à mi-conscient. Alex sortit le premier de la salle, grimpant les escaliers à toute vitesse, suivit de Lily; Myrage quand à lui, alla chercher son ami qu'il porta dans ses bras, et suivit les autres, se précipitant ensemble vers la sortie alors que la voix stridente du petit hybride retentissait dans toute l'école.
***
**
*

Firemagma, Milkya et Rosa étaient en route pour rentrer chez eux, à savoir à la Chaos Hell School. La petite hérissonne noire avait continuée à se débattre pendant que Milkya la portait, si bien que le démon fût réduit à la porter sur son dos. Cette situation ne plaisait à aucun des deux, Firemagma n'avait aucune envie de devoir la porter, et aurait même été capable de la laisser au milieu des flammes de Luby School si Milkya n'avait pas été la... Mais il devait encore continuer à jouer la comédie pour tromper sa petite "soeur", le temps d'accomplir son plan.
De son coté, Milkya se repassait en tête les actions passées à Luby School, et tous ses élèves qui l'appelaient Kyliam... Qui était cette Kyliam? Pourquoi faisaient-ils tous semblant de la connaître? Plus la nouvelle echidnée réfléchissait, plus elle commençait à repérer quelques incohérences dans le scénario qu'elle vivait... Ces élèves n'avaient pas l'air de mentir, ils n'avaient pas l'air d'être méchant non plus... Puis elle finit par remarquer quelque chose, Milkya et Kyliam était le même mot, mais avec les lettres placées différement... Ses yeux se tournèrent vers son grand frère, elle voulait en avoir en avoir le coeur net, elle le devait surtout, resté dans ce brouillard n'était plus possible, et les explications de Firemagma ne lui suffisait plus.
Milkya: Grand frère... Pourquoi m'appelaient-ils tous sans exception Kyliam?
Firemagma s'arrêta dans sa marche, regardant devant lui, les yeux froncés.
Firemagma: Parce que ils savent que tu as un peut perdu la mémoire, et ils veulent te retourner contre nous.
Milkya s'arrêta à son tour, se mettant légèrement devant son nouveau grand frère. Rosa regarda la scène quelques secondes, puis leva les yeux au ciel, préférant regarder les arbres autour d'elle, ce qu'elle jugeait plus intéressant.
Milkya: Pourtant, ils ne semblaient pas mentir... Je veux savoir grand frère! Explique moi exactement ce qui c'est passé, et ce qui se passe avec cette école!
Firemagma fixa sa petite soeur droit dans les yeux, cette situation commençait à sérieusement l'énerver, et opterait bien pour une mise à mort à effet immédiat, mais il avait encore besoin d'elle, et c'était un véritable supplice pour lui de se retenir. Alors qu'il ne répondait pas, Rosa regarda à nouveau Milkya, elle, elle s'en foutait complètement que Milkya reste avec eux ou retourne avec les autres, elle la gênait même plus qu'autre chose, et cela l'énervait que Firemagma est trouvé une autre partenaire de jeux.
Rosa: Pauvre cloche, tu ne vois donc pas que...
Rosa ne finit pas sa phrase, se cambrant de douleur sur Firemagma, tête appuyée contre son dos, se retenant d'hurler, en effet, ce dernier lui avait discrètement attrapé la cheville et la serrait de toutes ses forces pour qu'elle se taise. Le démon finit par parler, se décidant de jouer la carte du grand frère vexé.
Firemagma: Franchement petite soeur, tu me déçois, je me suis toujours occupé de toi, j'ai fait de toi ce que tu es aujourd'hui, nous avons toujours été unis, et voilà que tu te met à douter de moi! Si tu veux aller avec eux, vas-y!
Le démon reprit sa marche, passant à coté d'une Milkya complètement perdue, dont les larmes montaient progressivement aux yeux. Un peut plus loin Rosa se mit à parler à l'oreille de Firemagma, parlant entre les dents sous la colère.
Rosa: T'étais pas obligé de me faire sa!
Rosa frappa le dos de son compagnon avec le poing, alors que Firemagma répondit de la même manière qu'elle, sentant à peine les coups. Lui qui avait toujours tout fait seul, se retrouvait maintenant avec deux acolytes qui étaient, à son goût, chiante au plus au point.
Firemagma: Ferme la toi! T'as failli faire échouer mon plan plusieurs fois!
Rosa: Tu me dis pas de me la fermer, ok?!
Firemagma: Sinon quoi? J'ai juste à te balancer par terre pour me débarrasser de toi, et tu ramperas comme une larve!
Alors qu'une tension commençait à monter en flèche entre les deux doubles maléfique, Milkya arriva de nouveau devant Firemagma, le visage remplit de tristesse.
Milkya: Je suis désolé grand frère... Je n'aurait jamais dû douter...
Milkya se jeta contre son grand frère, espérant avoir un retour d'affection et un pardon... Cependant, le démon n'était pas du tout de se genre, même pour jouer la comédie, et la repoussa doucement sur le coté avec son bras.
Firemagma: Allez c'est bon pousse toi, on a du chemin encore.
Le trio reprit progressivement sa route, s'enfonçant de plus en plus dans la forêt. Les secondes, les minutes, les heures passèrent, la nuit commençait même à tomber alors qu'ils n'étaient plus très loin de la Hell School, elle était même en vue, quelques bâtiments très élevés commençaient à se faire voir..
C'est à ce moment que quelque chose se produisit, Alex, Lily, Sora, Myrage et Julien apparurent juste devant Firemagma, Milkya et Rosa. Les deux groupes restèrent un moment muet, étonnés, surpris de se retrouver ainsi face à face. Aucun d'eux ne s'attendaient à tomber sur les autres, et par conséquent l'effet de surprise était total. L'attention de Myrage se concentra surtout sur Milkya.
Myrage: Kyliam, qu'est-ce que tu fais avec eux?!
Milkya resta muette... A nouveau quelqu'un l'appelait Kyliam, elle n'y comprenait plus rien... Elle fît quelques pas en arrière tout en mettant ses mains entre sa tête, elle voulait se souvenir de quelque chose, il le fallait... Fermant les yeux, cherchant au plus profond d'elle, tout n'était que noir... Douleur et vide...
Pendant ce temps, Julien tenta de se mettre debout pour faire face à son double qui afficha un large sourire en le voyant.
Firemagma: Et bien, tu t'es finalement échappé. Mais je crois que tu n'iras pas plus loin.
Julien: Pauvre pâle copie... Tu me retenais là-bas parce que tu es toujours aussi frustré de ne pas pouvoir me tuer hein? Avoue le!
Firemagma lâcha aussitôt Rosa qui tomba au sol en soulevant de la poussière, proclament à ce moment sa douleur, jurant et hurlant dans tous les sens contre le démon. Ce dernier en revanche, avait le visage ravagé par la haine et la colère, fixant son double de ses deux yeux rouges sang qui se mirent à briller.
Firemagma: Qu'est-ce que tu as osé dire?!
Julien: Pauvre démon frustré... Qu'est-ce que tu vas faire, essayer de me tuer?
Alors que les bras de Firemagma s'embrasèrent sous la colère, Myrage se pencha vers Julien, inquiet que son ami provoque autant son double.
Myrage: Qu'est-ce qui te prends?! Il va tous nous démolir si tu continues.
Julien: Justement... Il est trop prévisible, et on est plus nombreux!
Les messes basse entre Julien et Myrage échappèrent à Firemagma, ce dernier était maintenant dans une terrible colère, aveuglé par la rage. Une terrible vague de chaleur sortit de son corps, brûlant le sol aux pieds du démon; Rosa dû reculer en rampant, commençant à un peut trop ressentir cette chaleur qui la brûlait, alors que Milkya ne ressentait strictement rien, restant en retrait. Alex quand à lui, se plaça juste devant Lily, pour la protéger, ne sachant pas du tout à quoi s'attendre.
La réaction du démon ne se fît pas attendre, il chargea vers Julien et Myrage, repoussant ce dernier et attrapa son double par le coup et le souleva du sol. Petit à petit, l'étaux se resserrait de plus en plus et très rapidement, Firemagma avait tout simplement perdu le contrôle sur lui même.
De son coté, Milkya ouvrit doucement les yeux, et vît la scène qui se déroulait, lorsque soudain... Un éclair traversa son esprit, cette scène, elle l'avait déjà vu, et même vécu, des dizaines d'images commencèrent à lui parcourir la tête, lui faisant refermer les yeux sous la douleur; elle se plia encore plus, se retrouvant la tête contre le sol, hurlant au fur et à mesure que les images défilaient, au fur et à mesure que ses souvenirs remontaient à la surface, des hurlements masqués par le souffle que son "grand frère" produisait... La vue d'une montagne lui revint en tête, puis la sensation d'un vent glacial lui parcourut à nouveau la peau, puis la douleur... Des douleurs aux mollets, au nez, au cou, le goût du sang en bouche comme si il n'était jamais partit, puis... L'image d'elle même, au dessus du sol, étrangler par le démon. Alors que l'echidnée ouvrit de grand yeux, des dizaines d'autres images lui parcouraient la tête... Elle se souvenait, enfin!
Pendant ce temps, Firemagma ne relâchait toujours pas son étaux, et malgré la douleur, Julien afficha un petit sourire.
Julien: Tu es tombé dans le piège pauvre naze!
Julien lança son genoux en avant, percutant le menton de Firemagma qui sous la surprise et la douleur lâcha Julien tout en reculant de quelques pas. Le jeune homme contre attaqua immédiatement, envoyant une droite au visage de son double, cependant... Il avait tellement peut de force que cela n'avait quasiment aucun effet. Firemagma s'apprêta à attaquer une nouvelle fois, mais un bâton vint s'enfoncer dans son ventre, le stoppant en le pliant en deux... Alex arriva juste devant lui, son arme en main, puis d'un geste venant le bas, frappa le démon dans le nez, le relevant d'un coup sec, mais surtout, provoqua un terrible craquement interne juste avant qu'il ne sente un goût cuivré dans la bouche, celui du sang! Avant de pouvoir réagir, Alex sauta sur place en tournant sur lui même, fouettant le visage du démon avec son bâton, le retournant avant qu'il ne s'écroule au sol. Quelques secondes passèrent, le démon se relevait doucement, plus en rage que jamais, et se retourna d'un coup pour tenter de frapper, mais en vain... Myrage arriva juste devant lui, et lui enfonça le poing dans le ventre, laissant le démon cracher du sang alors que ses yeux devenaient blancs sous la douleur, avant d'être propulsé sur un minimum de dix mètres, stoppant sa course en s'écrasant contre un arbre dans un bruit terrible.
Glissant le long du tronc, se retrouvant assied, adossé contre l'arbre, Firemagma ne bougeait plus, gisant au sol, les yeux à moitié livide, son nez ruisselait de sang, gouttant sur son T-shirt et jean... Il n'avait plus de force, même pas celle de se relever, restant impuissant à regarder son double... Julien lui rendait le regard avec Myrage. Ils avaient tellement combattus pour le vaincre un jour, et aujourd'hui, ils touchaient peut-être enfin au but, ils avaient pour la première fois, prit le dessus sur Firemagma. Rosa tentait de se rapprocher de lui, tout aussi impuissante que lui, les deux doubles maléfiques étaient sur le point d'être vaincu... Ils avaient beaucoup trop surestimés leurs forces, enchaînant les attaques et raid, ils en payaient à présent le prix...
Soudain, une nouvelle vague de chaleur se fît sentir, en ne bougeant que ses pupilles rouges, il vît Kyliam, debout, le fixant avec une colère sans nom, prête à lui bondir dessus. Une sensation étrange parcourue le corps de Firemagma, une sensation nouvelle, la crainte. Jamais encore il ne c'était retrouvé dans une position si délicate, où il se sentait réellement menacé. Cette sensation se fît grandissante quand Kyliam bondit vers lui, le poing droit en arrière et enflammé. Tous essayèrent d'agir à ce moment, instinctivement Rosa envoya une boule d'énergie négative vers Kyliam, alors que Myrage et Alex se précipitèrent vers eux, pour stopper la boule noire, mais aussi Kyliam!
L'action se passa soudainement au ralentit, comme si le temps était affecté, et tous les élèves disparurent en même temps, dans un petit éclat de lumière, vidant complètement la forêt de leur présence, laissant uniquement la boule noire de Rosa exploser contre un arbre, le déracinant sous le choc avant qu'il ne s'effondre au sol..
***
**
*

Capi était de nouveau seule dans cette immense pièce noire et sombre, debout devant le plateau de jeux, elle réfléchissait, continuant de penser aux différentes instructions des directeurs. Nouvelle aire de combat, placer les pions impartialement, relancer le jeux dans une nouvelle partie... Telle était la mission de la chatte sauvage à présent. Sur la même table un nouveau plateau de jeux apparut, au moins deux fois plus grand que le premier, dont les cases se succédaient entre la couleur noire et la couleur blanche.
Directeur CHS: Dès que tu déplaceras un pion, place le immédiatement sur le nouveau plateau pour qu'il soit téléporté dans la nouvelle zone de jeux. Si tu les poses sur la table... Je ne préfère ne même pas te dire les conséquences que cela aurait.
Capi l'avait bien comprit... Pas de destruction de pion, elle devait faire attention, mais en premier lieu déterminer comment placer les pions. Elle voulu en premier placer les pions blancs face aux noirs, et les laisser se débrouiller, s'affronter, jusqu'à ce qu'il y est une école gagnante, mais elle voulait faire plus original... Après une bonne heure de réflexion, elle se mit à compter les cases, le nouveau plateau était de vingt et une cases sur vingt et une, donnant donc un espace de jeux immense aux participants, et il fallait profiter de cette espace au maximum.
La chatte mit sa main au dessus du plateau, deux petits éclairs bleus en sortit et au contact du plateau un léger relief s'y dessina, représentant des montagnes. Capi n'avait d'ordinaire, pas se genre de pouvoir, mais les directeurs lui en avait confiés quelques uns afin qu'elle puisse modifier, et surtout créer un espace de jeux totalement nouveau. Elle créa ainsi plusieurs zones, passant ainsi par les montagnes, la mer, les forêts, plaines et bien d'autre décors recouvrant finalement la surface de jeux entière. Par la suite, Capi attrapa un à un les pions, les plaçant progressivement et successivement sur le plateau, sur les extrémités de l'échiquier, chacun à plusieurs cases d'intervalle pour qu'ils ne soient pas ensemble d'entrée de jeux. Les pions des élèves de Luby School étaient placés sur les cases blanches, alors que ceux de Hell School sur les cases noires. Enfin... Il ne restait plus que le pion d'or... L'enjeu de la partie, probablement la pièce la plus importante du jeux, et maintenant qu'elle savait ce qu'elle représentait, elle voulait la placer le mieux possible, et surtout n'avantager aucun camps, alors... Elle plaça ce pion d'or, objet de toutes les convoitises à l'exact milieu du plateau.
Au moment où la pièce fût placée, le plateau prit une couleur bleue fluo, brillant pendant quelques secondes alors que l'ancien plateau disparût... La nouvelle partie venait d'être lancée...
***
**
*

Au milieu d'une forêt, Firemagma se relevait... Plus aucune blessure, plus la moindre fatigue, son énergie poussée au maximum... Levant les yeux vers le ciel, il vît que ce dernier n'était pas naturelle; un mélange de violet, noirs, bleu et rouge parcourait le ciel, donnant naissance à des formes bizarres et variées. Le démon s'envola légèrement, passant par dessus les arbres pour voir où il se trouvait, mais tout ce qu'il vît était une forêt étendue sur une distance immense, et surtout une tour... Une tour en or, droit devant lui, mais également très loin de lui, qui s'élevait par dessus tout, transperçant le ciel d'un sommet imperceptible.
Les généraux de Hell School étaient tous séparés, Firemagma dans une forêt, l'aigle au sommet d'une montagne, le mastodonte en plein milieu d'un désert de sable, la femme invisible sur une plage, à quelques mètres de l'océan, la petite araignée au milieu d'un champs de fleurs plus grande que lui, et enfin Rosa sur le toit d'une maison, d'un village fantôme sans la moindre âme qui vivent...
Les élèves de Luby School étaient éparpillés de la même manière à travers toutes la nouvelle "carte" que Capi avait créée. Des voix finirent par retentir au travers de toute la nouvelle zone de jeux, la voix des deux directeurs.
Directeur CLS: Élève de Luby School...
Directeur CHS: ... Et élève de Hell School!
Directeur CLS: Vous n'avez pas entièrement respectés les premières règles que nous vous avions fixés! Elles ont à présent changées!
Directeur CHS: Vous êtes dans une nouvelle zone de jeux, entièrement créé par nos soin! Le but est simple, le premier qui atteint le sommet de la tour d'or fait gagné l'école à laquelle il appartient!
Directeur CLS: Et bien entendu... Tous les moyens sont permis pour y parvenir!
Directeur CHS: Et enfin... Toutes vos blessures ont été guérit par le transfert, ainsi tout le monde est à son maximum!
Il y eut un long silence avant qu'ils ne reprennent la parole à l'unisson.
Directeurs: Que la partie commence!
Les voix riantes des directeurs s'estompèrent petit à petit, laissant à nouveau place au plus grand calme. Firemagma redescendit dans la forêt, regardant devant lui, toujours dans une colère terrible, par ce qui c'était passé quelques minutes plus tôt, mais aussi d'être utilisé comme un pion par les directeurs... Il s'avança doucement, s'enfonçant tranquillement dans la forêt... Il voulait en terminer avec ce jeux stupide, et se venger, alors il ferait tout pour aller au sommet de cette tour...
La seconde manche de l'immense partie créé par les directeurs ne faisait que commencer...

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Zalosta
Ghost of Romantic Tranceiver
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mer 5 Jan - 18:12

Chapitre 15 : Brisés

Kyliam tomba sans prévenir dans un espace sombre, manquant de se manger un énorme rocher à proximité de son point de chute.
« Encore un peu et je finissais en brochette, ça serait le comble ! » Pensa t-elle en se relevant, grognant contre ses articulations en miettes.
Avant cette chute, ses forces étaient complètement revenues. Celui qui avait eut la bonne idée de la téléporter ici était un vrai rustre.
Retrouvant correctement ses esprits, elle entreprit d’observer où elle était tombée, et de trouver la présence d’une hypothétique sortie, une lumière, quelque chose approchant de cette définition.
Une lueur verte attira alors son attention, l’échidné se dirigea aussitôt vers la source, et fut presque rassurée de trouver quelqu’un. Dans un premier temps.
Dans un second temps, son visage vira aussitôt vers la surprise, lorsque la lueur verte se colla contre son visage. Par réflexe, elle chercha à s’en débarrasser, mais aveuglée par la lumière trop proche de son visage, Kyliam tomba au sol à nouveau. Elle ne put distinguer la personne qui lui faisait face, si ce n’est une forme hybride, qui récitait lentement une invocation, brouillon, dont elle ne prêta pas attention dans un premier temps, jusqu'à ce qu’elle se sente concernée.
« J’invoque le retour de ta mémoire d’ersatz ! Que Kyliam se cache dans l’ombre, et pour écarter sa raison, laisse revenir Milkya ! »
La lueur verte engloba la tête de Kyliam, qui n’eut le temps que d’envoyer une balle de flamme désespérée pour se tirer de là, pendant que la voix glaciale annonça :
« Milkya, je t’invoque ! Seule ma voix pourra te faire disparaître désormais !»

L’échidnée tomba aussitôt au sol, inconsciente, la lueur verte disparue, laissant seulement la trace d’un losange verdâtre, peu visible sur la nuque de Milkya.
Devant elle, Capi était tombée à genoux, se tenant l’épaule, surprise de la douleur infligée à cause de la brûlure, provenant de la balle de flamme de Kyliam. Ça faisait un moment que personne ne l’avait blessé comme ça, et ça ne l’avait pas manqué bon sang !
« J’aurai du faire plus attention et suivre les conseils qui m’ont été donnés, c’était effectivement trop dangereux de faire ça. »
La féline se releva, chancelante, et disparut aussitôt pour retourner dans son coin sombre, devant l’échiquier. Finalement, il n’y avait que son épaule gauche qui avait fait les frais de ce voyage. Sans rien dire, pendant le temps qui lui était donné, elle déplaça le pion de Milkya un peu plus loin, hors de la grotte et de quiconque.
« Métier à risque, gardienne de l’échiquier. » Pensa sagement Capi, en s’occupant de sa blessure sans trop se soucier de la douleur désormais.
Elle se pencha à nouveau sur l’échiquier, pensive. Posant le bout de son pouce sous sa lèvre, elle tourna le doigt vers le pion de Kyliam, puis appuya juste à côté pour faire apparaître un pion chromé.

« Mademoiselle ? Mademoiselle vous allez bien ? »
Milkya grogna, cachant ses yeux avec son bras à cause de la lumière du jour. Elle essaya de marmonner quelque chose, sans succès. Tentant de rouvrir ses yeux, hors de portée d’une lumière trop forte cette fois, elle aperçu un jeune homme drôlement vêtu devant elle.
« Vous étiez assommée, je vous ai transporté sous un arbre pour vous soigner. » S’expliqua t-il, lorsqu’elle détailla les alentours.
En effet, en posant sa main sur sa tête, elle constata qu’elle avait un genre de tissu humide chaud.
« Je suis le chevalier Kuromu, pour vous servir.
- Milkya… Echidnée perdue. Vous n’avez pas vu mon grand frère ? Un type blond à l’air démoniaque, ça doit pas courir les rues. »

« Je l’ai vu, je l’ai vu tomber quelque part… » Murmura Rosa, tapotant son menton avec l’index.
Marchant à travers la forêt, elle avait cru voir son homologue chuter dans les parages… Mais après réflexion, elle n’a pas senti sa présence, donc elle s’était contentée de continuer sa route. Si ce n’était pas Sora, ça devait être quelqu’un d’autre.
« Et puis je me demande ce qu’il y a au dessus de cette tour… Gagner, je veux bien, mais voilà, s’il n’y a pas quelque chose d’amusant ! »
Shootant dans une fougère, elle songea à un puissant artefact, de taille divers, de tranchants variés… Peu utilisé si possible. Pour qu’elle puisse savourer la chose dans toute sa splendeur.
Continuant à quasi-fantasmer sur la puissance qui n'allait pas tarder à être sienne, elle ne se préoccupa pas d'une présence qui se rapprochait de sa direction, en la personne de Indiana, tout aussi perdu qu'elle.

"Nous sommes toute une armée, et cherchons à libérer la princesse du pouvoir maléfique qui la retient, au dessus de cette tour dorée ! Depuis son apparition, rien ne va dans notre royaume. Les fleurs fannent, et..."
Et blablabla, pensa Milkya, qui n'osa même pas l'interrompre dans son speech tout à fait stéréotypé du chevalier servant à l'ancienne, qu'on retrouverait volontiers dans un de ces romans épique moyenâgeux. Il l'aida à se relever, et l'air ravi, lui dit :
"On peut faire un bout de trajet ensemble ! Visiblement, votre quête est similaire à la mienne, vous faites parties de ?...
- ... Chaos Hell School, avec mon frère, il y a Rosa aussi, et d'autres j'imagine, je n'ai pas tout en tête...
- Ne soyez pas si triste, on va bien finir par les croiser en chemin. J'ai trouvé un truc utile tout d'abord ! C'est rond, vivant, mais quasiment de la même matière que mes armes, quelle chose étrange !"
Et il prit aussitôt Abbott, prisonnier d'un filet de pêche ! Le pauvre petit robot n'arrêtait pas de gigoter dans tous les sens, appelant désespérément de l'aide. Ceci offert par Milkya, qui sauta dessus pour le libérer, et lui crier dessus aussitôt sur un autre cri d'un Abbott effrayé :
"Où est passé mon frère ? Les autres ?! Tu sais hein, tu sais ! Scanne, fait quelque chose !
- Nan je peux rien faire c'est cassé !"
Le chevalier rangea son filet sans quitter des yeux la scène, plutôt perplexe par l'attitude de Milkya envers cet être d'acier.
"Cassé ?! Tu te fiches de moi ! Je te jure, je promet de ne pas t'incinérer si tu fait quelque chose pour moi." Rajouta l'échidné en approchant sa tête tout proche du robot, qui manqua de crier de peur, bien qu'il n'en ressente pas véritablement.
"Bon d'accord, d'accord je vais essayer de faire quelque chose ! Je ne garantis rien, mais ne me brûle pas, je suis fragile dans le feu !"
Tout en parlant, il tenta de faire une nouvelle analyse, sans succès, il essaya alors un autre moyen de procéder, par détection de chaleur thermique : pas besoin de se connecter à quoi que ce soit pour voir quelque chose. Il détourna donc son attention de Milkya qui le tenait toujours, histoire de repérer quelque chose à trois cent soixante degrés.
"Donc... Un pas loin, de ce côté, un autre, à l'opposé, mais personne vers la tour. On a tous été téléporté à distance respectable, visiblement. C'est gentil de respecter l'égalité des chances !" Fit-il, guilleret, avant de se faire chopper à nouveau par Milkya. Avant qu'elle ne prononce quoi que ce soit contre le robot, Kuromu intervint :
"Il pourrait nous aider à retrouver les gens que tu aimes, tu devrais le garder intact. Je devrais le garder de mon côté, pour sa sécurité, et son bon fonctionnement."
Milkya bouda légèrement, avant de laisser le chevalier prendre Abbott avec douceur.
"Evitez d'être trop gentil comme ça, vers mon grand frère. Bizarrement, il n'aime pas trop les gens débordant de bonnes intentions, je ne comprendrais décidément jamais."
Le jeune homme approuva, puis invita l'échidné à marcher à côté de lui, direction la tour.

Lorsque Loulou posa un pied en face d'elle, la première chose qu'elle se reçut fut un paquet de neige conséquent sur le coin de la poire. Le sapin sous lequel elle était apparut n'avait effectivement pas envie de la laisser partir. Si elle savait causer aux végétaux, elle aurait été certaine de l'entendre crier de ne pas partir, comme une mère qui dit à son gosse de revenir vers elle lorsqu'un camion de glace passe devant eux. Ici, le camion de glace était la liberté. La maman, le sapin. Le gosse, elle.
"J'étais en forme y'a cinq minutes, voilà que ce foutu machin me donne du fil à retordre !" Brailla t-elle, donnant un grand coup de pied dans le sapin, qui lui rendit tout multiplié par dix.
Elle sortit sa tête du tas de neige, commença à se débarrasser de tout ce poids en insultant le sapin, roi des forêts de ses fesses. Ceci fait, elle trébucha, manqua de se manger à nouveau la couche de neige sous ses pieds, et sauta d'un coup pour rétablir son équilibre. Soudain satisfaite de ce retour à la normale, elle commença à marcher en direction de cette immense tour au lointain. Elle finira bien par croiser quelqu'un qu'elle connaît ! Qui ne soit pas hostile, en tout cas. Autant elle allait bien, mais elle n'avait pas très envie de reprendre les combats comme plus tôt... Loulou repensa à ce qu'il s'était passé, l'imposture, les flammes ... Encore un peu, et c'était fini.
Mais d'abord, se retirer de ces montagnes, il fait bien trop froid pour prendre du temps à réfléchir. Ce n'était pas son but premier, pas jusqu'à avoir remarquer la présence d'une chaleur puissante dans les parages. Elle avait une chance sur trois que ça soit Julien, ça restait peu, elle se dépêcha donc d'avancer au cas où !

Dans son bout de forêt, Firemagma shoota dans un caillou, qui prit feu aussitôt, pour s'encastrer violemment dans le premier arbre venu. La tour, la tour... C'est doré, c'est bien, mais peu pratique pour l'instant ! Jurant contre le directeur, il espéra rapidement trouver quelqu'un pour se défouler. D’ailleurs, voilà que ça commençait à bouger dans un buisson : sans même prévenir il se jeta dessus, l’attrapa par la nuque comme si c’était un chaton et souleva…
« Me faites pas de mal ! Je-j’ai rien fait ! »
La tête du démon passa de la surprise, sur une grimace, puis une tête hideuse illustrant le manque de compréhension concernant la présence d’une petite gamine aux cheveux blancs, yeux rouge, robe aux couleur clairs au bout de son poing, qu’il relâcha aussitôt sans manière.
« T’es qui toi ? Fit-il, en la gardant vers lui pour pas qu’elle se tire.
- Hakumu… Me frappez pas ! »
Le démon plaqua sa main sur son visage, désespéré, pendant que Capi se fendait la poire du haut de l’échiquier.
« Je cherchais mon frère… Il s’appelle Kuromu, c’est un puissant chevalier ! Si tu m’aides à le retrouver, je suis sûre qu’il t’aidera, il est si gentil ! »
Firemagma sentit sa conscience partir au loin, sa raison agitant un mouchoir pour lui souhaiter au revoir. D’un coup, il hurla, et attrapa les épaules de la gosse en reprenant des phrases plus compréhensibles :
« J’en ai assez de faire le gentil, j’ai assez donné, ça n’a servit à rien, rien ! Elle est redevenue normale, je vais devoir la cogner encore pour qu’elle comprenne qui est le plus fort ! »
Il s’aperçut ensuite que la gamine s’était mise à pleurer, il relâcha tout d’un coup, la laissant tomber, donc pleurer encore plus. Puis d’un coup, elle s’arrêta, et fit la tête, fronçant légèrement les sourcils.
« J’voulais pas en venir là. » Dit-elle, avant qu’une mèche de ses longs cheveux ne prenne vit toute seule, se transforme en main et vienne chopper Firemagma par la nuque, pour le projeter sur un arbre.
Ceci fait, elle se releva, posa ses mains sur ses hanches, annonçant :
« J’peux aider, si c’est ça pour rester vers toi, démon. »
Firemagma retomba alors sur ses fesses, grinçant presque des dents. Il se releva, observa la gamine qui avait reprit un air enfantin, mine de rien.
« On y va ? » Demanda t-elle, se tournant vers la tour en or.

« Aha ! Arrête, ça me fait mal ! » Gloussa Lily, tapotée par un drôle de grande plante verte. L’hybride tapa à son tour la plante, qui fit également un bruit de gloussement, avant de recommencer à taper le bras de Lily à nouveau. Ceci, jusqu'à ce que la plante s’ouvre, et gobe le bras de Lily qui commença rapidement à paniquer.

Un drôle d’oiseau alla se percher au dessus de la tête d’une masse blanche à pic. Myrage retira sa tête du marécage dans lequel il était tombé juste après l’annonce. Il chassa le volatile à grand coup de bras, et dans un moment d’inattention, remarqua que ça avait quelque chose à voir avec un gros hibou, avec des gros yeux. Sans chercher à savoir ce que ça avait à faire ici, il essaya de se dépêtrer du marécage, l’espèce de hibou tournant autour de lui.
« On va pas être copain si tu me colles trop ! Couché sale bête ! »
Le volatile effectua alors un vol stationnaire au dessus du hérisson, sans le quitter pour autant. Râlant, il se résigna, laissant l’autre chose au dessus faire des hululements de contentement.

De son tas de neige, Julien cessa de diffuser trop de chaleur. Il songea qu’il y avait peut être quelqu'un d’autre dans les parages. Ami ou ennemi… Autant commencer à avancer, il aura plus vite sa réponse comme ça.

Capi était sagement installée devant le grand échiquier, frottant doucement ses propres bras pour obtenir un peu de chaleur, jusqu'à ce que le directeur pose une nouvelle cape sur ses épaules. Sans même se retourner, elle le remercia d’un signe de tête, puis ajusta la cape correctement sur elle.
« Beau travail, voilà un bien sympathique plateau de jeu. Et tu as déjà commencé à invoquer des individus ? Pas trop non plus, tu as fait mention d’une armée, ne te fatigue pas à contrôler tout le monde comme ça.
- Je commence tout juste à m’attacher à ceux là, je serais sage ! »
Un peu comme une petite fille qui faisait jouer des poupées toute seule devant une tasse de thé. La féline se demanda comment ça aurait fait… Si ses parents ne l’avaient pas emmené là bas. Mais elle s’amusait aussi bien ici. Des tas de choses à apprendre, sur les relations des gens… Confronter Milkya à ce personnage masculin était une bonne idée, elle pourra en apprendre plus sur ce style de paradoxe relationnels.
« Abbott sera aussi en sécurité comme ça. » Songea t-elle.
Puis elle se ressaisit aussitôt, voyant que le pion de Alex avait fait un bon spectaculaire de trois cases, et que le pion de Saïko commençait à converger dangereusement vers celui de Sora ! Concentrant son attention à nouveau sur l’échiquier, elle attendit que quelque chose se produise, patiemment.

_________________

ああぁ、手が滑っちゃったぁ~ごめんね~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alex the Black Cat
Sac à puce MineCraftien
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 24
Localisation : inconnue
Humeur : ...
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Dim 30 Jan - 20:35

Chapitre 16 : Alliances et nouveaux conflits





Myrage s'était mis en route, essayant péniblement de sortir du marécage, le hibou continuant à le suivre.
"Ah ! Mais tu vas me lâcher, s'écria le hérisson blanc, visiblement agacé par cet oiseau, j'ai pas besoin d'un animal de compagnie !"
Le hibou ne changea pas pour autant d'avis et voletait inlassablement autour de lui.
"Ouh ! Il commence à me plaire celui-là ! pensa Myrage, sur le ton de la colère."





"Kyah ! Non ! Lâche-moi !"
Angelika se débattait de toutes ses forces afin d'échapper à l'étreinte de la plante, mais cela n'avait que peu d'effet, le végétal ne voulant apparemment pas laisser sa proie.
"Ah ! Au secours ! hurlait la jeune tigresse, fermant les yeux."
Tout à coup, elle sentit une présence derrière elle et deux mains se posèrent sur sa taille, tirant son corps vers l'arrière et faisant ainsi lâcher prise à la plante carnivore, qui ne pouvait lutter contre la force de deux personnes.
Lily et son sauveur se retrouvèrent à terre et la féline ouvrit ses yeux emplis de larmes, pensant que son bien-aimé était venu la secourir. Seulement la surprise se lit sur son visage quand elle regarda derrière elle.





Firemagma continuait à marcher dans la forêt, accompagné de la petite fille aux cheveux magiques.
"On est bien d'accord, je te ramènes à ton frère et après je ne veux plus entendre parler de toi, c'est compris !?
- C'est compris ! répondit sur un ton amer Hakumu."
Le duo improbable s'avançait de plus en plus dans l'épaisseur de la forêt et pendant qu'ils marchaient, le démon réfléchissait à ce qu'il ferait : retrouver l'échidné albinos était prioritaire car elle représentait une menace si elle avait effectivement retrouvé la mémoire, ensuite il lui fallait régler ses comptes avec le directeur et le seul moyen était d'arriver en haut de cette fameuse tour dorée. Si son double se trouvait sur son chemin, Firemagma n'y voyait là que l'occasion de se défouler un peu.
"Eh ! A quoi tu penses, dis ?"
Le démon, troublé dans ses pensées, fut pris d'une colère noire et tout en se penchant vers l'enfant, il hurla :
"A RIEN !!! JE NE PENSE A RIEN !!!! Maintenant si tu voulais bien te taire, sale gamine !!!!"
Il n'avait pas réfléchi ou bien avait-il oublié ce qui s'était passé la dernière fois mais la petite fille après avoir crié et pleuré pendant quelques minutes, avait laissé ses cheveux la venger, ceux-ci se chargèrent simplement de donner un violent coup de poing à Firemagma qui sous la violence du choc, s'était retrouvé à terre.





"Pfeuh !"
C'était ce que s'était contenté de répondre le chat noir, au sommet d'une falaise, à proximité des montagnes aux neiges éternelles, à l'annonce des deux directeurs.
"C'est pas vrai, je suis abonné au forfait mégalomanes, dangers et compagnie c'est pas possible, quand est-ce que j'aurais droit à une aventure paisible ?"
Admirant le paysage, Alex n'avait pas remarqué l'énorme masse sombre fondre sur lui et l'attraper à l'aide de ses serres.
"Kuh ! C'est quoi ça ?!? lâcha-t-il, sur le coup de la surprise."
En levant la tête, il vit un aigle géant au plumage brun, volant sans doute vers son nid pour le donner à ses petits en guise de nourriture.
"C'est gentil de vouloir m'aider, ironisa le sombre félin, mais je pouvais quitter cette falaise tout seul ... CHAOS FIRE !!!"
Le rapace n'avait pas remarqué l'inflammation de la queue du chat, continuant son trajet.
"Avec ça tu vas me lâcher, CHAOS SPARK !"
Alex envoya une série d'éclairs en direction des pattes de l'aigle, la douleur engendrée par les blessures faites le fit lâcher le félin qui entama une chute libre rapide. Voyant donc le sol se rapprocher, Alex ferma les yeux, se concentrant de toutes ses forces sur l'Air. Le Mystical Ring se mit à briller et la vitesse du chat noir ralentit fortement jusqu'à le laisser atterrir sur ses pieds, dans un champ de fleurs, à plusieurs kilomètres de l'endroit où il était auparavant. Il ne remarqua pas qu'il n'était pas seul jusqu'à ce qu'il entende une voix qu'il connaissait malheureusement bien :
"Tiens ! Comme on se retrouve, chat noir !"





Rosa continuait de chercher son double, espérant s'amuser de nouveau en la faisant souffrir comme elle l'avait fait auparavant.
"Après un village fantôme, voilà que je me retrouve dans une forêt déserte, bonjour l'originalité !"
Cette remarque irrita Capi qui rapidement sourit en voyant le pion d'Indiana se rapprocher de celui de la rose des ténèbres. En effet le caméléon marchait dans la direction perpendiculaire à la sienne si bien que rapidement leurs chemins se croisèrent, ainsi que leurs regards.
Sans dire mot, les deux opposants débutèrent un intense affrontement, Indiana comptant bien prendre sa revanche et Rosa déterminée à en finir avec cet adversaire tenace. Les multiples coups s'enchainaient sans qu'aucun ne prenne l'avantage sur l'autre, Rosa n'arrivant pas à lancer des boules d'énergie négative sur Indiana.
"Crois-tu vraiment pouvoir gagner contre moi ?
- Tout ce que je crois, c'est que peu importe les victoires et les défaites, l'issue finale ne sera pas en ta faveur ! assura Indiana.
- Tu crois vraiment ça ? hurla de rage la hérissonne maléfique en essayant de décocher un coup de poing vers le visage de son adversaire.
- J'en suis même sûr ! rétorqua-t-il avec autant d'ardeur qu'elle."
Ce combat aurait très bien pu s'éterniser si un nouveau combattant n'était pas entré dans la danse ...





"Mais qui es-tu ? demanda la tigresse blanche.
- Je m'appelle Ama, répondit l'Aquawolf, et ton nom c'est ?
- Angelika Crystal, mais tout le monde m'appelle Lily."
Les deux jeunes filles se relevèrent, Angelika fut rassurée de voir l'aura bleue bénéfique d'Ama.
"Merci de m'avoir aidé sinon je n'imagine pas ce que je serais devenue.
- De rien, maintenant il faut retrouver les autres et grimper en haut de cette tour, décida Ama.
- Euh ... d'accord, approuva la féline avec une once d'hésitation.
- Quelque chose ne va pas ? demanda la louve.
- Non, non, tout va bien, mentit Lily, inquiète pour Alex the Black Cat."
Son inquiétude n'échappa pas à Ama qui avait deviné qu'elle pensait à quelqu'un qu'elle aimait particulièrement fort, tout comme elle qui pensait souvent à Saïko depuis qu'ils étaient séparés ...
Les nouvelles compères se mirent donc en route, Ama voulant entamer la conversation et voyant à nouveau Lily plongée dans ses pensées posa la question fatidique :
"Tu songes à ton petit ami, n'est-ce pas ?
- Huh ! fit la jeune féline blanche, surprise par cette question qu'elle jugeait indiscrète, qu'est-ce qui te fait dire ça ?
- Oh, ce n'est rien, sourit l'Aquawolf, c'est juste tes expressions qui te trahissent ... et puis aussi le fait que moi aussi je suis amoureuse."
Maintenant ce fut elle qui pensa à Saïko, elle se demandait où pouvait-il bien être et surtout s'il ne lui était rien arrivé. La tigresse la regardait et se demandait si elles allaient bientôt retrouver les élus de leurs cœurs.





La bataille faisait rage entre les deux élémentaristes et bien qu'il ne pouvait voir l'araignée du fait de sa taille avoisinant celle des fleurs, ses décharges électriques révélèrent sa position. Cependant leurs projectiles respectifs n'atteignaient pas leurs cibles, les combattants étant très agiles.
"Bon sang, pensa le sombre félin, je n'arriverais jamais à le vaincre ainsi, si je continue à maintenir cette forme, je vais m'épuiser.
- Alors, chat noir, on commence à fatiguer ?"
Alex à cette question ne répondit mot, réfléchissant à un moyen de vaincre cette araignée qui commençait à l'agacer au plus haut point. Alors en esquivant une nouvelle rafale d'éclairs, il bondit vers la créature qui n'eut cette fois pas le temps de réagir et une fois sur lui, le sombre félin se mit à le ruer de coups. L'araignée, enragée, le repoussa par un violent arc électrique et Alex se retrouva à terre, un peu déboussolé.
"Tu vas me le payer !"
Elle prépara une nouvelle attaque mais il fut plus rapide.
"CHAOS EARTHQUAKE !!!! hurla-t-il en frappant le sol."
Le tremblement de terre occasionné eut pour effet d'ouvrir une fissure qui se dirigeait vers le contrôleur de foudre. La crevasse s'ouvrit sous ses pieds, mais malheureusement pour le chat noir l'araignée se rattrapa au bord et remonta à la surface.
"Tu croyais m'avoir mais je suis plus coriace que tu ne le penses, frima le général.
- Ce n'est pas encore fini, rétorqua le félin."
Alors les deux adversaires chargèrent, chacun voulant se débarrasser de l'autre et ainsi mettre fin à ce combat.





Zeus se réveilla dans un pré, sur un matelas d'herbe, une lègère brise lui chatouillant le visage. Dans un premier temps il se demanda où il se trouvait, la dernière chose qu'il se souvienne était la prison de l'armée, de plus il n'avait pas entendu le message des deux directeurs. Mais lorsqu'il remarqua sa petite dragonne, encore endormie, une expression de joie parcourut son visage. Il la prit dans ses bras et la serra fort contre lui.
"Etherya ! Je suis si content de te revoir !"
La dragonne, bien qu'interrompue dans son sommeil aurait bien aimé pouvoir dormir encore un peu fut heureuse elle aussi de retrouver le renard. Elle lui avait beaucoup manqué ces derniers temps.
Ces retrouvailles furent interrompus par un bruit sourd et un tremblement du sol qui les secoua. Zeus se leva et partit à la recherche de la source du tremblement de terre, accompagné par Etherya qui volait autour de lui.
"Vite ! Allons voir ce qui se passe !"





Devant son échiquier, Capi la gardienne regardait les nouveaux évènements qui étaient intervenus, chaque pion commençait dorénavant à bouger. Ce qui était intéressant c'était que plusieurs pions s'étaient regroupés, soit pour s'unir, soit pour se battre, d'autres n'allait pas tarder à se rencontrer grâce à leur proximité. Les jumelles se dirigeaient l'une vers l'autre, un des généraux se trouvait près d'elles, Aurore était située près des marécages et Erika elle, à la lisière de la forêt.
Les directeurs surveillait également l'échiquier, chacun espérant encore pouvoir gagner. Capi même si elle ne les approuvait pas, s'était faite à ce jeu, elle commençait peu à peu à y prendre goût, peut-être parce qu'elle n'y participait pas ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sonic-arena.fr/
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mar 26 Avr - 18:52

17) Objectif inconnu:


La forêt était animée, des dizaines de petites explosions retentissaient, l'affrontement entre Indiana et Rosa faisait rage. La hérissonne noire lança des boules d'énergie noire par dizaines, ne laissant aucune chance au jeune caméléon de l'approcher, ce dernier utilisait toute la force de ses jambes pour courir de plus en plus vite.

"Tu finiras bien par t'épuiser! Je t'aurais à ce moment!" Hurla Rosa folle de rage.

Indiana ne prit même pas la peine de répondre, si il lui tournait autour, c'était avant tout pour chercher un angle mort pour attaquer, et il l'avait trouvé... Arrivé sur la gauche de Rosa, légèrement en arrière, il se précipita en direction d'un arbre, et après avoir sauté sur le tronc se propulsa sur sa cible. Utilisant ses faibles capacités du vent, il se donna un peu plus de vitesse, laissant tout juste le temps à Rosa de se défigurer en poussant un cri. Le poing du caméléon atterrit droit dans le ventre de la hérissonne, puis après un léger "Boom", elle fût à son tour envoyée contre un arbre, s'écrasant contre son immense tronc.
L'onde de choc que venait de produire Indiana semblait avoir sonné Rosa, il fallait maintenant en profiter. Chargeant en direction de cette dernière, il se donna de plus en plus de vitesse pour être sûr que son coup de poing serait le dernier de ce combat, mais de légers tremblements vinrent le perturber dans sa course; le sol sous ses pieds faisait des vagues, l'obligeant à s'immobiliser pour tenter de garder l'équilibre.

"Bon boulot Gaftre!" cria Rosa avec un sourire jusqu'aux oreilles.

La rose des ténèbres fît un léger bon, concentrant une boule d'énergie noire entre ses deux mains, et la lança droit sur le torse d'Indiana, qui fût projeté sur plusieurs mètres avant d'être immobilisé au sol. Alors que tout était redevenu calme, le multi-hybride sortit de derrière un arbre, allant à côté de Rosa, cette dernière lui sauta sur le dos, et se mit à taper du pied.

"Qu'est-ce que t'as foutu?! Il a failli m'avoir, bon à rien à deux têtes!"

Gaftre ne prononçait toujours aucun mot, se contentant de faire quelques petits gémissements sous les coups de pieds de la générale des ténèbres. Pendant ce temps, Indiana releva doucement la tête, le choc avait été rude pour lui, mais pas au point de le clouer au sol plusieurs minutes.

"Bon sang... Avec ce mastodonte je vais avoir beaucoup de mal.... Il faut que je neutralise la hérissonne en premier!" Songea le caméléon.

Alors que Rosa continuait d'hurler sur le pauvre Grafte, Indiana, toujours à moitié couché concentra son énergie du vent dans ses pieds, se préparant à attaquer une nouvelle fois, cependant... Bien qu'une tête de Grafte regardait Rosa, la seconde tourna ses yeux vers Indiana pile au moment où se dernier s'élança. Sans prévenir, le multi-hybride chargea un coup en avant, entrant immédiatement en collision avec le caméléon alors que Rosa manqua de tomber de son dos, dégageant Indiana sur plusieurs mètres tout en réussissant à se maintenir debout.

"Tu pensais nous avoir par surprise?! Allez Grafte écrabouille le, toute suite!" Ordonna Rosa.
- Je n'ai plus le choix!" S'exclama à son tour Indiana, sans prendre en compte la réplique de son adversaire

Dans un élan de vitesse, Indiana se propulsa en avant avec une telle rapidité, qu'il devint invisible à l'œil nu; il ne laissait derrière lui que de légères traînées blanches lumineuses, qui s'évaporaient au bout d'une ou deux secondes, à chacun de ses passages autour des deux généraux, un terrible sifflement strident se faisait entendre. Rosa et Grafte regardaient de tous les côtés mais le bruit que ses déplacements produisaient le rendait impossible à localiser. Soudain, l'écorce d'un arbre se brisa, Rosa se retourna immédiatement et vît Indiana juste devant elle, lui asséner un terrible coup de coude qui la refît tomber au sol. Aussitôt le coup décoché, Indiana redevint invisible, usant de sa vitesse, la rose des ténèbres se releva tout en se tenant la joue, folle de rage.

"Tu vas me le payer sale vermine!"

Elle se mit aussitôt à lancer des boules d'énergie dans tous les sens, dans l'espoir de toucher Indiana, mais toutes finissaient par s'écraser contre un arbre, ou disparaître dans la forêt.
Alors que le décor défilait à une vitesse folle autour d'Indiana, une boule d'énergie lui coupa la route, l'obligeant à s'arrêter, redevenant visible, laissant apparaître un visage dégoulinant de transpiration. Se maintenir à une telle vitesse lui demander une dépense d'énergie incroyable, et était un véritable supplice pour ses jambes, mais aussitôt arrêté, aussitôt reparti, le caméléon reprit sa course folle.

"Je dois en finir maintenant!"

Indiana se dirigea à présent vers Rosa, incapable de le voir, et la frappa de nouveau au visage de face, sans qu'elle n’ait le temps de répliquer, un second coup la frappa par derrière, la mettant à genoux.

"Ca suffit maintenant!" Rugit-elle

Aussitôt, elle partit à son tour à une vitesse incroyable, laissant derrière elle une traînée noire en suspension dans l'air. Rosa et Indiana semblait se trouver dans un nouveau monde, les décors étaient déformés par leur vitesse, les couleurs se mélangeaient, les arbres courbés, tout était différent. A plusieurs moments ils entrèrent en collision, laissant une explosion de lumière entre eux, avant de rentrer à nouveau dans un duel de force quelques mètres plus loin, par moment Rosa lançait une boule d'énergie noire qui obligeait Indiana à changer de direction. Tout ce que Grafte, qui était resté immobile, pouvait voir, était des traînées de lumière blanche et noire, s'entrecroiser autour de lui, et des bruits stridents résultant de l'affrontement du caméléon et de la hérissonne.
Cependant... Petit à petit, Rosa gagnait du terrain, Indiana se fatiguait de seconde en seconde, et tenta alors le tout pour le tout. Chargeant une nouvelle fois vers Rosa, il dévia sa trajectoire au dernier moment pour arriver derrière elle, et lui décrocha un terrible coup de genoux dans la nuque. La petite hérissonne noire fût jeter au sol avec une violence sans pareil, alors qu'Indiana disparut. Se tenant le cou, Rosa se releva doucement, tout était trouble autour d'elle, le choc avait été terrible, serrant les poings et les dents à se les briser, elle se dirigea vers Grafte en titubant.

"Retrouve moi cette ordure!!" Siffla-t-elle entre ses dents

Grafte leva doucement ses deux pattes en avant, et les cogna au sol. L'onde de choc se propagea tout autour de lui, cherchant la moindre présence ayant pieds à terre, puis ses deux tête se tournèrent vers un arbre quelques mètres plus loin. Derrière cet arbre se trouvait Indiana, assied à se tenir ses jambes qui le faisait terriblement souffrir, quand soudain l'arbre se brisa dans le dos d'Indiana, sous la pression d'une terrible explosion. En se retournant, il vît que c'était Rosa qui venait de le faire exploser.

"Massacre le! Fait en de la bouillie! Je veux qu'il n'y ait même pas une cellule encore vivante dans son corps!" Hurla Rosa, qui avait les yeux exorbités sous la colère

Grafte se mit aussitôt à charger en direction d'Indiana, qui était paralysé au sol, incapable de bouger. Songeant qu'il s'agissait certainement de la fin, regardant l'énorme masse se diriger vers lui. Alors que l'inévitable allait arriver d'ici une ou deux secondes, une personne arriva juste devant Indiana, et chargea vers le mastodonte. L'interaction entre eux donna naissance à un terrible fracas, allant jusqu'à former un cratère autour d'eux; au centre se trouvait Grafte et Erika, cette dernière retenait le multi-hybride par ses deux visages, la sœur d'Indiana. Le rapport de force qui régnait entre les deux monstres de puissance faisait trembler le sol, alors que les pieds et pattes s'enfonçaient dans le sol pour tenter de repousser l'autre.

"On ne touche pas à mon frère... Sale monstre!" rugit-elle entre deux efforts pour repousser son adversaire

***
**
*

Au sommet de la falaise, la bataille faisait rage entre Alex et le petit général de Hell School. Aucun des deux ne semblait vouloir lâcher l'affaire, cependant, bien qu'il y mettait tout son cœur, le chat noir s'épuisait un peut plus rapidement que son adversaire. Ce dernier avait son bâton, et dévia plusieurs éclairs envoyé par son adversaire, avant que sa queue ne s'embrase une nouvelle fois sous la puissance de son anneau.

"Chaos fire" Hurla-t-il

La déferlante de flamme fonça sur son adversaire, qui l'esquiva bien trop tard et fût légèrement brûlé sur la droite de son petit corps. Le combat eut un répit de quelques secondes, Alex était resté sous sa forme du Chaos Fire, tentant petit à petit de reprendre son souffle, bien que de rester transformé lui demandait toujours de l'énergie, alors qu'en face de lui, l'hybride araignée semblait lui aussi fatigué, mais beaucoup moins; il regardait the black cat de ses huit petits yeux, avant de réunir ses six pattes devant lui. Petit à petit, une sphère jaune apparut entre ses dernières, grossissant à vue d'œil, avant d'être presque aussi grosse que lui.

"Tu vas mourir saleté de chat!" Ricana-t-il de sa petite voix stridente

Aussitôt prononcé, il lança sa sphère de foudre droit devant. Le sang d'Alex ne fît qu'un tour, posant rapidement sa main au sol, il invoqua une fois de plus les pouvoirs de son anneau.

"Chaos Earthquake!!"

Au son de voix, le sol se mit à violemment trembler, se craquelant sous les pattes du chat, avant qu'un énorme rocher ne se soulève sous les tremblements, et intercepte la boule de foudre. Alex venait de tenter un coup de poker, et il avait réussi, il ne devait en aucun cas laisser l'occasion lui échapper. Prenant appuis sur ses jambes, il fît un bond prodigieux en avant, bâton en arrière, et l'abattit en direction de son adversaire. Ce dernier l'esquiva in extremis d'un bond sur le côté, mais le chat noir n'en resta pas là, au moyen de son arme il tenta à plusieurs reprises de frapper son adversaire, cependant sa petite taille était un véritable handicap pour lui, il en était très dur toucher, et bougeait également très rapidement. Alors qu'Alex tenta une nouvelle fois un écrasement avec son bâton, la petite araignée jaune se précipita derrière lui, ses six pattes chargées d'électricité, prêt à frapper de nouveau, mais sans crier garde, le chat noir le balaya avec son bâton. Les choses se passèrent à partir de se moment très rapidement, alors que le général était encore suspendu en l'air, Alex s'appuya sur son bâton, et lui donna un terrible coup de pied au visage, ce qui propulsa son adversaire plusieurs mètres plus loin en rebondissant au sol. A peine avait-il relevé la tête qu'Alex avait déjà sa main pointée vers lui.

"Chaos Thunder!"

L'éclair jaune fondit à vive allure sur la petite araignée, mais bizarrement, elle ne chercha même pas à l'éviter.

"Tu as commis une terrible erreur pauvre chaton!" Jubila le général.

Se mettant immédiatement en arrière, il pointa son bulbe en direction de l'attaque d'Alex, qui le frappa de plein fouet à cet endroit, cependant... L'électricité semblait être absorbée par le petit hybride. Alex arrêta aussitôt son attaque, les yeux grands ouverts, bâton arrière, en garde, alors que son adversaire ne changea pas de position.

"Merci d'avoir rechargé mes batteries!"

Immédiatement après, son bulbe cracha un immense filet de toile, à l'extrémité pointue, en direction du chat noir. Ce dernier connaissait les terribles effets qu'avait cette toile, et bien qu'elle était très difficile à voir du fait de sa finesse, Alex fît plusieurs bonds en arrière pour ne pas être touché. Le moindre contact avec cette toile lui serait fatale, il le savait, il serait totalement paralysé et à la merci de son adversaire.
Alors qu'il reprenait appuie sur ses jambes, un fil lui fonçait déjà dessus, mais d'un coup de bâton le dévia sur sa droite.

"Si tu penses m'avoir comme sa, tu te tromp...."

Alex n'eut pas le temps de finir sa phrase, quelque chose venait de se planter dans son dos. Ses membres s'engourdirent aussitôt, le laissant tomber à genoux, arrivant à peine à s'appuyer sur ses bras, il leva des yeux rebelles vers son adversaire qui s'approchait.

"Co... Comment? demanda-t-il dans un élan de force.
- Tu as fait l'erreur de croire que je ne pouvais que les lancer, mais je peux aussi les guider mon pauvre!" ricana l'araignée.

Plusieurs fils vinrent s'enrouler autour d'Alex, l'immobilisant au sol sur le ventre, bras contre le corps, jambes tendues, totalement à la merci de son adversaire. Chacune des six pattes de l'hybride de foudre se mirent à grésiller, remplies d'énergie électrique.

"Adieu, ex-membre de Chaos Hell School!"

Sans qu'il n’ait le temps de faire le moindre mouvement, le sol se mit à légèrement trembler sous les jambes de l'araignée, et à la grande surprise d'Alex, cette dernière fût comme absorbée par le sol, pour être recraché prêt d'une dizaine de mètre plus loin. Le chat noir sentit sa force revenir, et se libéra aussitôt des liens, alors qu'un hybride apparut à côté de lui, un hybride lion. Ce dernier se tourna vers Alex.

"De quel côté es-tu...? Demanda timidement Katos.
- Je ne suis du côté de personne, j'essaye juste de me débarrasser de cette vermine de la Hell School qui me colle." Répondit sèchement Alex.

Katos afficha un léger sourire, même s'il n'était dans aucun camp, il avait un ennemi commun avec lui.

"Et que dis-tu des dictons, l'ennemi de mon ennemi est mon ami? Ou l'union fait la force?" Demanda-t-il en lui tendant la main en signe d'alliance

Alex resta quelques secondes planté devant Katos, hésitant devant ce nouvel allié de fortune, puis lui serra la main à son tour.

"Très bien, allions nous pour écraser cet insecte!"

A un peu plus d'une dizaine de mètre d'eux, l'hybride jaune était resté silencieux, assistant à la scène en silence. Toutes ses petites pattes frissonnaient.

"Je ne suis pas un insecte... Je suis une arachnide!" Murmura-t-il doucement pour lui seul.

Des petits éclairs apparaissaient autour de ses trois mains droites, alors que sa toile enroulait ses trois mains gauches, ses yeux se froncèrent, laissant une atmosphère électrique se dégager de son corps.

"Je ne vous laisserai pas me tenir tête plus longtemps! Sales petites vermines!" Hurla-t-il à ses deux adversaires.

Au même moment, les petits éclairs se transformèrent autour de ses mains droites, laissant apparaître une épée entièrement faite de foudre dans chacune, alors que dans ses gauches, les épées étaient faites de sa toile paralysante. Tout en échangeant ses épées du milieu, il hurla encore plus fort de sa petite voix stridente.

"Je vais vous montrer pourquoi on m'appelle Kumo, le pourfendeur silencieux!"

S'élançant en avant, il arriva derrière ses adversaires avec une rapidité sans pareils, sans même leur laisser le temps de cligner des yeux, deux de ses épées de foudre s'abattirent dans le dos d'Alex et Katos, laissant apparaître une légère effusion de sang. Alors qu'ils se retournèrent, Kumo n'était déjà plus là, de nouveau derrière eux, il leur donna à présent un coup d'épée faite de sa toile, le mettant à genoux le chat et le lion sous la douleur et une légère paralysie. Tournant légèrement la tête, il était déjà retourné à son point de départ, où il avait créé ses épées.

" La partie s'annonce plus difficile que prévu...." annonça Katos, légèrement apeuré.
- Oui... Mais nous pouvons toujours gagner!"

***
**
*

Ses doigts se resserrèrent sur le sol, en y laissant de petites tranchée, tous les muscles de son corps se crispèrent, et alors qu'il se relevait, il tourna ses yeux emprunts de fureur et de folie vers la fillette. Cette fillette le rabaissait, s'en était trop, il ne pouvait subir d'avantage une telle humiliation. Tous les muscles de son corps lui ordonnaient de bondir sur cette Hakumu, mais cette fois il devait réfléchir, et ne pas foncer tête baissée.

"Espèce de sorcière, je ne vais pas me laisser humilier plus longtemps!"

Au même moment, les bras du démon s'embrasèrent, le marché qu'il avait passé avec elle ne comptait désormais plus... De toute manière, il ne croyait pas vraiment à cette histoire de frère, cela devait être une création des directeurs pour perturber un peu l'ordre de leur jeux. De son côté, Hakumu restait droite, et immobile, mains sur les hanches, alors que ses cheveux flottaient d'une manière démoniaque autour d'elle.

"Tu es sûr de vouloir recommencer? Tu devrais savoir ce qui t'attends si tu recommences... Tu ferais mieux de m'aider à chercher mon frère! Dit-elle d'un ton sûr d'elle.
- Arrête de te foutre de moi! Toute cette histoire ce n'est que des mensonges! Hurla le démon en la montrant du doigt. Dit moi plutôt quel est ton réel but!"

Hakumu ne répondit pas, se contentant de sourire tout en ricanant. Firemagma ne perdit pas une seconde supplémentaire, et chargea en direction de la fillette. Les cheveux de cette dernière entrèrent immédiatement en mouvement, prenant la forme d'une dizaine de pics qui foncèrent vers le démon. Ce dernier esquiva les premières qui s'encastrèrent dans le sol dans un bruit de petite explosion; sautant pour en esquiver deux de plus, il s'agrippa à l'un d'eux, remarquant à ce moment qu'ils étaient devenus vraiment dur, et se laissa glisser jusqu'à la fillette. Lançant son poing de feu sur elle, cette dernière disparut immédiatement, ne laissant derrière elle que de la fumée... Firemagma resta immobile quelques secondes, sans comprendre ce qui venait de se passer, et finit par entendre un sifflement derrière lui, se retournant, il se baissa rapidement pour esquiver de nouveau plusieurs pics de cheveux, avant de lancer à son tour un rayon de feu sur la fillette. De nouveau, Hakumu s'évapora comme par magie, réapparaissant juste devant le démon, qui dû à nouveau esquiver des attaques, mais plusieurs cheveux se regroupèrent, prenant la forme d'un immense marteau, et le frappèrent violemment au ventre pour le propulser sur un arbre.
Le combat venait de se calmer... Firemagma restait contre l'arbre, immobile, alors qu'Hakumu arriva devant lui, mettant des cheveux pointus sous sa gorge.

"C'est bon, tu as fini par comprendre que j'étais la plus forte?"

Firemagma releva ses yeux, attrapa rapidement les cheveux, et sauta par dessus elle tout en tirant, pour la plaquer au sol devant lui, mais à ce moment précis, elle s'évapora de nouveau.

"Bordel! Elle est over boosté cette sale peste!"

Au même moment, le démon dû faire face à une nouvelle menace, une épée manqua de le pourfendre en deux s'il n'avait pas esquivé au dernier moment, faisant face à un homme en armure, le regardant de travers.

"Un chevalier? C'est quoi ça encore?!" se mit à songer le démon.

Sans chercher à réellement comprendre, en voyant le chevalier se diriger à nouveau vers lui, épée en main, le démon prépara une nouvelle boule de feu, en se précipitant vers lui, prêt à rentrer dedans. Alors que le choc était sur le point de se produire, Hakumu et Milkya s'interposèrent, respectivement en face de Firemagma et Kuromu.

"Arrête c'est mon grand frère!" Dirent-elles à l'unisson, en les empêchant de s'affronter.

Les yeux du démon se rivèrent sur Milkya, venait-elle vraiment de l'appeler grand frère? Pourtant quelques heures plus tôt, elle était sur le point de le mettre en bouillie en ayant retrouvé la mémoire...

"Je suis désolé Milkya, mais il attaquait ma sœur, je me dois de l'occire sans plus attendre! Annonça le chevalier et pointant son épée
- Je vais te réduire en cendre, tu vas comprendre! Rugit le démon, tout en essayant de passer à coté d'Hakumu.

Alors que les deux hommes tentèrent de se battre, les deux femmes finirent chacune par donner un coup de poing, ou de cheveux à celui qu'elle retenait, les envoyant mutuellement s'écraser contre un arbre, à l'opposé l'un de l'autre.

"De vrais enfants ces hommes... Annonça Hakumu sur un ton désespéré
- Heureusement que nous sommes là pour mettre les holas!" Répliqua Milkya sur le même ton.

Devant la force des deux filles, Firemagma et Kuromu furent dans l'obligation de stopper le combat. Le démon restait un peu à l'écart, bras croisés, alors que le chevalier et la fillette semblaient réellement heureux de s'être retrouvés.

"Bon sang, j'en ai marre de perdre mon temps ici... La seule solution est que je me rende rapidement à cette tour...."

Milkya s'approcha de son grand frère pensif, un peu timidement, ne comprenant pas la distance qu'il avait pour elle, s'en même lui accorder un regard depuis leurs retrouvailles.

"... Et ce sale directeur, il s'est finalement bien foutu de moi, il va me le payer cher...
- Tu me fais la tête grand frère?"

Firemagma, coupé dans ses réflexions, tourna ses yeux rouges vers Milkya. Le regard de cette dernière ne trompait pas, elle avait de nouveau perdu la mémoire, il le voyait.

"Tu ne te rappel donc pas? Tu as tenté de m'attaquer il y a quelques heures, tu étais prête à m'étriper froidement alors que j'étais en difficulté. Répliqua-t-il sur un ton sec
- Moi? Mais... C'est impossible, je ne m'en rappel pas, je... Je suis désolée!" hurla-t-elle en se collant contre son grand frère, espérant un peu de tendresse de sa part.

Sans bouger, ni même consoler Milkya, Firemagma regarda autour de lui, tous les arbres, il n'avait pas vu le moindre petit animal, puis il regarda le ciel, ce ciel de couleur anormal, et enfin le chevalier et la fillette aux cheveux magiques.

"Ils jouent avec nous... Ils ont créé ce monde pour nous voir nous débattre, c'est évident... J'ignore comment, ni dans quel but, mais ils doivent nous observer. Quant à ces deux-là, ils ne sont pas là par hasard, ce sont leurs créations, ils doivent donc avoir une utilité... On se croirait presque dans un jeu vidéo ou une partie d'échec. Le seul moyen de résoudre tout ça, c'est de nous rendre à cette tour!" Songea le démon.

Firemagma poussa doucement Milkya, pour se diriger vers le second duo de frère et sœur, et se tint droit devant eux.

"Vous n'êtes pas ici par hasard, je le sais. Maintenant que vous êtes réunis il va falloir jouer carte sur table. Quel est votre rôle ici?!"

La fillette regarda le démon avec un sourire malsain, alors que le chevalier restait de marbre devant le démon.

"Tu t'es finalement décidé à m'écouter, c'est un bon début. Mais je ne peux pas répondre à tes questions, pas tant que nous ne seront pas rendus à la tour d'or. Je dois d'abord savoir si tu es digne du cadeau que je pourrais t'offrir.
- J'avais donc vu juste, vous n'êtes rien de plus que des sortes de guides?
- Nous ne sommes pas des guides! Rétorqua le chevalier. Nous sommes ici pour juger la personne que nous rencontrons, tu as de la chance que ma sœur ait décidé de rester avec toi!
- Toutes les personnes dans ce monde ont donc rencontrés quelqu'un comme vous? Questionna le démon.
- Non, répondit la fillette avec un sourire plus large, Nous sommes peut-être à peine la moitié du nombre que vous êtes. Nous sommes placés aléatoirement, et nous aidons la personne que nous rencontrons... Et nous pouvons avoir plusieurs formes, aussi bien humaine, qu'animale que végétale.
- Mais... Qu'est-ce que vous êtes alors...? Demanda doucement Milkya, en revenant à côté de son grand frère.
- Ca... Tu ne le sauras qu'une fois à la tour." répondit le chevalier.

Firemagma décroisa les bras, reprenant un air sérieux. Il voulait à présent en finir avec tout ça, et rapidement! Il avait des comptes à régler avec les deux directeurs!

"Rendons nous là-bas dans ce cas!"

Firemagma ouvrit la marche, suivi de Milkya et de leurs deux protecteurs... Mais la route ne serait pas aussi simple qu'il ne le pensait.

***
**
*

Ama et Angelika continuaient de marcher au milieu de cette jungle humide, la petite tigresse avait du mal à se remettre de sa mésaventure avec la plante carnivore.

"Merci encore de m'avoir aidée! Si tu n'étais pas arrivée, je sais pas ce qui se serait passé... Cette plante m'est tombée dessus dès mon arrivée!"

Ama regardait Lily du coin de l'œil... Tout comme elle, elle était à la recherche de la personne qu'elle aimait, qui était tombé dans ce monde aussi... Mais elle ne l'avait jamais vu à Chaos Luby School... L'idée qu'elle appartienne à la Hell School lui effleura l'esprit, et lui donnant un frisson tout le long de la colonne vertébrale. Au même moment, Aqua apparut à côté d'Ama, et malgré que Lily regardait dans sa direction, elle ne vît pas l'esprit de l'eau. Cette dernière s'adressa alors à l'aquawolf par télépathie.

"Elle ne peut me voir... Ce n'est pas une élémentariste. De plus je ne ressens pas d'hostilité de sa part... Je doute même qu'elle soit une combattante.
- Je veux bien te croire... Mais nous devons faire attention, nos ennemis sont rusés... Comme nous en avons fait les frais plus d'une fois...
- Je ressens à ce propos une présence non loin de nous... Je ne me l'explique pas, c'est comme si l'eau qui nous entourait nous voulait du mal..."

Au même moment, les deux filles arrivèrent à une source d'eau, cette dernière était particulièrement claire. Angelika s'en approcha doucement, visiblement assoiffée. Ama resta légèrement en retrait, observant les alentours, la tour était à peine visible malgré sa grande taille, elle n'était vraiment pas à côté. L'Aquawolf fût stoppée dans ses pensées quand Angelika poussa un cri, tout en s'éloignant de la source d'eau.

"Qu'est-ce qui se passe? Demanda Ama inquiète.
- Il... Il y a quelque chose dans l'eau... De mauvais, je l'ai vue!" Répondit Lily tout en pointant l'eau du doigt.

En effet, Angelika avait la faculté de voir les auras des personnes... Et une aura rouge, très sombre, lui était apparue au fond de l'eau. Ama s'approcha doucement, c'est alors que l'eau se mit bouillir sous ses yeux, et s'élever devant elle. Un rire féminin s'en échappa, alors que l'eau s'abattit sur Ama et Angelika qui se mit à crier. L'eau prit la forme d'un long tube, restant en suspension dans l'air, alors qu'une femme apparut devant, dévoilant de magnifiques yeux bleu océan, et une longue chevelure noir ébène qui tombait autour de son ensemble de cuir noir, énormément décolleté, laissant presque sortir sa poitrine.

"Je vais les laisser se noyer là dedans... Cela fera deux concurrentes en moins!" Dit-elle, tout en riant de plus en plus fort.

Son rire fût toutefois stoppé, lorsque l'eau reprit sa pure transparence, laissant voir Angelika et Ama à l'abri de l'eau dans une bulle d'air, cette dernière souriait énormément, alors que d'un coup de main elle fît exploser le tube d'eau.

"Une femme invisible qui maîtrise l'eau hein... Tu aurais put avoir l'élégance d'au moins te présenter... Mais laisse moi te dire, que si c'est tout ce dont tu es capable, moi Ama, dernière des Aquawolf, je vais t'écraser!"

Au même moment, Aqua apparut juste derrière Ama, prêtes toutes les deux à en découdre avec cette seconde élémentariste de l'eau...

***
**
*

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Flake
Brume des Neiges
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Sam 7 Mai - 15:46

Chapitre 18 Nouveau monde nouveaux dangers.

Siana eut du mal à émerger de sa torpeur, elle avait horriblement mal à la tête et surtout elle ne comprenait plus rien. Elle s'était évanouie dans une prison sombre, menacée par un aigle et une humaine, des ennemis, des généraux de la Hell School. Leurs tortionnaires avaient voulu qu'elles les rejoignent, les jumelles avaient refusé. La jeune femme se souvenait seulement d'avoir été agressée par la femme manipulant l'eau, elle n'avait rien entendu du chantage et elle s'était évanouie, à bout de souffle. Maintenant elle se réveillait dans une forêt clairsemée sous un magnifique soleil. Autre chose n'était pas compréhensible, elle était seule. Anaïs avait disparu. Le premier moment d'angoisse passé, elle entendit le message lui demandant de se rendre à la tour d'or, elle se reprit. Si Anaïs était dans les parages, elle l'a retrouverait là-bas. La jeune femme en dehors de son mal de tête persistant, ne se sentait pas blessée mais par prudence elle se palpa et tomba sur un anneau de métal lui enserrant le cou. Elle chercha un moment comment l'enlever puis fini par abandonner. Il n'y avait aucun mécanisme d'ouverture et il était trop serré pour qu'elle puisse le faire glisser autrement. Cela n'avait pour le moment pas vraiment d'importance, le collier ne la gênait pas du tout. Elle se mit en route. La tour d'or dépassait de la cime des arbres, elle n'avait aucun mal à la repérer et progresser dans cette forêt faisait office de balade touristique. Elle avait rarement vu endroit plus calme et serein. L'air y était pur dégageant un doux parfum de fleurs. Il faisait beau. Ses pas la menèrent rapidement à une zone plus clairsemée où coulait un petit ruisseau. Elle y fit une halte pour se désaltérer et contempler l'étrange collier dans le reflet de l'eau. Noir intense, il semblait en métal vu sa résistance, pourtant il était aussi souple et léger qu'un lien de cuir. Dommage qu'elle n'ait plus son couteau sur elle. Son arme lui manquait.

- Il te va à ravir !!

Siana sursauta, elle se redressa, se retourna vivement et se mit en garde. Elle avait reconnu cette voix. L'hybride aigle se tenait près d'un arbre appuyé sur le tronc, il tenait une fleur et semblait en humer le parfum tout en la faisant tourner entre ses doigts. Pourtant son regard doré était fixé sur la louve.

- C'est un monde étrange tu ne trouves pas ? En tout cas, nous ne sommes plus sur le notre et je me demande bien ce qu'il y a dans cette tour.

Il parlait d'un ton si détaché, comme s'il s'adressait à une vieille amie, que Saina en resta bouche bée. Puis la colère grimpa en flèche, tout ce que lui avait fait subir ce tyran à elle et sa sœur revint en force. Elle fonça sur lui avec un cri de rage, poing en avant, mais lorsqu'elle fut sur lui, le rapace avait disparu. La dhole sentit une caresse sur son épaule et un murmure parvint à ses oreilles.

- J'ai oublié de me présenter, je suis Andrey Général de la Hell School.

Comment avait-il fait pour se déplacer aussi vite ? Il était devant elle un instant plus tôt et maintenant il était dans son dos, si proche, beaucoup trop proche. Furax, Siana se retourna brusquement et remonta le genou dans l'intention de frapper à l'entre-jambe mais de nouveau elle ne rencontra que le vide.

- Je ne sais pas trop ce que veut le directeur mais mon objectif reste inchangé tant que je n'ai pas eu d'ordre contraire.

Cette fois l'aigle était près du ruisseau, en train de boire, accroupi près de l'eau. Il se releva les poings sur les hanches fixant la jeune femme les sourcils froncés comme s'il était vexé du comportement du directeur.

- On va avoir du pain sur la planche maintenant pour éliminer tous les élèves de la Luby School.

Il continuait à s'adresser à l'hybride anthracite comme à une allier, cela mettait Siana dans une rage folle. Elle avait l'impression qu'il se moquait d'elle.

- Parce que tu crois que je vais te laisser faire ? grogna-t-elle les poings sérés. Qu'as tu fait de ma sœur ?

Cette fois-ci, elle ne se précipita pas, bien que l'envie d'étrangler ce prétentieux était grande, elle se contenta de raffermir sa garde prête à une attaque qui ne vint pas.

- Ho mais tu vas m'y aider très chère !
- Jamais !

Elle avait presque crié, de toute son âme, elle refusait d'aider ce gars. Le général avait de nouveau disparu, une bouffé de vent balaya les cheveux tressés de la louve et au même instant, l'aigle fut à ses côtés. Légèrement derrière elle, il passa un bras autour de sa taille et de la main droite il lui prit le poignet, l'obligeant à baisser sa garde. Elle sentait son souffle dans son cou lorsqu'il reprit d'un ton mielleux.

- Je vais t'expliquer ta situation.

Siana se dégagea brusquement, de nouveau elle voulut le frapper. Qu'il la touche de cette manière la dégoûtait. Mais encore une fois, plus vif que le vent, le général esquiva avec une facilité déconcertante et prit un air peiné.

- Je t'espérais plus compréhensive ! soupira-t-il.

Une bourrasque puissante la fit vaciller. le temps qu'elle retrouve son équilibre, l'aigle était de nouveau sur elle et cette fois son regard d'or était devenu malsain, sadique.

- C'est dommage d'en arriver là mais aux grands maux les grands remèdes !

La jeune femme eut le souffle coupé. Son estomac se retourna et une nausée l'envahit, aussitôt suivi d'une intense douleur qui la plia en deux. Il l'avait frappé un seul coup, si puissant qu'elle faillit défaillir. Elle devait se ressaisir. Ce n'était pas la première fois qu'elle affrontait un adversaire rapide, elle savait comment faire pour les vaincre. Sa main chercha à attraper l'aigle, elle se referma sur le vent. Et pour couronner le tout, un coup de pied vient lui défoncer l'épaule et la projeta au loin. Elle avait l'impression que son bras n'était que souffrance, la douleur irradiant de son épaule à son poignet. Lorsqu'elle trouva la force de relever les yeux sur son adversaire, il était revenu à son point de départ, sa fleur dans la main comme si il n'avait jamais bougé.

- Ta sœur et moi avons conclu un marcher, elle bosse pour nous et toi tu restes avec moi sagement en attendant qu'elle finisse son contrat.

La dhole se releva péniblement en s'appuyant sur le tronc d'un arbre. Elle tenta d'ignorer la douleur pour foncer de nouveau sur lui, en colère. Elle ne pouvait supporter d'en entendre plus. Son ton compatissant l'exaspérait.

- Jamais !!

L'aigle secoua doucement la tête d'un air désolé, c'était une jolie fille et il n'aimait pas abîmer les jolies filles. Il se décala au dernier moment lorsqu'elle fut à un cheveu de lui. Le vent le portait lui permettant d'atteindre des vitesses insoupçonnées mais son élément lui permettait aussi de ralentir ses adversaires, lui offrant encore plus d'avantages. De nouveau il voulut la frapper au ventre mais il s'attendait à ce qu'elle esquive. A sa grande surprise ce ne fut pas le cas. Au contraire, elle encaissa sans broncher et lui attrapa le poignet. Pensait-elle l'immobiliser comme ça ? C'était relativement drôle. Conscient de sa supériorité et trop confiant en lui, il n'avait pas le moindre doute sur l'issue de ce combat. Mais était-ce vraiment un combat. Plutôt un jeu pour Andrey, un jeu de massacre. Et il s'amusait follement. Un sourire sadique éclaira son visage tandis qu'il bloquait le pied que la louve venait de lui envoyer. Une bourrasque la repoussa violement contre un arbre et l'y immobilisa.

Siana sentit ses côtés craquer lorsqu'elle s'écrasa contre le tronc. Elle étouffa un cri et se serait effondrée par terre si des liens invisibles ne la retenaient pas contre l'écorce. Andrey approchait lentement une main dans la poche, l'autre tendue devant lui. Une multitude de petites lames de vent vinrent lacérer ses vêtements et sa fourrure sans trop la blesser, n'épargnant que son visage. Elle ne put esquisser aucun geste de défense. Elle se retrouva presque dénudée. Ses fringues en lambeaux ne couvraient plus que le minimum. Elle frémit d'horreur lorsque l'aigle s'approcha d'elle, la dévorant du regard, il caressa doucement sa joue.

- Vraiment jolie, dit-il pour lui même.

Siana ne parvint qu'à lui cracher à la figure. Il ne lui inspirait que du dégoût et voulait lui exprimer mais le rapace loin de se mettre en colère, éclata de rire.

- Jolie et caractérielle, tu aurais fait une bonne recrue pour la Hell School.

Il attrapa les deux poignets de la jeune femme et d'un geste brusque les brisa net. La dhole hurla lorsque la vague de douleur la submergea totalement. Un cri qui s'étouffa bien vite. L'aigle, d'un coup à la base de la nuque, l'assomma. Les courants de vent qui la maintenaient contre l'arbre s'arrêtèrent et il la prit délicatement dans ses bras. S'il n'avait pas été si pressé, il en aurait profité un peu plus.

Il s'envola non pas en se servant de ses ailes, mais grâce à un courant ascendant. Il transporta le corps de la louve dans une grotte qu'il avait repéré, accessible que par la voie des airs tant la paroi était escarpée. Il la déposa là, sans perdre plus de temps, il boucha l'entrée avec un éboulis, puis envoya son message. Maintenant il n'avait plus qu'à chercher les autres et il savait où les trouver.

- Allons donc voir cette tour d'or.



**
*



Saïko marchait depuis un moment déjà sur la plage. Le sable fin avait laissé la place à des cailloux au fur et à mesure qu'il longeait le littoral. Il se retrouva rapidement bloqué par une falaise abrupte. Il allait devoir la contourner par les terres visiblement. En soupirant le pyrofox regarda la tour à l'horizon. Elle semblait perdue en plein milieu de cet océan aux reflets étrangement mauves et argent. Entre le ciel et la mer aux couleurs étranges, il avait vite deviné qu'il n'était pas dans son monde mais impossible de savoir où et Firefox semblait aussi perdu que lui. Il cherchait depuis plus d'une heure à rejoindre cette tour mais sans embarcation cela semblait tout bonnement impossible. Il voulait plus que tout retrouver Ama et les autres, il s'inquiétait pour son amie. Il grimpa un peu sur les roche pour avoir une vue d'ensemble. Perdu dans ses pensées, il fit à peine attention au renard de feu qui se matérialisa à ses côtés.

- Quelqu'un approche de notre position, dit l'esprit d'une voix neutre tout en fixant les terres.
- Ami ou ennemi ?
- Difficile à dire c'est trop loin et trop rapide.

Saïko plissa les yeux pour tenter d'identifier l'étrange nuage de poussière qui venait droit dans sa direction.

- Allons voir proposa t il en redescendant de son perchoir.

Il dut contourner plusieurs rochers pour arriver sur un semblant de chemin étroit et envahis par les hautes herbes, si tout à l'heure il avait une vision dégagée sur la plaine des terres maintenant la végétation et les roches lui bouchaient la vue, aussi il ne vit la hérissonne noire qui fonçait droit devant elle, que trop tard. Le choc fut assez brutal pour le renverser. Saïko se retrouva assis par terre, une hérissonne noire étalée sur lui, se massant la tête.

- Aïe !! s'exclama-t-elle en tentant de se redresser un peu.
- Sora ?

La hérissonne en entendant son nom releva de grands yeux bleu-vert surpris vers le renard. Puis un large sourire éclaira son visage, elle lui sauta littéralement au cou le faisait de nouveau basculer en arrière.

- J'ai cru ne jamais vous revoir ! s'écria la jeune hybride en le serrant à l'étouffer.

Saïko se retrouvait fort troublé et le rire de son esprit protecteur n'aidait pas vraiment. Encore heureux qu'Ama ne le voyait pas dans cette position pour le moins embarrassante. Il desserra l'étreinte et repoussa doucement la hérissonne puis après s'être relevé, il l'aida à faire de même.

- Moi aussi je suis content de te revoir, affirma-t-il. Tu sais où sont les autres ?
La hérissonne secoua la tête.
- Tu es le premier que je retrouve pourtant j'ai fait pas mal de distance. Cette tour semble inaccessible mais les autres doivent être là-bas non ?
- Sûrement mais je pense qu'elle est sur une île, il faudrait trouver un bateau ou au moins de quoi en faire un.
- J'ai cru voir une forêt par là-bas au pied de la montagne. Qu'est ce qu'il s'est passé après le labo ?

La jeune fille n'avait plus le moindre souvenir depuis son enlèvement dans la chambre de l'hôtel, mis à part les cauchemars que lui avait imposés Rosa. Saïko entreprit de lui raconter tout ce qu'il savait tandis qu'ils se remettaient en marche vers la montagne.



Julien avançait avec peine dans la neige, pas que le froid le dérange mais il s'y enfonçait quasiment jusqu'aux genoux et pour couronner le tout, un blizzard glacial semblait se lever. Heureusement pour lui le froid n'avait pas d'emprise sur lui. Sinon, à peine couvert d'un T-shirt et d'un jean complètement trempé, il serait mort de froid depuis longtemps. Le blanc immaculé commençait à lui donner la nausée aussi lorsqu'il aperçut une forme marron vert dans la neige, il s'en approcha curieux. Plus il s'approchait plus la forme ensevelie sous la neige prenait la silhouette d'un corps humain. Soulevées par le vent des mèches blondes tournoyaient autour d'une tête face à terre. Julien sentit son cœur se serrer, pris d'un mauvais pressentiment il se précipita vers la victime. La tache marron n'avait rien à voir avec du bois ou de la roche, c'était un blouson. Un blouson d'aviateur. Frénétiquement le jeune homme dégagea la neige puis assis dans la poudreuse, il retourna délicatement le corps gelé, le serrant contre lui, la tête calée dans son épaule. Il ne voulait pas le croire, il priait intérieurement pour qu'il se trompe que se ne soit pas elle. Il dégagea les cheveux pétrifiés par le gel et découvrit avec horreur le visage de sa sœur. Figé, les paumières closes, du givre recouvrait ses traits, ses cils et ses sourcils d'une fine pellicule blanche. Ses lèvres et ses oreilles étaient bleutées.

- Aurore répond moi ! Aurore !!

Sa vois s'étranglait, une peur panique s'emparait de lui, il ne voulait pas la perdre ce n'était pas possible. Pas juste après l'avoir retrouvée. Il lui fallut faire un énorme effort pour ne pas céder au désespoir, pour retenir les larmes qui montaient et l'angoisse qui écrasait ses entrailles. Il posa deux doigts tremblant sur la carotide de la jeune fille. Avec la peur au ventre, il tenta de déceler un pouls, un souffle de vie. Et lorsqu'il sentit un très faible battement, se fut son cœur qui fit un bon de joie. Aussitôt son esprit recommença à fonctionner efficacement. Il la dégagea complètement de la neige, essayant de l'en isoler le mieux possible en la prenant dans ses bras, puis il se concentra. Il n'avait encore jamais utilisé ses pouvoirs de cette façon et le contrôler ainsi était particulièrement difficile mais il essaya de diffuser de la chaleur dans son corps. Peu à peu, elle se réchauffait, reprenait des couleurs bien qu'encore très pale, ses extrémités n'étaient plus bleues, ses lèvres aussi reprirent une tinte plus rosé. Son pouls était plus perceptible et son souffle redevenu plus régulier, bien qu'encore trop lent. Beaucoup trop lent. Julien se releva, il devait la sortir d'ici au plus vite, trouver un endroit sec et faire un feu pour la réchauffer efficacement. A user ainsi de ses pouvoirs il allait s'épuiser et dans ce désert glacé c'était la mort assurée pour eux deux. Péniblement, maintenant ses efforts pour qu'Aurore soit au chaud, il reprit sa marche. Plus d'une fois, il faillit tomber à cause de la neige épaisse. Plus d'une fois, il chercha son chemin dans l'immensité blanche et le brouillard opaque. Plus d'une fois, il du faire des acrobaties et prendre des risque pour franchir des crevasses. Il était épuisé mais rien ne le ferait abandonner. Seule la survie d'Aurore comptait.
Soudain il eut un espoir. La neige se faisait moins épaisse et il arrivait à une zone où parfois la roche émergeait de la poudreuse. Il dégagea une zone de toute la neige et voulut s'y reposer un moment. Aurore n'avait toujours pas repris connaissance, il savait qu'elle n'était pas encore tirée d'affaire. Alors qu'il allait s'asseoir, un pic de glace passa à un cheveu de sa tête, le figeant sur place.

- Qu'est ce que tu as fait à mon amie sale monstre !! hurla une voix dans son dos.

Complètement déboussolé Julien se retourna vivement pour découvrir Loulou visiblement en colère. Il n'eut pas le temps de prononcer un mot que de nouveaux pics de glace surgirent du néant et foncèrent sur lui. Il les esquiva du mieux possible, impossible de se servir de ses pouvoirs avec Aurore dans les bras, impossible également de bouger librement. Visiblement Loulou le prenait pour Firemagma. Julien Profita d'une accalmie de quelques secondes pour déposer sa soeur sur le sol dans le but d'expliquer à Loulou la situation mais ce fut une erreur.

- C'est moi Ju…

Il esquiva de justesse une balle de givre qui filait à toute vitesse. Cette fois parfaitement ajusté les projectiles étaient bien plus durs à esquiver l'empêchant de reprendre son souffle pour parler.

Jusqu'à maintenant, croyant Aurore en danger et surtout otage, la louve avait pris soin de ne pas le toucher mais maintenant, elle y allait de bon cœur. Elle ne voulait lui laisser aucune chance, elle se souvenait parfaitement du combat que Firemagma avait livré avec Indiana.
Julien tenta de s'approcher d'elle, il devait la raisonner, lui montrer ses yeux, lui prouver qu'il n'était pas l'autre. Ses deux mains s'enflammèrent et il dévia plusieurs projectiles et parvint à s'approcher assez près de Loulou pour l'immobiliser le temps de lui parler, mais un pieu de glace surgit soudain du sol juste sous ses pieds. Il se décala en arrière de justesse pour éviter d'être empalé mais le pic traça une large marque rouge sur son torse. Il bascula au sol en hurlant tant la douleur fut vive.

Le reste se passa très vite. Loulou voulut profiter de cet instant pour l'achever, toujours persuadée qu'il s'agissait de son ennemi mais le cris du jeune homme avait fait s'effondrer la neige en aplomb de l'abri de fortune de Aurore. Sans réfléchir plus, la louve se concentra sur la neige et la figea dans une vague de glace dure. Ce fut à ce moment qu'elle réalisa que son adversaire s'était précipité lui aussi vers Aurore pour la protégé au lieu d'en profiter pour l'attaquer ou s'enfuir. Ce fut à ce moment qu'elle réalisa son erreur et lorsqu'il tourna la tête vers lui, elle vit la vérité dans ses yeux verts.

- Ju… Julien ?

L'humain acquiesça de la tête tout en reprenant la jeune femme dans ses bras.

- Je suis désolée j'ai cru que…
- C'est bon, je sais. C'est pas la première fois que je prends pour ses conneries.

Son ton était plus dur qu'il ne l'aurait voulu. Oui il en voulait un peu à Loulou mais il en voulait surtout à ce démon qui lui pourrissait la vie et à lui-même qui l'avait engendré.

- Je t'ai blessé, pardon je…
- C'est juste une égratignure, mentit le jeune homme en dissimulant mal la colère dans sa voix. Sortons d'ici !

Ce fut d'un ton découragé, las, que Julien exprima son désir de partir. Il n'avait de nouveau plus qu'une idée en tête, mettre Aurore à l'abri de la neige et du vent glacial. Il se remit en marche, ignorant royalement la douleur et le sang qui imbibait son t-shirt. Loulou le suivit sans dire un mot, honteuse de sa méprise, elle avait les oreilles couchées et n'osait pas le regarder en face. Elle essuya les larmes naissantes et lui emboîta le pas.


Enfin au bout de deux heures de marche, ils sortirent des névés. Julien les entraînait plus bas, vers le col. Il cherchait un renfoncement dans la roche pour les abriter du vent mais ce fut vain. Se fut sur une partie un peu plus plate mais sans végétation qu'il s'arrêta enfin. Il posa Aurore par terre, le plus délicatement possible, et vérifia son état. Chose rassurante, elle semblait avoir moins froid, les couleurs étaient revenues sur ses joues, son souffle était lent mais régulier, mais elle n'avait toujours pas repris conscience. Loulou s'approcha, elle s'installa à côté de la jeune femme, posa la tête d'Aurore sur ses genoux et passa sa queue touffue sur sa poitrine pour la maintenir au chaud. Elle déposa également sa veste noire sur les jambes de la jeune femme.

- Elle est en hypothermie, il faudrait l'abriter du vent sécher ses vêtements et faire un feu pour la réchauffer.
- Je vais essayer de trouver du bois ! s'exclama Julien en tournant les talons.
- Il faut soigner ta plaie aussi.
- Après ! C'est pas urgent.

Ton sec et sans appel. Loulou n'osa pas protester. Elle le regarda partir jusqu'à ce qu'il disparaisse derrière le flanc de la montagne. Elle se concentra alors sur Aurore essayant de la réchauffer au mieux. Elle devait la mettre à l'abri du vent glacial qui soufflait de plus en plus fort. Avec ses habits trempés cela n'aidait pas l'humaine bien au contraire. Mais comment faire? Loulou eut une idée, elle tendit la main devant elle et ferma les yeux pour se concentrer.
Lentement au début, puis de plus en plus vite, un dôme de glace se forma. Un igloo. Elle savait qu'à l'intérieur la température s'élèverait un peu et surtout, elles seraient à l'abri du vent. Lorsque Julien leur aurait ramené du bois, ils pourraient faire un feu et sécher leurs vêtements.
Trop concentrée à sa tache, elle ne fit pas attention à la caravane de cavaliers dévalant la pente qui venait dans leur direction. Lorsqu'elle les entendit, il était trop tard. Les cavaliers les avaient vues. Le chef arrêta la troupe et désigna deux cavaliers pour venir avec lui. Ils s'approchèrent des filles. Loulou surprise les contempla. C'étaient des chevaliers qu'on aurait crut tout droit sorti d'un livre d'histoire. Croyant avoir une chance elle les accueillit en souriant.

- S'il vous plait mon amie est…
- Est ce ton œuvre ?

Un ton sec et impératif. L'homme qui avait parlé portait une armure sombre, son écu arborait un blason tout aussi noir de même que son cheval un étalon ébène était paré de sombre. Il ne prit même pas la peine de le relever son heaume pour s'adresser à la louve. Il désignait la construction de glace de la main. Loulou soudain inquiète de cette attitude pour le moins agressive répondit d'une toute petite voix.

- Oui pour…
- Sorcière !!!

Ils avaient tous hurlé ensemble, un mouvement de colère parcouru les rangs de la caravane. Des oriflammes aux couleurs macabres s'agitèrent, ce qui glaça le sang de l'hybride. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, elle se retrouva complètement encerclée. Celui qui avait parlé était descendu de son cheval et s'était approché d'elle en dégainant son épée.

- Je ne suis pas une sorcière. Tenta de se justifier la louve.
- Silence sorcière ! cria l'humain.

Le pommeau de son arme s'abattit violemment sur la tête de la louve. Elle s'effondra sur Aurore sans un cri.

- Que fait-on d'elle seigneur Khan ? Demanda un des chevaliers resté sur son cheval.
- Ce n'est pas à nous de juger du sort des sorcières, il faut les ramener au château, le roi et les mages prendront la décision. Mettez les dans le charriot de tête on repart ! ordonna le chevalier qui avait frappé la louve en rengainant son épée.
Puis lorsqu'il remonta en selle un sourire apparut sous son heaume.
- En général c'est le bûcher que l'on réserve aux sorcières après la torture.

D'un mouvement de la main, il ordonna à sa troupe de partir. Très vite il n'y eut plus personne de visible. Seule le dôme de glace, la veste de Loulou et quelques rares traces de sabots subsistaient.



Inconscient du drame qui se jouait Julien cherchait frénétiquement du bois. Et manque de chance il ne semblait pas avoir de forêt dans le coin. Il dut parcourir quelques kilomètres au pas de course pour enfin dénicher un vieil arbre mort. Il se chargea au maximum et faisant encore une fois abstraction de ses douleurs, il repartit aussitôt. Il ne voulait pas perdre de temps. Il ne voulait pas laisser Aurore seule trop longtemps.

En revenant il ne trouva personne. Dans un premier temps il crut s'être trompé d'endroit pourtant l'igloo en train de fondre et la veste de Loulou qui accrochée à une aspérité du sol ne parvenait pas a s'envoler le persuadèrent du contraire. Où pouvaient-elles être ? Julien posa son fardeau et entreprit de fouiller les environs. L'espoir qu'Aurore ayant reprit connaissance se soit lancée à sa recherche se dissipa aussi vite qu'il s'était formé. La louve n'aurait pas laissé sa veste. L'angoisse, la panique gagna rapidement le jeune homme lorsqu'il ne trouva pas la moindre trace des filles. Ce n'était pas normal. Cherchant plus attentivement, il découvrit les traces des chevaux. A peine visible tant le sol de roche était dur pourtant il était persuadé de ne pas les avoir vu avant. Il chercha à comprendre la direction prise par la caravane car pour lui cela restait la seule piste tangible. Il se mit en route, obsédé par l'idée de retrouver Aurore. Il ne pouvait pas la perdre de nouveau. C'était impossible, il se l'interdisait, il ne le supporterait pas. Julien partit au pas de course mais au bout d'une demi heure d'effort alors qu'il dévalait toujours la montagne vers un col, il dut s'arrêter à bout de souffle, plié en deux par la douleur. A peine visible car trop foncé, son t-shirt était imbibé de sang et commençait à goutter par terre et sur son jean. Malgré sa volonté, ses forces déclinaient à vu d'œil. Il devait se soigner. Sinon jamais il ne retrouverait Aurore. Restait à trouver un moyen de se soigner. Se cautériser ? Il y avait songé mais n'était pas certain d'y arriver sans tourner de l'œil. Pourtant il n'avait plus le choix. Serrant les dents, il concentra son énergie dans sa main droite. Il n'eut le temps de rien faire. Une masse noire s'abattit brusquement sur lui le déséquilibrant et le clouant au sol. Quelque chose s'appuya contre sa blessure, ce qui lui arracha un cri avant même de prendre conscience de l'identité de son agresseur.

- Aïe ! Arrête Descend !! Aïe Sora pousse toi vite tu m'écrases !!

La hérissonne toute à son excitation de retrouver son compagnon n'avait pas du tout fait attention, elle se releva précipitamment en se confondant en excuses. Puis elle l'aida à se relever. Saïko qui arrivait derrière fut moins exubérant dans l'expression de ses sentiments. Il se contenta d'une poignée de main. Puis visant la blessure de l'humain fronça les sourcils.

- Firemagma ?
- Non Loulou, soupira Julien avec un sourire triste qui se changea en grimace de douleur.
- Loulou ? Elle est ici ? Où ? Et les autres tu les as vus ?

Sora regardait partout autour d'elle se déplaçant en une fraction de seconde. Délivrée de l'emprise de son double, la hérissonne avait retrouvé son pétillant habituel.

- Non je vais vous expliquer.

Le groupe s'installa pendant que Saïko s'occupait de nettoyer et penser la plaie, Julien leur raconta tout. Aussitôt que le renard eut fini ses soins, il voulut repartir et tenta de se relever. La poigne ferme de Saïko et une vive douleur l'en empêchèrent.

- Hors de question, tu dois te reposer un moment. Tu n'aideras pas Aurore dans cet état tu risques de nous handicaper plus qu'autre chose.

Des paroles dures mais dites d'une voix calme et compatissante. Saïko comprenait l'empressement de l'humain, il avait le même empressement a retrouver Ama. La sagesse du renard toucha le jeune homme et bien qu'il soit en colère et frustré de ne rien pouvoir faire, il acquiesça.

- D'accord mais pas plus d'une heure ou on va les perdre.

Le pyrofox esquissa un sourire.
- On ne les perdra pas Firefox les a pistés et les suit à distance. C'est une caravane de cavaliers.

En faite les deux hybride avaient vu de loin la caravane remontant vers le col et par curiosité Saïko avait envoyé son esprit voir de plus prêt.
- Je vais chercher de quoi manger s'exclama soudain la hérissonne.

Elle s'éclipsa rapidement.



**
*



Siana !!!

Il faisait sombre, très sombre dans cette forêt marécageuse, l’épais feuillage d’arbres géants empêchait le soleil de percer. Anaîs se réveilla en sursaut. Elle peina à retrouver complètement ses esprits. Ses souvenirs étaient particulièrement embrouillés. Elle remarqua immédiatement qu'elle était empêtrée dans les lianes épaisses d'un arbre pas très haut mais large. Une essence qu'elle ne connaissait pas et qui à coup sûr ne venait pas de son monde. Il n'existait pas d'arbre à l'écorce mauve et à la frondaison rouge chez elle. Les lianes rouge plus sombre presque marron allaient de la plus fine de la taille d'un cheveux aux branches épaisses. La dhole essaya de se défaire de ce piège végétal en gesticulant, en tirant sur les liens. Mais il n'avait rien à faire. Loin de casser plus, elle tirait plus le végétal semblait voulait resserrer ses entraves. La jeune femme se calma. Elle pensa à sa sœur. Que lui était il arrivée où était elle ? Au main de la Hell School ? Elle en doutait. Leur don d'empathie lui permettait de savoir qu'elle n'avait rien, elle était même sereine pour le moment. Peut être était-elle perdue elle aussi dans ce monde étrange ? Lorsque elle reçut comme tous le message de la tour elle sut qu'elle trouverait sa sœur là-bas. Siana penserait surement qu'elle s'y rendrait aussi. Elle était si complémentaire qu'elles n'avaient pas besoin de communiquer pour savoir ce que l'autre pensait. Elle devait à tout prix sortir de ce piège. Elle tenta cette fois de se dégager plus doucement mais cela ne changea pas grand chose. Soudain un hibou se posa sur une branche non loin d'elle, comme pour la narguer il commença à hululer fortement.

- Tu voudrais pas me sortir de là ! railla-t-elle un peu en colère.
- C'est jouable, lança une voix un rien amusée.

Une voix qui ne venait pas de l'oiseau bien sûr mais du pied de l'arbre. Anaïs se tortilla un peu pour voir et fut surprise et heureuse de reconnaître le hérisson blanc.

- Myrage !!

L'hybride aussi semblait soulagé de la voir et sans attendre il commença à grimper dans l'arbre. A deux ils purent combiner leurs efforts pour desserrer les liens qui entravaient la dohle sous les piaillements d'encouragement du Hibou.

- Tes blessures sont guéries ? demanda un peu surprise la louve en tentant d'arracher la liane qui s'enroulait autour de sa jambe.

La dernière fois qu'elle avait vu le hérisson, il était en piteux état et aurait dû mettre des mois de convalescence pour récupérer complètement. D'un geste machinale Myrage se massa l'épaule.

- Oui je me suis réveillé en plein forme mais je ne saurais expliquer comment. Ca doit relever d'un pouvoir quelconque. Ou de ce passage dans ce monde étrange.
- Ca pour être étrange il est complètement anormal. Tu as vu la couleur de l'arbre ? D'ailleurs pourquoi il est aussi résistant cet arbre ?

Là était la véritable question et la situation commençait à aller de mal en pis. Malgré sa force hors du commun, Myrage n'arrivait pas à arracher les lianes. Il avait un mal fou à retirer les plus fines et les plus grosses ne bougeaient pas d'un pouce. Pis encore, elles semblaient animées d'une volonté propre et plus le hérisson s'acharnait, plus lui même se retrouvait pris au piège.

- C'est pas vrai ! Stupide plante ! grogna-t-il lorsque son poing droit se retrouva complètement bloqué.

Redoublant d'effort, les deux hybrides s'acharnaient et à chaque fois qu'il s pensaient parvenir à se libérer un peu, d'autre lianes venaient les paralyser ailleurs. Bientôt Myrage se retrouva comme la dhole complètement saucissonné la tête en bas.

- Tu parles d'un saveur ! se moqua-t-elle.
- Ho ça va ! Ce monde est trop étrange, le marécage, ce piaf pot de colle et maintenant les lianes. C'est pas mon jour.

Myrage était en colère, il se sentait ridicule, manquerait plus qu'il ait une vision pour parfaire le désastre. Comme vexé par ces paroles, le hibou poussa un long hululement et s'envola. Myrage le regarda s'éloigner avec un pincement au cœur pas qu'il se soit attaché à l'oiseau, il s'y était un peu habitué. Mais l'arbre ne lui avait rien il était toujours libre de ses mouvements. Pourtant il s'y était posé, cela donna une idée au médium.

- Peut être qu'il faut arrêter de se débattre, elles finiront par nous lâcher.
- Hum on a pas trop le choix de toute façon.

Les deux hybrides restèrent le plus immobile possible. Prisonniers de l'arbre, ils en profitèrent pour se raconter leurs aventures respectives. Mais au bout d'une heure d'attente, il ne s'était toujours rien passé.

- On est dans de beaux draps, soupira la louve.
- J'ai l'impression que l'immobilité ne marche pas.
Anaïs leva les yeux au ciel en répliquant.
- Et on fait quoi maintenant ?
- J'en sais rien. T'aurais pas un truc pour cramer tout ça ?
Myrage regrettait que Julien ne soit pas avec lui. Il se demandait où son ami avait pu atterrir. La louve allait répondre lorsqu’une voix légèrement moqueuse la coupa.
- He vous prenez le soleil ?
- Zeus ?! S'écrièrent les deux prisonniers d'une même voix.

Le jeune renard leur souriait au pied de l'arbre, sa petite dragonne lovée sur son épaule. Il semblait un peu amusé de la situation de ses amis. Il faut dire qu'entre Myrage suspendu la tête en bas comme un saucisson et Anaïs les bras liés au dessus de sa tête et les jambes dans une position fort inconfortable, il y avait de quoi rire. Le jeune renard se retint de le faire; leur situation n'avait en faite rien de risible.

- Attendez ! J'arrive ! dit-il en s'apprêtant à grimper dans l'arbre.
- NON !!!
- Surtout pas !!

Les deux avaient avait crié, figeant le renard sur place. Il leur adressa un regard surpris un rien effrayé par leur réaction. Myrage lui expliqua aussitôt.

- C'est un piège si tu cherches à nous aider tu vas te retrouver prisonnier toi aussi.
- Myrage c'est fait avoir ! confirma la louve.
Vexé, le hérisson pris une mine renfrognée en répliquant.
- T'étais pas obligée de le dire.
- C'est pas le moment de jouer la mijaurée, grogna la dhole. Zeus tu peux bruler la plante ?

Zeus se mit à réfléchir, bruler la plante semblait une bonne solution mais cela complotait un risque pour ses amis et surtout le feu n'était pas un élément qu'il contrôlait aisément. Il n'était pas certain de pouvoir gérer la situation. Et si il mettait le feu à toute la forêt ce serait une catastrophe aussi bien écologique que pour eux.

- Je sais pas si…

Le renard s'arrêta en plein milieu de sa phrase et tourna la tête vers Etherya. Le hérisson et la dhole comprirent qu'il discutait avec elle ce n'était pas la première fois qu’ils assistaient à un de leur échange muet. Le hibou revint à ce moment, il se posa sur la chaussure de Myrage et commença à la picorer affectueusement. Le hérisson blanc grogna en tentant de s'en débarrasser.
.
- Il faut de la lumière, la plante à peur de la lumière pour ça qu'elle pousse dans une zone ombragée.
- Comment tu le sais ? demanda un peu surprise Anaïs.
- C'est Etherya qui me l'a dit.
- Comment ELLE le sait ? insista Myrage.
- C'est ton copain qui lui a dit.

Le renard un peu amusé désigna le hibou de la main. Le hérisson voulut répliquer mais Zeus enchaina aussitôt.
- Fermez les yeux ! leur ordonna-t-il.

Le renard fit de même mais pour se concentrer, il mit ses mains en coupole et concentra son énergie. Un coup de chance la lumière était l'élément qu'il maitrisait le mieux et faire une boule lumineuse était à la porter d'un enfant. Normalement il devrait y arriver sans problème et surtout cela ne comportait pas le moindre risque. Une petite sphère de lumière se concentra dans ses paumes, elle se mit à enfler puis lorsque le renard la jugea assez puissante, il la leva au dessus de sa tête. Soudain se fut une explosion de lumière. Comme un flash. Si les hybrides n'avaient pas eu les yeux fermés, ils auraient été aveuglés. Ce fut parfaitement efficace : les lianes se rétractèrent vivement dans le tronc, libérant les deux prisonniers. Anaïs d'une pirouette agile, du à ses années de gym, retomba souplement sur ses pieds. Myrage s'écrasa la tête la première dans la mousse épaisse. Il jura contre ce monde en se relevant.
Enfin libres, ils ne s'attardèrent pas près de l'arbre et partir rapidement suivis du hibou. Ce ne fut qu'une fois à distance respectable du végétal qu'ils prirent connaissance des derniers événements.

Le récit de Myrage fut assez court et instructif, Zeus leur conta ses mésaventures et termina sur le tremblement qui l'avait guidé dans les parages.

- J'ai senti un tremblement de terre ,j’étais en route pour aller voir ce qu'il se tramait lorsque Etherya m'a dit de venir par ici. Le hibou est venu à notre rencontre et nous a guidés jusqu'à vous.
- Ce n'est donc pas un hibou ordinaire, murmura Myrage.
- Faut croire et toi Anaïs ?

La dhole marqua un temps d'hésitation. Devait-elle leur expliquer le chantage ? Avait il toujours court ou ce changement de monde les en avait elles libéré ? Elle commença son récit avec les événements de la prison recoupant ce qu'avait vécu Zeus, mais resta un peu vague. Elle avait à peine commencé qu'elle se plia soudain en deux en gémissant. Inquiète ses deux amis virent la soutenir. La louve était livide, se tenant le ventre et son bras, une expression d'horreur peinte sur le visage. Les deux garçons se regardèrent perplexes.

- Qu'est que tu as ?
- Ca va ?

Anaïs ne répondit pas elle ne les avait même pas entendus. Elle était concentrée sur ses ressentis. L'empathie avec sa sœur était forte proche de la télépathie. Elle ressentait la douleur mais aussi ses sentiments notamment la colère, une colère sourde dirigée vers quelqu'un. Elle comprit plus ou moins ce qu'il se passait. Siana avait engagé un combat et venait de se prend des coups.

- Anaïs qu'est ce qu'il y a ? insista le renard.
- C'est… C'est pas moi… Siana.

De nouveau les garçons se regardèrent jusqu'à maintenant, ils n'avaient pas conscience de la faculté des louves, elles n'en avaient jamais parlé.

- Ta sœur?
- Oui elle se bat.
Devant le regard interrogateur des deux hybrides, elle continua.
- Nous sommes empathiques.
- Contre qui elle se bat ? demanda Zeus les sourcils froncés.
- J'en sais rien.

Ce n'était pas vrai, la colère de Siana n'était pas celle qui normalement habitait la dhole lorsqu’elle affrontait un adversaire. Siana aimait se battre, se prendre des coups ne lui faisait pas peur. Non cette colère elle l'avait déjà ressentie dans la prison et dans le doute, elle préféra ne rien dire à ses compagnons.

- Ca va mieux, ma sœur sait se débrouiller, affirma-t-elle avec un sourire. Tu as parlé d'un tremblement de terre ?
Elle détournait la conversation ne voulant plus parler de sa sœur.
- Oui mais c'était beaucoup plus loin par là-bas.
- Allons-y ! suggéra le hérisson sans quitter des yeux la louve.

Il avait compris qu'elle leur cachait quelque chose. Ils marchèrent encore un peu avant qu'Anaïs fut prise de nouveaux malaises. La jeune femme se mit à gémir tenant son ventre une fois de plus. En plus de la colère, une vague d'angoisse et de peur l'envahit. Elle tomba à genoux, tout son corps n'était que douleur. Siana était en train de perdre son combat, elle prenait trop de coups. Lorsque ses poignets se mirent à lui bruler, la louve ne put retenir un cri et faillit défaillir. Puis tout à coup la douleur s'estompa presque totalement. Toujours présente mais en retrait et aux émotions de sa sœur disparues se substituèrent les siennes, l’inquiétude et l’angoisse. Jamais Anaïs n’avait senti autant de peur dans sa sœur, elle qui d'ordinaire se riait du danger. Elle était vraiment très inquiète pour elle. Elle se releva en tremblant. Elle devait leur dire. Ses deux compagnons l'entouraient, elle lisait une sollicitude dans leur regard qui la rassurait. Myrage l'aidait à se relever et la soutenait. Elle se dégagea en le remerciant. Elle allait mieux. Siana s'était évanouie, rompant plus ou moins le lien entre elle. Mais restait l'angoisse de la savoir blessée, peut être à la merci d'un ennemi. Alors qu'elle leur demandait de ne pas poser de question et de se remettre en route la louve resta un peu en arrière. Une brise se leva balayant ses cheveux. Un murmure parvint à ses oreilles. Un murmure qu’elle seule pouvait entendre.

- N'oublie pas notre contrat. Ta sœur est enfermée sans eau ni nourriture, elle ne tiendra pas plus de vingt quatre heures. C'est le temps que je te laisse pour éliminer un élève de la Luby School.

De nouveau Anaïs se mit à pâlir, les garçons s'arrêtèrent comme elle ne les suivait pas, prêts à revenir en arrière. Elle dut se reprendre très vite. Maintenant elle n'avait plus le choix. Elle avait lié une certaine amitié avec eux mais Siana restait sa priorité. Elle se force à sourire et se redressa. Sa décision était prise, elle allait obéir mais pas maintenant. Même avec l’effet de surprise, elle n’aurait pas l’avantage. Elle trouverait une meilleure occasion plus tard. Vingt quatre heures.

- Elle va mieux, mentit-elle. Allons y faut trouver cette tour et l'origine de se tremblement.

Comme pour lui donner raison, la terre bougea de nouveau. Le hibou s'envola de son perchoir et fila droit devant. Sans se concerter, les trois hybrides le suivirent. Myrage jeta encore un œil à la louve, un mauvais présentement ne le quittait pas.

Les trois jeunes gens débouchèrent rapidement dans une clairière accolée à une falaise. Tout trois se figèrent de stupeur. Au milieu des hautes herbes, il y avait un enfant, une petite fille dépassant à peine. Vêtue d'une robe rose déchirée, ses longs cheveux blond décoiffés, elle fixait effrayée un monstre qui la menaçait. Il ressemblait à un scorpion d'au moins trois mètres de long, sans compter les deux énormes queues recourbées au dessus de son dos dont les dards suintaient de poison. Lorsqu’il vit les nouveaux arrivant, la chimère fit claquer ses énormes pinces et abandonnant l'enfant, se précipita vers les hybrides à une vitesse phénoménale.



Revenir en haut Aller en bas
Zalosta
Ghost of Romantic Tranceiver
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Sam 20 Aoû - 21:10

Chapitre 19 – Princesse, mensonge ou vérité ?

Soucieuse, voir un peu perfectionniste, Capi agita doucement ses doigts vers l’éboulis qui lui était apparu, zoomé droit devant elle. Du lierre commença à s’infiltrer entre les pierres, une fine couche de poussière recouvrir le tout.
« Et voilà. » Fit-elle simplement, zoomant d’un geste circulaire pour vérifier que tout était impeccable.
Comme ça, cet accident de terrain faisait vraiment mine de rien. Cet aigle, songeait-elle, ne prenait pas assez de précaution. Un éboulis neuf était plus, beaucoup plus facile à repérer qu’un vieux. La vue de la prison arrangée de Siana s’évanouit alors vers la position de son pion, posé de travers sur le plateau. Puis, la féline détourna son attention vers les autres pions. Pas de favoritisme, pas de favoritisme. Fermant les yeux, elle entreprit de se reposer quelques instants, se coupant de l’omniscience offerte par le jeu. Elle avait beaucoup de pions à gérer, et il était de plus en plus dur de garder la main absolument partout. Elle n’est pas du style à faire la sieste, mais fermer les yeux en silence lui permettait de se ressourcer. Les directeurs ne lui en voudront pas pour ça.

Loulou s’éveilla soudainement dans la caravane en compagnie d’Aurore. Ce n’était vraiment pas le moment pour se reposer, aussi s’étonna-t-elle d’avoir succombé aussi facilement à la fatigue. Elle se rapprocha rapidement de l’humaine, posant ses mains sur ses joues. C’était bien trop frais pour la normale. Loulou rajusta ses yeux à la pénombre : il faisait presque nuit dehors, seuls quelques chevaliers tenant une faible lumière à l’extérieur permettait un maigre aperçu du contenu de la caravane transportant les prisonnières. Ce peu lui permit tout de même de remarquer qu’une épaisse couverture avait été déposée sur l’humaine. Un des chevaliers était moins bête que prévu, et avait noté le mal d’Aurore ? Pourquoi pas, songea Loulou, ce monde était tout à fait décalé, c’était quelque chose qu’il fallait prendre en compte. Elle se colla directement à Aurore, replaçant convenablement la couverture autour de la jeune femme. L’hybride plaça ses bras autour de ses genoux, qu’elle avait regroupé sous son menton, et se résigna à attendre qu’ils s’arrêtent quelque part. Par la fenêtre de leur prison mobile, elle repéra une brève volute orangée. Clignant des yeux, elle crut voir la silhouette d’un renard… qui lui intimait de faire silence.
« Ok, merci, c’est sympa ! » Grogna Loulou pour elle-même.
D’un côté, elle était énormément rassurée de la présence du Firefox vers elles. Ça voulait dire qu’on savait qu’elles étaient absentes, donc qu’il y avait de forte chance qu’elles soient tirées d’affaire. Autant suivre le mouvement en attendant les secours.
Loulou n’avait pas de montre sur elle, et sans réelle notion du temps dans cet endroit si sombre et exiguë, elle ne sut pas exactement quand la caravane s’arrêta : elle pila net sur le chemin, tandis qu’un mouvement de masse se poursuivait à l’extérieur. La louve changea de place, se mettant entre Aurore et la sortie. La prison mobile s’ouvrit alors sur des mains de chevaliers peu enclin à les laisser filer : deux paires vinrent attraper Loulou, trois autres vinrent transporter Aurore avec déjà un peu plus de douceur. Avant même de pouvoir voir l’allure de l’extérieur, on banda les yeux de l’hybride et on lui colla rapidement un bâillon pour éviter qu’elle puisse brailler. Elle ne protesta pas, en sachant très bien que de toute façon le Firefox verrait toute la scène et surtout le trajet emprunté. Elle estima qu’Aurore était sous bonne garde puisqu’elle n’avait pas été affublée du doux « sorcière » plus tôt. A moins qu’elle la prenne pour une complice ? Non, quand même pas. L’hybride fut traînée sans ménagement à travers ce qu’elle identifia comme de long couloir, dont ne ressortait aucune odeur. Le sol était dur sous ses pieds malgré la présence d’un tissu, fin tapis qui ne résistait guère aux pas bruts des chevaliers. Rien de spécial ne parvenait à ses oreilles : il n’y avait que des conversations murmurées à travers des cloisons, d’autres passages de pas lourds vers eux. Aucun coups, rien de spécialement menaçant. Au moins, on ne la menait pas droit dans un donjon ou quelque chose de similaire. Détail un peu plus inquiétant déjà, on lui colla une espèce de truc, en étant très précise, au cou. Elle sentit une vague piqure la gêner, manquant de lui faire manger son bâillon de surprise. Elle entendit un bref cliquetis, quelque chose s’activer. Bougeant sa tête légèrement, elle nota que ça ne la gênait pas. Les chevaliers reprirent ensuite leur avancée, plus lentement cette fois. Visiblement, la pose de cet appareil était plus responsable de leur précipitation que le fait qu’elle soit considérée comme une sorcière. Enfin, ils s’arrêtèrent : elle put repérer la présence des trois autres chevaliers transportant Aurore derrière elle.
« Au moins, je sais qu’elle est avec moi, c’est déjà ça. » Se Loulou, soupirant discrètement de soulagement.
On lui retira son bandage et son bâillon presque en même temps. Avant même d’avoir pu sortir le moindre mot, elle fut frappée par la lumière ambiante. Plutôt physiquement : elle dut fermer les yeux et grogna même, agacée de cette agression visuelle. Tout, tout était brillant ! Ça contrastait terriblement avait la pénombre dont elle s’était accoutumée plus tôt. Après trois ou quatre brèves minutes, elle réussit à détailler maigrement son environnement. C’était une sale de trône, à n’en point douter : au centre était placé en évidence un fauteuil massif, autour, des gros coussins qui paraissaient à Loulou bien moelleux. Tout était blanc ou dans une teinte de gris approchant. Chromé. Ça aussi changeait grandement de l’aspect sombre des chevaliers. Quelque chose n’était pas très logique dans ce tableau. Son attention se détourna rapidement lorsqu’elle remarqua la hauteur de la salle : c’était tout simplement immense. D’énormes colonnes soutenaient un plafond recouvert d’une fresque semi transparente, changeant sur plusieurs points. On aurait dit un tableau d’information qui changeait en temps réel : Loulou pouvait repérer la présence de chevalier comme ceux qui la tenait… Oh, sa propre présence à elle-même aussi, dans un coin. La météo, l’avancement extérieur de la journée était mis en évidence à travers un genre de cadran, droit devant le trône. Le roi pouvait, selon elle, avoir une idée directe de l’heure qu’il était. Elle fut presque rassurée de voir ce genre d’indicateur de temps : elle était complètement déboussolée, et maintenant, ravie de voir qu’il était un peu plus de deux heures du matin. Tournant le regard, elle put apercevoir ce qu’elle pensa être des servantes : des humaines taillées comme des baguettes vaquait ici et là, tenait parfois un objet en main. Elles avaient presque toutes les cheveux blancs, ou très clairs globalement.
Tout était accordé. Sauf ces chevaliers qui la maintenait. Baissant la tête, elle ne put voir la tronche du collier qui lui donnait des pulsions quelque peu claustrophobes, mais elle imagina rapidement qu’il était aussi blanc que le reste.
Rapidement, un drôle d’individu vint s’installer sur le fauteuil royal. Il n’était pas affublé d’une couronne, contrairement à ce que Loulou aurait pensé voir, mais plutôt d’un air pressé signifiant qu’on l’avait fait venir en express ici. Immédiatement, elle se retrouva contre le sol, les chevaliers s’étant mis à genoux pour signaler leurs respects envers leur souverain. Un long moment de silence survint, dans lequel Loulou pouvait discerner le presque agacement du roi, qui ne semblait vouloir que retourner à ses occupations précédentes.

« Parlez, je vous écoute. Annonça-t-il, provoquant le retour des chevaliers à leur position initiale. Surprise par ce mouvement brusque, la tête de Loulou mit un certain temps à retrouver ce repère.
- Notre inspection de la tour s’est fait sans encombre. Rien n’a changé, ni chez la Princesse, et encore moins ses… habitudes. »
Le chevalier qui avait parlé semblait se frotter la joue en grognant, ponctuant l’idée d’une très brève rébellion de la part de la dites princesse.
« Nous avons trouvé ces personnes sur le chemin du retour. Celle-ci et une sorcière, nous l’avons pris par surprise, pendant qu’elle créait un genre de dôme gelé. Seigneur Khan a jugé bon de vous la ramener. Nous ne tolérons pas les sorcières en liberté. »
Le roi hocha la tête, confirmant cette idée.
« Où est actuellement Khan ?
- Il est partit s’occuper du bûcher, il … »
Aussitôt, le roi se leva en poussant un bref cri. Effrayant les chevaliers et Loulou par la même occasion, il aboya :
« De quel droit ! Je lui avais pourtant dit de ne pas allumer de feu de joie pour la semaine ! »
L’hybride cligna des yeux, peinant à enregistrer ce qu’elle venait d’entendre. Elle venait d’échapper aux flammes. L’explication vint rapidement : le roi semblait faire les cents pas, envoyant silencieusement une servante courir prévenir d’éteindre le petit barbecue.
« Nous devons éviter de nous faire remarquer. On nous a prévenu de malheurs, d’un changement de situation si on ne prenait pas soin de notre sécurité. Quel courge ce brave Khan, il n’écoute jamais. »
Gêné d’entendre le roi parler de leur supérieur comme ça, le chevalier qui avait parlé principalement attrapa Loulou et la souleva comme si elle ne pesait rien.
« Donc ça, j’en fais quoi ? » Demanda-t-il, visiblement déçu de ne pas pouvoir transformer la louve en cendre.
Les autres chevaliers eurent le même mouvement concernant Aurore. Le roi, en la repérant, sursauta presque.
« Diantre qu’elle me parait forte ! » S’exclama-t-il, descendant aussitôt de sa position pour observer la jeune femme de plus près.
A l’évidence, elle échappait totalement aux standards locaux concernant les jeunes femmes. Le roi réfléchit un bref instant, puis appela d’un claquement de doigts plusieurs servantes.
« Elle me servira, pour ou contre sa volonté. Inutile de lui poser un Bloqueur : comment une si belle jeune femme peut-elle être dangereuse ? »
Loulou vit Aurore se faire transporter par les menues jeunes femmes, qui semblaient souffrir en la posant dans une civière de fortune. Un Bloqueur ? Ça devait être ce qu’elle portait au cou, à n’en pas douter.
« Concernant celle-là… Sorcière ou non, je n’adhère pas à la politique des gamines entre les barreaux d’une prison. Laissez-là ici, chevaliers. Les mages ne devraient pas tarder à rentrer, vous n’avez plus rien à craindre. »
Ils hochèrent la tête, lâchant aussi sec Loulou au sol. Les chevaliers effectuèrent un demi-tour net, suivi d’une brève courbette de respect à leur roi.
La louve se massa la tête, agacé d’être transbahutée comme un sac à patate dans tous les sens. Le roi s’approcha d’elle sans aucune crainte, se baissa même à sa hauteur.
« Quel est ton nom ? » Demanda-t-il doucement, mais sur un ton dont on ne pouvait se dérober.
L’hybride le détailla rapidement avant de pouvoir répondre. Il ne semblait pas bien vieux pour un roi, il devait tout juste approcher de la cinquantaine à peine. Ses cheveux, par contre, étant blancs comme la neige, ses yeux gris tiraient sur le vert. Il ne semblait pas tyrannique, ni effrayant. Ça semblait être un roi lambda, d’une région tout aussi lambda. Chromée. Mais lambda.
« On m’appelle Loulou.
- Bien. Je suis le roi Genghis, souverain de cette région. Les grands gaillards qui t’ont amenés sont les sbires du seigneur Khan, mon subalterne direct. Tu devrais plus les craindre eux que moi. »
Il se releva, invitant la louve de faire de même. Il prit une tablette vierge de toute écriture sur son trône, et revint vers Loulou en tapotant légèrement sur l’objet. En une demi-seconde, un bruit de glissement se fit entendre, et une petite parcelle des informations tournant sur le plafond vint se greffer sur la tablette.
« Si je puis me permettre, je trouve ça plutôt ironique de m’accuser de sorcière quand on peut faire ce style de tour de magie. » Grogna la louve, boudant presque de cette innovation.
Le roi eut un rire léger, et s’expliqua en lui présentant la tablette. On pouvait les voir tous les deux discuter d’une manière quelque peu schématisée. On pouvait par contre très bien distinguer qui était qui.
« La magie, dans cette région, n’est donnée qu’aux descendants de famille de mages, ou de magiciens aidant le royaume. Tu me suis ? Ceux qui naissent sans antécédents sont considérés comme hors la loi. Le peu qui a pu se développer… Ça n’a rien donné de bon. Prenons comme exemple cette Tour en or… »
Loulou concentra aussitôt son attention sur les paroles du roi. Des infos sur la tour dorée ? C’était pour elle !
« … Une princesse y est enfermée depuis des années. Elle ne vieillit pas, malgré le Bloqueur qu’on a réussi à lui poser fut un temps. Mon grand-père est responsable de son emprisonnement. Diverses histoires sont racontés sur elle, certaines plus noires que les autres. Elle n’a pas fait de bien à notre région, loin de là. Comme nous n’avons pas pu nous débarrasser d’elle, nous l’avons simplement enfermé dans cet édifice. Nous attendons un changement, et voilà nos prières exaucées par la venue d’un groupe massif d’inconnus dans notre région. »
Il sembla attraper une autre information de son plafond, présentant successivement la position des compagnons et ennemis de Loulou.
« Vous devez savoir alors que nous sommes censés atteindre cette tour au plus vite. Le souci, c’est qu’on nous as pas expliqué… Pourquoi. En gros, c’est le premier qui y arrive qui a gagné. »
Genghis hocha la tête, faisant signe à Loulou de le suivre lorsqu’il se dirigea vers son trône.
« Chaque chose en ce monde est sensé vous aider dans votre quête. Oui, nous avons eu aussi un message similaire. Nos mages vous ont vus arriver, toi et ton amie. Vous devez donc savoir pourquoi cette tour doit être atteinte au plus vite, suivant nos intérêts. »
La venue d’une raison valable était presque bénéfique à Loulou, qui en avait marre de se balader sans but précis, sauf pour le doux mot « victoire » et leur retour à la maison. Elle écouta donc attentivement le pourquoi de cette hâte vers la tour.
« La Princesse est prête à tout pour se libérer. Si ça arrivait… Imaginez si son pouvoir tombait entre d’encore plus mauvaises mains. Loulou, vous semblez avoir le cœur juste. Ce sont vos ennemis qui risquent la perte de cette région, je me trompe ?
- Effectivement, la Hell School est prête à tout pour casser les pieds, de toute façon, grinça-t-elle.
- Je comprends. Voici donc ce que vous devez faire en priorité, pour gagner votre retour… Et pour tous nous sauver. Vous devez vaincre la princesse tant qu’elle possède son Bloqueur. C’est le seul moment opportun pour vous. Et quand je dis « vaincre », prenez bien le mot dans le sens « tuer ». Elle est extrêmement dangereuse. Il vous faudra profiter du moindre moment possible pour l’avoir une bonne fois pour toute. En tant que… Sorcière, ça devrait être dans vos cordes. Nous sommes obligés de lui rendre visite une fois par semaine pour s’assurer qu’elle soit toujours présente… Ou simplement, qu’elle soit vivante ou non. Vous pouvez mettre fin à ces allers retours stupide, et qui vous ont couté votre liberté. »
Il attendit qu’elle ait bien assimilé les informations. Elle semblait avoir légèrement pâlit. L’idée de tuer une personne de sang-froid ne faisait pas vraiment partie de ses objectifs ici.
« Tuez la Princesse. Vous n’aurez plus ce Bloqueur sur vous, lorsque vous en aurez fini. Je ferais en sorte qu’il soit réglé au minimum, pour que Khan puisse garder un semblant de contrôle sur votre présence dans ce monde, au moins. Nous pouvons connaitre l’emplacement d’à peu près tout le monde, mais ne pouvons agir dessus. Permettez d’être soumise à ce collier sagement, et … Enfin, ça nous évitera de vous injecter plus rapidement le poison qui parcourt déjà vos veines. Obéissez, et vous n’aurez pas à songer à sa présence même. Essayez de vous échapper… Je vous laisse imaginer ce qu’il va vous arriver. »

Aurore se réveilla avec une impression désagréable. D’être plus légère qu’à l’accoutumée. Elle fut rapidement centrée sur l’idée lorsqu’elle sentit l’absence de ses vêtements qu’elle portait d’habitude. A la place, elle était affublée d’une robe étrange et plutôt fine, garnie de parties métalliques décoratives à certains endroits, notamment ses hanches et ses épaules. Agacée par cette fantaisie, elle se leva aussitôt de sa position. Il s’avérait qu’elle était allongée sur un tas de coussins posés en vrac dans une pièce à l’allure confortable. On aurait dit un lieu de vie, à en juger par la présence de bouquin recouvrant certaines parcelles du sol, de la table basse portant encore les restes d’un casse-croute rapide. Plus agaçant, elle ne trouvait pas ses vêtements dans son champ de vision. Elle se leva doucement, sentant sa tête tourner encore. Elle ne savait pas où elle était, mais ses sens lui indiquait que son frère et Loulou n’avait pas été loin par le passé. Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Tâtant les coussins, elle fit face à une nouvelle personne. C’était une gamine, à peine quinze ans, venue pour ranger ce qu’il y avait d’éparpillé sur la table. Elle ne semblait nullement gênée par la présence d’Aurore. Cette dernière l’interpella.
« T’es qui ?
- Euh…
- J’suis où ?
- Eeeh….
- Mes fringues. Rends moi mes fringues ou je te DEMONTES. »
Quelques secondes après, la gamine récupéra les anciens vêtements d’Aurore, qui se changea aussitôt, non sans balancer largement les horreurs qu’elle portait précédemment.
« C’est la tenue conventionnelle des serveuses, euh… Je ne sais pas si j’ai le droit de vous rendre vos vêtements…
- Serveuse ? Et puis quoi encore. »
Elle remarqua rapidement que la gamine portait exactement ce qu’elle avait sur le dos précédemment, dans un format largement plus petit. Etrange.
« Il n’y avait pas un blondinet qui me ressemblait avec moi, ou une louve qui a l’air toujours de tirer la gueule ? » Demanda-t-elle, posant ses fesses vers la table basse, évaluant la tronche des petits biscuits qu’elle avait maintenant devant elle.
La gamine lui répondit qu’un hybride répondait à cette description, et qu’elle s’entretenait actuellement avec les mages du roi Genghis.

« Donc, les mages, c’est eux. »
La gamine était littéralement attachée au bras d’Aurore, lui suppliant maintes et maintes fois de faire marche arrière. Il n’y avait pas à dire, c’était peine perdue. Son format était aussi parfaitement ridicule face au mètre soixante-quinze de la jeune femme. Les mages se retournèrent d’un bloc, ainsi que Loulou, qui se jetât littéralement sur Aurore pour s’assurer qu’elle allait bien. Les mages, c’était un groupe d’une demi-douzaine d’humain plus ou moins vieux, vêtus tous d’une manière différentes : deux d’entre eux portaient un genre d’armure pourvue d’une cape, les autres tenaient plus du chevalier, le plus vieux portait sur son dos une grande robe caractéristique d’un mage sorti d’un plateau de jeu fantastique divers. Ils paraissaient tous surpris de l’irruption d’Aurore en plein milieu d’une discussion qui semblait sérieuse. Rapidement, Loulou fit un topo à Aurore de la situation, et du comment elles étaient arrivées ici. La gamine n’avait pas lâché le bras de la jeune femme, tétanisée par la présence des mages.
« Ils m’ont donnés cet objet : ça devrait éliminer une bonne fois pour toute la Princesse. Avec ça, on aura gagné. On rentre chez nous ! On retrouvera directement Julien, Saïko, Sora, tout le monde à la maison ! »
L’idée d’en finir rapidement avec cette histoire enchantait Aurore. Se rendant compte qu’elle avait encore la morveuse agrippée au bras, elle tenta de la décrocher en agitant fermement son poing dans toutes les directions.
« Permettez les mecs, on sort quelques minutes. Vous en aviez finit avec elle, on peut repartir à l’aventure, sur ce, bye bye, portez-vous bien ! » Lança Aurore en attrapant Loulou, la trainant vers la sortie, fermant brutalement la porte derrière elles.

Une fois de retour dans la salle de vie des servantes, elle décrocha méticuleusement la gamine de son bras pour la laisser tomber dans une pile de coussin, et relâcha calmement Loulou de son emprise nerveuse.
« Là, on va enfin pouvoir discuter tranquillement. »
Loulou lui tendit enfin l’objet qu’elle avait acquis, laissant Aurore le détailler par elle-même. C’était un objet entièrement constitué de chrome, cubique, portant des inscriptions incompréhensible sur quatre faces. Les deux autres, opposées, ne comportait qu’une pierre incrustée bleuâtre, changeant parfois de couleur selon son orientation à la lumière. Perplexe, Aurore lui demanda comment ça allait être utilisé, songeant au fait qu’assommer la Princesse avec ce truc ne suffirait surement pas, vu sa puissance.
« Ils m’ont juste dit de le lancer dans sa direction. Apparemment, elle ne pourra rien faire contre ça, tant qu’il y a un contact physique avec ce truc.
- Je… Pourrais vous accompagner ? »
Loulou et Aurore fixèrent la gamine ensemble. Chétive était faible pour qualifier sa carrure, ses cheveux blancs tirant sur le bleu s’arrêtant vers le milieu de son dos. Ses yeux étaient orangés, mais relativement calme, voir même effrayés par la présence des deux femmes.
« Ça fait un moment que je songe à m’échapper, je veux voir l’extérieur… Je pourrais vous être utile, je connais la région mieux que quiconque ! J’appris beaucoup de carte, et je connais presque par cœur le plafond du roi. Je peux même le faire apparaitre. S’il vous plait, prenez-moi avec vous ! »
Aurore lui demanda son nom aussitôt, embarquant des paquets de biscuits dans ses poches.
« Je m’appelle Karmen ! » Répondit aussitôt la gamine, comprenant qu’elle était « engagée » par Aurore à les suivre. Loulou fouilla dans la pièce de vie pour trouver à Carmen de quoi se cacher pour sortir, puis elles convergèrent vers la porte les menant vers le couloir. Guidées par Karmen, elles progressèrent sans se faire repérer jusqu’à la sortie du château. Elles évitèrent difficilement les chevaliers du soldat Khan, mais réussit à sortir était plus simple que prévu… Moins d’un coup en remarquant que le roi les attendait sagement, assis sur un tabouret de fortune près de l’entrée.
« L’idéal aurait été de demander, je vous aurai autorisé. » Dit-il, vérifiant l’état de ses ongles.
Pétrifiées, les filles s’attendirent à une lourde représailles… Mais furent bien surprise en entendant Genghis dire :
« Je n’aurai qu’un conseil à vous dire : évitez les soldats de Khan. Ses méthodes sont bien plus brutes contrairement aux miennes. Maintenant qu’il sait qu’il ne peut plus faire de bûcher ici… Il trouvera sûrement le moyen d’en faire un ailleurs. Je ne pourrais l’empêcher éternellement de faire ce qu’il fait. Donc, faites vite. Détruisez cette princesse, et retournez chez vous. »


Kuromu s’afférait à faire un trou dans la végétation, sa sœur papotant avec Milkya de truc de fille. Firemagma, dans son coin, essayait de prendre des informations concernant cette tour dorée. Le chevalier avait donc jugé utile de lui montrer directement. Abbott installa alors un zoom rapide de la zone dégagée par le chevalier, présentant à tous une sorte d’interface holographique à titre d’écran. De jolis créneaux dorés, des briques de la même couleur…
« La tour en or ! Elle a été construite il y a quelques générations par l’ancêtre du roi de la région actuel. A son sommet réside une princesse. C’est un hybride félin, d’après ce que j’ai pu comprendre. Elle a été enfermée pour suspicion d’actes de terrorisme envers le royaume.
- Suspicion ? Souligna Milkya.
- Exactement, puisque plus personne n’est vivant encore pour confirmer ce qui a été fait. D’atroces histoires ont été fomentées à son sujet. En grimpant au-dessus de la tour, vous rentrez chez vous… Et moi, je rétablis la vérité. »
Les trois étrangers l’interrogèrent du regard. Agacée par leur lenteur, Hakumu intervint :
« Ce qu’il veut dire, c’est que ces histoires, c’est du FLAN ! La Princesse n’est pas une mauvaise personne. Nous voulons la libérer pour prouver son innocence. Un pauvre type a eu la bonne idée de garder le monopole de magie sur la région, c’est un sale moche il s’appelle Khan, et qu’est-ce qu’il pue ! »
Le chevalier attrapa sa sœur, sentant que ça allait bientôt virer dans les noms d’oiseaux. Agacée, la gamine se débattit du mieux qu’elle pouvait mais se résigna devant la force de son frère. Lui tenant encore le bec, Kuromu rajouta :
« En fait, ça fait plusieurs décennies que personne ne rentre en contact avec la Princesse, sauf les chevaliers de Khan… Et Khan lui-même. Il fait en sorte de la garder hors de contact. Sa troupe personnelle de chevalier est partie il y a quelques jours faire sa visite, nous en avons profités pour filer vers la tour ! Ils doivent être rentrés. Nous avons donc champ libre jusqu’à la prochaine inspection pour atteindre la Princesse et la sauver. »
Firemagma fit mine de vomir devant ce speech si classique du valant chevalier et de la princesse emprisonnée. Milkya demanda comment il comptait la sauver, puisqu’elle devait être gardée. Une tour de cette allure n’était jamais laissée toute seule.
Le chevalier leur présenta alors un cube, doté d’inscriptions diverses, similaire à celui de Loulou à l’exception de la couleur des pierres : celles-ci étaient rougeâtre, reflétant la même allure de lumière que l’autre.
« Avec ceci, nous pourrons retirer l’appareil qui retient sa force, et elle pourra se libérer ! Vous pourrez alors rentrer chez vous en toute tranquillité. »
Reniflant la pierre, le démon sentit un coup tordu. Puis, à l’évocation d’une idée de la force de la Princesse, un scénario se présenta dans son esprit. Prenant à part Milkya une fois que les deux autres eurent fini, et quand Abbott les aida à monter un campement pour faire le reste de la nuit, il lui expliqua son grain de folie.
« Ce truc. Si c’est assez puissant, avant de rentrer, on va pouvoir se permettre une petite… Purge, du camp opposé. T’en dis quoi ? On pourra largement se venger, se venger de ce qu’ils t’ont fait ! »
Il s’était empressé de rajouter ce détail, oubliant presque que Milkya n’était qu’une personnalité substitut. L’échidné hocha la tête, rajoutant :
« En rentrant, on pourra enfin vivre tranquille. Tous ensembles. J’espère qu’on va bientôt retrouver Rosa, j’ai hâte qu’elle entende ton idée ! »

A deux pas de leur position, Erika et Grafte commençait à peiner à se donner des coups non-stop. Le rapport de force était exactement le même, aussi, il n’y avait pas grande issue possible à part un coup d’inattention. Ce dernier fut provoqué par Indiana, qui entreprit de tirer sa sœur de là. Rosa, folle de rage, mit définitivement fin au combat en envoyant une balle noire à la poursuite du duo qui s’enfuyait. Agacée, elle fixa Grafte, le gratifiât de divers nom doux, mais globalement d’un :
« Tu devrais aller voir ta gonzesse de flotte ! Je le sens, elle est en train de se battre contre l’aquawolf ! Cette fois-ci, il doit y avoir du dégât ! Cours par là-bas, j’ai senti une présence … familière, par l’autre côté. »
Surpris qu’elle ne se lance pas à la poursuite des deux élèves de la Luby School, il haussa les épaules, et fila dans la direction indiquée. Tous deux se rapprochaient de la tour, aussi ça ne les dérangea pas de changer de plan, laissant les deux autres cavaler.
Quelques instants plus tard, grâce à sa vitesse, elle réussit à retrouver le duo qu’elle avait senti. Sautant net sur le blond aux yeux rouge, Rosa annonça :
« On parle de moi ? C’est gentil de penser à ma petite personne, perdue dans la nature ! »
Elle avait pris un ton mielleux particulièrement agaçant dans les oreilles de Firemagma. Il se dégagea de l’emprise de la hérissonne, et n’eut pas le temps de faire les présentations qu’elle engageait déjà la conversation :
« Je suis Rosa, une amie de Firemagma et de Milkya. Excusez-moi, mais je suis tellement excitée par votre idée que je n’ai pas pu m’empêcher de venir ! »
Plutôt ironique. On aurait dit qu’elle venait de se téléporter, tellement elle les avais trouvé rapidement. Puis elle signifia à Firemagma d’un geste que ça venait de Milkya. Quelque chose de louche avait changé dans la tête de cette échidné, et elle l’avait senti. Elle savait donc que ce n’était plus Kyliam qui prédominait, mais que quelque chose l’avait cette fois forcé à rester dans cette position mentale.
Etonné qu’elle en sache autant, il lui demanda :
« Je peux savoir comment tu fais pour obtenir toutes ces informations ?
-Une fille a du flair, bien plus qu’un gars comme toi. Mais ton idée est tout juste brillante. »
Kuromu se présenta devant elle avec moult courbette, suivit d’une Hakumu qui tirait presque la langue.
« Mais qu’elle est mignonne ! » Fit Rosa, en imitant, les mains dans le dos, un cou qu’elle enserrait.

Chacun trouva sa place, et tout le monde se souhaita bonne nuit, bien qu’il ne restait que quelques heures de pénombre seulement. Abbott restait bien sagement près de Kuromu, craignant un saut d’humeur de Hakumu ou simplement une représailles de la part des élèves de la Hell School. Firemagma résuma à Rosa son plan, qu’elle approuva aussitôt. Cette puissance… Elle appartiendrait bientôt à la Hell School. Puis, après, rien qu’à elle ! Elle se garda d’expliciter cette idée.
« J’étais avec Grafte il y a quelques instants. Il a filé vers l’autre pimbêche à la poitrine démesurée. J’ai senti la puissance de l’aquawolf, elle devait donc se battre contre elle. Moi, je prends la présence de ces deux imbéciles comme des vacances. » Disait-elle, en désignant les deux êtres du monde local endormis. Firemagma lui précisa que ce n’était que des guides, et qu’ils n’avaient pas beaucoup de cervelle en effet. Il se méfiait particulièrement de la gamine, d’après ses pouvoirs un peu… spéciaux.
« Tant qu’on grimpe dans la tour plus vite que les autres, j’ai envie de dire, qu’importe leur comportement. Au pire, on les élimine s’ils nous cassent trop les pieds.
- Mais la pierre ? Demanda Milkya.
- Mh… Pas tort, tête vide. ( Elle se reprend, échappant à un regard noir de Firemagma. ). Je veux dire, il vaudrait mieux connaitre comment ça marche avant de tenter quoi que ce soit, tu as raison. »
Ils fixèrent tous les trois le contenu du baluchon du chevalier, comme s’ils savaient la position exacte de la pierre. Ils entreprirent de dormir le temps restant de la nuit, pour se reposer des évènements.

Le directeur de la Hell School n’aimait pas spécialement le thé du directeur de la Luby School.
« Il est beaucoup trop fort, n’a aucune saveur, et n’est pas assez sucré.
- Ton café n’est guère mieux. »
Par derrière, Capi avait la tête posé sur ses bras, débordant d’un cran sur l’échiquier. Un volute verdâtre tournait autour de la tour, sans incident apparent sur le déroulement du jeu. Les directeurs la regardèrent un instant, jusqu’à ce que celui de la Hell School intervint :
« Je lui ai demandé de… Rééquilibrer légèrement nos camps. Je trouvais trop injuste que tu ais tant d’avantage de ton côté. Ça ne te dérange pas j’espère, frangin ? »
Le directeur de la Luby School hocha la tête, lui répondant :
« Tant que ça ne modifie pas le destin du jeu, qu’importe ce qu’il leur arriverait. Tu as fait en sorte de bouger les éléments nécessaire ? Ce n’est pas un peu… Injuste, en l’absence de Capi ? »
Le directeur incriminé sembla se sentir coupable l’espace de quelques secondes.
« Nan. » Finit-il par dire, se resservant une tasse du thé qu’il accusait quelques secondes plus tôt.
La féline, derrière, respirait lentement. Ses doigts étaient encore posés sur la balle de cristal qu’elle utilisait pour voir les détails du monde qu’elle avait créée. Un petit pion doré affublé d’attributs royaux était apparu dans la tour. Tout bougeait autour librement, suivant le destin tracé par les directeurs. Ce qu’ils ne se doutaient pas, c’est qu’un troisième élément, à cause de la présence de Capi, était apparu à son tour.


Le hibou était parti avec Etherya hors de portée du scorpion à deux queues, voletant sagement autour de la tête des hybrides. Le scorpion s’était retourné vers eux, la gamine restait toutefois immobile, terrifiée à l’idée de bouger.
« Je pense que c’est pour nous cette fois ! » Se permit de dire Myrage, esquivant un coup de dard, accompagnée d’Anaïs et Zeus.
Ils effectuèrent successivement les mêmes esquivent, prenant garde au second dard qui venait rapidement rejoindre le premier. Au bout d’un moment, agacé de bouger et sentant la fatigue de ses amis, Zeus réclama des informations à Etherya. Cette dernière fit de même et les réclama au hibou, qui leur conseilla de faire de grandes embardées sur le côté.
« D’après eux là-haut, ce moche ne peut pas attaquer sur ses côtés latéraux ! »
Aussitôt dit, ils s’exécutèrent : Myrage et Anaïs vinrent vers la droite, Zeus vers la gauche : ils atteignirent ensemble le corps du scorpion en voyant les dards essayer de les toucher, sans succès, Plus proche, Anaïs put donner le premier coup au scorpion, et surtout, le dernier : elle lança son sansetsukan en plein sur la tête, qui explosa aussi sec par la violence du choc. Tous surpris par cette brutalité peu commune d’Anaïs, ils se stoppèrent net, observant le désormais cadavre du scorpion qui s’était effondré sur lui-même. Les dards étaient tombés au sol, répandant son poison dans la terre, qui commençait à jaunir à ces endroits. Les trois se dirigèrent doucement vers la gamine, la rassurant qu’ils n’étaient pas des ennemis. Elle leur remercia, et s’approcha après quelques instants.
« Je me suis perdue… Et cette chose est apparue devant moi… »
Sa voix était entrechoquée de brefs sanglots. Elle sortit un mouchoir, essuyant les petites larmes naissantes au coin de ses yeux.
« Je devais amener un objet à la Princesse de la tour… »
Les trois furent aussitôt surpris par cette révélation. Attentifs, ils écoutèrent la gamine parler.
« Elle m’a appelé… Dans un rêve. Elle m’a dit de lui remettre au plus vite le Libérateur qui est apparu chez moi. Des étrangers en capes sombres me l’ont apporté. »
Ils se penchèrent tous devant l’objet tendu par la gamine. C’était un cube identique aux autres, à l’exception de la couleur de la pierre, cette fois verte intense.
« Si je lui apporte cette chose… Tout se finira bien, malgré un grand changement. C’est ce qu’elle a promis. »
Anaïs, pensive, se retourna vers le scorpion pendant que la gamine expliquait ce qu’était la Princesse à ses yeux aux deux autres. Elle se dirigea vers les dards, regardant le poison goutter. Elle sortit à nouveau son sansetsukan, et dévissa une des extrémités. Elle en sortit une petite fiole, qu’elle remplit d’autant de poison qu’elle pouvait contenir. Autant posséder le plus de moyen possible pour libérer sa sœur… Et cette mixture verdâtre pourrait très bien l’aider, en cas de revirement de sa part. Elle regarda son visage se refléter sur la fiole en verre, avant de le remettre dans son arme. Elle se leva ensuite, rejoignant Myrage, Zeus et la gamine. Les volatiles tournaient sagement au-dessus de leur tête, silencieux.
« Je suis Melody, j’espère vous être utile pour votre aventure ! » Dit-elle alors en souriant, heureuse de s’être fait acceptée.
Ils s’éloignèrent tous du cadavre de la chimère, longeant la falaise. Ils trouvèrent après quelques pas un renfort dans la paroi, une genre de petite grotte pouvant les protéger de la nuit. Ils s’installèrent rapidement, trop fatigué pour établir un confort pour chacun. La gamine était proche de Myrage, le hibou collant la tronche de ce dernier, Zeus avec Etherya… Anaïs avec elle-même. Elle repensait au poison. A sa sœur. Quand pourrait-elle agir ?... Ce cube. Le dernier moment sera le meilleur pour s’en emparer, et pour faire faux bond aux autres. Ou bien ? Elle ne savait pas. Le cerveau en ébullition, pensant à sa sœur, elle s’endormit avec un peu plus de retard que les autres.

_________________

ああぁ、手が滑っちゃったぁ~ごめんね~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alex the Black Cat
Sac à puce MineCraftien
avatar

Nombre de messages : 841
Age : 24
Localisation : inconnue
Humeur : ...
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Sam 10 Sep - 22:45

Chapitre 20 : Un même but pour plusieurs possibilités …

Il ne savait pas comment s’en sortir, l’ennemi était trop rapide … cela lui rappela de mauvais souvenirs, de trop mauvais souvenirs …

Les attaques de Kumo cumulées à la fatigue provoquée par la trop longue utilisation du Mystical Ring avaient lessivé le pauvre félin. Il regarda son équipier qui se tenait en bien meilleure forme mais il doutait de ses capacités face au général. Le chat noir réfléchissait à un moyen de le vaincre une bonne fois pour toutes et après plusieurs secondes, il tenta un dernier coup …
« Quand je te le dirai, tu feras ce que tu as fait tout à l’heure, s’adressa-t-il au lion, compris ?
- Quoi ? » répondit Katos, perturbé par cette interpellation.
Alors Alex empoigna son bâton, appuya sur l’application de l’écran de sa montre responsable du déclanchement des pointes de carbone et telle une lance l’expédia en direction de l’araignée. Celle-ci fit un bond pour éviter l’arme, c’était ce que le sombre félin espérait, à ce moment précis tout se passa en une fraction de secondes, c’était comme si le temps ralentissait. Il s’élança à son tour, aidé par le pouvoir de l’Air qui le fit se retrouver au-dessus de Kumo, puis il pivota sur lui-même, fouettant le général de la Hell School avec sa queue enflammée, ce qui eut pour effet de l’envoyer tout droit en direction du sol, propulsé par la gerbe de flammes que le chat avait balancé en guise de dernier recours. L’arachnide s’écrasa au sol, soulevant une légère vague de poussière au passage.
« VAS-Y !!!!! » Hurla Alex en direction de Katos.
Celui-ci comprit immédiatement, sans laisser de répit à leur adversaire, il utilisa ses pouvoirs telluriques pour se fondre dans le sous-sol jusqu’à emmener Kumo avec lui et ensuite il le recracha quelques centaines de mètres plus loin, comme il l’avait fait auparavant. Le félin quant à lui, atterrit sur le sol, il laissa tomber un genou au sol, s’appuyant sur sa main pour éviter de s’effondrer. Ses pouvoirs l’avaient complètement exténué, jamais il n’avait gardé sa queue enflammée aussi longtemps, en tout cas pas sans Chaos Emerald et cela était très dangereux pour sa santé, il le savait.
« Ca va ? demanda le lion qui venait de réapparaître à ses côtés, visiblement inquiet.
Ouais, répondit Alex en soufflant, allez, on a pas fini, il faut aller là-bas l’achever maintenant ! »
Sur ces mots, il se releva, prit son bâton et courut en direction du général sonné, suivi par un Katos pas vraiment rassuré …



Les filles une fois sorties du château, se mirent en route en direction de la gigantesque tour dorée visible à l’horizon.
« Dis-moi il a l’air chouette ton collier, dit Aurore d’un ton ironique à Loulou.
- Ouais mais j’ai hâte de m’en séparer, c’est pas vraiment mon style de bijou, répliqua la louve sur le même ton en regardant le bloqueur. »
Le calme plat se réinstalla pendant un instant tandis que Loulou accélérait le pas.
« Le roi m’a dit que ce truc m’injectait du poison goutte par goutte, alors il faudrait se grouiller un peu !
- D’accord mais les autres ? demanda Aurore, visiblement inquiète pour son frère.
- T’inquiète, ils savent qu’on est là, répondit l’hybride blanche en regardant l’esprit de feu non loin d’elles. Pour l’instant on va à la tour et le plus vite possible. »
Firefox qui avait suivi la conversation, se mit également en route, retournant vers l’endroit où se trouvait Sora, Julien et Saïko. Le trajet fut long mais il se dépêcha, tâchant de mémoriser au mieux le chemin. Arrivé au campement improvisé, toujours dans les neiges éternelles, il vit que Sora avait ramené du bois, bois qui avait servi au pyrofox à faire un feu avec l’aide de Julien. Quand il se présenta à eux, la hérissonne était occupée à panser la plaie du jeune humain et à lui faire un bandage avec son t-shirt tandis que les garçons finissaient de manger le poisson cuit qu’elle était allé pêcher, il leur raconta alors les derniers évènements et leur parla de la tour en or …
« Toujours cette fichue tour, siffla Saïko de rage.
- Je pense que tout le monde sera là-bas, il faut qu’on y soit aussi, si possible avec Aurore et Loulou, affirma Sora.
- Alors ne perdons pas de temps, fit Julien en se levant.
- Ça va aller toi ? demanda le renard en tournant sa tête vers lui.
- Mais ouais, je ne suis pas mort si c’est ce que tu veux savoir.
- Arrête Julien je suis sérieux …
- Je suis prêt à partir, en route !
- Ok, Firefox, conduis-nous à ce château, de là nous irons à cette tour ! ordonna Saïko. »



L’aquawolf se battait ardemment face à la jeune femme, aidée par l’esprit de l’eau son fidèle compagnon. Elle enchaînait les envois de jets d’eau mais cela était très difficile étant donné que son adversaire était invisible, celle-ci attendant le bon moment pour frapper. Elle profita qu’Ama n’ait plus de ceinture d’eau pour déclencher un mini raz-de-marée à l’aide du petit lac qui se trouvait dans son dos. La louve eut juste le temps de lever les mains afin de se créer un nouveau bouclier pour elle et Angelika, la tigresse se tenant accroupie derrière elle, les mains sur les oreilles et les yeux fermées, terrifiée.
« Tu sais te battre ? demanda-t-elle à la féline, profitant du répit qu’elle avait pour lui parler … »
Lily ouvrit de grands yeux, surprise par l’intitulé de la question. Se relevant doucement, elle répondit à Ama que malheureusement elle ne connaissait aucune technique de combat et qu’elle était désolée de ne pas pouvoir l’aider …
« Mais qu’est-ce qu’elle fiche là cette fille ? pensa l’aquawolf, vexée de devoir se débrouiller autrement …
- Ben caches-toi alors ! hurla-t-elle en direction de l’anthropomorphe noire et blanche, restes pas dans mes p… »
Elle fut interrompue par une série de tremblements du sol et de bruits sourds. Toutes regardèrent la lisière de la forêt quand soudain une gigantesque créature apparut des fourrés, possédant 2 têtes, une de vautour, une de loup. Angelika l’avait reconnu, l’ayant déjà vu dans les prisons de Chaos Hell School. Il fonçait dangereusement vers les 2 hybrides qui s’écartèrent à son passage. Voyant qu’il n’avait pas réussi à écraser ses cibles, le général de la Hell School se stoppa dans sa course.
« Gaftre ! Te voilà ! s’exclama joyeusement l’élémentariste de l’eau. Où étais-tu donc passé ? »
Gaftre la chercha du regard sans dire mot et pour cause, il ne pouvait parler … sauf si le verbe grogner était synonyme du verbe parler …
« C’est vrai j’oubliais, reprit la femme en se montrant, tu es tellement abruti que tu ne peux pas me répondre. »
Elle enchaîna avec un petit rire narquois pendant que Ama et Angelika se relevèrent.
« Bon sang mais qui êtes-vous ? demanda l’aquawolf, en colère.
- Je suis Muse, général de la Chaos Hell School et reine des eaux, et voici Gaftre, un autre général, maître de la terre, j’espère que vous l’apprécierez … »
A cette réponse, Lily eut des frissons. La Chaos Hell School, école de malheur qui était responsable des siens. Si elle et Alex n’avait jamais pénétré en ses murs, rien de tout cela ne se serait produit … Pourquoi donc était-elle ici, elle se le demandait à présent, mais elle reprit rapidement ses esprits et suivit le conseil prodigué par la louve, c’est-à-dire se cacher, en attendant la fin du combat qui verrait sortir Ama victorieuse, du moins c’est ce qu’elle espérait au fond d’elle-même.
La jeune tigresse partit donc se réfugier derrière un arbre, tandis qu’Ama, soutenue par Aqua et Muse reprirent les hostilités. S’accroupissant, elle se croyait ainsi en sécurité mais il n’en fut rien. Un léger tremblement de terre la secoua et l’arbre sur lequel elle était adossée vola soudain en éclats. Lily poussa un cri de surprise et se retournant, elle se retrouva nez à nez avec le multi-hybride difforme, entouré d’une aura rouge sang qu’elle seule pouvait voir. Elle se releva brusquement et prit ses jambes à son cou, fermant des yeux emplis de larmes, le hurlement rauque de Gaftre dans son dos. Malheureusement sa course ne fut pas d’une longue durée, la pauvre féline trébucha et s’aplatit sur le sol. Il ne manquait que quelques mètre à peine entre elle et le général. Relevant la tête, Angelika rouvrit ses yeux et vit une paire de bottes noires juste devant. Elle entendit alors une voix masculine :
« Salut ça va ? »



Arrivés à destination, quelle ne fut pas la surprise des deux combattants quand ils virent l’élémentariste de foudre debout, blessé mais déterminé à laver l’affront qu’il avait subi. Son regard affichait une expression de haine qui faisait trembler Katos, Alex lui restait impassible, gardant la mine grave et les sourcils froncés, dissimulant tant que possible sa fatigue. Ce regard il ne le connaissait que trop bien, l’ayant bien souvent vu par le passé.
« Vous allez regretter ce geste, maintenant fini de jouer, il est temps pour vous de mourir ! » hurla de rage le général !
Il s’apprêtait à charger en direction des félidés mais fut interrompu par une forte bourrasque, étrangement cela ne semblait n’affecter que lui car Alex et Katos ne sentaient aucune brise quelle qu’elle soit. Ils tournèrent alors la tête, cherchant l’origine de ce phénomène loin d’être naturel et vient un gigantesque aigle majestueux au plumage brun. Le sombre félin remarqua de suite les brûlures à ses pattes, c’était le même rapace qui l’avait attrapé plus tôt au sommet de la falaise. Il battait rapidement des ailes en direction de l’araignée, au point de créer une mini-tornade qui balaya littéralement la zone et fit s’envoler Kumo loin dans les cieux jusqu’à n’être plus perceptible à l’œil.
L’aigle se mit alors en face d’eux et se posa délicatement, le chat noir se méfia, il était déjà prêt à se défendre s’il le fallait. Cependant il se produit quelque chose d’assez inhabituel, une lumière blanche très éblouissante émana de l’oiseau, forçant les deux félins à se protéger les yeux à l’aide de leurs bras. Ce processus dura quelques instants et lorsque la lumière se dissipa, ils purent voir à leur grand étonnement qu’à l’endroit où se tenait l’aigle il y avait à présent un jeune homme aux cheveux bruns et assez longs, les fixant de ses yeux couleur noisette. Les hybrides furent désorientés, Katos le fut encore plus qu’Alex, qui était trop habitué à ce genre de choses pour se laisser submerger par la surprise.
L’homme s’avança vers eux d’un pas assuré, la mine neutre, tandis que le sombre félin, sur ses gardes, montrant les dents, le laissait s’approcher. Quand l’inconnu fut près d’eux il prit un moment pour l’observer plus attentivement : c’était un individu assez grand, comme tous les humains qu’Alex avait rencontrés il faisait presque deux fois sa taille, ce qui était en somme toute assez normal. Il portait un pantalon en cuir marron très usé et déteint à certains endroits ainsi qu’une tunique blanche à manches courtes, un peu noircie sur les côtés due à l’usure, une ceinture noire la serrant au niveau de la taille et laissant la partie basse un peu froissée recouvrir le haut des cuisses, il était chaussé de vieux mocassins marrons ternis par le temps et l’utilisation prolongée.
Curieusement il se mit à fixer Alex d’un regard noir lourd de reproches avant de déclarer d’une voix suave :
« Tu m’as fait très mal tout à l’heure tu le sais ? »
Il montra en même temps ses chevilles brûlées, le chat noir comprit que c’était le résultat de son Chaos Spark et ainsi que cet homme était l’aigle.
« Qui êtes-vous ? demanda t-il en fronçant un peu plus les sourcils.
- On me nomme Shinichi » répondit l’étrange individu.
Ils s’écoulèrent quelques instants de silence durant lesquels le lion put constater que les interlocuteurs ne se quittaient pas du regard. Puis Shinichi reprit la parole :
« J’ai voulu te parler en haut de la falaise …
- Vous avez d’étranges façons d’adresser la parole aux gens, ironisa le félin.
- Je voulais t’emmener dans un endroit plus sûr afin que l’on ait cette conversation. Ma cachette nous auraient permis de parler en toute tranquillité …
- Pardon ? Une cachette ? » demanda Katos qui s’immisça dans la discussion.
L’homme le regarda avec interrogation.
« Qui est-ce ? Un ami à toi ?
- J’en sais rien et ce n’est pas mon ami, répondit l’anthropomorphe noir.
- Je m’appelle Katos Kazhnuz et je suis élève à la Chaos Luby School, s’exclama fièrement le jeune lion. Et toi je ne sais toujours rien de toi ! continua-t-il en pointa le doigt vers Alex, ni dans quelle école tu appartiens !
- Je suis rentré moi et quelqu’un d’autre dans cette Chaos Hell School mais apparemment j’ai été recalé, dit-il sur un ton calme tout en regardant l’endroit où se tenait Kumo il y a quelques minutes, c’est une longue histoire … si j’avais su …
- Tout ça est bien joli mais le temps presse, s’impatienta Shinichi. J’ai besoin de toi chat noir !
- Moi ? Que me voulez-vous ? questionna avec méfiance Alex.
- La princesse t’a appelé.
- Comment !? Veuillez développer …
- Vois-tu, cette région est gouverné par un homme qui utilise la magie uniquement à des fins personnels et qui condamne tout utilisation disons … frauduleuse ou intempestive de la magie. C’est pour cela que je me cache. »
Shinichi tourna la tête vers Katos, il avait ainsi répondu à sa question …
« Ainsi, pousuivit-il à l’adresse du sombre félin, les gens comme moi ne sont pas … tolérés dans la société … Quand mes parents ont appris que j’étais un zoomorphe, j’ai été abandonné. J’ai appris à survivre seul, oubliant mes racines, mon nom. Et lorsque j’ai rencontré la princesse, celle-ci m’a renommé Shinichi et depuis nous sommes amis …
- Comment l’as-tu connue ? demanda timidement Katos.
- C’est simple, regardez derrière vous. »
Le zoomorphe désigna l’immense tour dorée située derrière les félins qui se tournèrent en direction opposée. Ils n’y avaient pas fait attention tellement ils étaient pris dans la violence du combat. De la où ils se trouvaient, ils pouvaient facilement estimer la distance qui les séparaient d’elle. Tout immense qu’elle était, elle parut petite à leurs yeux, ce qui leur promettait de longs jours de marche s’ils voulaient y aller.
« Vous n’avez toujours pas répondu à ma question, fit remarquer Alex en se retournant vers Shinichi.
- Il y a quelques heures, la princesse m’a demandé d’aller guetter un chat noir du côté des hautes montagnes, répondit-il. Elle est dans la même situation que moi, les soldats du roi lui rendent fréquemment visite afin de vérifier si elle ne s’échappe pas.
- Je vois … Et vous voulez que je vous aide à vous échapper …
- Pas exactement, elle requiert ton aide pour la protéger. Elle sent une menace planer sur elle et moi, mentit le mystérieux homme. De plus, elle seule connaît le moyen de vous ramener là d’où vous venez … »
Katos écarquilla les yeux. Avait-il bien entendu ? Un moyen de rentrer chez eux, quitter ce monde étrange et trop hostile à son goût avait fait naître dans son regard une lueur d’espoir. Alex lui restait de marbre.
« Elle sait que vous n’appartenez pas à notre monde et elle connaît la seule et unique façon pour vous de partir d’ici … Mais avant il nous faut aller dans la tour et accomplir la mission qui t’a été confiée » termina Shinichi.
Alex fut perplexe mais avait-il le choix. Depuis qu’il avait atterri dans cette sorte de dimension parallèle il n’avait pas vraiment songé au problème alors il regarda à nouveau la tour, devenu symbole de liberté et s’adressant à l’homme zoomorphe :
« Parfait, allons-y dans ce cas !
- Mais après vous » dit-il sur un ton courtois en laissant passer les deux hybrides.
Alex prit alors la tête, se dirigeant vers la fameuse tour dorée en levant légèrement les yeux vers ce ciel qui n’était pas le sien, suivi par Katos et Shinichi.
« Je vous apporte l’âme que vous avez réclamé, pensa-t-il, une fois qu’elle aura été sacrifiée vous pourrez augmenter votre puissance et vous venger … »
Un sourire de cruauté se dessina sur son visage tandis qu’il regardait le sombre félin marcher tranquillement vers le piège …



Toujours devant son échiquier qu’elle ne quittait nullement des yeux, Capi voyait certains pions se rassembler, ces groupes se dirigeant tous pour la plupart vers la magnifique tour en or.
« C’est quand même un peu exagéré non ? Faire mourir ce chat, surtout que c’est un membre de ton école … fit remarquer le directeur de la Chaos Luby School à son confrère.
- Je sais, admit celui-ci, il aurait pu faire un bon atout mais mes généraux en ont décidé autrement, donc il est devenu un ennemi, un pion qui n’a rien à faire là en plus. Quand à sa copine, je ne sais pas encore …
- Oui, tes généraux, je remarque qu’ils n’en font qu’à leur tête n’est-ce pas ? dit le premier sur un ton moqueur.
- Tu peux parler toi, avec ta bande de bras cassés ! répliqua l’autre.
- En tout cas, elle sait donner du fil à retordre aux tiens, ma bande de bras cassés comme tu dis, rétorqua le directeur en se levant brusquement de sa chaise. »
Son adversaire fit de même et ainsi ils recommencèrent une énième dispute. La chatte elle, ne les écoutait pas, trop occupée à appliquer les dernières mises à jour. Elle attendit par ailleurs qu’Alex, Katos et Shinichi aient quittés les lieux pour effacer les traces du violent affrontement et ainsi redonner à cette colline sa verdure. Puis elle contempla la scène générale, cette carte qui est et sera encore et toujours le théâtre de nouvelles péripéties.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sonic-arena.fr/
Firemagma
Modérateur Démoniaque
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 28
Localisation : Aux enfers
Humeur : Caractériel
Team : Demon's fire
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Jeu 6 Oct - 15:28

21) Les graines semées par le mal



Lily était au sol, presque face contre terre. Tout ce qu’elle pouvait voir, c’était cette paire de botte. Une main légèrement bronzée se présenta soudainement à elle.

"N'ai pas peur, je ne te veux aucun mal"

La voix était remplit d'assurance, avec une pointe d'arrogance dans le fond. Avant d'attraper cette main, Lily releva les yeux. Elle voulait le voir, cet homme qui lui venait en aide. Le visage légèrement long, et le menton pointu, il avait sous son nez crochu une petite moustache qui partait en boucle à ses extrémités. Ses yeux verts concordaient parfaitement avec ses vêtements, de même couleur, qui faisait plus que penser à un mousquetaire. Ce qui fît hésiter Lily à lui prendre la main, était son aura. Une aura blanche crémeuse et opaque. Il était dans la neutralité la plus totale, et ce n'était pas toujours le meilleur... Ce genre de personne pouvait retourner sa veste à n'importe quel moment.
Après l'avoir longuement regardée, la tigresse finit par céder, et se laissa aider par ce nouvel arrivant. A peine debout, il se redressa droit comme un piquet, pieds et jambes jointent, puis il retira son chapeau pointue et plumé pour le mettre devant son torse avant de légèrement s'incliner vers l'hybride.

"Gente señorita, je me nomme sir Alexandro, mousquetaire de la première et.... Seule division, dont je suis le... Seul membre."

Lily le regarda quelques secondes, avec de grand yeux, ne comprenant strictement rien, mais elle fût rapidement ramenée à la réalité. Grafte chargeait une fois de plus vers eux, et son aura rouge sang enveloppait totalement celle d'Alexandro. Ce dernier releva les yeux en entendant le multi-hybride lui charger dessus, et se retourna avec une rapidité incroyable tout en dégainant son mousquet. L'arme du mousquetaire était un peut différent de ce qu'on voyait habituellement, son canon était particulièrement petit, mais possédait deux orifices pour tirer.

"Navré hideuse créature, tu ne feras point de mal à cette señorita."

Alors que le général continuait de charger, Alexandro fît feu avec son arme, déclenchant une terrible explosion. D’immenses flammes orange en sortirent, enveloppant complètement l'énorme Grafte avant de le propulser en arrière, brisant plusieurs arbres sur son passage. Tout en rangeant son arme, Alexandro se retourna d'un coup vers Lily, en lui attrapant la main. Tout en regardant la tigresse dans les yeux, il lui déposa un baiser sur le dos de la patte, laissant la jeune hybride rougir au point d'en devenir écarlate.

"Navré de cette interruption... Señorita."


***
**
*


Pendant ce temps, Ama était toujours aux prises avec Muse. L'unique général féminin avait légèrement le dessus sur son adversaire. Un duel entre deux élémentariste de même élément était un peut particulier, chacun pouvait contrer l'attaque de son adversaire en utilisant son propre pouvoir. Seule la maîtrise et l'endurance pouvaient faire la différence, et Ama pêchait sur ce dernier point, elle le savait.
La louve déforma l'immense vague qui lui arrivait dessus en la scindant en deux parties distinctes, qu'elle renvoya immédiatement sur son adversaire. Cette dernière les stoppa net à son tour avant de les diviser en des dizaines de petites lames d'eau, toute dirigées vers l'hybride. Alors qu'elle se préparait à contrer, Aqua se retourna avant d'hurler en direction d'Ama.

"Attention, elle t'attaque par derrière!"

Ama se retourna pour voir une lame d'eau lui foncer droit dessus. Prenant appuie sur ses jambes, elle fît un bond prodigieux, esquivant l'attaque en traître de son adversaire. Toujours suspendue en l'air, elle pointa des mains l'étang se situant derrière muse. Tout en poussant un petit cri, elle y créa un immense tourbillon, qui petit à petit s'éleva pour se transformer en véritable tornade aquatique, dont le haut s'abattit sur Muse, l'enveloppant avec toutes les lames se joignant à l'attaque d'Ama. Tout en retournant au sol, elle continua de manipuler son attaque, regroupant toute l'eau à sa disposition pour effectuer une terrible pression sur la générale. Le sol lui même s'écrasait sous la pression que la louve exerçait. La tornade finit par éclater, laissant une véritable averse s'écouler sur le terrain. L'hybride élémentariste s'écroula à genoux, épuisée par l'effort qu'elle venait de produire. Son esprit protecteur s'approcha d'elle.

"Tu n'aurais pas dû autant forcer Ama.
- Si je ne l’avais pas fait, le combat aurait put s'éterniser sans fin Aqua... Elle n'a pas put résister à la pression."

Au même moment, à quelques centimètres d'elle, une flaque d'eau, causé par l'explosion de l'attaque, oscilla légèrement, et un coup invisible percuta Ama de plein fouet au visage, la faisant valser plusieurs mètres plus loin. La voix de Muse résonna aussitôt après en riant de toutes ses forces.

"Pauvre débutante. Si tu croyais qu'une si faible attaque pouvait me vaincre, tu te fourre le doigt dans l'œil jusqu'au nombril!"

Au même moment, un autre coup lui atterrit droit dans le ventre, alors qu'elle était encore allongée. Toutes les flaques d'eau se mirent soudainement à ressortir, enveloppant les poignets et chevilles de la louve, la suspendant en l'air. Ama tenta immédiatement de se libérer en contrôlant l'eau à son tour, mais cette dernière se cristallisa aussitôt, l'empêchant de toute action. Aqua accourut en direction de la louve en hurlant son prénom. Muse redevint visible à quelques centimètres d'Ama, presque nez à nez. La général attrapa sa victime par le menton, et se rapprocha davantage d'Ama, posant presque ses lèvres sur les siennes.

"Vu de prêt, tu n'es pas si mal petite louve. Je te garderais bien pour faire de toi mon jouet. Qu'en dis-tu?"

Ama ne répondit pas, se contentant de montrer les crocs tout en grognant. Puis tenta subitement de la mordre, étant la seule solution qui se présentait à elle. Muse se recula aussitôt, avant de soulever un nouveau tuyau d'eau qui se gela cette fois autour du cou de l'hybride.

"Je préfère mourir plutôt que subir une telle humiliation! Répondit finalement Ama tout en rugissant
- Qu'il en soit ainsi... C'est dommage, je n'avais pas encore d'hybride louve dans ma collection, sa aurait put être marrant!" Jubila la générale tout en dévorant Ama du regard.

Une nouvelle flaque se souleva, et finit par former un long pic de glace, flottant à quelques centimètres de la main de Muse. Cette dernière porta sa seconde main vers sa bouche, se léchant les doigts, jouissant de son sadisme tout en dévisageant sadiquement Ama.

"Je vais te transpercer de part en part, et me délecter de ton agonie ma beauté! Tu es la seule de groupe qui aurait se prétendre presque aussi belle que moi, quel dommage!"

Tout en ne quittant pas Ama du regard, et en laissant sa seconde main à sa bouche, elle recula sa première main, suivit de son arme de glace, et la jeta rapidement en direction du ventre d'Ama.

"AMA" hurla aussitôt Aqua qui assistait impuissante à la scène.

Alors que la Louve ferma les yeux, se préparant à encaisser l'attaque, une terrible explosion surgit depuis la forêt. A peine quelques dixième de seconde plus tard, Grafte en sortit, volant à quelques centimètres du sol, fonçant droit sur Muse. Cette dernière ouvrit de grands yeux, détachant son regard d'Ama. Aussitôt, le pic de glace redevint de l'eau, tout comme les liens qui retenait la louve, lui permettant de s'échapper, et de s'éloigner. Muse esquiva rapidement Grafte qui s'écroula au sol plusieurs mètres plus loin, créant sur son passage une immense tranchée.
Muse pesta aussitôt en voyant que sa cible lui avait échappée, cette dernière se concerta avec Aqua.

"Sa technique est très puissante, mais elle a un point faible de taille. Raconta Aqua. Elle a soit besoin d'un contrôle visuel, soit de rester concentrer. Difficile à dire. Quand Grafte lui a foncé dessus, elle ne t'a plus regardé, et perdu sa concentration, c'est ce qui t'as sauvé la vie.
- Il faudrait retenter une expérience pour en être sûr...
- Trop risqué."

Au même moment, Lily sortit de la forêt, accompagnée d'Alexandro. Ce dernier regarda à tour de rôle Ama et Muse, toutes deux à genoux. Ses yeux verts restèrent immobile sur la générale de la Hell School, comme fasciné, et se précipita vers elle.
Posant un genou à terre, tout en lui attrapant la main, il la dévora du regard.

"Comment une si belle señorita peut-elle se retrouver à genoux ainsi?"

Lily ouvrit de grands yeux devant la scène.

"Alexandro, elle est notre ennemie! Il ne faut pas l'approcher!"
"C'est bien dommage, petite señorita. Alexandro à décider de jeter de son dévolu sur cette beauté sans nom"

Aussitôt, Muse se releva d'un bond, comme soudainement prise d'un profond dégoût d'être aussi proche d'Alexandro.

"Plus JAMAIS tu ne m'approches! Espèce de débris masculin! Et encore moins tu me touches!" Hurla la générale, légèrement prise de quelques rougissements.

Le mousquetaire se releva doucement, tout en lui faisant les yeux doux, et se mit à tourner autour d'elle.

"C'est bien dommage mi señorita. Vous avez pourtant besoin d'Alexandro. Alexandro peut vous mener à la tour d'or, et vous aider à égorger la princesse dans son sommeil. Alexandro, possède ceci." Dit-il, tout en sortant un libérateur rose de sous sa cape.

Muse le regarda dégoutée, n'osant même pas faire un geste ou l'approcher. A vrai dire, elle a toujours posséder un profond dégout pour les hommes, et a toujours tout fait pour les esquiver, et même ne pas les combattre. Elle c'est toujours bien mieux sentit avec une présence féminine à ses cotés, mais cet homme... Bien qu'il représentait tout ce qu'elle détestait, pouvait la mener à son but... Elle ne fît pas immédiatement attention à cette histoire de princesse et de libérateur. Atteindre rapidement la tour était sa seule envie, pour obtenir ce que le directeur de la Hell School lui avait promis.
Prenant une grosse inspiration discrètement, elle se retourna d'un coup vers Alexandro, et se colla à lui en le prenant par le cou.

"Alexandro est vraiment gentil. Si Alexandro le reste, et me conduit à la tour... Je lui offrirait sûrement un beau cadeau!"

Muse n'en pensait pas un traître mot, et comptait bien s'en débarrasser dès l'objectif remplie, mais pour le moment... Elle devait jouer le jeu.
Pendant ce temps, Lily, Ama et Aqua assistaient à la scène, complètement désarmées. Bien plus la louve et son esprit, qui se sentaient totalement larguées.
Alexandro quant à lui, passa son bras autour de la taille de Muse, tout en regardant Lily droit dans les yeux. Cette dernière aurait voulu dire quelque chose, mais aucun mot ne lui parvenait.

"Navré belle tigresse, j'ai trouvé une plus belle plante."

Alexandro s'enveloppa, lui et Muse, avec sa cape, et ils disparurent aussitôt, laissant Lily, Ama et Aqua encore abasourdie, et Grafte évanoui au milieu du champ.


***
**
*


La nuit était en train de tomber dans ce nouveau monde. Cette journée avait été longue, et bien éprouvante. C'est ce que pensait Kumo. Le petit hybride araignée était allongé sur le dos d'une colline, les pattes et bras tendus dans tous les sens, tout en regardant le ciel. Il avait atterrit ici, à cause de ce maudit aigle géant, et il n'avait pas réussi à se bouger depuis qu'il c'était réveillé. Il était pourtant encore furax, mais il avait réussi à enfermer cette colère au fond de lui le temps de se reposer.

*Comment ait-je pu être vaincu par ces deux minables.... Songea-t-il. J’étais pourtant plus fort qu'eux!*

En baissant les yeux, il pouvait voir le sommet de la tour. Il devait s'y rendre, il le savait, mais il n’avait pas envie de bouger. Puis, en baissant d'avantage les yeux, il eut en face de lui la vision d'un petit scorpion à deux queues, à cheval sur son ventre.

*C'est l'heure de la bouffe il faut croire* Se dit-il à lui même.

Alors qu'il se préparait à l'envelopper avec sa toile, le scorpion se mit à lui parler.

"S'il te plaît, aide-moi"

Kumo ouvrit de grands yeux. Certes, les animaux parlant ce n'était pas quelque chose d'inhabituel pour lui, mais c'était en général des hybrides, et non des animaux tout court.

"Ma maman c'est faite écrabouiller des vilaines personne, aide moi s'il te plaît. Rajouta-t-il de sa voix enfantine et plus qu'aigüe, tout comme celle de Kumo.
- Que veux-tu que sa me fasse? Tout ce qui occupe ma tête, c'est ma faim.
- Si tu m'aides, je te montrerais un passage secret qui mène directement en bas de la tour"

Kumo ne répondit pas immédiatement. Il avait finalement l'opportunité de rejoindre rapidement la tour, mais comment faire confiance à cette petite créature... Lui disait-elle la vérité.
"Et je devrait t'aider pour quoi?
- Ma maman chassait notre diner, une petite fille... Elle est très forte. Si je la mange, j’aurais ma taille adulte, et je pourrais venger ma maman. Aide-moi à capturer cette fille!
- Où est-ce qu’elle est ?
- Avec un hérisson blanc et noir, un renard à plein de queue et une Dhole vraiment méchante!"

Elle était donc avec un groupe de la Chaos Luby School, et surtout Myrage. Cette simple réponse lui suffisait amplement. Il avait des comptes à régler, il ferait donc une pierre deux coups. Se relevant doucement, le mini scorpion tourna autour de lui pour grimper jusqu'à son épaule.

"Très bien, finit par répondre Kumo, mettons nous en route!"

Tout en prenant appuie sur ses petites pattes, il se mit à sautiller dans la direction que lui indiquait son petit ami à deux queues, en direction d'une nouvelle bataille.


***
**
*


Tout le monde dormait sur le camp, ou presque. D'un coté, il y avait Kuromu et Hakumu profondément endormis, et le petit Abbott aux cotés du chevalier, bien que personne ne savait s'il était réellement capable de sombrer dans le sommeil ou non. De l'autre coté, Rosa était appuyé contre un arbre, dormant également, quand à Milkya, elle c'était laissée emporter dans les bras de Morphée tout en étant à moitié couché sur Firemagma; ce dernier avait un certain dégoût de voir l'echidnée collée à lui de cette manière, mais afin de garder le jeu, il se devait de ne rien dire. Le démon était la seule personne à ne pas dormir sur le camp, en effet le blondinet démoniaque avait un plan, et surtout, il avait ses deux yeux rouges sang fixé droit vers Abbott. Il représentait un danger pour ses plans personnels, il devait donc éradiquer cette menace.
Doucement, et sans dire le moindre mot, son corps se dédoubla d'un coup. Celui qui était à présent debout s'étira d'un coup en silence, et tourna la tête vers son double.

"Tu reste ici si quelqu'un se réveil. Chuchota-t-il. Pour ma part je vais éliminer cette menace."

L'original s'avança doucement, sans le moindre bruit, mais d'un pas sûr et franc vers le petit robot, qui n'émettait aucune lumière. Il devait sûrement être en mode veille ou quelque chose du genre, dû moins c'est ce que se disait le démon. Sans la moindre hésitation il attrapa le robot, et se dirigea cette fois rapidement entre les arbres derrière son groupe. Les secousses de la petite course finirent par réveiller Abbott, dont l'œil principal repris sa couleur violette, signe de son éveil. Cependant, tout ce que voyait le pauvre robot, était les arbres qui défilaient derrière lui.

"Si les personnes vivantes voient leur vie défiler avant de mourir devant leurs yeux... Je dois avoir un bug graphique, pas possible autrement."

A peine le robot avait parlé, que Firemagma se stoppa. Abbott c'était finalement réveillé, donc il voulait en finir le plus vite. Regardant autour de lui, il jugea rapidement la distance qui le séparait à présent du reste du groupe. Il devait faire ce qu'il avait à faire discrètement, sans que les autres ne s'en aperçoivent.

"Nous sommes assez loin à présent. Dit-il à lui même, ignorant qu'Abbott puisse l'entendre.
- Du paradis ? Vu à la vitesse où on cours, ça ne saurait tarder ma foi." Répondit le petit robot, bien qu'il ignorait encore en la compagnie de qui il se trouvait.

Firemagma finit par baisser le regard vers son otage, et de sa main libre l'attrapa par l'une de ses anses qui était placés comme des oreilles, et le releva jusqu'à devant son visage. Le démon ignorait si un robot était capable de ressentir de la peur, de la surprise, ou une quelconque émotion, mais au moment où leurs regards se croisèrent, Abbott laissa échapper un léger crie aigue, visiblement surprit de se retrouver seul en compagnie de Firemagma. Ce dernier le lâcha, le laissant flotter à mi hauteur, reculant doucement.

"Eh ! Il est inutile de m'accompagner en Enfer je vous assure, laissez moi !"

Firemagma ne répondit pas. Plantant son regard rouge, qui brillait au milieu de cette pénombre dans les yeux mécaniques d'Abbott, avançant doucement, avec des pas très lents. Le petit robot quand à lui, reculait à la même allure, tentant visiblement de garder une distance de sécurité entre eux.

"Tu en sais beaucoup trop sur cette Kyliam. Tu représentes un danger pour mes plans.
- Mais non voyons, je ne sais strictement rien de votre sœur! Nous ne sommes pas de la même famille! Répliqua immédiatement le robot, tentant de trouver une échappatoire.
- Je ne permettrais pas que Milkya retrouve la mémoire, et se retourne contre moi par ta faute. Même un centrale vapeur vieux de quinze n'aura plus rien à t'envier après cette nuit. Répondit le démon, sans même prêter attention à ce qu'Abbott lui disait.
- Un démon de la Hell School qui s'y connaît en électroménager? Donnez moi les papiers je signe!"

Firemagma avança cette fois d'un grand coup sec, faisant sursauter le petit robot, qui comprit à présent qu'il se retrouva dans de beau drap. Sans prévenir, il usa de son unique moyen de défense, et balança le plus rapidement possible un petit rayon rouge droit dans le visage de Firemagma qui eut un mouvement de recule sous le choc. Posant sa main sur sa joue pour se frotter, Abbott compris qu'il n'avait réussi qu'à le mettre en colère en lui provoquant une légère rougeur. Les yeux rouges du démon se mirent à briller davantage, serrant des dents il s'approcha de sa future victime.

"Je vais te transformer en confetti espèce de tas de boulon! Vociféra le démon.
- Des confettis ? Du feu, faire des confettis ? Vous m'étonnez bien ! Et puis quoi encore, vous faites les guimauves aussi ?"

Quelques secondes de silence apparurent, au terme desquelles Firemagma avança d'un pas décidé vers sa future victime. Le pauvre Abbott se mit aussitôt à crier de toute la force de ses hauts parleurs, un crie particulièrement aigue, ressemblant à celui d'une fillette de quatre ans. Tout en hurlant, il tourna le dos à Firemagma, et tenta de s'enfuir, comprenant qu'en restant dans le coin il risquait de terminer en petit tas de boulon fumant. Prenant appuie sur ses jambes, le démon se propulsa d'un bond en avant, coupant le passage à la fillette robotisé, et pointa du doigt son mini œil droit. Le cri d'Abbott se stoppa en même temps qu'un petit éclair rouge éclata, transperçant de part en part le pauvre robot. Plusieurs de ses fils ressortait un peut, de petits éclairs électriques surgissaient de l'intérieur de sa carcasse mécanique ; et il tomba de tout son poids au sol, au milieu de plusieurs dizaines de ses morceaux d’acier qu’il venait de perdre. La lumière violette de son œil principale s'éteignit doucement, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus le moindre signe d'électricité dans son corps.
Firemagma resta immobile quelques dizaines de secondes, regardant la carcasse inanimé d'Abbott, afin de vérifier qu'il s'en était définitivement débarrasser. Une fois sûr de son coup, il se précipita en direction du camp, afin de rejoindre le double de son corps, et reprendre sa vraie place. Sa victime était morte, et il n'avait laissé aucune trace derrière son passage. En quelques seconde il rejoint l'endroit où tout le monde dormais. Il reprit sa place aussi vite qu'il l'avait quitté, dans le silence le plus totale. Visiblement, personne ne c'était réveillé, ni remarqué un éventuel départ. Tout se passait pour le mieux dans les plans du démon. Fermant les yeux, il décida de dormir un peut avant le lever du jour.

Quelques petites heures passèrent quand le soleil finit par se lever. Rougeoyant à l'horizon, il atteignit petit à petit les yeux du groupe, qui finirent par se réveiller. A peine quelques minutes plus tard, la disparition d'Abbott fût remarqué.

"Où est donc passé cette petite créature?! Hurla Kumoru, tout en fusillant Firemagma du regard, le prenant pour responsable.
- Comment le saurais-je? J'ai dormi toute la nuit comme vous. Répliqua Firemagma le plus sereinement du monde.
- Il dit vrai, j'ai dormi contre lui toute la nuit, s'il avait bougé je l’aurais immédiatement sentit! J'ai le sommeil plus que léger! Rajouta Milkya en bonne petite sœur protectrice.
- Je confirme..." Conclut le démon tout en soufflant.

Hakumu regardait autour d'elle, sans vraiment chercher, elle s'en foutait royalement de ce tas de ferraille, en revanche... Rosa regardait Firemagma en coin, silencieusement. La vérité est qu'elle n'avait pas vraiment beaucoup dormie cette nuit, et l'avait vu se dédoubler et emporter le robot avec lui. Qu'en avait-il fait? Dans quel but? Elle l'ignorait totalement. Mais elle se sentait un peut en colère qu'il fasse ses coups en douce d'elle, sans la prévenir, sans la faire participer à ses plans. Elle pourrait bien régler sa plus tard, quand ils ne seraient plus que tous les deux...
Rosa avança tout en sautillant, et sauta sur l’épaule droite du démon pour s'y assoir. Ce dernier répliqua immédiatement.

"Hey! Tu te crois où là?! Dégage de la immédiatement!"

Sans prêter attention, Rosa s'étira longuement, comme si ses membres étaient tout endoloris de fatigue.

"J'ai pas beaucoup dormie cette nuit... Quel dommage, je me sens bien fatiguée." Lança-t-elle tout en faisant comprendre à Firemagma, qu'elle savait.

Ce dernier la regarda en coin d'un regard mauvais. Elle était en train de le faire chanter, soit il la laissait sur son épaule, soit elle racontait tout publiquement. Le démon avait horreur de sa, enfin quand il en était pas à l'origine, et pesta entre ses dents. Kumoru s'approcha d'un coup vers Rosa à ces paroles.

"Vraiment?! Vous avez peut-être vue par où est partit notre petit compagnon?! Lâcha-t-il comme un gamin à qui on avait enlevé son meilleur ami.
- Bien sûr, il y a quelques heures, je l'ai vu se diriger en direction de la tour. Peut-être partit en reconnaissance."

Le chevalier se retourna immédiatement, et commença sa marche en direction de la tour. Sa sœur la suivit, puis Firemagma, Rosa et Milkya terminèrent la marche silencieusement. La petite hérissonne noire se redressa d'un coup, pour regarder au loin, sachant pertinemment que cela faisait intérieurement rager Firemagma qu'elle gesticule ainsi sur lui.

"Peut importe la distance qu'on parcourt, elle semble toujours aussi loin. Il doit y avoir un truc!
- Le truc... C'est qu'elle est très, très éloignée de nous. Sûrement à plus de dix kilomètres, à vue de nez. Répondit le démon, dont l'énervement se faisait plus que sentir dans ses paroles.
- Mais... Comment peut-on la voir si distinctivement grand frère? Rajouta Milkya, tout en prenant son faux frère par le bras, et se collant à lui.
- C'est simple... C'est juste qu'elle immensément grande... Sa doit être une bâtisse énorme..." Dit-il une fois de plus en fulminant intérieurement.

La situation devenait terrible pour le démon. Une hérissonne qui le faisait chanter et dansait la rumba sur son épaule, et cette echidnée qui dormait contre lui la nuit, et le prenait par le bras en journée. Jamais il n'aurait imaginé se retrouver dans de telles situations, même en jouant la comédie. Il n'avait plus qu'une envie, atteindre cette maudite tour dorée, et en terminer le plus rapidement possible.


***
**
*


Abbott demeurait encore inactif, comme mort, en plein milieu de la nuit. Rien ne semblait pouvoir lui sauver la mise cette fois, mis à part une petite étincelle qui surgit soudain dans ses circuits. La petite étincelle se propagea à l'intérieur de tous ses circuits, refaisant marcher la plupart de ses programmes. Ce petit court-circuit relevait du miracle.
Doucement, mais sûrement, Abbott reprit vie sous les yeux de la forêt. Cependant, son œil principal violet, ne redevint pas violet immédiatement. Il passa par plusieurs couleur, jaune, orange, blanc, rose, bleu, avec une vitesse incroyable, avant de finalement s'arrêter sur le violet; tandis que son œil secondaire intact vira sur le rouge cramoisie. Sans le moindre petit bruit, il s'éleva doucement dans les airs, regardant autour de lui. Le trou dans son corps laissait s'échapper de nombreux petits éclatements, petits éclairs, petites étincelles. Pendant qu’il se remettait "debout", plusieurs petites parties de lui-même tombèrent au sol. Plusieurs de ses programmes avaient été perdus. Il se mit soudainement à avancer, vacillant légèrement, comme une personne qui avait trop bu, zigzaguant entre les arbres.

"Cela ne devait pas se passer comme sa...." Lâcha-t-il d'un coup, sans s'adresser à qui que se soit.

Le petit robot continuait son de petit chemin, silencieusement, ne sachant même pas où il allait, puis s'arrêta devant un arbre, comme fasciné. Il tourna plusieurs fois autour de lui, examinant chaque petit détail qui ornait cette curieuse créature. Soudain, le son de sa voix émit un petit grésillement juste avant qu'il ne reparle.

"Qui êtes vous? Que faites vous?"

Abbott continuait de tourner autour, dévisageant cette créature de la forêt qui ne lui répondait pas, ce qui semblait l’agacer.

"Vous êtes bien malpoli. Je m'en vais."

Comme vexé, le petit tas de boulon reprit sa route, recommençant à zigzaguer entre les arbres.

"Cela ne devait pas se passer comme sa... Répéta-t-il, juste avant qu'il n'y est un nouveau grésillement dans sa voix. Nous... Nous... Nous vous avons préparé une fête... Il y a même du gâteau."

Les paroles d'Abbott devenaient soudainement dénuer de sens. Continuant d'avancer, il se reprit de fascination pour un arbre, cette fois plus petit, autour duquel il tourna plusieurs fois, ce coup-ci sans lui adresser la parole, et reprit son chemin après l’avoir reluquer dans tous les sens et sous tous les angles.

"Cela ne devait pas se passer comme sa... Répéta-t-il une énième fois, sous l'effet d'un grésillement de sa voix. Vous n'êtes pas une personne gentille, vous n'allez pas dans la bonne direction... Vous auriez dû tourner à gauche."

Il y eut soudain un petit éclatement à l'intérieur de ses circuits, au centre du trou béant qui se trouvait au centre de sa carcasse, mais Abbott ne bougea pas d'un poil. La couleur de son œil principal vira soudainement au rouge cramoisie, tandis que le second prit la couleur violette normal. Il parcourut cette fois une longue distance, sans dire la moindre parole, et arriva doucement à l'endroit où Firemagma, Milkya et le reste du groupe dormaient. Restant cacher derrière les arbres, il tourna autour d'eux, les épiant dans leur sommeil. Il y eut un nouveau grésillement, et court circuit à l'intérieur de sa carcasse percée.

"Cela ne devait pas se passer comme sa... Je, vous... Vous allez mourir vous savez. Je vais vous tuer." Dit-il tout en fixant l'intégralité du groupe en plein milieu de la nuit.


***
**
*


Anaïs demeura dans son coin de la grotte. Malgré qu'elle avait enfin réussi à trouver le sommeil quelques heures plus tôt, le présent la rattrapa dans ses cauchemars, la réveilla en sursaut. Impossible pour elle de ne pas penser à Siana, ainsi que la situation dans laquelle elle se trouvait.
Un léger feu de bois éclairait la grotte, ce qui lui permettait de voir distinctement Myrage, Zeus et Melody. Devait-elle passer à l'action maintenant? Tout le monde dormait, c'était le moment idéal. Finalement, elle se décida. Le plus tôt était le mieux pour sa sœur, et une opportunité du genre ne se reproduirait peut-être jamais. Doucement, sans faire trop de bruit, elle sortit son sansetsukan. Si elle leur faisait avaler quelques gouttes de poison du scorpion géant durant leur sommeil, tout se passerait dans le silence le plus totale, et la mission serait une réussite.
Alors qu'elle était sur le point de se lever, quelque chose lui coupa l'élan. Au moment où elle posa les yeux vers Myrage, elle remarqua que le hibou sur son épaule était éveillé. Ce genre de petits détails ne l'aurait d'habitude jamais arrêté, mais la... Les animaux sont étranges ici, elle en avait conscience, il était même capable de communiquer avec Etherya, elle même capable de parler avec Zeus. L'hésitation la reprit, devait elle passer à l'action maintenant? Alors qu'elle se réinstallait, le compagnon de Myrage tourna la tête vers Anaïs, comme sentant un danger, et planter ses yeux dans les siens. La Dhole se sentit soudainement mal à l'aise. Ce hibou avait son regard planté en elle, comme si il lisait dans ses pensées, comme si quelque chose c'était introduit dans son être, l'espionnant. La missionnaire d'Andrey se mis soudainement à transpirer, de grosses goûte, se sentant de plus en plus mal, mais n'arrivait malgré tout pas à détacher son regard du volatile, qui lui, la fixait sans même cligner des yeux. Avait-il deviné à ses mouvements ses intentions? Anaïs fût soudainement prise d'une crise de paranoïa, imaginant ce simple hibou la trahir... S'attrapant la tête entre les mains, elle se mit à rapidement réfléchir, que devait-elle faire? De temps en temps, elle rejeta un œil au hibou, qui lui, la fixait continuellement de ses deux grands yeux globuleux. Il lisait en elle, elle le savait à présent. Elle devait s'en débarrasser. Mais si elle l'approche, il va hurler et avertir tout le monde. Anaïs transpirait de plus en plus. Un simple hibou était en train de lui mettre une pression psychologique incroyable.
Dans ce lourd silence intense, quelque chose vint le briser. Myrage se mis à gigoter dans son sommeil, et marmonner quelques paroles. D'un coup, il plissa les yeux, et se coucha complètement au sol, obligeant son compagnon à s'enlever de quelques coups d'aile, et quitter du regard Anaïs. S'attrapant instinctivement la tête dans son sommeil, une vision venait de lui prendre. Anaïs, toujours transpirante, se leva d'un bond cette fois. Le danger de sa mission devenait réel. Si Myrage voyait ses intentions dans sa vision, tout serait perdu pour elle.

Une immense bâtisse toute faite d'or servait de décor. Quatre individus se trouvaient à son pied, à une dizaine de mètre d'une immense porte faite de bois et de consolidation en argent. D'immense flamme jaillissaient de tous les cotés, des boules d'énergie noire de l'autre, au milieu de tout sa des trainées noire et verte qui se déplaçait à toute vitesse. Impossible de savoir réellement ce qui se passait. Soudain, l'image se figea dans l'esprit de Myrage. D'un coté il pouvait distinctement voir Firemagma et Rosa, tous deux blessés, chargeant sur Julien et Sora de l'autre, dans le même état. Le double duo semblait s'affronter dans l'un des pires affrontements de leur vie, au pied même de la tour doré.
L'image des quatre combattants s'évapora d'un seul coup, comme un vulgaire nuage de fumée, passant à un décor tout à fait différent. Une chambre, Myrage distinguait une chambre. Remplit de plein de petit meuble, et d'un immense lit à baldaquin qui remplissait un quart de la pièce à lui seul. La salle semblait ronde, il n'y avait aucun coin, ni de porte par ailleurs... Juste quelques fenêtre, juste assez grande pour ne laisser passer qu'un bras, et fallait-il encore qu'il soit fin. A travers les fenêtres, on pouvait distinguer vers le bas des nuages. Peut importe où se trouvait cette chambre, elle était en très haute altitude. Au milieu de cette immense pièce, l'hérisson noir et blanc pouvait distinguer une personne. Une fois de plus, l'image s'arrêta, comme figer, comme si quelqu'un appuyait sur pause dans ses visions. La personne était un peut caché dans l'ombre, à coté d'une fenêtre. Mais Myrage pouvait très clairement distinguer une robe, une robe rouge, ornés d'un motif doré en forme de cercle. Il les voyait aussi, ces longues jambes fines, habillées d'un collant noir, et ce pelage, jaune, jaune clair. Avant qu'il ne puisse se concentrer d'avantage pour voir le visage de cette personne, l'image s'évapora une fois encore.
A partir de la, plusieurs images figés se succédèrent dans son esprit. La première fût celle d'Aurore, transformé en cet immense tigre blanc incontrôlable. Ses dents blanches reluisaient, alors qu'une épaisse bave dégoulinait de sa mâchoire. A son cou, elle portait un étrange collier qui clignotait, mais surtout... Alors qu'elle se trouvait dans une sorte d'escalier, elle tenait par le cou un Saïko blessé et inconscient. Cette fois, l'image ne s'évapora pas, mais laissa place à une autre vision, comme par défilement, on y voyait les deux directeurs. Chacun, la capuche enlevé, de dos. Leur visage était un mélange d'humains et d'hybride, des oreilles d'animaux sur des têtes d'humains, et des queues s'entremêlaient entre eux. L'image défila une fois de plus, plus rapidement, on y voyait l'un des directeurs, dont le visage était caché dans l'ombre, un genoux à terre devant la personne en robe rouge, lui tenant la main, alors que cette dernière, malgré que son visage était caché dans la pénombre, on pouvait lui distinguer un grand sourire sadique.
Soudain, les images s'évaporèrent une nouvelle fois. La vision revint sur les deux directeurs sans capuche, ces deux demi-hybrides qui contrôlaient les écoles rivales, puis l'un d'eux parla d'une voix presque inhumaine, sûrement provoquer par la vision de Myrage.
"Celui de nous qui gagne ce jeux... Gagnera le droit d'épouser la princesse pour ses pouvoirs, mon frère."
L'image s'évapora aussi vite, plongeant Myrage dans le noir le plus totale, signe de la fin de sa vision.


Myrage ouvrit doucement les yeux. Son mal de crâne était sans précédent. Jamais encore il n’avait eu une vision si longue, de plusieurs évènements, si épuisante. Malgré que ses yeux étaient mi-ouverts, il ne voyait pas grand chose, juste du flou, provoqué par sa terrible migraine. Quelques bruits parvenaient également jusqu'à ses oreilles. Tout était encore assez flou. On aurait dit les hululements du hibou. Pourquoi gueulait-il encore ce piaf? Soudain, il sentit quelque chose sur son cou. Quelqu'un le tenait. Sa vue redevint normal aussi vite. Il put voir Anaïs, transpirante, les yeux grands ouverts, les yeux d'une personne qui craquait psychologiquement. Des yeux de folles, paniquées. Elle était juste aussi de lui, visiblement prête à le frapper. Myrage ne comprenait plus rien, il était dans le flou le plus totale, incapable de réagir. Se trouvait-il encore dans sa vision sans qu'il ne s'en rende compte?! Soudain, Anaïs se mit à lui hurler dessus.

"Tu ne dévoileras jamais mon secret Myrage!"

Quel secret? Myrage n'en savait strictement rien. Sans qu'il n'est eut le temps de dire quoi que se soit, tout redevint entièrement sombre autour de lui, et silencieux.




A suivre!

_________________

Ma mort m'a donné la vie...
Je suis la pire créature qui n'est jamais foulé le sol de cette planète...
Je ne vis que pour la vengeance...
Je suis Firemagma.
Revenir en haut Aller en bas
Flake
Brume des Neiges
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Lun 10 Oct - 17:11

Chapitre 22 : Le poison de la trahison.

Tout allait beaucoup trop vite. En bougeant dans sa vision Myrage avait fait peur au hibou qui s'était brusquement envolé de son perchoir griffant légèrement le hérisson de ses serres. La rupture brutale du contacte avec Anaïs interrompit sa suggestion et aussitôt la dhole retrouva tout sa lucidité et personnalité. Son sang froid,, son sens de la stratégie, son unique objectif : sa sœur. Le plan, elle y avait déjà réfléchit lorsque tous commençaient à dormir. D'un geste rapide et sur, elle devisa son arme en sortit la fiole et s'approcha du hérisson qui s'agitait toujours dans son sommeil. Il semblait être en proie à un cauchemar. Anaïs le savait plutôt à une de ses visions. Avec ce hibou de malheur c'était le plus dangereux pour elle. Il pouvait très bien être en train de rêver de ce qu'elle préparait. Elle ne devait pas prendre ce risque. Tandis qu'elle le soutenait, comme elle l'aurait fait pour le protéger, elle versa quelques gouttes de poison sur les griffures malencontreusement faites par le hibou. Aussitôt la peau se mit à jaunir. La fiole rangée et l'arme remise en place, Anaïs s'approcha de Myrage s'agitant toujours, calant le hérisson dans ses bras comme pour le bercer. Dans un murmure qui vient se superposer à sa vision elle lui parla à l'oreille.

— Tu ne dévoileras jamais mon secret Myrage !

Le hibou se mit à hululer avec force, ce qui ne manqua pas de réveiller Zeus et la petite fille. Par chance la petite dragonne semblait encore dormir, cela laissait un répit à la jeune mercenaire.

— Mais qu'est ce qu'il se passe ? demanda encore ensommeillé le renard.
— Ce fou de hibou vient de blesser Myrage, regarde !! s'exclama la dhole en montrant la griffure.

Cela acheva de réveiller le renard qui se précipita vers eux. Il observa la plaie et fit une grimace. Elle commençait à enfler et avait légèrement jaunis.

— Faut aspirer le poison ! s'exclama Anaïs jouant le parfait rôle de l'amie inquiète.
— Non surtout pas ! s'écria à son tour la petite fille.

Elle s'agenouilla près des hybrides et à son tour posa le regard sur la griffure. Le hibou continuait de hurler au-dessus d'eux mais voyant que personne ne le comprenait, il se dirigea soudain vers Etherya que Zeus avait laissée dans son coin. Anaïs réagit aussitôt. Elle se leva brusquement, ce qui faillit faire tomber Melody aussi, elle s'élança vers le volatile qui lui tournait le dos et d'un geste expert déploya son arme. L'extrémité du fléau s'abattit sur le rapace l'envoyant percuter le mur où il laissa quelques plumes puis s'effondra au pied du mur juste à côté de la dragonne qui s'éveilla en sursaut. Ebetée, elle jeta des regards affolés sur Anaïs, le hibou et son ami cherchant sûrement des réponses.

— J'ai cru qu'il allait s'en prendre à elle aussi, expliqua tranquillement la louve en rangeant son arme.

Ce hibou de malheur à blessé Myrage, expliqua le renard à son amie dans un dialogue muet.

Melody coupa court à la discussion.

— C'est le poison du scorpion à deux queues je crois, il existe un antidote mais faut surtout pas aspirer le venin, vous risquez d'être contaminés vous aussi. Le mieux c'est de faire un garrot je pense.

Zeus s'y attela immédiatement, déchirant un morceau de sa longue écharpe, il s'appliqua à faire un garrot à la hauteur du coude de l'hybride blanc. La griffure étant sur son avant-bras.

— Où est cet antidote et combien de temps on a ? s'informa Anaïs.
— Le roi de la région le conserve dans son château, il se sert du venin des scorpions à deux queues pour empoisonner ses colliers de détention. Mais il est méchant. Il ne vous le donnera pas et c'est assez loin.
— Peu importe ! On le prendra de force si il le faut, ajouta Anaïs toujours dans son rôle.

Cela lui faisait mal au cœur de jouer la comédie, encore plus de devoir trahir ses amis, mais elle n'avait aucun remord. Sa sœur comptait bien plus à ses yeux et c'était le seul moyen. Du bout de son sansetsukan elle toucha le hibou. L'avait-elle tué ? Elle l'espérait. En tout cas, pour le moment, elle était tranquille, il ne révèlerait pas ses intentions, ni la vérité et n'userait plus de son pouvoir hypnotique. Parce que c'était la seule explication possible à sa soudaine crise de panique. Elle qui d'ordinaire était si calme.

— Par contre l'effet est d'ordinaire plus lent surtout en petite quantité. Pourquoi il est évanoui ?
— Parce qu'il a eu une vision expliqua la dhole laissant le volatile un moment.
Devant l'air éberlué de ses compagnons, elle continua.
— Lorsque je me suis réveillée, il s'agitait dans son sommeil comme lorsqu'il a une vision, c'est à ce moment que le piaf l'a griffé.

Aucun mensonge dans ces propos, ce n'était que pure vérité.

— Ok combien de temps on a avant que le poison ne fasse vraiment effet ? demanda Zeus.

Anaïs tendit l'oreille, elle était intéressée mais pas pour la même raison que le renard.

— Je dirais quatre ou cinq heures, ça dépend de la quantité. Six au plus.
— Alors il faut partir immédiatement pour ce château. Il est par où ?
— Je… je ne veux pas y aller… Il est méchant. Le roi Gengis est trop cruel, il veut tuer la princesse.

Anaïs s'agenouilla près de la jeune fille pour être à sa hauteur et la regarda droit dans les yeux.

— Tu n'es pas obligée de venir, indique-nous le chemin.

La dhole ne voulait pas lui faire de mal, et sans elle, il lui serait plus facile de se débarrasser de Zeus. Pour Myrage, ce n'était qu'une question de temps, elle le savait. Quoique s'il se réveillait cela allait être plus difficile. La petite fille baissa la tête semblant réfléchir.

— Non je viens ! C'est mon devoir. Je dois servir les sauveurs de la princesse. Je viens avec vous.

La dhole rageait intérieurement. Bien sûr l'enfant ne serait qu'un dommage collatéral mais cela l'ennuyait vraiment de devoir la tuer. L'image de Siana blessée, probablement en danger, souffla ses craintes et ses appréhensions en une fraction de seconde. Pour sauver Siana, elle allait les tuer, tous, sans exception.


Ils avaient rapidement construit une civière pour porter le hérisson, les deux hybrides se chargeaient de le transporter en évitant au maximum de le remuer. Melody qui semblait bien s'y connaître en poison, leur avait dit que le venin serait ralenti par le garrot mais ils devaient faire vite. A peine une demi-heure après leur départ de la grotte Myrage commença à donner des signes de réveil. Aucun d'eux n'était vraiment discret. Ils parlaient à voix haute sans se douter du danger tout près d'eux.


Kumo les entendit de loin et avec sa petite taille, il n'eut guère de mal à passer inaperçu dans les hautes herbes.

— C'est elle ! C'est elle !! Je la veux !! glapissait le petit scorpion sur son épaule.
L'araignée était au moins aussi impatient et si certain de sa supériorité, même contre deux adversaires puisque visiblement sa cible privilégié était couchée sur un brancard de fortune. Il n'espérait qu'une chose qu'il ne soit pas encore mort pour pouvoir l'achever lui-même. Mais Kumo avait appris la prudence ces derniers jours, aussi il refreina l'envie de son petit compagnon et observa ses futures victimes.

— Pas encore, laisse les arriver vers nous.

Zeus décréta une pause. Au grand damne d'Anaïs, Myrage commençait à bouger, il n'allait pas tarder à se réveiller. Elle ne savait pas s'il l'avait vue lorsqu'elle l'avait agressé, elle ne savait pas s'il avait eu une vision la mettant en cause, mais il lui semblait que s'arrêter pour attendre qu'il émerge complètement était un risque à ne pas prendre.

— On a pas le temps de faire une pause, il faut se dépêcher d'avancer objecta-t-elle alors que le renard posait le brancard dans les herbes.
— Si il se réveille, on ira plus vite.
— On aura moins de temps, si il marche. Ca va accélérer la progression du venin. Commenta la petite fille.

Elle regardait partout autour d'elle, elle était visiblement inquiète et ne souhaitait pas s'éterniser dans les hautes herbes.

— Allons au moins jusqu'à la falaise là-bas de toute façon, on sera obligé de s'arrêter pour s'harnacher.

Anaïs avait depuis longtemps repéré la falaise, par chance il fallait la franchir pour atteindre le château .Elle avait prévu de passer en tête puis de les laisser tomber dans le vide. Un banal accident aux yeux des autres.

Myrage mit un terme au palabre en remuant tellement qu'il faillit tomber de la civière improvisée. Zeus était visiblement soulagé de le voir enfin émerger le pressa de questions. Notamment, au grand désespoir d'Anaïs, sur ses visions. Le hérisson poussa un grognement en se massant les tempes.

— Laisse le souffler deux minutes, ralla la dhole qui cherchait activement un moyen de se sortir de l'impasse.
— Qu'est ce qu'il s'est passé ? demanda le médium la voix enrouée.
— Bin justement on attend que tu nous le dises.

Myrage tenta de rassembler ses souvenirs. En voulant masser ses tempes douloureuses, il s'aperçut que son bras droit était complètement ankylosé, il regarda avec surprise le bout d'étoffe noire serrée sur son coude. Anaïs s'empressa de lui fournir l'explication pour gagner du temps, espérant ainsi détourner l'attention. Ce fut peine perdu cela ne fit que raviver les souvenir du hérisson blanc. Il s'était endormi dans la grotte et puis il avait eu une vision. Une des plus intenses et longues qu'il n'ait jamais eues. Elle l'avait très sérieusement affaibli.. Il la raconta brièvement à ses amis. Il devait les mettre au courant d'absolument tout ce qu'il avait vu. Il leur parla des directeurs, du tigre et de Saïko, de la tour, la princesse et cette histoire de mariage. Pendant une seconde Anaïs voulut lui demander s'il avait vu Siana mais elle se retint à temps. Le hérisson reprenait peu à peu toute sa lucidité mais un énorme doute subsistait. Sa dernière vision. Tournant la tête vers la louve anthracite. Il plongea son regard dans celui de la louve. Il comprit presque immédiatement que ce qu'il croyait être sa dernière vision était en fait la réalité. Il s'apprêtait à lui réclamer des explications lorsqu'un hurlement sauvage fit sursauter tout le monde.

Un éclair fusa vers eux, provenant des hautes herbes. Zeus leva une sorte de bouclier, les entourant. L'éclair le percuta de plein fouet lançant une pluie d'étincelles accompagné d'un bruit assourdissant. Surpris de son propre exploit, le renard n'eut pas le temps de réagir lorsque l'hybride araignée lui sauta dessus. Myrage et Anaïs oubliant leur différent furent aussitôt sur pied, prêts à se battre mais le cri de la petite fille les arrêta aussi vite. Le petit scorpion avait profité de l'attaque de son allier pour aller directement chercher sa proie. Une chance, Melody le vit avant qu'il ne plante ses dards dans sa jambe.
Anaïs était assez proche pour la détente de son arme. Le sansetsukan fila vers l'arachnide et s'abattit violement contre lui. Mais agile et rapide, le scorpion esquiva l'attaque. Myrage voyant que la dhole s'occupait de la petite fille, voulut prêter main-forte au renard. Ce qui réjouit Kumo. Qu'avait-il à craindre de deux adversaires, après tout il était un des généraux de la Chaos Hell school. Il n'avait rien à craindre il allait les réduire en poussière en moins de deux. Avec une détente incroyable, l'araignée se propulsa au-dessus des deux hybrides et de son abdomen, une abondante quantité de toile s'échappa. Myrage s'écarta de justesse sur sa droite, Zeus à sa gauche mais le renard reçut quand même un peu de la substance gluante sur le bras. Aussitôt il le sentit s'engourdir. Le hérisson ne tarda pas à le rejoindre et l'aida à se débarrasser de la toile, tous les deux en garde tandis qu'Etherya observait en hauteur.

— Myrage, il faut que tu arrêtes de bouger ou le poison se diffusera plus vite.
— Si je bouge pas, je suis mort ! répliqua le hérisson en foudroyant l'araignée du regard.

Kumo le fixait avec un regard empli de haine. Ce hérisson avait déjà réussi à lui enlever une proie, il n'aurait jamais l'occasion de recommencer.

Anaïs peinait à trouver le scorpion, celui-ci était si petit qu'il se perdait dans les herbes et Melody juchée sur ses épaules lui criant dans les oreilles n'aidait pas vraiment.

— Il veut me manger, il veut me manger ! ne cessait-elle de hurler.

La dhole frappait un peu au hasard, sans parvenir à le toucher. A ce rythme, elles n'allaient pas tenir longtemps.

Kumo lançait éclair sur éclair sans véritablement les charger en puissance mais ils étaient si nombreux que Myrage et Zeus ne parvenaient pas à tous les éviter et cela les empêchait également d'attaquer. De plus Myrage commençait à être pris de vertiges. Alors qu'il plongeait sur le côté pour esquiver une énième attaque, il se sentit tomber sans pouvoir se retenir. En trois sauts, l'araignée fut sur lui. Accroupis sur son ventre, il appuyait ses pattes de devant sur la gorge du hérisson. Content d'avoir enfin sa proie à porté de griffe, Kumo ne fit pas attention au renard et encore moins à sa dragonne. Etherya lui fonça droit dessus, le percutant de plein fouet. Elle fut sonnée mais l'araignée bascula sur le côté sans achever son attaque libérant Myrage. Le hérisson en titubant ramassa la petite dragonne et s'écarta le plus vite possible. Zeus en avait profité pour charger une attaque de lumière. Il n'attendit pas de savoir si elle était assez puissante, ni même si elle allait réussir, il la lança vers l'araignée. Le général boula un peu plus loin, disparaissant dans les herbes. Cela leur permit de souffler un instant.

— Va-t-en avec la petite ! ordonna le renard à son compagnon de plus en plus faible..

C'était la première fois qu'il donnait un ordre de cette façon mais Myrage l'handicapait plus qu'il ne l'aidait pour le moment. Et il avait besoin d'Anaïs. Myrage ne discuta pas, il lui remit la dragonne et alla vers la louve. Celle-ci guettait le scorpion et ne prêta pas vraiment attention à l'arrivée du hérisson. Lorsqu'il lui prit la fillette des épaules qu'elle se rendit compte de sa présence. Ils n'échangèrent qu'un regard, chacun d'eux savait la vérité mais ce n'était pas le moment d'en débattre.

— Va aider Zeus je m'occupe de la petite !

Anaïs hocha la tête. Et sans la moindre hésitation se retourna vers le renard.

A deux le combat serait plus équitable. Zeus tenta une nouvelle attaque de lumière mais Kumo ne le laissait pas se concentrer. Lorsqu'il vit la dhole foncer sur lui, il était trop tard. Anaïs avait pris sa décision, c'était le moment ou jamais. Au lieu d'attaquer Kumo, son fléau s'abattit sur le renard qui n'ayant rien vu venir, le prit de plein fouet. Son cri attira l'attention de Myrage qui se retourna brusquement. Même Melody s'arrêta de pleurer et de crier un instant. Durant quelques secondes plus personne ne bougea dans la clairière. Même Kumo qui ne comprenait pas, resta interdit. Tous sauf Anaïs. La louve enchaîna, le fléau se détendit brusquement vers Myrage qui ne l'évita que de justesse. Tandis que la louve s'adressait au général.

— Andrey m'a chargée d'une mission, ne reste pas dans mes pattes.

Comment avait elle eu connaissance de ce nom ? La brise lui avait murmuré comme si maître du vent lui avait soufflé veillant à ce qu'elle accomplisse sagement sa mission.Visiblement utiliser ce nom eut l'effet attendu car Kumo se mit à sourire de toutes ses dents. Melody poussa un cri et se mit à courir entraînant le hérisson avec elle. Myrage fut surpris par la force que dégageait l'enfant ou alors le poison l'avait tellement affaibli qu'il ne pouvait pas lui résister. Aussitôt Kumo se lança à sa poursuite.

— Il est à moi !! hurla-t-il ivre de rage.

Il ne laisserait pas sa proie s'enfuir encore une fois.

Anais sortit de sa ceinture le couteau de sa soeur. Elle l'avait gardé depuis la prison. Andrey lui avait rendu. Elle le dégaina d'un geste, elle n'était pas aussi adroite que Siana mais l'utiliser lui donnait la force de se battre contre un ancien ami. Etherya se précipita vers elle cherchant à l'empêcher d"avancer. Anaïs attrapa la dragonne par la queue et la jeta plus loin. Etherya roula dans l'herbe sans se faire le moindre mal, mais elle fut sonnée et cela mit le renard dans une colère noire. Il se releva d'un bon et chercha à frapper la louve du poing. Ses gestes n'était pas surs, brouillons, il avait bien moins d'entraînement que la louve. Elle esquiva sans la moindre difficulté pour enchaîner à son tour. Le couteau frôla Zeus de très près, coupant quelques poils mais il réussi néanmoins à placer un coup. Pourtant cela ne suffisait pas. Anaïs attaqua sans relache l'empêchant de se concentrer pour user de ses pouvoirs. D'un coup de queues, le renard parvint à désarmer la jeune femme. Le couteau atterrit dans l'herbe, près d'eux. Anaïs jura et se remit en garde, son fléau devant elle. Zeus tenta une crochet du droit mais loin de l'esquiver, Anaïs suivit le mouvement et pivota dans le même sens. Le bâton gauche de son arme vint se glisser sous le bras du renard et avant qu'il comprenne ce qui lui arrivait, elle le faisait basculer au sol. L'impact fut violent. Zeus avait chuté sur une pierre. Une vive douleur dans le dos lui arracha un grognement, il serra les paupières pour retenir quelques larmes mais il les rouvrit aussitôt en sentant la pression sur son cou. Anaïs était assise à califourchon sur lui. Son arme plaquée contre sa gorge. Elle l'étranglait. Le jeune élémentariste chercha à se dégager mais rien n'y faisait, elle appuyait de tout son poids. Il commençait à voir en rouge. Il manquait d'air. Soudain la pression se relâcha. Un instant, il crut qu'Anaïs était revenue à la raison. En fait Etherya était de nouveau de la partie. Voletant autour de la louve, elle l'empêchait d'agir lui crachant de petites flammèches bleues au visage. Zeux referma la main sur ce qu'il croyait être une pierre et frappa la louve. Il ne souhaitait que se dégager, la maîtriser et comprendre pourquoi elle les avait attaqués. Un cri. Puis un corps qui s'effondre sur lui. Encore un peu dans le brouillard ce fut Etherya qui lui expliqua. Ce qu'il croyait être une pierre était le couteau papillon, il s'était profondément enfoncé dans le flanc de la jeune femme. Zeus se redressa, laissant le corps de la dhole glisser dans ses bras. Assis par terre, il constata lui même. Une large ouverture taillait le flanc gauche de la louve d'où s'échappait des flots de sang au rythme de sa respiration saccadée. Il n'y avait plus que de la tristesse dans les yeux de la louve. Elle chercha avec les dernières forces qui lui restaient à murmurer quelque chose.

— Sau.. ve… Sia…

Ses yeux se refermèrent tandis que le flot de sang se tarissait. Zeus resta pétrifié. Il venait de tuer une de ses alliers.


**
*


Abbott suivait docilement le groupe à distance pour ne pas se faire repérer. Et pour le moment cela fonctionnait parfaitement. Les grésillements à l'intérieur de sa carcasse s'étaient estompés mais son œil principal était toujours couleur sang. On aurait presque pu croire que le petit robot allait mieux si il ne continuait pas à dialoguer avec les arbres qu’il croisait. Il laissait une trace fumante dans son sillage.

Rosa finit, en milieu de journée, par se plaindre d'être fatiguée et exigea une pause. Le démon grognait contre la petite hérissonne se demandant comment elle pouvait être fatiguée sans avoir marché de la journée. Quant à Milkya, la pause lui semblait une bonne idée, elle n'était pas endurante, marcher aussi longtemps n'était pas forcement sa tasse de thé, d'ailleurs sa mauvaise humeur revenait en force. Et puis elle se posait des questions : comment Abbott avait pu disparaître ? Pas qu'elle porte ce tas de ferrailles dans son cœur, mais cela la perturbait. Comme un mauvais pressentiment. Les deux autochtones semblaient eux s'amuser de la mauvaise ambiance régnant dans leur petit campement. Le chevalier en galant homme s'occupa de ramasser quelques baies sauvages pour leur faire un repas. Le démon se moqua ouvertement du peu de chose qu'il rapportait sans pour autant faire mieux. L’atmosphère qui aurait pu être détendue et sympathique était tendue et malsaine. Firemagma ruminait dans son coin, Rosa prenait un malin plaisir à l'enquiquiner et Milkya ne quittait pas la tour des yeux. Elle se posait beaucoup de questions à commencer par son identité. Elle la connaissait, après tout son frère lui avait tout expliqué, mais il était frustrant de n'avoir aucun souvenir auquel se raccrocher. Et plus elle cherchait à se souvenir, plus le noir de sa mémoire se faisait opaque. Elle fixait la tour d'or sans vraiment la voir, se demandant si cet objectif atteint elle pourrait enfin se souvenir. L'échidné fut la première à le voir. L'éclat brillant entre les arbres. Elle se redressa et plissa les yeux pour mieux voir. C'était lui, le petit robot les rejoignait. Elle ne se méfia absolument pas et ne fit même pas attention à la couleur de son œil unique. Voyant que les autres étaient bien occupés à se disputer elle s'avança seule vers le petit droide. Arrivée \ sa hauteur Abbott la fixa avec attention un moment.

— He tu était passé où boite de conserve ? s'énerva-t-elle avant de remarquer le trou béant dans sa carcasse.
— Hooo la jolie fleur !!! s'exclama la machine en tournant autour de l'albinos un peu surprise. Puis il continua son chemin comme si de rien n'était.
— Mais il est déréglé ce machin ?

Milkya s'empressa de le suivre il lui fallu presque courir tant le robot allait vite. En faite, il fila à tout allure droit vers Firemagma qui occuper à se disputer avec Rosa ne l'avait pas vu arriver.
Le reste fut assez rapide l'échidné cria un avertissement tout en se précipitant vers la machine. Elle avait bien compris que celui-ci avait un problème et n'était pas du tout dans son état normal. Abbott répétait sans sens la même phrase.

— Tu m'as fait mal, tu es méchant. Tu veux du gâteau ?

Le démon se retourna à l'instant où le robot allait l'atteindre. Il fut si brusque que la hérissonne juchée sur son épaule tomba par terre étouffant un juron. Il croyait pourtant en avoir terminé avec ce robot de malheur. Tant pis il allait en finir maintenant, aucune importance si les autres le voyait faire, après tout, ce robot était de l'autre bort et il l'attaquait jamais il n'aurait de meilleur occasion. Son poing s'enflamma, il allait le recevoir correctement. Seulement il n'avait pas prévu que sa pseudo sœur s'interposerait. Milkya se précipita vers la machine avec l'intention de l'attraper et de le plaque au sol. Ce qu'elle fit. Mais à peine l'eut-elle touché que le courant électrique s'échappant des fils sectionnés parcourant la carcasse métallique pénétra en elle.

— Haaaaaaa !!

Ce fut comme si la foudre l'avait frappée. Puis plus rien.

Dans la forêt le cri de l'albinos avait fait fuir tout les oiseaux en piaillant, lorsque le calme fut revenu, il ne restait que les humains et la hérissonne comme spectateur. Abbott semblait complètement déchargé par le court circuit. Son œil rouge s'était étaient. Quand à Milkya, elle gisait au sol, inerte. Rosa finit par s'approcher doucement, plus curieuse qu'inquiète et après s'être assurée qu'il n'y avait plus aucun danger d'être électrocuté, elle tapota l'échidné comme pour chercher à la faire réagir, sans succès. Un sourire se dessina doucement sur son visage.

— C'est fini !! annonça-t-elle joyeusement.

Firemagma poussa un long soupir de soulagement, il n'avait plus à jouer la comédie, certes il perdait une possible allier, mais après tout, il n'en avait pas besoin. Il pouvait très bien se débrouiller seul pour réduire à néant la Luby School.

— Bon la pause est finie ! On y va ! s'exclama–t-il en reprenant le chemin.
— Et mais attendez ! C'est votre sœur !! Votre amie ! Vous n'êtes pas …

Kuromu n'en revenait pas, il tenant tant bien que mal de consoler sa petite sœur. Ils connaissaient à peine ces gens et pourtant la perte de cette femme l'attristait. Pourquoi ses amis, sa famille, ne semblait pas le moins du monde affecté ? Néanmoins il devait les suivre, il était leur guide. A contre cœur, sans même prendre le temps de donner une sépulture à l'échidné ni à la machine il suivit Firemagma et Rosa qui jubilaient.


**
*


Dans la grotte Siana poussa un hurlement lorsqu'une douleur fulgurante lui transperça les poumons. Elle ne parvenait plus à respirer, la douleur si intense estompa toutes celles de ses ecchymoses et de ses os brisés. Cela l'avait même réveillée. Puis la douleur disparue, aussi subitement, ne laissant que le vide. Un immense vide. Elle était seule maintenant. Elle le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Zalosta
Ghost of Romantic Tranceiver
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mar 8 Nov - 13:28

Chapitre 23
Feu Purificateur


« Seigneur Khan ! On a trouvé quelque chose ! »

Le désigné, reposant son thermos dans les bras du premier soldat venu, s’approcha en grognant vers celui qui l’avait dérangé. L’armure, en bougeant, ne faisait pas le moindre son. Il se pencha à côté de celui qui l’avait appelé pour constater à son tour.
Il y avait juste devant eux le corps d’une échidné blanche, et les restes d’un appareil métallique. Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Le chevalier qui avait fait cette découverte retourna délicatement la tête de l’inanimée, pour désigner sa nuque.

« Une marque de sorcellerie monsieur, j’en suis sûre. Cette pauvre a dut faire une bien mauvaise rencontre, et cet appareil devait l’accompagner. »

Les torches flamboyantes des chevaliers éclairaient la scène. Il faisait bien sombre, aussi quelqu’un eu la brillante idée de s’approcher davantage avec sa lumière naturelle. Il portait la même armure que le chevalier : sobre, juste assez résistante pour éviter de trop lourds impactes. Rien à voir avec celle du Seigneur Khan qui pesait des cents et des milles. L’homme à la torche se pencha à son tour, curieux. Le feu semblait faire luire la marque d’oubli, qui peu à peu, commençait à s’effacer. Les deux chevaliers estimèrent qu’il n’y avait en effet, plus rien à contrôler sur un cadavre.
« Par contre, je suis sûr et certains qu’en bricolant cette chose, on pourrait avoir des réponses ! » S’exclama l’homme qui avait découvert le corps, en désignant les restes d’Abbott.
Ce dernier n’était identifiable qu’avec la partie contenant ses yeux, la seule encore en un bloc contrairement au reste. Le chevalier fit mention de ses talents de débrouillardise, et fut presque fier de s’estimer capable de tenter quelque chose sur cette machine. Las, Khan lui autorisa cette fantaisie.
« On est plus à ça près. » Dit-il d’un signe de main, laissant le chevalier s’extasier de cet accord silencieusement.
Le chevalier à la torche fut par contre peiné d’un détail.
« Seigneur Khan, nous n’allons pas laisser cette malheureuse ainsi ? Il faut au moins l’enterrer, je ne sais pas.
- Pour ta peine, tu te débrouilleras. Nous allons dresser le camp un peu plus loin. Prend garde de ne pas trop l’approcher de nous. Si ça se trouve, elle est encore hantée par je ne sais quelle magie noire. »
L’ordre était sans appel : toute la petite section de Khan s’en alla quelques dizaines de mètres plus loin, et commencèrent aussitôt à planter tentes et suspensions autour des arbres pour délimiter leur territoire nocturne d’emprunt. Tout ça sans la moindre considération envers les deux chevaliers qui s’occupaient comme bon leur semblait de leur côté.
Le chevalier bricoleur était sur les restes d’Abbott, triant sagement ce qui était utilisable ou non pour une nouvelle construction. Il n’était pas mécanicien, et ne connaissait rien aux robots, mais peut-être pourrait-il faire quelque chose pour le rallumer ? Peu probable, à moins d’avoir une nouvelle source d’énergie. C’est le peu qu’il savait : Pour allumer ce genre de machine, il fallait quelque chose comme une batterie. La magie n’était pas le truc favori du Seigneur Khan, aussi allait-il devoir improviser pour trouver un substitut. Pendant qu’il réfléchissait, son collègue avait posé sa torche vers Kyliam, et s’en était allé quelques minutes pour ramener de la toile. Elle provenait d’une tente de secours, et comme ils n’avaient jamais de souci à ce niveau, il se permit de la prendre pour faire ce qu’il voulait. Agacé du comportement de son chef, il se dit qu’au moins, il pourrait faire ce qu’il voulait à sa guise. Il n’osa pas nettoyer le corps de l’hybride, portant tout de même quelques superstitions au sujet de la magie. Il étendit sa toile sur le côté, et plaça le corps en son centre. Il ramena ensuite les pans de tissus sur le corps, de part et d’autre, et souleva le tout pour faire passer correctement le tissu par au-dessus à nouveau. Il serra correctement, puis noua la toile au centre.
« Voilà, comme ça. » Dit-il simplement, en constatant son travail.
Ainsi, il avait l’esprit un peu plus tranquille. Il était ravi de voir aussi sa flamme s’agiter plus fort que prévu : il n’aimait pas approcher la magie, ou ce qui pouvait en rester, surtout quand il faisait aussi sombre. L’autre chevalier, se rendant compte de sa gêne, lui lança :
« Oublie ! La magie ne fait pas revivre les morts. Personne ne peut faire revivre les morts.
- Y’a des rumeurs. Comme quoi la Princesse aurait déjà fait revivre des gens qui lui ont fait du mal, juste pour les tuer. Encore, et encore. Elle les faisait revivre rien que pour les tuer à l’infini, comme ça !
- Idiot, tu devrais arrêter d’écouter ces conneries ! » S’esclaffa l’improvisé mécanicien, en continuant de trier.
Légèrement gêné d’avoir présenté cette faiblesse d’esprit, l’autre chevalier puisa dans ses réserves de courages pour trouver l’idée suivante :
« Quand même, je fais pas confiance à ces trucs-là. Je vais tenter de faire une… Incinération express. Ça te dérange pas l’odeur j’espère. Je préfère faire ainsi, comme ça, la question ne se posera même pas. »
Tandis qu’il allait piquer quelques bouteilles de n’importe quoi d’inflammable, l’autre homme s’en retournait sur son travail.
Il avait réussi à récupérer ce qui était récupérable, et espérait pouvoir reconstituer le reste du puzzle une fois rentré au royaume. Un forgeron serait bien capable de créer ce qu’il manquait. Ravi, il commença à détacher ses épaulières lorsque l’autre chevalier revint.
« Voilà. Seigneur Khan ne va pas apprécier de perdre de si bons alcools, mais c’est pour la bonne cause. »
L’autre hocha la tête, approuvant l’idée. Ce n’était pas dans leurs habitudes de trouver des personnes déjà mortes sur leur passage. Habituellement, c’était eux-mêmes qui provoquaient ces morts-là. Encore moins habituels de leurs part de prendre soin des corps d’ailleurs. A l’accoutumée, ils creusaient un grand trou et balançait tout dedans, sans distinction. Ça faisait plus propre après, et ils ne tenaient pas à subir des malédictions diverses.
Le chevalier noir qui s’était occupé de Kyliam n’avait pas voulu prendre ce risque avec elle. Un corps à l’abandon, c’était souvent mauvais signe.
« Une ration qu’il va nous arriver malheur sous peu. Je le sens. » Souligna-t-il à son collègue, qui avait mis dans un sac de fortune les restes du robot.
Ce n’était qu’une pièce de tissu qu’il avait noué pour pouvoir le porter sur son épaule en fait. Constatant que ça allait impeccable et qu’il était assuré de ne perdre aucune pièce en court de route, il le plaça autour de son cou et le tourna sur sa hanche droite. Il écarta légèrement les bras, demandant à son collègue :
« J’ai pas l’air trop con ?
- Nan, tant qu’il n’y a pas des fleurs dans ce truc, tout va bien. »
Ils ricanèrent quelques instants. Puis il aida l’autre dans son travail. Il renversait le contenu de chaque bouteille sur le corps enrubanné de toile. Les flammes de la torche s’agitèrent d’avantage, attirées par les vapeurs alléchantes de produits combustibles. Un peu tardivement, ils évaluèrent la distance entre l’hypothétique feu qui va prendre la toile et le campement. Jugeant que c’était suffisamment éloigné, ils se décalèrent de quelques pas, puis celui qui avait pris l’initiative de s’occuper du corps acheva son travail en jetant la torche sur le tout.
La toile s’embrasa avant même que le feu ne l’atteigne. Il n’y avait pas à être surpris, vu le nombre de bouteille qu’il avait passé pour obtenir ce résultat. Il hocha la tête, satisfait.
« Ses cendres resteront parmi ces arbres. Ainsi, il restera un peu de cette malheureuse dans ce lieu.
- Tu te fais prêtre maintenant ? Laisse-moi rire. »
Ils perdirent leur sourire en regardant les flammes s’élever de plus en plus dans les airs. Bientôt, les feuilles des arbres chatouillèrent le bout du brasier.
« T’en a mis combien au juste de bouteille ? Demanda le chevalier, agrippant son sac par reflexe.
- Pas assez pour faire ça. »
Ils se reculèrent progressivement, tandis que des marques rouges flamboyantes se firent voir du sac de toile. Le feu redoubla d’intensité, et commença à s’étendre sur un tronc adjacent. Plus proche du campement, ça attira l’attention des autres hommes.
« Sorcellerie. Je t’avais dit qu’il y aurait un truc !
- N’empêche que c’est pas moi qui ait eu l’idée pour cette hybride ! »
Le feu serpentait langoureusement entre les branches, de manière totalement insensée. Il toucha la tente la plus proche, pour l’embraser immédiatement. Des cris de surprise se firent entendre au fur et à mesure que les flammes étendaient leurs territoires.
« On doit se tirer j’crois. »
Les deux chevaliers se dirigèrent d’abord vers le camp, pour sauver ce qui était encore possible. Hélas, il était déjà bien trop tard : le feu avait ravagé les tentes et leurs contenus, leurs compagnons s’afféraient pour éteindre quelques parcelles sans succès. Certains se faisaient attraper au cou par des langues enflammées sortant du brasier grandissant. Les deux chevaliers noirs constatèrent que leur chef avait dû subir l’assaut en premier : il n’était visible nulle part, et c’était la panique totale !
Le duo commença donc à courir droit devant eux, dos à la tour. Mais une nouvelle langue de feu s’accrocha à celui qui avait eu l’idée de s’occuper du corps de Kyliam. La tirant vers le reste du carnage, brulant déjà sa cheville, l’homme hurla à son comparse de se tirer le plus vite possible, aussi loin qu’il pouvait.
Le chevalier noir piqua donc un sprint fabuleux, laissant à contre cœur tout son groupe se faire consumer.
« Voilà ce qui arrive quand on s’approche de la magie ! » Se dit-il, trop occupé à fuir pour pleurer.

Quelques dizaines de minutes plus tard, le feu en avait fini avec le campement des chevaliers noirs. Il s’en retourna vers sa position initiale. Il n’y avait d’ailleurs plus rien : le sac de toile avait disparu dans les flammes. Ces dernières, progressivement, perdaient de l’allure. Il ne resta bientôt plus que de la fumée et des cendres du carnage, ainsi qu’une petite flamme irréductible sur une étoffe rouge. Une main blanche attrapa le tissu, et épousseta vaguement le feu qui n’avait pas eu le temps de ronger la moindre fibre.
« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais ça a été vite expédié. »
Kyliam retira de ses épaules les restes de toile grillée, et vérifia l’état de ses dreadlocks. Elle s’assura ensuite que le peu d’ornement qu’elle possédait était intact. Chose faite, elle retira l’étrange haut qu’on lui avait affublé. Retrouvant un état vestimentaire qui lui semblait un peu plus correct, elle bricola l’étoffe écarlate pour la faire tenir à sa taille convenablement.
Elle était prise de légers vertiges dont elle ignorait l’origine. Elle tâcha donc de faire attention en marchant, pour éviter de tomber brusquement d’un côté ou d’un autre.
Elle ne savait pas où aller. Elle se laissa trainer par ses jambes, sans réelle conviction. Tout était encore flou dans son esprit. Elle laissa glisser ses orteils sur une surface aqueuse.
« De l’eau ? »
Cette constatation sonna comme une alarme au petit matin. Immédiatement, sans se préoccuper de ce qui l’entourait, elle se glissa net dans la petite étendue d’eau.
Ça lui fit office de réveil immédiat. Ses tatouages cessèrent de luire, elle venait seulement d’imprimer qu’ils brillaient plus tôt. Secouant la tête, elle remonta le haut de son corps à la surface. Elle se sentait revivre. Son état comateux s’était vite effacé.
Jugeant avoir repris assez ses esprits, elle se posa quelques objectifs. Elle avait des comptes à régler. Il fallait atteindre la tour aussi. Atteindre la tour pour régler des comptes. Oui, ça sonnait juste.
« Facile à dire, mais je sais même pas par où aller. » Grogna-t-elle pour elle-même, en sortant de l’eau.
Tandis qu’elle essorait sa longue jupe de fortune, des petites mousses colorées vinrent chatouiller ses chevilles. D’un regard blasé, et ne désirant pas se retrouver couverte de végétaux après être sortie de l’eau, elle provoqua une combustion spontanée de la mousse. C’était plutôt inutile, mais ça défoulait. Elle déchanta lorsqu’un véritable paquet de mousse commença à progresser. S’apprêtant à tout brûler, elle remarqua que l’assemblement végétal coloré formait une flèche, un cran sur sa droite.
« Quoi ? » Demanda-t-elle aux mousses.
Les mousses vinrent former une tour, qui prit soudainement une teinte dorée.
« Ok, merci. Retournez dans Alice aux Pays des Merveilles maintenant. »
Elle considéra le pied d’un arbre comme étant assez moelleux, en prenant garde du temps qu’il faisait instinctivement. Puis Kyliam s’installa convenablement pour pouvoir se reposer. Elle avait une longue route à parcourir pour rattraper les autres et pour coller une raclée à Firemagma.
Une vague idée lui traversa l’esprit. Où était passé Abbott ? Il était vers elle au moment de… Sa petite crise robotique. Malgré le fait qu’elle soit redevenue elle-même, elle restait perplexe quant à cette réaction. Elle balaya une inquiétude naissante, rare vestige de son état second. Ce sentiment même l’agaça rapidement. Grognant d’obscures paroles, elle réussit à se calmer, baignée par la faible lumière des mousses Alice, qui finirent par s’en aller, une fois sûre que l’échidné soit endormie.


Le chevalier noir ne prit même pas le temps de saluer, de s’embarrasser de politesse, traitre non, il se rua purement et simplement chez l’armurier.
C’était un brave type, souvent planqué sous des tôles à réparer tel ou tel équipement. Il pointa son nez hors du heaume qu’il ajustait lorsque le jeune chevalier fit irruption dans la petite salle.
« Une mauvaise rencontre ?
- J’te le fais pas dire. » Dit simplement le jeune homme, entre deux souffles.
Il lui déposa le sac de fortune sur un coin de plan de travail où il y avait encore de la place, et le déplia, encore essoufflé.
« Je voudrais que tu me répares… Ceci. Vu la tête des pièces et des morceaux que j’ai pas ramené, ça devait être assez sphérique. »
L’armurier hocha la tête simplement. Il congédia le chevalier, lui conseillant d’aller se calmer hors de son espace vital de travail.
L’homme essuya brièvement la sueur de son front, puis dirigea son attention sur les débris ramassés par le chevalier. Il évalua rapidement l’état de feu le robot, et tria ce dont il avait besoin du reste. Il déconnecta doucement une étrange boite noire relié à plusieurs pièce, il estima qu’il s’agissait du cœur initial du robot. Il décida de laisser l’étrange œil accroché dessus et ses deux petits auxiliaires. Un bref sentiment de gêne s’installa lorsqu’il se rendit compte qu’il ne savait pas comment l’arranger visuellement.
Il se prit au jeu en jaugeant du regard quelques pièces qui entourait la boite noire et l’œil principal. L’armurier attrapa un crayon et, grossièrement, détailla son idée. Il baissa tous les éclairages qu’il avait installé à l’arrache, pour ne laisser qu’une petite source de lumière sur son plan de travail, pour qu’il puisse se concentrer sur ce qu’il avait uniquement sous les mains.

« Mise en marche initialisée. »
L’armurier retira ses doigts du vieux Libérateur obsolète, ne souhaitant pas se voir bloquer une main dans la machine. Il referma le capot, et tourna à fond la petite valve rouge pour sceller le compartiment contenant la batterie de fortune. Encore heureux que ces dingues de mage ne jettent pas tout leur matériel à la poubelle. Satisfait, il entendit ronronner le moteur qu’il avait rétablit, mélange de composant initial et de mécanisme d’horlogerie. Au bout de quelques minutes, l’œil se mit à luire faiblement, puis à clignoter par intervalle d’une seconde.
« Mise en marche terminée. »
Le bruit du moteur prit un rythme régulier, et son bruit se calma aussitôt. L’œil chercha on ne savait quoi autour de lui, avant de se fixer sur l’armurier.
« Bonjour ? »
Le joli violet de l’œil vira au rouge écarlate.
« Vous êtes une personne bien douée ! Vous pourriez me rendre un service ? »
Quelque peu déconcerté par cette prise de parole si polie et soudaine, l’homme ne put que hocher la tête.
« J’ai besoin d’aller à la rencontre d’une tour. Une grande tour. Dorée.
- Ma foi, tu n’es pas le seul à y aller. »
L’armurier laissa le robot plongé dans ses réflexions suite à ce qu’il venait de dire, pour aller ouvrir une trappe circulaire au sol.
« Entrée de secours. On y envoi les petites servantes en cas d’urgence, pour vérifier que la Princesse est intacte. Me demande pas quand, on a fait ça qu’une petite dizaine de fois en cas de doute. Tu sais. Comme y’a pas d’escouade de chevalier dans les parages, on envoie les gamines. La Princesse ne fait jamais rien aux gamines. »
Abbott se mit en route instinctivement. Il constata qu’il dut attendre que d’étranges pales se mettent en place à quelques endroits pour pouvoir démarrer pleinement, propulsé par la vieille énergie du libérateur inutile.
« Merci, cher ami ! Portez-vous bien. »
Puis le petit robot s’en alla par le conduit, laissant derrière lui un petit bruit de mécanique bien huilée.
L’armurier le regarda partir, loin dans le tunnel, hébété d’avoir rendu à la vie quelque chose de si… Intelligent. Il attendit quelques instants pour écouter les bribes de son provenant du moteur, puis referma la trappe derrière lui. Instinctivement, il posa brièvement un tapis sur l’entrée de secours. Juste au cas où.

Pendant ce temps, Abbott faisait son petit parcours sans piper mot. Il atterrit sur une étrange grille, semblable à une entrée d’aération. Il n’avait plus son petit laser, il ne pouvait donc espérer de tenter au moins de faire fondre un barreau. A la place, une petite paire de main vint retirer la grille, fourra Abbott dans ses bras, puis replaça le cache du petit passage. Abbott n’eut pas le temps de voir ce qu’il en était. Le fait est qu’il reniflait quelque chose d’encore mieux que son libérateur obsolète. Il releva les yeux pour identifier la personne qui le tenait dans ses bras.
Ça sentait bon. Mais ça le robot ne savait pas, il n’avait pas les capteurs pour.
Une chose est sûre, il identifia sans même avoir le moindre fichier là-dessus, que cette personne, c’était la Princesse.
« Premier arrivé…. Premier arrivé. » Dit alors Abbott, chatouillant les cheveux dorés de l’hybride royale.
La Princesse esquissa un simple petit sourire, qui grandit en longueur en l’espace de quelques secondes.

La fin du jeu se mettait en place. Et ça lui plaisait, beaucoup.

_________________

ああぁ、手が滑っちゃったぁ~ごめんね~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Flake
Brume des Neiges
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   Mer 23 Nov - 16:45

Chapitre 24 La tour est prise.


Andrey effaça la vision d'un geste de la main rageur. Le dicton était vérifié : "lorsqu'on veut que les choses soient bien faites, il faut les faire soit même". D'un nouveau geste de la main, il créa un petit tourbillon et cette fois, il vit Indiana et Erika avancer en direction de la tour. L'aigle poussa un profond soupir et évapora la vision.

— Allons retrouver ce faignant.

Un tourbillon l'emporta soudain. Aussi rapide qu'une tempête. Il retrouva son collègue étalé par terre sur le lieu de son dernier affrontement. Il ne bougeait pas. Loin de s'attendrir ou même de s'inquiéter, le général donna un coup de pied dans la cuisse du mastodonte qui ne broncha pas. Il se contenta d'ouvrir les yeux de ses têtes difformes.

— Il y en a deux qui s'approchent d'un peu trop près de la tour dépêche-toi d'aller les retrouver et de les éliminer.

Gaftre émit un grognement puis doucement se laissa fondre dans la terre. Quelques instants plus tard, il réapparaissait à plusieurs lieux de là, non loin d'Indiana et de sa sœur. Il ne chercha pas à être discret, de toute façon, il ne l'avait jamais été. On lui avait ordonné un travail, il devait l'exécuter. Gaftre ne tentait pas à comprendre les tenants et les aboutissants de l'affaire. Il fonça vers les deux jeunes humains et avant qu'ils ne puissent réagir percuta Erika de plein fouet.

Andrey resta quelques minutes à regarder l'horizon, vers la tour. Il aurait pu s'y rendre rapidement. Mais il voulait dans un premier temps assouvir sa passion. Il voulait finir de faire souffrir son otage. Une nouvelle bourrasque le ramena à la grotte. Il fut un peu surpris de voir qu'autant de lierres avaient poussé en si peu de temps, mais dans ce monde étrange, il n'y avait plus à s'étonner de rien. Une forte rafale dégagea l'entrée. Les gémissements de la dhole lui parvinrent déjà. Son visage s'éclaira d'un sourire pervers. Il s'approcha d'elle doucement. Siana était recroquevillée sur elle-même, jamais elle n'avait ressenti ça. Une souffrance intense, déchirante, suivi d'un vide encore plus douloureux. Elle savait qu'Anaïs était morte, elle le sentait au plus profond d'elle-même, mais refusait de l'accepter. Lorsque la lumière se fit vive dans la grotte, pleine d'espoir, elle se redressa tentant de deviner la silhouette à contre jour. Mais elle déchanta rapidement en reconnaissant le général. La louve se mit à hurler. Elle fonça sur lui avec toute la rage et la haine qu'il lui inspirait, toute la tristesse et la colère de la perte de sa sœur. Andrey la laissa venir, il se contenta de l'arrêter dans son élan et de la serre dans ses bras, comme il aurait réconforté une vielle amie.

— Ce n'est pas après moi qu'il faut diriger ta colère. Ta sœur a été trahie par les siens. Je lui avais promis la vie sauve si elle réussissait mais ils l'ont tuée avant qu'elle n'y parvienne.

Ses paroles s'insinuaient en Siana. Elle voulait les réfuter, ne pas les entendre mais impossible d'y échapper. Elles semblaient portées par le vent. Un vent glacial.

— Je te hais, murmura la dhole en frappant le torse de l'hybride, mais ses poignets brisés n'avaient plus aucune force.
— Je sais, tu veux te venger ?
— Je te tuerai, promit-elle entre deux sanglots.
— Je vais t'aider.

Andrey repoussa la dhole avec un geste délicat, il essuya ses larmes ce qui la fit frémir de dégoût, pourtant, elle ne s'y opposa pas. Elle était si lasse. Vidée, par la perte de sa sœur. Le général prit ses poignets et malgré sa douceur, elle se mit à gémir. Une brise tiède passa alors entre ses bras et la douleur s'estompa.

— Ils ne sont pas complètement soignés mais tu pourras de nouveau te battre.

La dhole regarda ses mains, un peu surprise. Les fractures semblaient réduites et la douleur moins intense. Elle ne comprenait plus rien, pourquoi faisait-il ça ? Mais c'était là une chance unique. Son regard se chargea de haine. Son poing se serra prêt s'abattre sur le bec de cet hybride qu'elle exécrait. Elle n'en eut pas le temps. Des bourrasques l'immobilisèrent en pleine action. Andrey secoua doucement la tête, comme déçu.

— Et moi qui souhaitais t'aider ? C'est comme ça que tu me remercies ? Vois par toi-même !

D'un geste de la main, l'aigle créa un tourbillon, à l'intérieur une image floue mais suffisante pour reconnaître Zeus et Myrage. Le renard tenait une arme qu'elle connaissait bien, le sansetsukan de sa sœur. Tous deux se trouvaient devant un petit monticule de terre fraîchement retourné. Le vent lui rapporta la conversation comme si elle était près d'eux.

— Je l'ai tuée, murmurait le renard.
— Tu n'avais pas le choix affirmait Myrage.
— Peut-être mais comment je l'annonce à sa sœur ?

La conversation et l'image se coupèrent brusquement laissant la dhole interdite. Elle n'y croyait pas pourtant elle l'avait entendue. Elle releva les yeux sur l'aigle des yeux emplis de colère.

— Aide-moi à les retrouver ! affirma-t-elle en se relevant.

**
*

Myrage courait, tiré par la petite fille. Mais il fallait l'avouer, l'endurance n'avait jamais été son fort ou alors il l'avait oubliée, de plus il sentait ses muscles s'ankyloser. Lorsque sa jambe fut prise d'une violente crampe, il trébucha, entraînant Melody avec lui. La petite fille fut la première à se relever, elle tenta d'aider le hérisson à faire de même.

— Vite il arrive, vite…

Soudain la petite fille se figea, une expression d'horreur se peignit sur son visage. Le scorpion était là. Avant que Myrage ne puisse réagir, il sauta sur l'enfant qui tomba au sol en criant. L'hybride voulut se relever, intervenir, mais quelque chose l'en empêcha.

— Laisse lui donc cette gosse, et viens jouer avec moi !! ricana Kumo.

L'araignée était essoufflé, mais semblait radieux. Il n'avait pas tout compris. Mais lorsque la dhole s'était rebellée contre le renard, il avait sauté sur l'occasion de poursuivre le hérisson et maintenant qu'il était dans sa toile, il était à sa merci. Kumo voulait prendre son temps. Le faire souffrir. Il tira sur sa toile, ce qui ramena Myrage près de lui en un instant, l'éloignant de la petite fille.

Melody hurlait, se débattait tant bien que mal. Elle avait pris le libérateur de sa poche et le jeta le plus loin possible, espérant que Myrage le prenne, mais le hérisson englué dans la toile ne pouvait rien faire. Celui-ci avait beau tirer sur les fils et insulter l'araignée rien n'y faisait, la toile le paralysait comme Alex la première fois qu'il l'avait vu. Il devait trouver un moyen de la couper.

— Je suis curieux de voir comment il va s'y prendre pas toi ? susurra l'araignée.

Le scorpion avait sauté sur la petite fille et grimpait sur la robe. Elle avait beau se tortiller ou essayer de l'enlever, il s'accrochait fermement. Il sentait son pouvoir. Il voulait son pouvoir. Il arriva enfin à son cou. Il se glissa dans sa nuque, derrière ses cheveux. Il planta alors ses deux dards dans les cervicales de la jeune fille. Melody était de plus en plus apeurée, elle pleurait et criait. Elle déchirait ses vêtements en essayant d'attraper l'arachnide. Lorsqu'il passa sous ses cheveux, son hurlement devint strident. Myrage, immobilisé, rageait de ne rien pouvoir faire. Un instant il croisa le regarde de la petite fille. Il y lut toute sa peur et son désespoir. Puis il y eut un nouveau cri, bref, qui lui déchira le cœur du hérisson. Melody se cabra violemment puis s'effondra dans l'herbe. Myrage horrifié appela l'enfant et tenta encore une fois de se relever. La toile se déchira un peu, Kumo fronça les sourcils. Est-ce que par volonté, il arriverait à se défaire de sa toile paralysante ? Impossible ! Quoique le chat avait déjà failli y arriver. Dans le doute, il préféra agir.

Melody fut soudain prise de convulsions impressionnantes qui figèrent les deux hybrides un moment. Kumo fut le premier à se reprendre, il se retourna vers le hérisson. Cette fois, il ne le laisserait pas s'échapper. Un éclair se forma dans sa main. Assez puisant pour cette fois en finir. Seulement, il ne le lança jamais. Une masse brunâtre lui tomba soudain dessus. L'araignée poussa un cri de surprise et tomba en arrière, lâchant ses fils. Myrage put de nouveau se mouvoir normalement, du moins, assez pour se dégager. Sans se préoccuper du général, il se précipita sur la jeune fille qui se relevait. Myrage sut qu'il été trop tard. Ses cheveux avaient perdu leur blondeur, devenus ébène. Ses yeux également avaient changé. Il n'y avait plus d'innocence, plus de peur, juste une soif immense de pouvoir. Les lèvres de la petite fille s'étendirent en un rictus de satisfaction. Sans se préoccuper du hérisson qui la fixait, elle regarda ses mains, comme si elle les découvrait pour la première fois.

— Cette enfant est un passeur, je ne m'y attendais pas !

La voix de la jeune fille aussi avait changée, comme étrangement doublée, plus grave, plus froide. Le temps que Myrage se reprenne de sa surprise, quelque chose le frappa dans le dos. Une décharge électrique qui le fit hurler, l'assommant presque. À demi conscient, il tomba face contre terre.

— Saleté de piaf !! grognait Kumo en s'approchant du hérisson à terre.

Il jeta un regard noir au hibou qui tournait en cercle au-dessus d'eux en hululant. Celui-ci lui avait foncé dessus, le griffant au visage. Un de ses multiples yeux en avait souffert, une balafre lui barrait le visage et il avait perdu l'occasion d'achever le hérisson, cela n'avait pas d'importance, c'était chose pratiquement faite. Une épée de son fils empoisonné se créa dans une de ses mains. Il était prêt à l'abattre lorsque la petite fille possédée par le scorpion, à peine plus grande que lui, se planta devant lui.

— Je suis un passeur, tu te rends compte ? Je vais pouvoir entrer dans la tour et prendre le pouvoir de la princesse. J'aurai plus besoin de cette fille. Viens avec moi !

Kumo allait protester, qu'il l'emmène à la tour ne lui posait pas de problème, mais il voulait achever Myrage d'abord. Trop tard ! La fille-scorpion lui prit la main et tous deux s'évaporèrent dans un petit "ploc" que créa le vide qu'ils laissaient en se téléportant.
Le hibou se posa juste à côté de Myrage en boitillant et du bec poussa doucement sa tête. Le hérisson répondit par un grognement. Il était complètement étourdi par la décharge et luttait pour rester conscient.

**
*

Zeus resta un moment par terre, tenant le corps sans vie de la louve anthracite. Comment avait-il pu en arriver là ? Cela lui rappela cruellement son passer. Etherya s'était lovée dans son cou comme pour le rassurer. Le jeune renard ne parvenait pas à empêcher les larmes de couler. Ce fut la petite dragonne qui le ramena à la situation présente. Elle l'informa de ce qu'il se passait plus loin. Le renard essuya ses larmes, déposa la dhole par terre avec délicatesse.

— Je reviens, promit-il.

Puis il se précipita vers Myrage suivant les indications de la dragonne. Lorsqu'il arriva et vit le hibou posé à terre, son cœur se serra. Il lui était impossible de voir Myrage allongé dans les hautes herbes. Etherya le rassura immédiatement. Le hérisson était en vie. Celui-ci, affaibli pas l'attaque et le venin avait bien du mal à émerger de sa torpeur. Il se redressa lentement jusqu'à ce que Zeus vienne l'aider.

— Où est Melody ? s'informa immédiatement le renard ne voyant pas l'enfant avec lui.
— Le scorpion… Il l'a eu mais je crois qu'on peut la sauver. Il faut aller à la tour.

Myrage se dégagea de Zeus et voulut se remettre en route, mais il vacilla, manquant de tomber une fois de plus. Zeus le rattrapa de justesse, passa le bras du hérisson derrière sa nuque pour le soutenir.

— Je crois que l'urgence, c'est de trouver l'antidote surtout.

Myrage releva les yeux sur le renard. Il savait bien qu'il avait raison. Mais il ne voulait pas abandonner la petite fille.

— Où est Anaïs ? demanda-t-il soudain.

Zeus baissa la tête une boule se formait dans sa gorge.

— Elle est morte, je… Je voulais pas… mais…

Le hérisson poussa un long soupir, et tenta de rassurer son compagnon.

— Tu n'y es pour rien, elle nous a attaqués, trahis.

Zeus n'écoutait pas. Il regardait la dragonne, puis le hibou. Il finit par baisser la tête.

— Qu'est ce qu'il y a ? demanda Myrage qui n'avait rien suivi de la conversation muette.
— D'après le hibou, elle a agi comme ça parce que sa sœur est prisonnière. C'est ce qu'elle a cherché à me dire avant de mourir.
— Ça n'excuse pas sa trahison.

Myrage se redressa, il se sentait un peu mieux, bien que ses jambes lui semblassent faites de coton. Le renard paraissait abattu, il n'arrivait pas à admettre ce qu'il s'était passé.

— On peut au moins l'enterrer ?

Myrage le regarda un moment, le temps leur était compté, mais il comprenait bien que cela avait beaucoup d'importance pour son ami. Il affirma de la tête et en silence ils retournèrent sur le lieu du drame. Ils ne mirent pas longtemps à l'enterrer, toujours dans le plus grand silence. Ils étaient devant la tombe improvisée, Zeus tenait l'arme de la défunte contre lui, comme un souvenir. Il fut le premier à parler.

— Je l'ai tuée, murmurait le renard.
— Tu n'avais pas le choix, affirmait Myrage.
— Peut-être mais comment je l'annonce à sa sœur ?
— En lui disant la vérité : Anaïs t'a attaqué parce qu'elle voulait sauver Siana, tu n'as fait que te défendre. Tu n'as rien à te reprocher.

Avec amertume, ils reprirent la route. Ils avançaient lentement, abattus. Le hibou de nouveau les accompagnait. Il ne gardait presque aucune séquelle de son court affrontement contre la dhole. Quelques plumes et une patte froissé qui ne l'empêchait pas de voler. Ce fut lui qui aperçut en premier les deux silhouettes féminines émergeant de la lisière d'une forêt. Myrage et Zeus s'arrêtèrent, prêts à un nouvel affrontement mais les deux hybrides qui s'avançaient vers eux n'étaient pas des ennemies. Ils s'en rendirent compte avec soulagement lorsque Ama courut vers eux, visiblement soulagée de les voir. La jeune tigresse qui les accompagnait fut bien plus timide. Myrage la reconnut aussitôt. C'était la jeune fille prisonnière avec Julien et Sora. Les présentations rapidement faites l'aquawolf s'empressa de leur conter leur aventure depuis leur arrivée dans ce monde étrange. Avec moins d'empressement et beaucoup plus de tristesse Myrage se chargea de leur livrer leur propre histoire. Ama accueillit la nouvelle de la mort et de la trahison d'Anaïs avec colère et révolte. Mais consciente que cela n'avait maintenant plus la moindre importance, elle ne dit rien. Ils allaient reprendre le chemin lorsque Zeus qui n'avait pratiquement rien dit resta sur place. Il avait longuement discuté de son projet avec Etherya, il avait même suggéré à la petite dragonne de ne pas aller avec lui. Mais elle avait refusé. Elle l'avait même encouragé à se décider.

— Je ne viens pas avec vous ! s'exclama-t-il soudain.
— Quoi ?

Ama et Myrage s'étaient exprimés d'une même voix où trônait l'incompréhension.

— Il faut que je retrouve Siana et que je l'aide. Elle est toujours prisonnière. C'est… C'est ce que m'a demandé Anaïs.

Myrage allait s'y opposer, mais il lut toute la détermination dans le regard du jeune renard. Il affirma de la tête. Cette même détermination qu'il avait déjà vue dans le regard de Julien.

— Je comprends dit-il simplement.
— Quoi? Mais non! Se révolta la louve.
— C'est mon choix! Occupez-vous de trouver l'antidote pour Myrage, je vous rejoindrai à la tour ! répliqua le renard avec un aplomb qu'on ne lui connaissait pas.

Sans plus rien ajouter, il tourna les talons et repartit vers la plaine.
— Mais…
— Laisse le, affirma Myrage en le regardant s'éloigner avant de repartir lui aussi.


A contrecœur, la louve emboîta le pas à ses compagnons. Au loin les montagnes blanches, majestueuses, trônaient. À leur pied tout aussi blanc, un magnifique château se dressait.

**
*

— Mais pourquoi on a accepté ces boulets !! s'exclama la jeune femme en lançant un regard noir aux quatre chevaliers à l'armure étincelante qui marchaient à leur côté.
— Parce qu'on n'avait pas vraiment le choix ? répliqua Loulou avec ironie.

Cela faisait bientôt une journée entière qu'elles avançaient en compagnie de Karmen et d'une garde de quatre chevaliers. Gengis les avait surprises en train de fuir avec l'adolescente et leur avait tout simplement imposé des gardes. Pour leur sécurité avait-il dit. Aurore était persuadée que c'était plutôt pour les surveiller. Au moins, ils étaient à cheval et avançaient donc plus vite. Par contre, peu habituées à ce genre de transport, la louve et l'humaine avaient particulièrement mal aux fesses. Aussi lorsque le chef de leur petite troupe ordonna une pause la louve poussa un soupir de soulagement, tandis qu'Aurore pestait contre leur manque d'endurance. Elle était pressée de retrouver son frère et elle savait qu'elle le trouverait à la tour. Elle n'avait, bien entendu, pas la moindre idée qu'il les suivait avec Saïko et Sora. Par contre, ils avaient vu l'esprit du renard par deux fois, signe que celui-ci les traçait toujours. Aurore allait protester contre cet arrêt lorsqu'elle vit Loulou vaciller en descendant de son cheval. La louve porta la main à son cou en grimaçant. Le poison même distillé doucement dans son organisme commençait à faire de l'effet. Résignée, Aurore mit elle aussi pied à terre.

Karmen, en digne servante, s'empressa de préparer du thé. Et l'ensemble du campement se mit au repos. Aurore, ne voulant pas rester à ne rien faire, se proposa pour aller chercher de l'eau à la rivière un peu plus loin. Ils la longeaient depuis leur départ, elle menait droit à la tour d'après les chevaliers. Malheureusement, un de leur garde du corps insista pour l'accompagner. En grommelant tout le bien qu'elle pensait d'eux, la jeune femme ne chercha pas à refuser. Elle savait bien qu'il la suivrait quand même. La rivière n'était qu'à une centaine de mètres de l'autre côté d'une petite dune de sable.
Lorsqu'ils l'eurent escaladée, Aurore resta bouche bée devant le spectacle qui s'offrait à elle. La tour d'or était là ; à quelques lieux d'eux sur une île en plein milieu de ce qui semblait être l'océan. Du moins si l'eau n'avait pas eu cette étrange couleur. Subjuguée par le spectacle, elle s'aperçut que le chevalier s'était un peu trop rapproché d'elle que trop tard. Elle sentit quelque chose qui se refermait autour de son cou et une brève piqûre. Elle se retourna brusquement, son poing partit dans un même mouvement pour s'abattre sur le nez du chevalier. Celui-ci recula en titubant, il se mit en garde et dégaina une longue épée.

— Seigneur Kahn avait raison de se méfier, ce bloqueur va rapidement vous soumettre !
— J'aimerais bien voir ça ! grogna Aurore en se précipitant vers le chevalier.


Loulou et Karmen discutaient tranquillement. La louve s'était prise d'affection pour la jeune fille. Elles observaient le cube attendant qu'Aurore ramène de l'eau.

- Tu sais comment ça fonctionne ? demanda la louve qui tentait de comprendre les runes gravées à la surface.

Karmen prit le cube dans ses mains, le tourna pour faire jouer la lumière sur les pierres. Elle haussa les épaules démontrant son ignorance.

- Je sais juste que je dois….

Un cri soudain interrompit la jeune fille. Loulou se leva précipitamment tout comme les autres chevaliers, tous se tournèrent vers le sommet de la dune. Aurore s'y tenait, une épée ensanglantée dans la main, à ses pieds le cadavre du chevalier qui l'avait agressée plus tôt. Elle n'avait eu aucun mal à le désarmer, mais cet imbécile avait voulu jouer aux héros en se précipitant sur elle. Deux des autres chevaliers tirèrent leurs épées et avant que Loulou ne les arrête, ils s'étaient précipités sur la jeune femme en criant vengeance.

— Reste ici ! ordonna la louve à la jeune fille tétanisée.

Aussitôt elle alla porter secours à son ami.

Personne ne fit attention au quatrième chevalier qui enfourcha son cheval et qui après avoir éparpillé les autres montures, se précipita vers les terres.

Aurore fulminait. Les chevaliers n'attendaient que cette occasion pour s'en prendre à elles malgré les ordres qu'ils avaient reçus. Elle para maladroitement la lourde épée qui fondit sur elle. Malgré leurs armures, les deux soldat de Gengis étaient rapides et forts. Durant son séjour à l'armée, Aurore avait appris à se battre mais certainement pas avec ces lourdes épées à double tranchant. Son adversaire n'eut aucun mal à dévier sa parade et son arme se planta dans le sable. Le second chevalier tenta un coup en taille qui l'aurait décapitée si Loulou n'était pas intervenue à temps. Un pic de glace jaillit soudain du sol, dévia la lame. La louve essoufflée arriva peu après, se mit en garde près de son amie.

— Et ho on arrête là ! Vous deviez nous protéger ! s'exclama-t-elle dans le but de raisonner tout le monde.
— Le seigneur Khan nous avez prévenus que vous n'étiez pas digne de confiance. Le vieux Gengis ne sait plus ce qu'il fait. Répondit calmement le premier chevalier en réajustant sa lame devant les deux filles.
— Ces soldats de pacotille m'ont mis un de ces trucs ! ragea l'humaine en désignant le collier autour de son cou.

Loulou fronça les sourcils, en colère. Elles ne pouvaient visiblement pas faire confiance en ces hommes. Le second chevalier s'était approché de son compagnon à terre.

— Elle l'a tué constata-t-il brièvement sans une once de tristesse dans la voix.

Sans se concerter, sans le moindre signal, les deux hommes attaquèrent les filles avec leurs épées.

**
*

Le château paraissait si proche, il était pourtant si loin. Myrage avait de plus en plus de mal à marcher. Ama et Lily devaient le soutenir. Lily fut la première à voir enfin l'entrée du palais. Le château était immense, entièrement blanc, seules les toitures noires se détachaient sur la montagne. L'entrée était clairement visible, signalée par un pont-levis abaissé. Et surtout une bonne dizaine de gardes. La tigresse allait s'y précipité lorsque le hérisson l'arrêta.

— Attends, il faut qu'on soit discret. D'après Melody, le roi de ce château n'est pas des plus amical. Il faut qu'on entre sans se faire repérer.

Ama affirma de la tête, ils avancèrent jusqu'à des bosquets non loin du pont-levis qui les abritaient des regards des gardes, des chevaliers à l'armure noire.

— Aqua tu nous trouves une autre entrée ?

La louve semblait parler dans le vide mais seule Lily s'en étonna. Myrage trop las commençait à somnoler. L'esprit partit aussitôt. Il ne mit pas bien longtemps à revenir.
"Il y a deux autres entrées derrières. Gardées mais on devrait pouvoir passer facilement et il y a autre chose aussi. Firefox était ici il n'y a pas si longtemps."
— Quoi ?
L'expression de la louve avait surpris ses deux compagnon. Aucun d'eux n'avait suivi la conversation muette avec l'esprit, ils n'avaient même pas remarqué sa présence jusqu'à ce qu'il apparaisse à leurs yeux.
Il répéta les informations. Très rapidement, ils se dirigèrent vers cette entrée.

Il y avait qu'un seul garde. Ama se proposa de le neutraliser. Myrage à contrecœur finit par céder. Lily n'en avait de toute façon pas les capacités et il n'était pas assez en forme lui-même pour le faire. Il se sentait de plus en plus fatigué, ses muscles étaient tous engourdis et il avait de plus en plus de mal à respirer comme si ses poumons refusaient de se remplir.
La louve se redressa et avança droit vers le garde sans la moindre hésitation. Dans un premier temps, celui-ci plutôt surpris tarda à interposer sa lance entre l'entrée et la louve.

— Je suis attendue par le roi ! affirma la louve avec tout l'aplomb qu'elle pouvait mettre.
— Je n'ai pas reçu d'ordre pour…
— Et alors ? Vous allez me faire attendre ?

Le chevalier tressaillit. Et si effectivement elle était attendue ? Il finit par reprendre son sang-froid et raffermi sa prise sur sa lance.

— Pourquoi ne pas vous présentez à l'entrée principale ? On va vérifier ! grogna-t-il.

Le chevalier poussa soudain un cri, un énorme loup translucide, comme un spectre, venait d'apparaître juste sous son nez, dévoilant une rangée de crocs impressionnante. Il n'eut guère le temps de se demander d'où venait l'apparition qu'Ama avec toute la force qu'elle avait, le percuta d'un coup de poing en pleine mâchoire.

Myrage et Lily qui suivaient de loin n'eurent qu'à venir pendant qu'Ama ouvrait la porte. Ils dissimulèrent le chevalier dans les fourrés, et pénétrèrent dans une cour immense, baignée de blanc. Tout était immaculé. Dissimulés derrière le mur d'une des tours, ils tentèrent de réfléchir.

— On va où maintenant ? demanda la louve.
— Pas la moindre idée, souffla Myrage qui s'était assis par terre, une main sur sa poitrine.
— Quoi ? Mais je croyais que tu savais où aller ?
— Au château… C'est le roi… qui a l'antidote… je sais rien de plus. Grogna le hérisson.

Il luttait pour reprendre son souffle, cette simple phrase lui coûtait d'énormes efforts.
Ama poussa un soupir et allait avancer lorsqu'une alarme stridente leur vrilla les tympans. Tous trois se bouchèrent les oreilles. Lorsqu'ils se relevèrent, ils étaient pris au piège du moins presque. Devant eux, toute une armée semblait les attendre dans la cour, les cherchait. Derrière : la seule sortie possible mais cela signifiait abandonner leur objectif et en un regard sur le hérisson qui était au plus mal Ama s'y refusa. Elle préparait déjà une attaque d'envergure. Les noyer sous une tonne d'eau ? Puis une porte dérobée s'ouvrit dans le mur d'une des tours, tout proche d'eux. Une jeune femme légèrement vêtue aux cheveux blanc argenté leur fit signe de venir. Ama resta interdite ne sachant trop quoi faire, ce fut Lily qui réagit la première se levant pour aller vers l'humaine.

— Son aura n'est pas mauvaise, on peut la suivre, assura-t-elle.

Elle l'avait distinctement vue cette aura bleu clair pacifique, rien à voir avec celles sombres des chevaliers qui les cherchaient partout. La jeune fille les guida dans une petite pièce de vie. Avant que les hybrides puissent dire quoique ce soit, elle s'exprima, les larmes aux yeux.

— Je vous en prie, vous êtes avec la louve blanche aux cheveux rouges ?
— Loulou ? s'étonna Ama ne voyant pas de qui il s'agissait d'autre.
— Ma sœur est partie avec elles vers la tour d'or, vous devez les retrouver ! Khan les a suivies, je ne sais pas ce qu'il a derrière la tête mais je n'ai pas confiance !

Myrage se laissa tomber épuisé sur les nombreux coussins qui jonchaient le sol tandis qu'Ama continuait la discussion.

— Nous aussi nous allons à la tour mais si on est venu ici c'est pour trouver un antidote pour notre ami, dit-elle en désignant le hérisson.

Myrage était pâle et cela se voyait malgré son pelage déjà blanc. Il ne sentait plus aucun de ses membres, pas même la griffure, son bras était devenu jaune sous le garrot. Les derniers efforts fournis pour venir jusqu'au château l'avaient épuisé. Il se coucha sur les coussins avec la ferme intention de ne fermer les yeux qu'une seconde. Juste pour chasser le voile rouge qui troublait sa vision. On ne le laissa pas faire Ama le secoua énergiquement. Il ouvrit les paupières en grognant.

— Eh reste avec nous !
— Je suis là c'est bon.
— Tu parles s'exclama la louve visiblement plus inquiète qu'en colère. Ça fait vingt minutes que j'essaye de te réveiller.

Vingt minutes ? Impossible. Myrage se redressa lentement, porta la main à son front. Il se rendit compte alors qu'il n'avait plus le garrot, ni de traces de griffure et à son poignet, il y avait un étrange bracelet blanc. Un peu perdu, il interrogea la louve et la tigresse du regard. Ama se laissa retomber assise avec un soupir de soulagement tandis que Lily lui expliquait.

— Agathe vient de nous expliquer que ce venin paralyse peu à peu tous les muscles jusqu'à paralyser le diaphragme et le cœur. La victime finit par s'endormir pour ne plus jamais se réveiller. Apparemment tu as reçu l'antidote à temps. Le roi s'en sert pour contrôler ses prisonniers.
— Vous devriez vous sentir mieux dans quelques minutes ! affirma la domestique. N'oubliez pas votre promesse !
— Quelle promesse demanda le hérisson de plus en plus perdu.
— La sœur d'Agathe, Karmen, est partie avec Loulou et Aurore vers la tour, seulement elle s'inquiète parce que Kahn, une sorte de tyran local, est parti peu de temps après elles, avec de mauvaises intentions. Agathe nous a fourni l'antidote, en échange de la promesse de retrouver sa sœur.
— Je dois aller à la tour aussi et rapidement confirma Myrage qui se sentait de mieux en mieux.

Il n'avait plus aucune trace de ses précédents combats, un peu surpris, il interrogea l'humaine.
— La plante qui fournit l'antidote est rare mais très bénéfique, elle annule les mauvais sorts dit-on.
— En tout cas elle soigne efficacement, constata Myrage en faisant jouer les muscle de sa main. Par où doit-on passer pour aller à la tour le plus rapidement possible ?
— Je connais un passage secret, il passe par l'atelier du maréchal ferrant, personne ne le connaît, mais c'est dangereux d'y aller. Les chevaliers savent que vous êtes ici, ils vous cherchent.
— Je prends le risque affirma le hérisson, guide nous.
— Non moi je reste ici, Aqua a trouvé la piste de Firefox, j'ai plus de chance de retrouver Saïko en la suivant.

L'affirmation d'Ama surpris tout le monde, Myrage approuva d'un signe de tête. Ce n'était pas plus mal, il irait plus vite seul. Enfin presque seul, le hibou ne le quittait plus visiblement. Lily s'approcha d'Ama préférant rester avec la louve.

En se promettant de se retrouver à la tour, ils se quittèrent. Agathe partit avec le hérisson promettant de faire sortir les deux filles après par un autre passage du château. La nuit commençait à tomber dans ce drôle de monde et ils n'eurent pas la moindre difficulté à trouver la baraque du maréchal ferrant. Dans l'obscurité, Myrage ne fit pas attention aux débris métalliques provenant d'un petit robot qu'il connaissait bien. Le hérisson emprunta le passage en silence, promettant à la jeune fille de retrouver sa sœur.

Agathe remonta rapidement vers ses appartements le cœur serré. Cette histoire de sœur n'était pas complètement vraie. Karmen était véritablement sa sœur, comme toutes les filles qui servaient dans le château, mais elle n'avait pas agi par inquiétude. Elle obéissait à son roi. Même si elle ne comprenait pas tout de son plan. Pourquoi devait-elle séparer le hérisson de ses amies ? Pourquoi leur donner plusieurs antidotes ? Elle retrouva Lily et Ama impatientes de partir dans son appartement. Agathe confia deux bracelets antidote à la tigresse.

— Pour vous amies, elles ont un bloqueur, toutes les deux et vous devez faire vite, celui de l'humaine est réglé pour injecter une dose importante rapidement.

Ama et Lily restèrent bouche bée devant une telle nouvelle.

— Pourquoi tu nous l'as pas dit avant ? Myrage aurait pu les emporter, il sera là-bas avant nous.

Agathe baissa la tête, honteuse.
— Je suis navrée, dit-elle dans demi-mensonge. Venez, il faut faire vite.

La jeune fille les guida de nouveau sans encombre jusqu'à la cour où elles empruntèrent le même passage qu'à l'aller. Lorsque Ama suggéra de prendre aussi le passage secret, Agathe leur avoua que celui-ci ne pourrait plus s'ouvrir avant que Myrage soit entré dans la tour. Cela évitait que des troupes massives prennent ce passage. Seules les servantes pouvaient le faire pour apporter de la nourriture à la princesse emprisonnée. Agathe leur donna deux chevaux et leur indiqua la direction.

Ce ne fut qu'une fois hors de vue que Lily s'inquiéta.

— J'ai un mauvais pressentiment, comme si on se jouait de nous.
— C'est aussi mon impression, grogna la louve en fixant le soleil couchant.

Pourtant elle se sentit un peu soulagée lorsque Aqua lui confirma qu'ils étaient sur la piste du Pyrofox.

**
*

Le chevalier avait lancé sa monture à toute allure. Il fonça droit vers les terres, comme-ci il cherchait à rentrer. Il passa rapidement proche de fourrés mais avec la pénombre de la nuit naissante, il ne vit pas les deux hybrides et l'humain dissimulés. Il devait avertir Kahn, il n'était pas loin à peine quelques lieux de l'avant poste. Il y serait vite.

Sora sortit de sa cachette vivement, rapidement suivie du renard roux. Julien eut plus de mal. Sa blessure lui faisait encore mal, mais cela aurait pu être pire sans les soins de Saïko. Pourtant il avait conscience qu'il retardait tout le groupe et cela le faisait enrager plus qu'autre chose. Maintenant que le cavalier était passé, ils reprirent la piste.

**
*

Kumo n'avait pas eu le temps de dire, ou de faire quoi que se soit. La petite fille lui avait pris la main et Myrage avait disparu. En fait tous ce qui l'entourait avait disparu. L'herbe avait laissé sa place à du sable. Il se retrouva soudain sur une plage, le soleil se couchant presque sur une mer aux reflets des plus étranges. Devant lui : un pont et au-delà, la tour d'or. Immense. Majestueuse, trônant seule au milieu d'une île. Une presqu'île car seul le pont permettait d'y accéder. L'araignée en oublia les tortures qu'il s'était promis d'infliger à Melody pour l'avoir amener ici sans lui laisser le temps de tuer le hérisson.

— C'est pour te remercier de m'avoir permis de la dévorer ! s'exclama la petite fille avec son étrange double voix.

Kumo, de plus en plus perplexe, la fixa sans comprendre. Elle se retourna, souleva la masse de cheveux noirs dévoilant sa nuque. Le petit scorpion à deux queux était là, solidement encré dans son cou. Ses deux queues plantées dans la colonne vertébrale de la fillette.

— Je la contrôle, j'ai ses pouvoirs et bientôt une fois dans la tour, je prendrais la princesse. Viens allons-y.
— C'est toi qui nous à téléporté ?
— Oui c'est un des pouvoir des passeurs.
— Pourquoi pas au pied de la tour ? grogna le général qui n'avait pas vraiment envie de marcher.
— Parce qu'un puissant champ magique empêche toute téléportation au-delà de cette zone. C'est la princesse qui génère cette magie. Pour ça que Gengis a fait construire ce pont. Viens…

Melody ou plutôt le scorpion qui la contrôlait s'engagea sur le frêle passage de bois. En dessous la mer semblait profonde, un abîme. C'était pourtant proche de la côte. La tour était immense à son pied, Kumo n'en voyait pas le sommet ni la moindre porte d'ailleurs.

— Comment on entre s'énerva le petit général.
— Pour ça qu'il y a des passeurs, expliqua calmement l'enfant scorpion en posant la main sur la surface d'or.

Aussitôt un trou noir s'agrandit jusqu'à former une porte qu'ils franchirent tous les deux. Ils débouchèrent devant un escalier. Melody s'y engagea, suivi de l'araignée grommelant sur les architectes tordus qui avaient oublié l'ascenseur. Après une montée qui leur sembla interminable, ils entrèrent dans une vaste sale ronde, semblant aussi large que la tour. Cinq portes s'offraient à eux. La plus grande, en face avait la forme d'une arche, cinq creux autour semblaient accueillir les libérateurs. Le scorpion s'empressa de placer celui de Melody, mais rien ne se passa. Un peu frustré, il se livra à une conversation muette avec sa prisonnière.

"Que doit-on faire maintenant ?"
"Les libérateurs n'ouvrent la porte de la princesse que s'ils sont tous ensemble, tu n'en as qu'un."
"Où sont les autres alors ?"
'Regarde les autres pièces."

L'enfant scorpion se retourna vers les autres portes. Toutes de forme identique mais toute d'une couleur différente. Il s'approcha de la verte. Juste au milieu du battant, il y avait un trou correspondant exactement au libérateur. Le scorpion s'empressa de le mettre en place. La porte s'ouvrit, aussitôt le rire de la petite fille raisonna dans son esprit. Un rire moqueur.

— Pourquoi ris-tu ? J'ai gagné ! s'exclama-t-il à haute voix.
"Vraiment ?"

Kumo ne s'inquiétait nullement de la réaction de son nouvel allier et encore moins qu'il parle seul. Il entra dans la pièce. Sombre pour quiconque, mais lui y voyait parfaitement clair. Un monde qui semblait immense fait de roches s'ouvrait à lui. La porte se referma dès qu'il eut franchi le seuil, l'enfermant à l'intérieur tandis qu'une voix féminine résonnait à travers la pièce.

— Tu es le premier, ce territoire est le tien. Le second sera ton adversaire, le vainqueur se verra offrir le droit d'entrer.

Kumo esquissa un sourire malsain. Tranquillement, il commença à explorer son territoire, à y tisser sa toile.

Le scorpion se retrouva pétrifié sur place tandis que Melody continuait à rire dans son esprit. "Tu as pris mon corps, tu es devenu un passeur, ta mission est achevée maintenant tu n'as plus à exister. Je suis contente de mourir si je peux t'entraîner avec moi."

Le scorpion horrifié vit ses jambes disparaître, du moins celle de Melody. Il voulut se détacher d'elle, mais rien y faisait, il était paralysé lentement mais sûrement, il disparaissait. Bientôt il ne resta plus rien dans le grand hall.

**
*

Myrage continuait d'avancer dans le passage secret, bientôt une lumière vive apparut. Il déboucha sur une plage de sable fin. Ce ne fut qu'en se retournant qu'il vit la tour. Démesurée. Le hibou juché sur son épaule s'envola en hululant, il fit le tour de l'édifice avant de se poser de nouveau sur l'épaule du hérisson.

— Comment on entre ? demanda Myrage plus à lui-même qu'au hibou, sachant pertinemment que sans Etherya, il lui était impossible de comprendre le volatile. Celui-ci secoua ses plumes puis il donna amicalement un coup de bec au hérisson avant de s'envoler de nouveau, droit vers la tour. Avant que Myrage ne puisse l'arrêter, il fonça sur le mur d'or mais au lieu de s'y écraser, il passa au travers et une arche noire s'ouvrit à son passage. Myrage le suivit, il arriva à un escalier, mais ne vit aucune trace du hibou. Il l'appela plusieurs fois, inquiet, puis monta. Il arriva à un hall immense ou une seule porte semblait ouverte. Sans vraiment y réfléchir il s'y engagea. Aussitôt qu'il l'eut franchie la porte se referma et le plongea dans le noir presque complet. Une voix qu'il connaissait bien résonna, impossible situer.

— Bienvenue sur mon territoire misérable insecte.

**
*

Aurore jeta l'épée au sol, elle ne savait pas s'en servir et cela l'encombrait plus qu'autre chose. Lorsque le chevalier fondit sur elle, la lame levée, elle se déporta au dernier moment sur le coté. Elle pivota complètement sur elle-même passant par la droite de son adversaire. Sa main gauche dévia le poignet de l'homme tandis que son coude droit vint le frapper à la nuque. Achevant son mouvement, elle se retrouva derrière lui et d'un coup de pied dans les reins, elle l'envoya valdinguer sur le sable. Une chance qu'aucun d'eux n'avait remis leur casque. Le chevalier surpris que, ce qu'il prenait pour une frêle jouvencelle, fusse capable de lui assener un tel coup roula au sol, sonné. Il se reprit néanmoins rapidement et fut de nouveau sur pied. Juste à temps pour parer un coup de pied mais celui-ci bien plus puissant qu'il ne l'aurait imaginé, l'envoya rouler dans les vagues. Sa réaction fut des plus surprenantes. Il se mit à hurler comme si l'eau était d'acide. Aurore, surprise, resta figée un instant.

— Attention !!

Encore une fois, l'avertissement de la louve intervint à temps pour que l'humaine échappe à un coup de taille qui lui entailla légèrement l'épaule. Le second chevalier après avoir mis Loulou au sol revenait à la charge, mais il bascula soudain en arrière déséquilibré par une pique de glace surgit soudain devant lui. Ses chevilles furent aussitôt figées dans une gangue de glace. Tandis qu'il se relevait, Aurore le cueillit d'un formidable uppercut. Il y eut un craquement sinistre puis le chevalier s'affaissa. Loulou s'empressa de prendre le second toujours en train de se débattre dans dix centimètres d'eau dans la glace, le figeant dans une expression d'horreur.

— Quelle bande de bras cassés ! affirma Aurore en se massant l'épaule.

Etait-ce le poison ou la fatigue qui lui ankylosait comme ça les muscles ? Karmen se risqua à venir lorsqu'elle n'entendit plus un bruit et découvrit à son tour la tour. Elle poussa un cri d'excitation.

— Bon comment on passe maintenant ? Demanda Aurore en observant l'édifice au loin.
— Il y a un pont à quelques kilomètres par là, expliqua la servante.
— Pas besoin de faire un détour ! s'exclama Loulou en s'avançant vers la berge.

Elle ferma les yeux pour se concentrer et très rapidement de la glace se forma à ses pieds puis se dirigea vers le large formant un pont de givre. Le soleil couchant jouait sur la glace faisant naître des myriades de couleurs. Un spectacle féerique qui subjugua les deux humaines.

— Faut pas traîner, je vais pas le maintenir éternellement ! les pressa Loulou.

Aussitôt elles traversèrent. Elles débouchèrent sur une plage de sable fin, baignée par une douce brise. De l'autre côté de la tour, elles apercevaient le pont dont avait parlé Karmen et plusieurs personnes dessus. Des humains et une hybride. Aurore plissa les yeux pour mieux voir. Ils étaient encore trop loin pour discerner les visages, mais elle crut reconnaître les cheveux blonds en bataille de son frère.

— Julien !! s'écria-t-elle en s'élançant vers les nouveaux venus.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chaos Luby School: Fic   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chaos Luby School: Fic
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Ork vs chaos khorne
» Chaos Nova, Double bash...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Luna Negra ::. :: 
Luna Negra
 :: PROJECTS COMMUNS :: Fic Commune
-
Sauter vers: